Imprimer

A Dijon, des passerelles culturelles entre milieu spécialisé et ordinaire - 21



Mis à jour le: 28-05-2009

Contact action : >> CUNAULT Christine : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Culture, Sport
  • Lutte contre l'exclusion sociale
  • Accès aux droits
  • Accessibilité, Mobilité

Région : Bourgogne

Sur le vif :
"Ce service citoyen permet à toute personne majeure de pratiquer une activité de loisir en milieu ordinaire. Il crée des espaces de partage entre différents mondes qui ont peu l'habitude de se côtoyer". La Direction d'Acodège

Porteur(s) de l'action :
Association Acodège

Objectif(s) et bref descriptif :
Pour favoriser l'accès à la culture, aux arts et aux sports de personnes en situation de handicap et/ou en difficulté sociale, l'association Acodège crée l'Espace socioculturel de Dijon. A travers l' accueil, l' information, l'animation, la médiation culturelle et l'accompagnement des participants dans les activités librement choisies, cette structure intégrée à l'association se donne pour ambition d'établir des passerelles entre milieux spécialisés et ordinaire.

Origine(s) :
L'acodège est une association départementale d'action médico-sociale. Le constat selon lequel les personnes adultes hébergées au sein de ses résidences de personnes handicapées n'ont que peu ou pas accès à des activités socioculturelles hors de leur cadre quotidien habituel est validé par un diagnostic effectué fin 2003. Les entretiens montrent que les demandes des personnes en situation de handicap, en matière de loisirs, sont comparables à celles du reste de la population. Une recherche documentaire met en évidence un certain nombre de postulats, notamment que l'accès aux loisirs est un droit pour tous1. A partir de ce diagnostic, l'association tente de répondre à ces ambitions sociétales et législatives d'intégration, d'innovation, de citoyenneté, de mobilité et d'accessibilité généralisée à la vie sociale et aux loisirs. Elle se lance dans l'expérimentation d'un Espace Socioculturel, transition entre le milieu spécialisé et le milieu ordinaire, qui débute en juin 2004.

(1) Loi n°2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l'action sociale et médico-sociale et Loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

Description détaillée :

> Un service ressource d'accès aux loisirs pour tous respectant le libre choix
L'Espace socioculturel est un service proposant à toute personne adulte active, inactive, ou retraitée des activités artistiques, culturelles, et sportives se déroulant dans des lieux ordinaires pour favoriser la rencontre avec le grand public. A l'interface des milieux spécialisé et ordinaire, en lien avec la charte associative et le projet institutionnel, le service recoupe trois pôles étroitement imbriqués :
- accueil et information concernant tout type de prestations, même informelles ;
- animation et médiation culturelle favorisant la rencontre et la pratique artistique, culturelle, sportive grâce à un panel d'activités étendu se déroulant hors cadre quotidien (lieux de vie, de travail, de soins) et répondant à la diversité des demandes ;
- accompagnement des participants dans les activités librement choisies par les animateurs vers les structures extérieures.
Si l'âge minimum requis est fixé à la majorité, aucun âge maximum n'a été défini ; les personnes vieillissantes sont accueillies, ce qui favorise les rencontres intergénérationnelles. Toute personne quel que soit son handicap (mental, psychique, moteur, sensoriel, difficulté sociale, maladie' reconnu ou non), qu'il soit ou non accompagné par une institution peut participer. Les résidents du Département Hébergement Adultes Handicapés (DHAH) de l'Association sont accueillis en priorité. Cette diversité fait de l'Espace un lieu de rencontre, d'intégration et d'acceptation de l'autre dans sa différence favorisant le développement de la citoyenneté, dans le respect de sa dignité et de ses choix.

> Un service novateur, bien implanté et territorialisé
Situé pour l'instant dans l'infrastructure administrative de l'établissement de l'association, le service fonctionne néanmoins grâce à un large réseau constitué de partenaires appartenant au milieu ordinaire et au milieu spécialisé. Les formes de partenariat sont diverses, formelles ou informelles. Avec le milieu spécialisé, une relation de confiance s'établit avec les personnels des établissements amenés à favoriser la sortie vers le milieu ordinaire des personnes en situation de handicap qu'ils accompagnent. Quant au milieu ordinaire, l'association signe des conventions d'utilisation de locaux et de mise à disposition de personnel des MJC, Centres Sociaux, équipements sportifs, théâtres, musées, Eldorado, associations, etc.

Cet ancrage local favorise tant l'accessibilité au service que la mobilisation des réseaux culturels et sportifs local pour l'animation :
- L'animation acquiert une dimension participative mobilisant des animateurs professionnels et des bénévoles. Par le biais des activités proposées, des animateurs socioculturels travaillent à la réalisation d'un projet d'autonomisation et de socialisation d'un groupe d'individus. Leur pédagogie est centrée sur l'écoute active des envies et désirs des participants, afin qu'ils se sentent compris, acceptés et acquièrent la conviction qu'ils peuvent agir sans courir le risque d'être dévalorisés.
- Les bénévoles instaurent une relation égalitaire avec les participants et servent de relais à l'intégration de certaines personnes dans des groupes extérieurs. Ces bénévoles sont nombreux et viennent grâce à France Bénévolat ou grâce au bouche à oreille.
- Par ailleurs, des personnels d'autres disciplines s'associent au projet grâce à des mises à disposition qui élargissent le panel de propositions. L'intervention de ces artistes ou professionnels de la culture, dépositaires de la technique, apportent une dimension culturelle et transmettent leur passion. Par ailleurs, la diversité des transports (Divia, Transco, SNCF) facilite l'accès aux différents lieux d'activités sur l'agglomération. Pour la durée de l'expérimentation, le service se voit accorder la possibilité d'utiliser les véhicules du Service des Correspondants De Nuits de l'association.

