Imprimer

Autisme Espoir Vers l'Ecole : accompagner des enfants autistes vers une vie sociale et scolaire ordinaires



Mis à jour le: 02-07-2012

Contact action : >> BISDORFF Anaïs : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Intégration
  • Lutte contre l'exclusion sociale
  • Parentalité
  • Petite enfance, modes de garde
  • Jeunesse
  • Soutien aux aidants
  • Soutien à domicile
  • Nouvelles pratiques professionnelles
  • Bénévolat

Région : -France entière

Porteur(s) de l'action :
Association Autisme Espoir vers l'Ecole (AEVE).

Objectif(s) et bref descriptif :
Pour permettre à des enfants autistes âgés de 0 à 18 ans d'accéder à une vie sociale et scolaire aussi normale que possible, l'Association Autisme Espoir vers l'Ecole (AEVE) promeut la méthode développementale des 3i (stimulation Individuelle, Intensive, Interactive). Fondée sur le jeu, l'affection et l'enthousiasme, celle-ci stimule les capacités à la communication à travers un accompagnement intense par une équipe de bénévoles assurant 40 heures de présence hebdomadaire auprès de l'enfant suivi dans un lieu pérenne et sécurisant.

Origine(s) :
En 2003 la famille d'un petit garçon diagnostiqué autiste à l'âge de 2 ans se mobilise pour trouver des solutions. Informées par une de leurs relations sur une méthode américaine fondée sur le jeu intensif, ses deux grands-mères décident de partir se former aux Etats-Unis.
Fortes de cette expérience, elles font appel à leur retour aux amis, parents, famille, relations pour venir jouer avec le petit garçon pendant une durée de 40 heures hebdomadaires, week-end compris, chaque volontaire passant 1h30 avec l'enfant, dans une petite salle de jeu aménagée à cet effet. Pendant 18 mois les proches accompagnent le petit garçon qui commence alors à entrer en relation, à parler, à jouer avec d'autres enfants. Ses progrès sont minutieusement notés et évalués, les interactions avec les volontaires et la famille augmentant régulièrement.
Au départ profondément autiste, ne communiquant pas, l'enfant est pris en charge de 3 à 5 ans. A l'issue de cette période de 18 mois et de 2000 heures de stimulation intensive individuelle, il est scolarisé en milieu ordinaire. Aujourd'hui il parle couramment, et est même l'un des meilleurs de sa classe. Et, à part quelques émotions qu'il a encore du mal à gérer, il manifeste peu de traits autistiques.
Suite à cette expérience réussie l'une des grands-mères, soutenue par les volontaires ayant accompagné l'enfant, crée l'association Association Autisme Espoir vers l'Ecole (AEVE) en 2005. Elle rédige alors la méthode 3i (stimulation Individuelle, Intensive, Interactive), basée sur l'expérience de son petit-fils, qu'elle fait connaître et diffuse via une plaquette et un site internet.

