Imprimer

Un service de pédopsychiatrie ouvert sur l'école - 93



Mis à jour le: 30-12-2011

Type d'action :

  • Education
  • Jeunesse

Région : Île-de-France

Sur le vif :
"La situation des patients qui arrivent à l'hôpital est souvent très dégradée. Cette ouverture sur l'extérieur nous permet de rencontrer les jeunes à temps, avant qu'ils ne passent à l'acte" - un responsable du service de pédopsychiatrie.

Porteur(s) de l'action :
Hôpital Robert Ballanger

Objectif(s) et bref descriptif :
Afin d'améliorer la prise en charge des ados suicidants, un service de pédopsychiatrie innove dans ses pratiques ' durée de séjour allongée, création d'un espace dédié à l'écoute ' et va à la rencontre des jeunes dans les établissements scolaires dans le cadre d'un partenariat original avec l'éducation nationale.
>>Consulter l'article du Journal de l'action sociale    

Origine(s) :
A l'hôpital Robert Ballanger d'Aulnay, un protocole suicidant existe depuis la fin des années 1980. Dans cet établissement de santé, les urgences travaillent avec les services de pédiatrie et de pédopsychiatrie réunis dans un bâtiment dédié à la mère et à l'enfant. Les pratiques originales de la pédopsychiatrie s'inscrivent dans cet "esprit pionnier".

Description détaillée :
Contrairement aux pratiques traditionnelles, tous les jeunes patients admis dans ce service sont accueillis pour une semaine. Une durée suffisamment longue pour éliminer les effets secondaires amnésiants des benzodiazépines, utilisées huit fois sur dix pour la tentative de suicide. Ce temps est mis à profit par les professionnels pour développer la relation de confiance et initier un travail avec le jeune. étendre l'hospitalisation à une semaine permet à la famille permet à la famille de prendre conscience de la gravité de l'acte, ce qui diminue d'autant les risques de récidive. En effet, pour l'équipe soignante, la tentative de suicide est souvent un message adressé à l'entourage.

Un espace neutre qui favorise le questionnement

Pendant son séjour, le patient se rend quotidiennement à "l'espace accueil ado". Hébergé dans un bâtiment à l'écart du service de psychiatrie, ce lieu permet aux jeunes de venir "poser leur sac" en toute discrétion. Accueillis individuellement par un éducateur ou une infirmière, ils participent à des ateliers d'activités artistiques et peuvent bénéficier d'un soutien scolaire. C'est un espace hors famille et hors institutions où la rencontre avec des interlocuteurs variés permet de relancer le désir de vie, l'envie d'apprendre, tout en favorisant le questionnement. Pour le médecin en effet, la psychothérapie analytique n'est possible que si le patient réalise qu'il a une part de responsabilité dans ce qu'il vit. à l'issue de cette semaine, le retour à la vie sociale et la reprise de la scolarité sont facilités. C'est le service de pédiatrie qui produit systématiquement le certificat médical, document plus discret qu'un certificat venant du service psychiatrie.

Rencontrer avant le passage à l'acte
L'activité du service de pédopsychiatrie ne se limite pas à la prise en charge curative au sein de la structure hospitalière mais s'étend à une prévention hors des murs de l'hôpital. Des permanences hebdomadaires dans quatre collèges d'Aulnay sont mises en place à la faveur d'une convention tripartite signée entre l'Hôpital, l'Inspection académique et la Ville. Pour l'opération, un psychologue a été recruté grâce au financement de la politique de la ville dans le cadre du programme de réussite éducative. Il s'agit de rencontrer les jeunes avant qu'ils ne passent à l'acte. Pas de suivi thérapeutique au sein de l'établissement scolaire mais un temps d'écoute individuel et confidentiel, qui peut parfois donner lieu à une orientation dans "l'espace accueil ado" ou un autre lieu de soin de l'hôpital.
Toujours dans les collèges, des groupes de parole "adultes" sont organisés mensuellement dans chaque établissement à destination des membres de l'équipe éducative qui le souhaitent. Tous les thèmes sont abordés : respect, pédagogie, souffrance etc. Le projet du service est d'étendre ce dispositif à d'autres communes du département.

Impact(s) :
- Amélioration qualitative de la prise en charge des adolescents
- Grâce à la prévention hors milieu hospitalier, diminution du nombre de passage à l'acte
- Meilleure préparation des équipes éducatives aux difficultés rencontrées par les adolescents
- Extension géographique du dispositif

Partenaire(s) :
- Ville d'Aulnay
- Inspection académique

Moyens :

Humains et financiers 
: professionnels de l'hôpital et de l'Education nationale

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.