Imprimer

Agir en interculturalité : collaborer pour améliorer la prise en charge des personnes âgées immigrées



Mis à jour le: 30-03-2015

Contact action : >> HEBREARD Lydie : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Intégration
  • Lutte contre l'exclusion sociale
  • Accès aux droits
  • Vie des séniors
  • Gouvernance, partenariats institutionnels
  • Nouvelles pratiques professionnelles
  • Diagnostic partagé

Région : Languedoc-Roussillon

Porteur(s) de l'action :
Comité départemental d’éducation pour la santé du Gard (CODES 30) – association loi 1901

Objectif(s) et bref descriptif :
En vue d’améliorer la prise en charge médico-sociale des personnes âgées immigrées, le comité départemental d’Education pour la Santé du Gard (Codes 30) insuffle une dynamique territoriale de réflexion partenariale. Destiné aux professionnels et/ou futurs professionnels de la santé, du social, du médico-social, du logement accompagné et du maintien à domicile, l’action intitulée « Agir en interculturalité » se décline en temps de formation, d’analyse des pratiques et de réflexion collective. Un projet qui, au-delà de fédérer les acteurs de terrain et d’impulser une collaboration interinstitutionnelle, permet aux professionnels du département d’acquérir de solides connaissances sur les populations migrantes vieillissantes et de faire évoluer leurs pratiques d’accompagnement.

Origine(s) :
En 2003, les services instructeurs du Conseil général du Gard constatent que les situations de certains bénéficiaires du Revenu minimum d’insertion semblent bloquées. En effet, le RMI est désormais soumis à une contractualisation qui semble difficile pour certain du fait de difficultés importantes de santé. Il s’agit pour la plupart d’hommes originaire du Maghreb qui font part de douleurs somatiques ostéo-articulaires importantes et d’un fort isolement.
Suite à une concertation avec les professionnels de l’insertion du département concernés par cette problématique, le CODES du Gard, association loi 1901 œuvrant dans le domaine de l’éducation pour la santé, propose une action collective d’insertion à destination de ce public. Son objectif : permettre à ces hommes de retrouver une place au sein de la société, une estime de soi et de mieux prendre en compte leur santé. Inspirée d’une initiative ayant fait ses preuves dans le département voisin de l’Hérault, l’action mise en place dans le Gard est intitulée « Au fil des mots… ». Il s’agit de proposer à ces personnes âgées immigrées des espaces d’échanges collectif et individuels leur permettant d’aborder les préoccupations qui les concernent (démarches administratives, santé, vie sociale et citoyenne, questions de parentalité...). Ces temps d’échanges sont animés par un psychologue arabophone d’une association montpelliéraine, Césam Migrations santé. Ainsi en 2013, ce sont 32 hommes qui ont bénéficié de l’action. Pour la plupart, le Codes a constaté une évolution : une partie d’entre eux a été réorientée vers une démarche de soins, d’autres ont trouvé une solution administrative à leurs difficultés ou encore ont amélioré leur relation avec le service social.

En parallèle, l’action « Au fil des mots » se décline aussi auprès des professionnels travaillant avec ce public, quel que soit leur champs : action sociale (assistante sociale du conseil général, des CCAS), accompagnement de proximité (associations de quartier), professionnels du médico-social, de l’accueil, du champ de la gérontologie, animateurs des Ateliers sociolinguistiques, de la coordination de territoires (politique de la ville, ateliers santé ville)… Afin d’améliorer leur connaissance du public et de bénéficier d’une analyse de leurs pratiques professionnelle pour améliorer la qualité de la prise en charge, le Codes les réunit plusieurs fois par an. En effet, un groupe de parole se réunit deux heures chaque année afin de faire émerger les besoins des travailleurs sociaux. En outre deux comités de suivi permettent, chaque année, d’aborder la situation de chaque bénéficiaire de l’action et d’envisager avec son référent les modalités de suivi et de sortie du dispositif.
Cette première approche multipartenariale du sujet sur le département du Gard va permettre, en 2011, de mettre en lumière les limites de l’accompagnement des personnes âgées immigrées. En effet, les professionnels font connaître leur volonté d’aller plus loin dans la connaissance de ce public et soulignent la nécessité de renforcer le travail en partenariat dans une approche complémentaire autour du parcours des usagers. Le Codes 30 propose alors de faire un état des besoins des professionnels du département. Financé par l’ARS Languedoc Roussillon, ce projet nommé la « vérité des corps » va permettre d’affiner les besoins des professionnels du département. Il met en lumière une demande forte en termes de formation, d’accompagnement des pratiques professionnelles liées à l’interculturalité, d’espaces d’échanges d’expériences et de pratiques, et d’espace de construction d’une réflexion commune.
En vue de répondre à ces préoccupations, le Codes sollicite le Fonds européen d’intégration, via l’axe de la formation des professionnels ressource auprès des personnes âgées de plus de 60 ans issues de pays en dehors de l’Union européenne. Son financement va lui permettre de développer le projet départemental « Agir en interculturalité ».

