Bookmark and Share
Version imprimable
Date: 2015-10-14 17:51:39
Lettre d'Apriles n°55 - Octobre 2015


         Numéro 55 - Octobre 2015            
 
 
L’Autre, une richesse
Une France inquiète, repliée sur elle-même, opposée pour la grande majorité de ses habitants à l’accueil des réfugiés : telle est l’image véhiculée ces derniers temps par les médias et qui s’impose dans l’opinion générale. Pourtant, partout sur notre territoire, des initiatives locales illustrent une réalité beaucoup plus nuancée. Ce sont celles de nombreuses communes qui, par choix ou par obligation, tendent leurs bras à des femmes et des hommes qui essayent d’oublier la fureur des conflits et les souffrances de l’exode. Ce sont celles d’habitants et d’élus qui se mobilisent pour venir en aide aux exilés. Ce sont celles d’une France qui pense que l’intégration est possible et que loin d’être un handicap, elle constitue une véritable richesse pour le pays.
Même le Medef, le reconnaît :« Parmi les réfugiés, beaucoup sont de la classe moyenne, parlent très bien anglais et peuvent représenter une richesse pour nos entreprises » déclarait son Président , Thibault Lanxade, au Parisien. Pas d’angélisme cependant : tous ne sont pas ingénieurs ou médecins, certains auront besoin de formation ou occuperont les métiers pénibles dont les Français ne veulent pas. Mais d’autres créeront des emplois. L’OCDE relève en effet « la contribution des immigrés à l’activité entrepreneuriale et à la création d’emplois ». De quoi tordre le cou à l’argument des pro « français d’abord » : certes les immigrés reçoivent 47,9 milliards d’euros d’aide de l’Etat, mais ils en reversent 60,3 milliards selon des chercheurs de l’université de Lille.
Le petit village de Peyrelevade, en Corrèze illustre bien cette opportunité d’un dynamisme retrouvé que constitue l’accueil de demandeurs d’asile. Pour faire face aux effets de l’exode rural, la commune a ouvert un Centre d’accueil des demandeurs d’asile (CADA) en avril 2015. Un projet aux retombées socio-économiques positives, mais dont la réussite tient aussi à la mobilisation de nombreux habitants. C’est également le cas à Bonnelles dans les Yvelines. Bien qu’on lui ait imposée dans l’urgence 78 réfugiés, la commune a choisi de créer, avec ses habitants, les conditions de la rencontre et d’un vivre-ensemble constructif, loin des stéréotypes.
Recevoir l’autre, s’enrichir de sa différence et de son expérience : les autres initiatives retenues par Apriles ce mois-ci ne dérogent pas à ces valeurs. A Paris, pour mieux répondre aux besoins des personnes âgées d’origine asiatique, un réseau d’acteurs du territoire s’est structuré autour d’un café social itinérant : le projet 13'Sâges. A Mons en Baroeul (Nord), le regard et l’expertise d’usage des femmes des quartiers prioritaires sont sollicités lors de marches exploratoires. Elles deviennent ainsi actrices de l’amélioration de leur cadre de vie. Sur le registre intergénérationel, le Prix littéraire Chronos mise sur la lecture pour faire évoluer le regard porté sur les personnes âgées et l’avancée en âge et encourager la citoyenneté.
Ainsi, comme Apriles s’en fait l’écho depuis plusieurs années, sur le terrain du vivre ensemble les initiatives font flores comme un joyeux pied de nez à ceux qui, chaque jour, affichent le refus de l’autre.
Vous êtes porteur d'initiative ?
Faites-nous connaître votre action ! 

A Peyrelevade, accueil des réfugiés rime avec développement

Afin de redynamiser le bourg et de ne pas laisser vacant les locaux de l’ancienne maison de retraite, la mairie de Peyrelevade, village rural de 800 habitants frappé de plein fouet par la désertification, a décidé d’ouvrir un Centre d’accueil de demandeurs d’asile (CADA). Monté patiemment et en lien avec la population, par ailleurs largement mise à contribution pour favoriser l’intégration des demandeurs d’asile, ce projet est non seulement facteur de développement local grâce à ses retombées socio-économiques mais il contribue aussi à favoriser le vivre ensemble et à changer le regard porté sur les réfugiés.

>>Lire la suite
 
A Bonnelles, la population se mobilise pour faciliter l’intégration des réfugiés.
Afin de faciliter l’intégration de 78 réfugiés ayant fuit les conflits en Syrie et en Irak, la ville de Bonnelles a décidé de mobiliser l’ensemble de ses habitants. Prévenue par la préfecture la veille de leur arrivée, la commune décide, grâce à de nombreux volontaires, d’aller bien plus loin que le rôle d’accueil d’urgence qui lui était échu en jouant la carte de l’intégration. En créant les conditions de la rencontre, Bonnelles fait tomberles stéréotypes, contribue au bien être des réfugiés et crée les conditions d’un vivre ensemble constructif. Dans l’urgence, équipe municipale, associations et habitants ont su trouver la recette pour faire de l’accueil des réfugiés une réussite.
>> Lire la suite
 
13’Sâges tisse du réseau autour des seniors asiatiques
Afin de favoriser la participation sociale et l’accès aux droits des personnes avançant en âge issues de l’immigration asiatique, l’association Batik International a coordonné la mise en place sur le 13ème arrondissement de Paris d’un réseau réunissant institutionnels, professionnels et bénévoles du secteur associatif, personnes ressources et bénéficiaires, baptisé « 13’Sâges ». Conçu dans le cadre d’une formation/action, ce projet mixe un travail de connaissance des publics et de partage des pratiques à l’attention des différents acteurs avec la mise en place d’actions partenariales à destination des personnes âgées d’origine asiatiques, sous forme de café social itinérant.
>>Lire la suite
 
