Imprimer

Viltaïs : l’insertion, une épreuve d’endurance



Mis à jour le: 25-09-2018

Type d'action :

  • Emploi, Formation
  • Lutte contre l'exclusion sociale
  • Jeunesse
  • Gouvernance, partenariats institutionnels
  • Nouvelles pratiques professionnelles

Région : Auvergne

Sur le vif :

« Associer l’insertion à la performance sportive, c’est bien. Parce qu’il y a de la sueur dans la performance sportive, il n’y a rien au hasard, il faut se battre, il faut avoir envie, il faut être déterminé » Yannick Lucot, Directeur général de Viltaïs
« Il y a beaucoup d’accompagnement. Au pôle, ils te soutiennent dans tes choix. Ils font tout pour qu’on réalise notre projet. J’ai appris que j’avais des qualités. ça m’a aidé à prendre confiance en moi » Jason, un des jeunes accompagnés par le pôle insertion mobilisation

Porteur(s) de l'action :
Association Viltaïs

Objectif(s) et bref descriptif :

Afin d’accompagner des jeunes en rupture vers l’emploi, l’association Viltaïs, installée à Moulins (03), a développé un programme d’accompagnement global : le pôle mobilisation insertion. Prenant en compte l’ensemble des problématiques que peuvent rencontrer ces jeunes (santé, logement, situation familiale, absence de qualifications professionnelles…) et intervenant en amont d’un parcours d’insertion, son objectif est de donner des repères au quotidien aux stagiaires, de les remobiliser sur un projet professionnel ou de formation, de les remettre en confiance, notamment à travers des actions collectives. Parmi ces actions, celle de l’atelier mécanique amène ces jeunes à participer à des compétitions d’endurance moto (championnat de France, championnat du monde), au sein de l’équipe moto Yamaha Viltais Experiences, créée par l’association. Une expérience particulièrement formatrice, humainement et professionnellement.
 
 

Origine(s) :

Viltaïs est née de la fusion de plusieurs associations créées, pour la plus ancienne dans les années 60, afin de répondre à l’origine à des problématiques d’hébergement. Aujourd’hui, implantée principalement à Moulins, cette association d’insertion sociale intervient sur l’ensemble du département de l’Allier en matière de logement temporaire et de logement d’urgence, de restauration, de formation, d’information jeunesse, de santé et d’animation socio-éducative.

Au début des années 2000, l’association, nourrie des principes de l’éducation populaire et s’efforçant d’agir sur tous les leviers susceptibles d’apporter de la stabilité aux publics qu’elle accueille, cherche à mettre en place des activités fédératrices et facteurs de liens entre les résidents de ses foyers de jeunes travailleurs (FJT). Ces derniers sont consultés et font remonter leur intérêt pour la Bande-dessinée et le sport mécanique. Les résidents sont alors mobilisés dans un premier temps autour de la création d’un festival de la BD, puis face au succès de cette première expérience, autour de l’organisation d’un salon de la moto de compétition à Moulins, reconduit durant trois ans. Cette manifestation est l’occasion pour Viltaïs et les jeunes du FJT de démontrer leurs capacités d’organisation et de nouer de nombreux contacts avec le milieu de la compétition moto. Certains d’entre eux sont alors conviés plusieurs années de suite à participer au Bol d’Or au sein d’une équipe professionnelle. Afin de capitaliser sur la dynamique qui s’est mise en place et conscients du vecteur éducatif et d’insertion que représente une telle activité, les dirigeants de Viltaïs décident alors de créer leur propre équipe et de se lancer dans la compétition amateur d’endurance moto. Entre 2003 et 2010, l’équipe cumule les titres et grimpe dans les catégories jusqu’à intégrer le championnat du monde amateur d’endurance en 1000 cc. Aujourd’hui, financée à 90 % par des sponsors privés (constructeurs, équipementiers…), l’équipe se compose de deux salariés (mécaniciens) et de deux pilotes professionnels rémunérés à la prestation. Elle bénéficie d’un ingénieur détaché par Michelin dans le cadre de mécénat de compétence. Elle fait également appel à des stagiaires mécaniciens d’un lycée professionnel de la Loire et d’un Centre de reconversion Belge. Tous les autres postes sont occupés par des bénévoles issus des structures de Viltaïs ou extérieurs. Au total, une trentaine de personnes se déplacent sur chaque compétition, sur une file active de 80, dont des jeunes du Pôle Mobilisation Insertion et leurs encadrants.