Description détaillée :
Dans le but d’améliorer la prise en charge sociale, médicosociale et médicale des populations migrantes vieillissantes, l’action « Agir en interculturalité » portée par le Codes du Gard vise plusieurs objectifs :
- Favoriser l’articulation des politiques publiques autour de ce public,
- Amener à une meilleure connaissance des populations d’origine migrante,
- Intégrer les aspects anthropologiques et culturels des familles issues de l’immigration dans les pratiques professionnelles,
- Repérer et analyser les phénomènes sous-jacents dans la relation interculturelle afin d’améliorer l’accueil, l’accompagnement et le travail auprès des vieux migrants,
- Améliorer la relation et accroître l’efficacité des interventions sociales, médicales, médicosociales,
- Inventer des stratégies adaptées pour résoudre les difficultés rencontrées,
- Dégager des axes d’interventions ou d’orientations dans le champ de la santé, de la vie sociale et de l’accompagnement médicosocial du migrant âgé.

Des axes de travail complémentaires
Le projet « Agir en interculturalité » a donc pour but principal de contribuer à insuffler une dynamique territoriale de réflexion professionnelle partenariale autour de la prise en charge des migrants vieillissants originaires de pays hors Union Européenne. Destiné aux professionnels et/ou futurs professionnels de la santé, du social, du médico-social, du logement accompagné et du maintien à domicile, il se décline selon 3 axes :

- Des temps de formation. En 2013, une quinzaine de journées ont lieu sur cinq territoires différents, réunissant au total 180 professionnels du département autour de différentes thématiques comme l’accès aux soins, les questions d’accompagnement, l’accueil du public, la vieillesse en situation de migrations… Ces journées sont de véritables moments d’échanges interprofessionnels et intersectoriels, riches en apports théoriques et en analyses des pratiques.
Les différentes approches utilisées (anthropologie, sociologie, médiation, médecine, psychiatrie ou l’accès aux droits) amènent par ailleurs des clés de compréhension de la population immigrée âgée et de la situation interculturelle. Elles ont permis de traiter des thématiques aussi variées comme la santé et la précarité, les représentations du corps, le vieillissement et la maladie en situation interculturelle, aller à la rencontre de l’autre, etc.
Dans le cadre de cet axe formation, les institutions qui le souhaitent peuvent également bénéficier d’un accompagnement de leur projet et d’une analyse des pratiques proposés par le Codes 30. Sur différents sites du département des projets ont émergé et ont pu être accompagnés pour améliorer l'accès aux dispositifs droit ou soins en lien avec les acteurs locaux réseaux ou ateliers santé ville. Par exemple le projet Agir en interculturalité a permis en lien avec l’association de Coordination des Réseaux de Santé du Bassin Sanitaire Alésien (Reseda) la formation d’un groupe pilote sur le Bassin Alésien. Ce groupe pilote a souhaité mettre en place en 2013 deux jours d’analyse des pratiques et une journée de conférence sur ce territoire. Le projet a également suivi l’impulsion d’une démarche autour de l’accueil de jour en lien avec de l’atelier santé ville de Bagnols sur Cèze, ou encore la mise en œuvre par la Carsat Lr d’une expérimentation autour de l’accès aux droits de santé.

- La mise en place d’une plateforme ressource en ligne (www.agisante-gard.org), contenant des outils pédagogiques d’éducation à la santé, ainsi qu’un répertoire des actions développées sur le territoire.
L’objectif de cet outil est d’améliorer le recours aux soins et aux droits de santé pour les immigrés en rendant visible les dispositifs de droit commun et en valorisant les structures ressources présentes sur le territoire.

- Un colloque, temps fort regroupant des professionnels dans le but d’éclairer les problématiques des personnes âgées immigrées et leur santé. En juin 2013, un premier colloque s’est déroulé autour du thème « La santé et l’autonomie des personnes âgées immigrées : de la décision à l’action ». 118 professionnels se sont ainsi mobilisés, représentants les champs du social, du médical, du médico-social, associatifs et les structures de proximité. En juin 2014, un deuxième colloque a eu lieu sur le thème « Agir pour l’accompagnement des personnes âgées immigrées », il a réuni 145 professionnels.


Un projet au croisement de plusieurs enjeux institutionnels
La population de personnes âgées immigrées est un public au croisement de plusieurs enjeux institutionnels :

- Pour la Direction régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion sociale, l’intégration des personnes immigrées est un axe investi régionalement via le Programme Régional d’Intégration des populations immigrées qui développe un axe fort pour l’amélioration de l’accès au droit des personnes âgées immigrées. Un déploiement départemental est également à l’œuvre via un Plan départemental d’intégration et par l’embauche d’un Agent de Développement Local à l’Intégration.