Description détaillée :
Principes de la méthode 3i
La méthode 3i (stimulation Individuelle, Intensive, Interactive) est une méthode dite développementale car elle vise à faire repasser l'enfant autiste, âgé de 0 à 18 ans, par les étapes du développement de la prime enfance. A travers la stimulation par le jeu et l'affection des bénévoles, elle reprend l'autiste à son niveau de développement et le conduit à repasser par toutes les étapes « manquées ». Le but étant d'éveiller la communication (visuelle, gestuelle, verbale, l'expression des sentiments), puis la conscience de soi de l'enfant. C'est ensuite à partir de ce socle indispensable que peuvent se développer les savoirs faire de la vie (identification, interactivité, adaptabilité, imaginaire, psychomotricité, autonomie, compréhension et obéissance à des consignes, repérage dans le temps et l'espace). L'acquisition de ces aptitudes permet ensuite le retour à l'école.
Le procédé est fondé sur l'échange et non l'apprentissage. Détendre l'enfant, capter son regard, dialoguer, sont les buts poursuivis par les séances de jeu. Jeux de sol, trampoline, toboggan, jeux d'adresse, cubes, puzzles, musique, comptines' L'enfant autiste joue 40 heures par semaine (de 9h à 12h et de 14h à 17h week-end et vacances compris) dans une pièce dédiée du domicile de ses parents, seul à seul avec des adultes assurant des séquences d'une heure et demie chacun. Cet accompagnement intensif quotidien, mis en place sous la conduite des parents aidés d'une trentaine de bénévoles, avec l'assistance et la supervision continue de l'association, dure en moyenne entre 18 à 24 mois, période durant laquelle le jeune autiste quitte son école.
Les séances sont non directives : le volontaire part de l'intérêt de l'enfant sans aucune contrainte. L'enfant choisit le jeu qu'il souhaite pratiquer avec la personne présente. Il est libre de répéter la même séquence de jeu s'il le souhaite avec le volontaire suivant. La pédagogie est par ailleurs basée sur une relation individuelle avec les bénévoles. Car les autistes vivent généralement mal les sessions collectives d'où ils s'évadent en se repliant sur eux même.
Grâce à cet accompagnement, se sentant en sécurité avec les volontaires, dans un lieu toujours identique, le bambin s'ouvre peu à peu au monde.
Cependant, en raison de l'absence de validation scientifique et du manque de recul sur les situations accompagnées, cette méthode ne figure pas parmi les méthodes recommandées par la Haute Autorité de Santé et l'ANESM (Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux) dans leurs recommandations de bonnes pratiques publiées en mars 2012.

Fonctionnement et organisation
L'association Autisme Espoir vers l'Ecole diffuse et accompagne la méthode 3i en France, en Pologne et en Belgique, où quelques enfants sont suivis. Elle a pour objectif d'être un lieu d'écoute et d'échange pour la famille, de formation pour les bénévoles et les parents. Elle apporte son aide pour constituer les équipes de volontaires, installer des salles de jeu au domicile des parents, animer les réunions de bilan mensuelles, évaluer les progrès de l'enfant à travers des tests dédiés et aider à l'intégration au sein de l'école.
Pour pouvoir suivre cette méthode, les enfants accompagnés doivent avoir un dossier MDPH et un diagnostic établi par le Centre Ressources Autisme (CRA) de leur département de résidence. La méthode 3i est ensuite organisée de façon précise. Chaque famille s'engageant à respecter son déroulement en suivant l'ensemble des étapes au cours desquelles elle est en permanence accompagnée par l'association :
Pour commencer, les parents suivent une formation de cinq heures, organisée une fois par mois à Paris. Ils doivent ensuite installer, dans leur domicile, une salle de jeu adaptée, aménagée avec un grand nombre de jeux, et conforme aux directive de la méthode. L'aménagement d'une pièce dédiée au suivi de l'enfant pouvant être contraignante lorsque le domicile est de dimension modeste, la mobilisation autour de quelques familles a permis la mise à disposition d'une ou plusieurs salles dans certaines villes (Lampaul-Plouarzel, Quimper, Dijon, Langres') en particulier lorsque plusieurs enfants suivent la méthode dans une même commune. Pour ces lieux, souvent gérés par des associations loi 1901 constituées dans ce seul objectif, l'association délivre un label Lud'éveil 3i
Une fois la pièce d'éveil installée, les parents recherchent des bénévoles qui joueront avec leur enfant. Famille, voisins, étudiants, paroisse, éducateurs..., les volontaires sont recrutés parmi les proches et par le biais d'affichage et d'articles dans la presse locale ou régionale. Une fois qu'elle a trouvé le nombre de volontaires suffisant, la famille établi le nouveau planning hebdomadaire de l'enfant tandis qu'un membre de l'association anime une réunion d'information et de formation des futurs bénévoles.
Dans la même période, l'association fait passer le test BECS (Batterie d'évaluation cognitive et socio-émotionnelle) à l'enfant, ce qui permet d'évaluer son niveau de développement de départ et donc de voir, à l'avenir, ses évolutions.
Puis commencent les séances individuelles de jeu. Après chacune d'elle, le bénévole rempli un compte rendu, tandis qu'un psychologue, formé à la méthode, assure un suivi hebdomadaire et anime des réunions mensuelles de suivi avec les volontaires et les parents.
Enfin, chaque année, l'association organise son forum annuel. L'occasion pour les parents de se rencontrer, et d'échanger.