Car parallèlement au développement de l’équipe moto, lors de réunion de coordination des dispositifs d’insertion et de formation, l’ensemble des partenaires intervenant sur le champ de l’emploi font le constat qu’un certain nombre de jeunes de 16 à 26 ans ont perdu les repères leur permettant de s’intégrer dans la société, à fortiori dans le monde du travail, et sont dans le déni de leurs difficultés. En 2011, Viltaïs propose alors de développer, en s’appuyant sur les valeurs d’engagement collectif, de rigueur et de réussite que porte la team moto, ainsi que sur les liens établis avec le monde de l’entreprise (sponsors, bénévoles…), un dispositif d’accompagnement : le pôle mobilisation insertion. Avec pour objectif de permettre à 12 jeunes, en rupture familiale, sociale, éducative, professionnelle…, de reprendre pied avec le quotidien et les exigences de l’entreprise, de retrouver confiance en eux, en participant notamment à l’aventure de l’équipe de compétition moto comme maillon indispensable de la réussite collective, depuis l’atelier de préparation et d’entretien des machines jusqu’aux stands des compétitions internationales.
 



Cette action a été repérée et expertisée dans le cadre de l'action recherche « Villes et vivre ensemble – La gouvernance locale de la cohésion sociale », menée par l'Odas en partenariat avec le CGET.

 

Description détaillée :


Un accompagnement personnalisé
Pour mettre en place ce programme, Viltaïs mobilise à la fois ses ressources internes (logement, santé, animation, formation…) et celles de nombreux partenaires au-delà du champ de la formation, qui enrichissent par leurs interventions la progression du jeune et lui permettent de s’ouvrir sur l’extérieur.
La principale originalité du dispositif tient avant tout à cette approche globale de l’accompagnement et à une prise en charge 24h/24, puisque tout au long des sept mois de suivi, le jeune sera logé en foyer de jeunes travailleurs, avec des règles de vie précises et la présence quasi permanente de travailleurs sociaux à ses côtés. Ce binôme hébergement/formation permet ainsi d’être au plus près des difficultés du jeune, de lui témoigner une attention globale, d’assurer la continuité de l’accompagnement, de développer des liens de confiance et un esprit de groupe.
Les jeunes qui bénéficient du Pôle Mobilisation Insertion, douze par sessions, sont originaires des trois bassins de vie du département. Ils sont orientés par les trois Missions locales, ou plus rarement à la suite d’un hébergement d’urgence, après un travail de présentation en amont effectué par leur conseiller. Viltaïs reçoit ensuite chacun d’eux collectivement, puis individuellement pour un entretien de présentation et de motivation, avant de valider leur intégration dans le dispositif. A l’entrée de chaque jeune, un premier état des lieux de sa situation est effectué afin d’établir un plan de formation individualisé. Le jeune sera ensuite suivi hebdomadairement par la coordinatrice de l’action, pour évaluer sa progression et ses difficultés et adapter si besoin son programme. Toujours dans cette logique de garantir au mieux la cohérence du parcours, un bilan mensuel associe le conseiller mission locale, le jeune et son référent dans le dispositif. Des évaluations intermédiaires sont également effectuées après chaque phase du parcours et un bilan final clôture le dispositif et précise la suite qui y sera donnée.
Ce suivi est accompagné en interne par une réunion hebdomadaire de coordination, qui réunit la responsable de l’action, la coordinatrice et l’ensemble des encadrants techniques mobilisés.

