Imprimer

Domicile partagé pour les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer - 56 - Arradon



Mis à jour le: 05-12-2008

Contact action : >> TARDES Véronique : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Logement, Habitat
  • Vie en établissement

Région : Bretagne

Porteur(s) de l'action :
Clarpa 56

Objectif(s) et bref descriptif :
Une dizaine de personnes âgées désorientées habitent ensemble dans une "vraie" maison louée à la commune, avec la présence d'assistantes de vie 24h sur 24h. Des infirmières et le médecin généraliste locaux sont sollicités pour les soins.

Origine(s) :
La Fondation de France explique, concernant les personnes âgées : "Demeurer le plus longtemps possible chez soi ou comme chez soi est la demande la plus souvent formulée par nos aînés. Or, ce souhait passe souvent au second plan lors de la prise en charge médicale de la dépendance. Le maintien à domicile ou dans de petites unités de vie préserve ce droit au choix des personnes âgées". Pour faire face à "l'inhumanité" de certaines grandes EPAD de 80 personnes, les PUV (petites unités de vie) ont en effet pour objectif d'être proches de l'environnement familier, de proposer un projet de vie respectant l'autonomie et la liberté des personnes âgées, d'avoir un fonctionnement proche de la structure familiale, de permettre aux personnes âgées de se sentir chez elles, dans un lieu accueillant ' de s'engager à faire face à la dépendance lourde physique ou psychique et de garder les résidents jusqu'en fin de vie ' L'exemple du Morbihan et des domiciles partagés pour personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer rentre dans ce cadre. Ces personnes sont en effet encore valides et peuvent souffrir d'un certain enferment dans les EPAD.

Description détaillée :
Les domiciles partagés du Morbihan sont deux petites maisons rassemblées (ou deux appartements) louées par la commune aux résidants. Ainsi vivent ensemble sept à huit personnes âgées désorientées dans une grande maison de plein pied donnant sur un jardin, au sein d'un quartier central de la ville.
Ce projet est davantage à rapprocher du domicile que des établissements médico-sociaux. Il est en effet conçu comme une "vraie" maison : des chambres, arrangées avec les propres meubles de la personne âgée, une cuisine où tout le monde peut rentrer et participer'.
Cette maison accueille des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer mais qui n'ont pas de trouble du comportement grave et qui peuvent vivre une vie communautaire. L'idéal, pour ces personnes, est d'entrer dans ce type de maison quand elles sont encore un peu conscientes. Ainsi, elles pourront avoir leurs repères et mener leur vie jusqu'au bout sans problème grave.
Le CCAS de la commune est sollicité pour organiser un service d'aide à domicile. Un mandataire, le Clarpa met à disposition des assistantes de vie qualifiées, dont une coordinatrice, et ceci 24 h sur 24h. Deux assistantes de vie sont présentes entre 8h et 14h et deux autres entre 14h et 20h, ce qui permet de ne pas aller au delà de six heures de présence, une limite à ne pas dépasser au vue de l'attention très soutenue que demande ce type de poste.

Contrairement aux gros établissements, ces petites unitées évitent aux personnes âgées dépendantes la perte de repères, grâce à une vie très ritualisée. Elles sont accompagnées et plus calmes. Leur rythme est respecté le plus possible.

Impact(s) :
Les personnes âgées bénéficient d'une meilleure qualité de vie dans ce type de structure : leur baisse de consommation de médicament (notamment d'anxiolytiques) le prouve.

Un autre aspect intéressant de ce type de logement est qu'il permet de développer l'emploi local. Pour une petite commune, cinq à six postes de travail représente un chiffre important. En outre, il s'agit d'emplois plus accessibles car sans déplacement, avec des mission moins difficiles que celles assumées par les auxiliaires exerçant au domicile des personnes âgées, avec des possibilités d'entrer dans une filière, de se former et de progresser.

La présence de personnes âgées dans la commune consolide aussi les postes locaux du médecin généraliste et des infirmières.

Partenaire(s) :
Conseil général du Morbihan,
Ville d'Arradon.

Moyens :
Le Conseil général finance 1067' par personne pour l'équipement du domicile partagé (aide à l'investissement dans le cadre du programme logement social du Conseil général).
Coût pour les personnes âgées : 1800 ' mensuels soit 150' pour le logement, 300' pour l'alimentation et 1300' à 1400' pour le salaire des assistantes de vie. Elles bénéficient de l'APA et de l'allocation logement pour certaines.