Bookmark and Share
Version imprimable
Date: 2017-03-23 17:56:38
Lettre d'Apriles n°64 - Mars 2017


         Numéro 64 - mars 2017             
 
 
Il faut que jeunesse se (dé)passe
Après la génération Y, c’est aux « Millenials », ces jeunes nés après 1995, d’être taxés des pires défauts . On les dits narcissiques, déconcentrés, paresseux, impatients et égocentriques... Une caricature loin des valeurs de fraternité, de coopération, de vivre-ensemble ou de développement durable défendues par Apriles.
Et pourtant ! Selon un sondage conduit par Ipsos il y a un peu plus d’un an, auprès des élèves de 134 grandes écoles, d’ingénieurs, de commerce, de sciences politiques…, le portrait dressé ressemble plus à celui d’une génération en quête de sens et d’utilité sociale, valeur jugée indispensable dans le cadre d’un emploi futur. Ainsi, 54% des étudiants interrogés étaient déjà engagés dans une association et un sur deux se disait attiré par le secteur de l’économie sociale et solidaire (ESS), même si pour la majorité, la définition dudit secteur restait assez floue. Un quart de ces étudiants étaient même prêt à sacrifier 10% de leurs futurs revenus potentiels pour travailler dans l’ESS. D’ailleurs, une école prestigieuse comme l’ESSEC ne s’y est pas trompée, qui a été la première dès 2002, à créer une Chaire de l’entreprenariat social et qui depuis a même développé un incubateur social, Antropia.
D’autres initiatives, parfois plus ponctuelles, témoignent de cette recherche de sens chez les jeunes générations. Rien de surprenant, donc, si Apriles s’est ainsi intéressé à l’une d’elle, initiée par le SGMAP et le CGET : Innovation dessinée. Pendant un an, quatre élèves du Master Politiques publiques de Science Po Paris et quatre élèves de l’école d’art Emile Cohl de Lyon ont sillonné la France pour découvrir et faire partager des initiatives innovantes, au croisement des enjeux publics et des dynamiques associatives. Les participants des 10 èmes Rencontres nationales de l’Odas ont été emballés par le résultat : une BD pleine de pertinence et de fraicheur. D’où l’idée d’associer l’expertise de ces jeunes à celle d’Apriles, en vous livrant une double version (fiche et BD) d’une même action. Une expérience que nous renouvellerons dans les prochaines éditions.

Cette action, c’est celle du troupeau de vaches « highland » que l’association Adapemont a implanté sur un territoire rural et enclavé du Jura sud et qui contribuent, dans une logique de développement raisonné, à le redynamiser. Au pays des Bastides, c’est « Oreilles en balade » qui vous entrainera sur les chemins du Rouergue, où la volonté de mettre en valeur le petit patrimoine mobilise les habitants de plusieurs villages, toutes générations confondues et génère de nouvelles solidarités. Une solidarité qui est également au cœur de « CALM », la plateforme portée par l’association SINGA, qui permet à des personnes réfugiés d’entrer en relation avec des particuliers volontaires, prêts à les héberger quelques mois et à les aider dans leur intégration. Solidarité toujours, mais aussi utilité et bonheur de transmettre, voilà ce qui motive la démarche des retraités d’ECTI : ils proposent bénévolement leur expertise professionnelle à des entreprises, associations, collectivités et insufflent une vision plus humaniste du travail. Cette quête d’une meilleure qualité de relations humaines et professionnelles anime également la démarche « échange ton poste », expérimenté dans les services municipaux de Garges-lès-Gonesses. Une sorte de « vis ma vie » à la mairie qui a favoriser respect, transversalité et culture commune, pour le plus grand bénéfice citoyen.
De quoi donner de l’espoir à nos prétendus désabusés « Millenials » !
Vous êtes porteur d'initiative ?
Faites-nous connaître votre action ! 
 

Adapemont, l’insertion « vachement » nature
Afin de contribuer au développement local de leur territoire rural très enclavé, des élus du Sud Jura ont constitué l’association Adapemont (Association pour le Développement et l’Animation de la Petite Montagne) en 1979. Largement portée par les habitants elle a pour objectifs de valoriser et animer le territoire et d’accompagner des salariés vers un emploi stable par des chantiers d’insertion. C’est dans ce cadre qu’a été développé un élevage conservatoire de vaches « Highland ». Cette activité permet notamment d’accueillir plus de femmes que les autres chantiers, de développer une activité économique respectueuse de l’environnement et, en contribuant à la gestion écologique des espaces, de favoriser un tourisme « vert ».
>>Lire la suite 
Patrimoine et mémoire, un bon mix intergénérationnel
 Afin de mettre en valeur le patrimoine de leur village et de participer à la conservation de la mémoire, les habitants de la petite commune de Prévinquières en Aveyron ont créé ensemble un parcours sonore basé sur le témoignage des villageois, des plus jeunes aux plus âgés. Sa réalisation a été l’occasion de redonner confiance aux personnes âgées en leur valeur au sein de la communauté, de créer du lien entre natifs du village et nouveaux arrivants, entre élus et citoyens, et entre les générations. L’initiative a su faire naître une certaine convivialité au sein du village, tandis que l’augmentation du nombre de visiteurs a dynamisé le territoire.
>>Lire la suite
Avec SINGA, réfugiés et particuliers prennent le temps de se rencontrer au CALM
Afin de rompre l’isolement des personnes réfugiées et de favoriser leur intégration sociale et professionnelle, l’association SINGA développe, depuis juin 2015, le dispositif « Comme A La Maison » (CALM). Celui-ci permet à des personnes réfugiées d’être hébergées chez des particuliers volontaires pour une durée de trois à douze mois, le temps pour les premiers de consolider leur projet professionnel et de trouver un logement autonome. L’ambition de CALM dépasse cependant largement l’enjeu de l’accès au logement : en favorisant la rencontre et le partage entre citoyens de la société d’accueil et réfugiés par le biais d’une plateforme en ligne repérant les centres d’intérêt communs, l’association SINGA nourrit avant tout le goût de l’Autre et la création de liens. 
>>Lire la suite
ECTI : le bénévolat de compétences donne de l’estime aux séniors
Afin de mieux vivre leur passage à la retraite, de continuer à se sentir utile et d’apporter leurs expériences professionnelles et humaines, des retraités, anciens cadres ou artisans, se sont regroupés au sein d’une association, ECTI. Ils y mènent des missions ponctuelles de conseil ou d’accompagnement auprès de petites entreprises, de collectivités, de structures de formation, auxquels ils apportent bénévolement leur expertise, en complémentarité de l’activité des salariés. L’occasion de développer la transmission entre générations et de favoriser un autre regard sur les aînés. 
>>Lire la suite
Améliorer le vivre-ensemble au travail : le projet « Echange ton poste »
Afin de favoriser la cohésion entre acteurs municipaux et la transversalité au sein des services, la Ville de Garges-lès-Gonesse propose le dispositif « Echange ton poste » aux agents de mêmes niveaux hiérarchiques. Le principe : permettre à tous de s’immerger en autonomie dans un autre contexte professionnel pendant une semaine. Mise en œuvre initialement au sein d’une Direction Générale Adjointe (DGA), cette action a rencontré un succès tel qu’il s’applique désormais à tous les échelons de la Ville et permet aussi de favoriser les évolutions personnelles et professionnelles. 