Un accompagnement global
L’ensemble du parcours se concentre sur sept mois, organisés en deux phases, qui sont structurés autour de plannings hebdomadaires denses, individualisés pour chaque jeune. Ces plannings alternent différents temps, individuels et collectifs, théoriques et pratiques… Ils sont assurés soit par les encadrants de Viltaïs, soit par de nombreux intervenants extérieurs (institutions, associations, entreprises…). Ainsi, les journées sont rythmées par des sessions de remise à niveau dans les matières scolaires, de technique de recherche d’emploi, de simulation d’entretien, de visites d’entreprise, de sensibilisation à l’égalité homme/femme, d’activités sportives ou culturelles, d’engagement citoyen (une après-midi de bénévolat par semaine)… Chaque semaine, le jeune doit également suivre pendant deux jours un des six ateliers qui lui permettent de découvrir en situation réelle un métier et ses exigences : restauration, blanchisserie, décoration artistique, maintenance-bâtiment-petite maçonnerie, espaces verts et bien sûr celui consacré à la mécanique. Il alterne sur chacun d’eux, avec la possibilité d’intensifier son investissement sur celui qui correspond à son projet.

La première phase, d’une durée de trois mois est essentiellement une phase de remobilisation personnelle où le jeune travaille principalement ses savoirs être. C’est également un temps consacré à surmonter les freins qui ont pu entraver un parcours « classique de réinsertion ». Avec son éducateur référent, le jeune fait le point sur ses difficultés et établit un plan d’action, avec des objectifs précis à réaliser pour la séance suivante : monter un dossier de surendettement, faire les démarches pour lever une main de justice, accéder au logement, apprendre à entretenir son logement... Un accompagnement médical est également mis en place, afin de permettre l’ouverture de droits, la mise à jour des vaccinations, la prise de rendez-vous avec des praticiens. Des troubles peuvent ainsi être dépistés (addictions, maladies chroniques…) et un suivi réalisé. Pendant cette première phase, le jeune, qui n’effectue pas encore de stage rémunéré, est pris en charge par Viltaïs pour son hébergement et ses repas et perçoit une bourse mensuelle pour ses frais quotidiens (Fonds d’aide aux jeunes).

A l’issue de cette première phase, le jeune peut alors débuter une seconde phase véritablement consacrée à la remobilisation professionnelle et qui lui permet de déterminer son projet professionnel. Les activités sont plus particulièrement orientées autour de la découverte de l’entreprise, des formations, de la recherche d’emploi. Les stages y sont plus fréquents et plus longs (de 15 jours à 3 semaines) et viennent consolider les acquis théoriques ou des ateliers. Les jeunes sont incités à se positionner sur des offres de stage diffusées par les réseaux classiques de recherche d’emploi. Les entreprises partenaires, dont les dirigeants interviennent sur le Pôle Mobilisation Insertion, ou celles mécènes sur l’équipe de compétition moto, viennent également enrichir ses offres. Pendant cette seconde phase, le jeune perçoit une rémunération de 300 à 600 euros suivant les stages. Il doit alors verser une participation pour son loyer et ses repas d’environ 100 euros (le complément est pris en charge par Viltaïs en compensation de l’investissement du jeune les trois mois précédents et par le fonds d’aide aux jeunes). Il est également incité à financer avec cet argent son permis de conduire.

Pendant ces sept mois, quasiment aucune défection n’est enregistrée chez les participants. Pour les trois quarts d’entre eux, le bilan est positif. Certains accèdent directement à un emploi, d’autres s’engagent dans une formation qualifiante ou entrent en apprentissage, d’autres intègrent un chantier d’insertion ou bénéficient d’un contrat aidé.



