Bookmark and Share
Version imprimable
Date: 2017-12-19 12:17:26
Lettre d'Apriles n°68 - Décembre 2017


         Numéro 68 - Décembre 2017             
 
 
Noël souffle l’espoir
Ce n’est pas à vous qu’on l’apprendra : l’innovation sociale est un formidable moteur de développement social et même sociétal de nos territoires. A condition toutefois que les initiatives qui naissent un peu partout, portées par une kyrielle d’acteurs, aient le soutien qu’elles méritent pour se développer, essaimer et passer d’une mise en œuvre parfois anecdotique à la généralisation. A travers Apriles, l’Odas se bat depuis 15 ans pour irriguer et nourrir de quelques 380 actions ce mouvement, sans toujours être audible.

Or il semble que les choses soient en train de bouger. En effet, deux initiatives récentes, auxquelles nous avons été associées en témoignent. La première, initiée par le CGET avec une dizaine de partenaires, dont La Fonda, Avise et Apriles entre autres, a été baptisé Carrefour de l’innovation. Elle a pour projet de mettre à disposition et de cartographier, au sein d’une vaste plateforme numérique, l’ensemble des actions recensées actuellement par environ 70 structures. Ces sourceurs, associations, institutions, collectifs citoyens participent ainsi à la constitution d’un vaste patrimoine commun librement accessible avec l’objectif de favoriser la diffusion et le développement d’une culture de l’innovation et l’essaimage des initiatives les plus inspirantes. La seconde s’inscrit dans le chantier de la refondation du travail social, lancée à la suite des états généraux du même nom. L’Odas vient de présenter Apriles devant une des commissions du Haut Conseil au Travail Social, en charge de la réflexion sur le développement social et notamment sur comment rendre visible et capitaliser la connaissance et les pratiques inspirantes. Et une fois de plus nous avons insisté sur l’importance de mieux utiliser ce qui existe déjà et qui a d’autant fait ses preuves lorsque l’identification des initiatives s’accompagnent d’une expertise voir d’un accompagnement à l’essaimage. Capitaliser ne suffit pas, il faut donner du sens… 

Mais sans attendre, en cadeau au pied de notre sapin virtuel, Apriles vous livre la dernière collecte de ses « lutins-chargé.e.s d’études ». Quatre actions, dont deux repérées dans le cadre de l’action recherche sur la gouvernance locale de la cohésion sociale, qui témoignent de la diversité et du foisonnement de l’innovation : un fab Lab qui permet à des jeunes, handicapés et valides, de concevoir ensemble des aides pour faciliter le quotidien des premiers ; un dispositif d’accompagnement vers l’insertion de jeunes en rupture qui s’appuie sur une équipe de compétition d’endurance moto ; Un quartier qui reprend vie, quand le projet de rénovation est porté avec et pour ses habitants ; une ville qui place « l’engagement solidaire » au cœur de la mise en œuvre de ses politiques sociales et revisite ainsi la relation entre professionnels et usagers… Et étoile sur le sapin, un joli de portrait d’une vieille dame très digne, Marie Françoise Fuchs, octogénaire dynamique et âme de l’association Old Up. Bonne lecture et Joyeuses fêtes de fin d’année. 
Vous êtes porteur d'initiative ?
Faites-nous connaître votre action ! 

E-FABRIK’ : la création numérique au service du lien social
Afin de familiariser des jeunes et des personnes en situation de handicap à la création numérique collaborative (pratiquée notamment au sein des Fab-Lab) et de favoriser la rencontre de l’autre et de sa différence, deux associations engagées dans l’accès pour tous aux sciences, ont lancé les défis E-FABRIK’. Des binômes, associant des jeunes valides avec des résidents de structures d’accueil pour personnes handicapées, imaginent et construisent ensemble une solution concrète à une difficulté rencontrée par la personne en situation de handicap, dans son quotidien. Ils sont accompagnés dans cette démarche par les professionnels de structures jeunesses ou handicaps et par la communauté des « makers », utilisateurs réguliers des Fab-Labs. Au-delà de son objectif de sensibilisation aux nouveaux outils numériques et de créations de liens entre valides et personnes en situation de handicap, E-FABRIK’ favorise une meilleure inclusion sociale de ces dernières et permet de valoriser l’implication des jeunes. Par ailleurs, son action encourage la mise en lien et la création de partenariats entre les acteurs d’un territoire relevant de champs d’action différents (jeunesse, handicap et création numérique). 
>>Lire la suite
Viltaïs : l’insertion, une épreuve d’endurance
Afin d’accompagner des jeunes en rupture vers l’emploi, l’association Viltaïs, installée à Moulins (03), a développé un programme d’accompagnement global : le pôle mobilisation insertion. Prenant en compte l’ensemble des problématiques que peuvent rencontrer ces jeunes (santé, logement, situation familiale, absence de qualifications professionnelles…) et intervenant en amont d’un parcours d’insertion, son objectif est de donner des repères au quotidien aux stagiaires, de les remobiliser sur un projet professionnel ou de formation, de les remettre en confiance, notamment à travers des actions collectives. Parmi ces actions, celle de l’atelier mécanique amène ces jeunes à participer à des compétitions d’endurance moto (championnat de France, championnat du monde), au sein de l’équipe moto Yamaha Viltais Experiences, créée par l’association. Une expérience particulièrement formatrice, humainement et professionnellement.
>Lire la suite
La rénovation du quartier Danton au Havre : quand habitants et professionnels construisent ensemble
Afin de mettre les habitants au cœur du projet de requalification du quartier Danton (centre ancien), la Ville du Havre mène entre 2011 et 2015 une expérimentation participative associant citoyens, services et élus. Pendant trois ans, les habitants sont associés à chaque étape du projet, de la conception à la préfiguration des futurs équipements. En parallèle, ils contribuent à faire vivre leur quartier par la mise en place de nombreuses animations à la fois conviviales et engagées. Du côté de la Ville, l’objectif est double : développer de nouvelles manières de faire avec les habitants et construire avant tout le futur quartier sur la promotion du lien social. Une approche qui transforme progressivement les relations traditionnelles entre services et habitants et permet de faire évoluer le regard des élus et des professionnels sur la place à donner aux citoyens dans la construction de l’action publique locale.
>>Lire la suite