- Pour l’Agence Régionale de Santé, le public immigré fait partie des populations ciblées comme fragilisées en lien avec des situations d’exclusion, précarité, pauvreté. L’objectif de réduction des Inégalités Sociales de Santé est intégré dans le Programme Régional de Santé (PRS). Le PRAPS (programme régional pour l’accès à la prévention et aux soins des personnes les plus démunies) donne des cadres de travail pour amener les plus démunis vers le droit commun.

- Pour le Conseil Général du Gard, la politique sociale en direction de ces publics est définie dans un Schéma Départemental d’Organisation Sociale et Médico-sociale en faveur de l’Autonomie des personnes. Dans celui-ci, il montre son intérêt à soutenir le recours aux dispositifs de droit commun.
Le Conseil général développe par ailleurs le Plan Départemental d’Insertion et de Lutte contre les Exclusions. Ses axes de travail étant la santé, la lutte contre l’illettrisme, et la promotion d’une approche globale de la personne en situation d’exclusion (accueil, orientation, accompagnement…)

L’impulsion d’une collaboration interinstitutionnelle
L’action « agir en interculturalité » est donc développée à l’aune d’une forte mobilisation interinstitutionnelle autour de la population immigrée, ce qui facilite l’approche partenariale proposée par le Codes 30.
Ainsi, le Comité de pilotage « Agir en Interculturalité » mobilise des représentants de l’ensemble des institutions concernées par la population âgée immigrée (Agence régionale de santé, Conseil général, Direction régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale, Direction Départementale de la Cohésion Sociale) et s’enrichit de partenaires de champs complémentaires, comme la Carsat et les caisses de retraites AGIRC ARRCO, la CPAM, et des professionnels du secteur médical et hospitalier. Toutes ces institutions, qui partagent les mêmes constats concernant la situation des personnes âgées immigrées et les difficultés liées à leur accompagnement social, vont se réunir à huit reprises 2013 pour co-construire une réflexion, ce qui marque une volonté forte de coordination. En bref, c’est une véritable culture commune et une prise en charge multipartenariale qui se mettent en place sur tout le département afin de garantir un meilleur accompagnement des personnes âgées immigrées.

Revoir les pratiques et les savoirs

L’action « Agir en interculturalité » permet aux professionnels du département d’acquérir de nouvelles connaissances concernant les personnes âgées immigrées et de faire évoluer leurs pratiques d’accompagnement.
Des actions à l’initiative de professionnels se sont d’ailleurs montées à l’issue des temps de formation. Ainsi par exemple un agent d’un CCAS a mis en place un espace d’échange pour tous les médiateurs du social de son territoire afin de proposer une réponse commune et coordonnée. Ou encore, un travailleur social du conseil général a monté un groupe de travail auprès de femmes âgées immigrées afin de développer leur pouvoir d’agir.

Pistes de développement
En 2015, le Codes 30 fait une nouvelle demande de financement européen. Il s’agit par ce biais de soutenir davantage les professionnels sur la mise en place d’outils (promotion de la santé via la médiation, outils de prévention…), les deux premières années de financement européen ayant mis l’accent sur la formation.

Impact(s) :
- L’action « Au fil des mots » et le projet Agir en Interculturalité ont permis une meilleure connaissance des personnes âgées immigrées et de leurs besoins par un diagnostic partagé, ainsi qu’une réelle mobilisation de tous les acteurs.
- Le projet Agir en Interculturalité a su réunir au sein de son comité de pilotage des champs institutionnels divers qui constituent un socle solide pour soutenir désormais des initiatives sur les territoires.
- Les formations ont eu des appréciations positives de la part des professionnels et ont marqué leur mobilisation autour de cette thématique et leur envie de co-construire des solutions.
- L’action « Agir en interculturalité » permet aux professionnels du département d’acquérir de nouvelles connaissances concernant les personnes âgées immigrées et de faire évoluer leurs pratiques d’accompagnement.
En effet, sur les 140 professionnels ayant suivi les différentes formations en 2013 :
        - 95% déclarent avoir acquis de nouvelles connaissances,
       - 88% déclarent avoir pu analyser les phénomènes sous-jacents au regard de leur pratique,
        - 91% déclarent avoir développé une autre manière de faire.

Partenaire(s) :
Le Conseil général du Gard, l’Agence Régionale de Santé du Languedoc Roussillon, les directions régionale et départementale de la Cohésion Sociale (DRJSCS, DDCS), le service social de la Carsat Languedoc-Roussillon, la MSA, les représentants des caisses de retraites Agirc Arrco, et l’association Peuple et Culture.

Moyens :

Financiers

Ce projet d’envergure départementale a été mis en œuvre en 2012-2014. Il est co-financé par l’Agence Régionale de Santé et le Conseil Général du Gard et le Fonds Européen d’Intégration.
Une demande au FAMI (nouveau fonds européen) est en cours afin de financer le volet formation qui est suspendu depuis janvier 2015, faute de financements.

Humains
un chargé de projet (1 ETP)

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.