En 2004, cinq personnes animent six activités : une animatrice coordinatrice salariée, trois bénévoles et un salarié du comité départemental de canoë Kayak. En 2009, 21 activités différents sont proposées dans dix lieux d'accueil (MJC, Centres sociaux, etc.). A titre d'exemple : un atelier de peinture a donné lieu à la réalisation d'un film, intitulé "L'absence révélée". Ce film revient sur les temps forts de la création d'une oeuvre picturale "Regards sur l'absence" grâce au soutien d'un artiste peintre de renom et ses élèves, cinq personnes en situation de handicap, et une animatrice. Un film2 retrace aussi l'histoire d'une rencontre singulière, à la croisée de chemins aux antipodes les uns des autres, qui pourtant se croisent et s'arrêtent un instant, le temps de mettre à nu leur sensibilité, leur humilité et leur humanité, et de créer une 'uvre unique.

La participation aux activités redonne aux personnes en échec dans le milieu ordinaire goût à des loisirs réguliers. Elle permet aussi à des personnes qui pratiquent des activités en milieu ordinaire de bénéficier d'activités complémentaires. Fortes de leur expérience, quelques personnes quittent la passerelle pour accéder au milieu ordinaire. En 2007, 65 demandes d'inscription n'ont pas pu être satisfaites faute de moyens. Le choix a été de restreindre la communication pour limiter les refus d'inscription.

(2) Un film est réalisé par Damien Maheu, de l'association OCTARINE. http://damienmaheu.free.fr/absencerevelee.html

Impact(s) :

Autonomisation et socialisation des adultes en situation de handicap, en particulier de ceux qui n'étaient jamais sortis des institutions spécialisées : la réalisation de soi à travers le loisir enrichit le développement intellectuel, sensoriel, cognitif et émotionnel, propice à l'épanouissement individuel et à la vie du groupe. Ce lieu revitalise le lien social autour de centres d'intérêts fédérateurs.

De 2004 à 2009, montée en charge du nombre :
- d'inscrits (49 % femmes, 51% hommes) : de 35 en 2004, 162 en 2005, 201 en 2006 à 269 en 2008 soit 94 personnes en moyenne par semaine ;
- de personnes mobilisées autour de l'animation : l'équipe est passée de 5 à 28 intervenants tous statuts confondus grâce à l'évolution du nombre des intervenants bénévoles (20 personnes engagées) et aussi à l'embauche de deux animateurs salariés en contrat de professionnalisation depuis janvier 2008 ;
- des activités proposées : 10 en 2004, 14 fin 2005, 19 en 2007, 21 en 2008 ;
- Les personnes pratiquent au plus quatre activités par semaine.

Les objectifs en 2009 : voir ce service s'autonomiser et acquérir une reconnaissance officialisée par un agrément délivré par le CROSMS, et obtenir des budget pérennes (Conseil général, DRAC, municipalités) et des locaux accessibles par le réseau de bus et implantés en dehors de l'institution. L'association a déjà obtenu l'accord du bailleur social pour implanter son siège dans un local plus adapté, indépendant de l'établissement médico-social, dans un secteur bien desservi.

Partenaire(s) :

- Dans le milieu spécialisé : associations, institutions (foyers, services d'hébergement et d'accompagnement, ESAT, centres de jours), services sociaux et médio-sociaux, services sociaux des collectivités locales.
- Dans le milieu ordinaire : MJC, Centres sociaux, théâtres, cinémas, bibliothèques, musées.
- Autres partenaires : Fondation de France, Axa Atouts c'urs, transporteur GRG, la Caisse d'Epargne, Carrefour Solidarité, Bouygues Telecom, Ecole Supérieure de Commerce de Dijon.

Moyens :


Humains

L'expérimentation est conduite sous la responsabilité de la directrice des Résidences Acodège et sous l'égide de la Direction générale de l'association, avec une équipe :
- Une animatrice DESJEPS salariée des Résidences Acodège, détachée à la coordination du projet ;
- Deux animateurs en cours de formation (BPJEPS animation sociale), en contrat de professionnalisation ;
- Un apprenti éducateur spécialisé, détaché à ¼ de temps des Résidences Acodège ;
- Une vingtaine de bénévoles ;
- Mise à disposition du personnel des musées, ou de la ligue de Course d'Orientation ;
- Intervention d'un artisan verrier, d'un beat boxer, d'un BE canoë.

Financiers
- Subventions, dons privés, enseignes commerciales, Résidences Acodège.
- Mise à disposition de locaux par les partenaires et par un bailleur social.
- Participation financière des inscrits : chaque activité a un coût précisé dans la brochure, facturé aux participants.
 

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.