Une motivation décuplée
Au-delà de cet accompagnement global et personnalisé, favorisé par de nombreux partenariats, l’atout du Pôle Mobilisation Insertion repose également sur l’immersion des jeunes accompagnés dans un projet réellement mobilisateur : celui de la compétition moto de haut niveau. Tout au long des sept mois de son accompagnement, chaque jeune participe au moins à une compétition et occupe au sein de l’équipe une fonction qu’il aura choisi selon ses centres d’intérêts, qu’il s’agisse de mécanique, de logistique, de chronométrage... C’est en effet une équipe de 30
personnes qui se déplace à chaque fois pendant environ sept jours, avec trois tonnes de matériel. Dans l’environnement particulièrement exigeant du sport mécanique de haut niveau, les stagiaires du Pôle Mobilisation Insertion mettent en œuvre les acquis de leur parcours et font l’apprentissage de savoir être qu’ils pourront capitaliser ensuite tout au long de leur vie personnelle ou professionnelle : prises d’initiatives, responsabilisation, dépassement de soi, rigueur, esprit d’équipe… Mais aussi l’acceptation de la défaite. Pour chacun d’eux, s’est également l’occasion de rencontrer des jeunes issus d’autres milieux, de nouer des contacts avec les professionnels et les bénévoles investis dans l’équipe et de pouvoir ainsi se constituer un réseau mobilisable lors de leur parcours professionnel.

En trois ans, environ une quarantaine de jeunes ont pu bénéficier de l’accompagnement du Pôle Mobilisation Insertion. Cependant, en raison de l’arrêt des aides du Conseil départemental de l’Allier et de la fin du financement du Fonds social européen, l’action est recalibrée et réorientée vers un nouveau public à partir de 2018. Un partenariat est mis en place avec les services de l’Aide sociale à l’enfance du département (ASE), pour accompagner des jeunes accueillis en foyer de l’enfance (15-18 ans) dans la sortie des dispositifs ASE. Pendant 4 à 5 mois, l’accompagnement portera à la fois sur le projet professionnel et prioritairement sur l’accès à l’apprentissage (sur le Département de l’Allier, une centaine d’offres ne sont pas pourvues), mais également sur l’acquisition de l’autonomie afin d’anticiper leur départ du foyer de l’enfance.
 

Impact(s) :

  • Permettre à des jeunes en rupture d’acquérir des repères, de reprendre confiance en eux, de se mobiliser dans la durée sur un projet
  • Favoriser leur insertion sociale et professionnelle
  • Développer les liens entre les différents acteurs du territoire : professionnels du secteur social, entreprises, bénévoles autour d’un projet exceptionnel : la compétition en sport mécanique de haut niveau
  • Donner une image plus ouverte et inclusive du sport de haut niveau, souvent considéré comme élitiste.

Partenaire(s) :

De très nombreux partenaires sont mobilisés sur le parcours des jeunes pour intervenir sur l’évaluation et la remise à niveau, la nutrition et l’alimentation, la culture, le sport, la citoyenneté, la communication, la vie pratique et bien sur la formation professionnelle.
Parmi les principaux partenaires financiers : l’Union Européenne via le Fonds Social Européens (60 %), l’Etat, le Conseil Régional (19 %), le Conseil départemental (15 %).

Moyens :


Humains :
12 à 13 intervenants sont mobilisés au sein de l’association, qu’il s’agisse des encadrants d’ateliers, des éducateurs, de surveillants de nuits, de médecins et psychologues, du personnel d’entretien, soit environ 3 à 3,5 ETP

Financiers :
Environ 199 500,00 euros par an, dont près de 60 % en dépenses de personnels.
L’équipe de compétition, Yamaha Viltaïs experiences est quant à elle financée à 90 % par des sponsors et mécènes privés. Avec une petite participation de l’Etat, du Conseil départemental, de la Communauté d’Agglomération de Moulins et de la ville de Moulins.

Matériels :
Locaux et matériel nécessaires aux actions de formations, à l’hébergement et aux repas des jeunes.

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.
Contact action : Juliette LUCOT
Responsable du Pôle Habitat Jeunes
Association Viltaïs
9 Avenue du Professeur Etienne Sorrel
03000 Moulins
Tel: 0470482500
Mail: juliette.lucot@viltais.eu

Lien internet: www.viltais.fr