Cette action a été repérée et expertisée dans le cadre de l'action recherche « Villes et vivre ensemble – La gouvernance locale de la cohésion sociale », menée par l'Odas en partenariat avec le CGET.

>>Lire la suite
 
 
Anne Sarah Kertudo, la voix des « déniés de justice »

 
Anne Sarah Kertudo a ses habitudes dans ce bistrot de quartier. A peine y est-elle entrée qu’on la salue joyeusement. Quoi de plus normal, pour cette jeune femme active, co-fondatrice de l’association Droit pluriel et maman de deux enfants. A la différence près qu’elle ne voit pas ceux qui l’interpellent et qu’elle les entend uniquement grâce à l’appareil dont elle est équipée. Anne Sarah est sourde depuis l’adolescence et atteinte de cécité depuis deux ans. Des handicaps certes invisibles mais qui ont forgé son franc parlé et sa détermination.  
Lire la suite...
 
L’Odas interpelle les présidentiables

 
Fort de 30 ans d’évaluation des dynamiques locales, l’Odas vient de publier son manifeste pour une meilleure cohésion de notre société. Dans le prolongement des débats qui ont animé ses 10èmes Rencontres nationales, il y développe, à travers des exemples concrets, des propositions dont il souhaite qu’elles inspirent les candidats à la présidentielle. Chaque candidats sera d’ailleurs destinataires du manifeste, à consulter en ligne sur le site de l’Odas www.odas.net 
Lire la suite...
Journée citoyenne en Seine-et-Marne : mobilisez-vous !

 
10 ans de journée citoyenne à Berrwiller et peut-être bientôt les premières éditions en Seine-et-Marne ! Sur la sollicitation de la commune de Champagne sur Seine et en partenariat avec l’union des maires de Seine-et-Marne, l’Odas organise le 20 avril prochain, un séminaire d’information sur cette démarche génératrice de lien social. Ouvert à tous les acteurs du territoire et notamment aux élus locaux, cette demi-journée doit permettre aux communes qui souhaitent s’engager dans l’organisation d’une journée citoyenne de bénéficier de l’expérience de ceux qui l’ont déjà fait et de l’accompagnement de l’Odas. 
>> En savoir plus
Lire la suite...
De l’audace pour l’ESS

 
Le réseau national de l’économie sociale et solidaire (RENESS), s’invite dans la campagne présidentielle. Après s’être fortement impliqué pour la reconnaissance de l’ESS, en partie concrétisée dans la loi promulguée en 2014, le réseau veut aller plus loin. Il propose la création d’un véritable Ministère de l’Economie Sociale et Solidaire et à lancer un appel dans ce sens. L’Odas l’a d’ores et déjà signé. http://www.reness.fr
Lire la suite...
« Innovons pour l’éducation »

 
C’est l’ambition de l’appel à projet lancé par la Fondation SEVE (Savoir, Etre et Vivre-Ensemble) avec Chemins d’Enfances et l’Education nationale. Ouvert aux acteurs de l’éducation et de la société civile, il veut mettre en lumière et accompagner des initiatives innovantes permettant de développer des compétences de savoir-être et de vivre-ensemble chez des enfants et adolescents. Pour cette première édition, trois thématiques ont été retenue, autour des médias, de la citoyenneté et de la paix. Date limite de candidatures, le 14 avril 2017. 
>>Plus d'infos
 
 

 

 
     
  © 2009 Apriles -> Agence des Pratiques et Initiatives Locales ::.

La Lettre d'Apriles est une publication de l'Observatoire national de l'action sociale décentralisée (Odas) - 250, bis Bd Saint-Germain 75007 Paris - 01 44 07 02 52.

Directeur de publication : Jean-Louis Sanchez 
Rédacteur en chef et 
Webmaster : Joachim Reynard 
Rédacteurs: Domitille Brax, Estelle Camus, Marie-Agnes Feret, Lise Pelerin