Les marches exploratoires de femmes : rendre les habitantes actrices de leur cadre de vie
La ville de Mons en Baroeul dans le Département du Nord propose aux femmes des quartiers prioritaires des marches dites exploratoires visant à identifier les problèmes d’insécurité et d’aménagement sur leurs lieux de vie. Ce dispositif fondé sur le diagnostic partagé et la participation des habitantes a pour objectif de rendre les femmes actrices de leur sécurité et de l’amélioration de leur cadre de vie, favorisant ainsi leur appropriation de l’espace public.
>>Lire la suite
 
L’intergénération à la page avec le Prix Chronos
Afin de faire évoluer le regard souvent négatif porté par notre société sur les personnes âgées et l’avancée en âge, la Fondation nationale de gérontologie a créé en 1996 un prix de littérature jeunesse : le prix Chronos. Ouvert aux enfants de la maternelle au lycée, ce prix est organisé dans le cadre scolaire ou en bibliothèques sur le principe du volontariat des équipes pédagogiques (enseignants, bibliothécaires…). Les enfants désignent des lauréats nationaux, parmi une sélection d’ouvrages dont la thématique principale illustre le slogan du prix « grandir c’est vieillir, vieillir c’est grandir ». La participation des classes ou des bibliothèques au prix permet également de favoriser le goût de la lecture et peut être l’occasion de développer des liens intergénérationnels ainsi qu’un apprentissage à la citoyenneté…
>>Lire la suite
 
 
Olivier Le Duc "Lorsqu’on fait confiance n’importe quel casseur par dépit peut devenir un bâtisseur"
« Tout ce qui est fait pour nous, que d’autres ont décidé sans nous, est fait contre nous. » C’est avec les mots de Nelson Mandela qu’Olivier Le Duc résume le sens d’un engagement de 40 ans envers les jeunes, et la philosophie à la base des centres d’accueil qu’il a créés : des centres atypiques fondés sur la confiance et la responsabilisation des jeunes accueillis dans le but de les aider à construire leurs projets et reprendre la maîtrise leur vie.
Lire la suite...
 
10 leviers pour innover dans tous les territoires
Les territoires situés hors des espaces urbains  denses ont les capacités d’innover, même si en théorie ils ne disposent pas de l’ensemble des facteurs nécessaires. L’innovation y représente un enjeu fort tant dans une perspective de réduction des inégalités territoriales que du point de vue de l’invention de nouvelles réponses spécifiques pour ces espaces stratégiques pour le pays dans son ensemble. C’est pourquoi le Commissariat général à l’égalité des territoires  (CGET) souhaite faire mieux connaître les leviers d’innovation appropriés à ces territoires ainsi que les expériences que certains d’entre eux ont déjà conduites en la matière. Comme le démontre une  étude commandée par le CGET en 2014, des solutions existent. Aux acteurs locaux de s’en emparer.
>>Consultez la publication
 
Trophées de la participation et de la concertation
Pour "promouvoir et développer une culture commune du dialogue et de la concertation en matière de préparation et de prise de décision", la Gazette des communes et Décider ensemble organisent les Trophées de la participation et de la concertation.
Récompensant les meilleures initiatives en matière de concertation et de participation citoyenne, ce prix s’adresse aux élus et administrations des collectivités locales et de l'Etat, aux entreprises publiques ou privées, aux collectifs citoyens et associations.
Date limite de dépôt des dossier : le 20 novembre.

>>En savoir plus
 
Événement : Biennale des aidants
Après le succès de l'évènement de 2013, l’Association Française des Aidants organise le 10 novembre à Paris la deuxième édition de La Biennale des Aidants.
Le sujet abordé cette année sera la reconnaissance des aidants dans tous ses états : la reconnaissance par la société, par les politiques publiques, par les professionnels, entre pairs, par les personnes malades, etc.
Les échanges entre proches aidants, professionnels et personnes malades seront à l’ordre du jour avec des tables-rondes, des ateliers et quelques surprises !

>Se préinscrire

>Consulter la fiche Apriles sur les Cafés des aidants, portés par l'Association française des Aidants
 
Prix Ocirp : découvrez les lauréats
Cette année encore, pour leur 8ème édition, les prix OCIRP ont décerné un trophée à 10 initiatives réparties entre 9 thématiques et distingué un coup de cœur du jury. Ces projets innovants et/ou d'intérêt commun reflètent l'exemplarité des actions mises en œuvre à destination des personnes en situation de handicap à travers la France et dans tous secteurs d'activités confondus. A cette occasion l'Observatoire national de l'action sociale - Odas (dont dépend Apriles), a remis le prix citoyenneté à la SCOP Le Messageur.
>>Découvrez les lauréats
 
 


La Lettre d'Apriles est une publication de l'Observatoire national de l'action sociale décentralisée (Odas) - 250, bis Bd Saint-Germain 75007 Paris - 01 44 07 02 52.

Rédacteur en chef : Joachim Reynard
Coordinatrice de rédaction : Estelle Camus
Webmaster : Joachim Reynard
Rédacteurs: Estelle Camus, Ségolène Dary, Emmanuelle Guillaume, Joachim Reynard












 
  © 2015 Apriles -> Agence des Pratiques et Initiatives Locales ::.  
Consulter le site Apriles Consulter la lettre d'Apriles Consulter la lettre d'Apriles