Cette action a été repérée et expertisée dans le cadre de l'action recherche « Villes et vivre ensemble – La gouvernance locale de la cohésion sociale », menée par l'Odas en partenariat avec le CGET. 
 
Au CCAS d’Angers, élus, agents, partenaires et usagers cultivent « l’engagement solidaire »
Afin de renouveler les politiques publiques en valorisant mieux les compétences et les idées de leurs usagers, les élus de la Ville d’Angers (150 000 habitants) décident en 2014 d’introduire le « principe de réciprocité » dans la mise en œuvre des politiques sociales. Appliqué aux politiques sociales, ce principe est dans un premier temps confronté à de nombreuses craintes et interrogations chez les professionnels. A l’issue d’un travail de co-construction de plus d’un an ayant associé les élus, les agents du CCAS, les partenaires institutionnels et associatifs, les usagers et les habitants, ce principe s’affine sans perdre son ambition initiale et devient une démarche de promotion de « l’engagement solidaire » ouverte sur la ville venant réinterroger en profondeur la relation entre professionnels et usagers.
>Lire la fiche

Cette action a été repérée et expertisée dans le cadre de l'action recherche « Villes et vivre ensemble – La gouvernance locale de la cohésion sociale », menée par l'Odas en partenariat avec le CGET.    
 
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir

 
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».
Lire la suite...
 
Vous avez dit « alternatif » ?
Le Collectif pour la transition citoyenne vient de publier un « Guide de création des lieux alternatifs ». Il met en lumière une vingtaine de lieux oeuvrant pour une transition écologique et solidaire (ressourceries, bars solidaires, épiceries coopératives, ateliers collaboratifs…), dont le fonctionnement, les activités et le développement sont décrits en détails. Présenté sous forme de fiches, ce guide propose aussi des conseils pour créer sa propre structure. Le guide est diffusé par les partenaires du Collectif et librement téléchargeable en ligne en cliquant sur ce lien.
 
P’INS épingle ses lauréats
Ils sont huit porteurs de projets socialement innovants à avoir été retenu par l’Avise et la fondation MACIF, dans le cadre du programme d’accompagnement P’INS. Présents sur tous les champs de l’économie sociale et solidaire -alimentation, bâtiment, éducation populaire, lien social, développement durable, hébergement ou encore égalité des chances, ils vont bénéficier d’un accompagnement personnalisé de 8 à 10 mois, de la possibilité de solliciter des experts, d’une mise en visibilité par les partenaires de P’INS et d’un apport de 20000 de la fondation MACIF pour travailler leur changement d’échelle. Les lauréats : AGORAé, Article 1, Bou’sol, E-graine, Les Petites Cantines, Plateau Urbain, Toit à Moi, VRAC.
www.programme-pins.org
 
Old’up présente sa collection
«Vieux et debout », « Les nouveaux vieux sont arrivés» : Deux titres qui claquent comme des slogans. Ils inaugurent la nouvelle collection des éditions In Press, « Old’Up – Inventer sa vieillesse ». Dirigée par le Professeur Philippe Gutton et Marie-Françoise Fuchs, qui président à la destinée de l’association Old’up ; cette collection ambitionne quatre publications par an. Avec pour objectifs de construire une culture du « grand âge », d’aborder la question du vieillissement « autrement que sous l’angle anxiogène de santé publique » et de témoigner qu’à 80 ans passés la vie peut encore être vécue intensément.
En savoir plus
 
     
 

La Lettre d'Apriles est une publication de l'Observatoire national de l'action sociale décentralisée (Odas) - 250, bis Bd Saint-Germain 75007 Paris - 01 44 07 02 52.

Directeur de publication : Jean-Louis Sanchez
Rédacteur en chef et 
Webmaster : Joachim Reynard 
Coordinatrice de rédaction : Estelle Camus
Rédacteurs: Anna Bertrand, Estelle Camus, Lise Pelerin

© 2017 Apriles -> Agence des Pratiques et Initiatives Locales ::.