Perspectives
L'Association Autisme Espoir vers l'Ecole porte le projet d'un centre expérimental en région parisienne, qui pourrait ouvrir en octobre 2012, permettant l'accompagnement de plusieurs enfants, dans le cadre d'un lieu multi-activités destiné aux familles. Cette ouverture permettrait à terme de démarrer un projet de validation scientifique de la méthode 3i. Cette évaluation qui serait menée par des chercheurs indépendants de l'association sera financée par le ministère de la Santé, via les crédits de l'Agence régionale de santé.

Impact(s) :
-Entre 2005 et 2012, 200 enfants autistes ont été accompagnés.
-En septembre 2010 l'association faisait état d'un taux de réussite de 80%, correspondant aux enfants sortis de leur isolement et en capacité d'être scolarisés. Un résultat possible au bout de deux à 3 ans de jeu intensif, même si, ensuite, il faut encore travailler sur l'autonomie. Selon l'association, les rares échecs viennent surtout des problèmes de relation au sein de la famille
-La mobilisation autour des enfants crée des liens forts entre les volontaires, avec la famille de l'enfant et bien sûr avec l'enfant lui-même, perdurant à l'issue de l'accompagnement.
-Le constat de l'association est que cette mobilisation est plus facile à mettre en 'uvre en milieu rural ou semi-urbain, moins évidente en milieu très urbain en raison d'une disponibilité moindre des volontaires.
-La population du village de Lampaul-Plouarzel près de Brest s'est particulièrement mobilisée : la mairie a mis à disposition une maison de 3 pièces pour les familles concernées, une association a été créée pour organiser une kermesse'
-Les volontaires contribuant ainsi au développement d'un enfant témoignent d'une grande satisfaction de voir cette évolution, de participer à ce réseau de solidarité. Les rencontres mensuelles entre bénévoles pour faire le point sur l'évolution sont l'occasion de moments très conviviaux. Les équipes sont très soudées et soutenantes pour les parents.

Partenaire(s) :
L'association est financée par des mécènes privés :
Fondation Dehecq, Institut de France ; Fondation famille et humanisme en Belgique ; Sunsmile fondation ; Fondation Bettencourt Schueller.
Des prix ont été attribués par EDF, Femme actuelle'
Le parrain de l'association est l'acteur et metteur en scène Robin Renucci.

Moyens :
Humains:
- L'Association Autisme Espoir vers l'Ecole compte 20 bénévoles à son siège.
- Pour chaque enfant, l'équipe est composée d'un minimum de 20 bénévoles jusqu'à 35, 40 pour assurer toutes les plages horaires et faire face aux absences. Au total, l'association compte 6 000 bénévoles dans toute la France.
- Chaque enfant est également accompagné par un psychologue salarié à temps très partiel, 16 heures par mois. Payé par les parents, il a un statut d'employé à domicile, assistant à personne handicapée. 38 psychologues interviennent dans toute la France auprès des enfants accompagnés, chacun d'entre eux pouvant suivre plusieurs enfants.

Financiers :
Cette méthode nécessite peu de moyens financiers, les intervenants étant tous bénévoles.
Seul coût pour les parents : le salaire du psychologue, autour de 400 euros par mois. Le paiement s'effectue par chèque emploi service universel (CESU).
Les modules de formation pour les parents et les volontaires sont financés grâce au soutien de la fondation Bettencourt Schueller.
Les 6 000 volontaires participent à la tombola de l'association, permettant de financer la prise en charge des 80 000 euros de frais de déplacement des psychologues, non pris en charge par les parents.

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.