Menu Contenu
Claire Bolduc, la québécoise qui défige le monde rural
Sa force de conviction et son enthousiasme feraient reculer l’hiver de la belle la Province ! Derrière sa frange blonde et ses lunettes sages, Claire Bolduc est une boule d’énergie, au service des causes qu’elle défend : le dynamisme des territoires ruraux et une autre façon de faire société , plus durable et respectueuse des ressources environnementales. Depuis plus de 30 ans, alors jeune épouse, puis mère de quatre enfants et aujourd’hui grand-mère comblée, cette quinqua québécoise n’a cessé de s’engager.

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Talents des cités 2017 : inscrivez-vous !
Ils sont jeunes, vivent en quartiers prioritaires et ont la fibre entrepreneuriale : Talents des Cités peut les aider. En 15 ans, ce concours organisé par l’association BGE et soutenue par des institutions d’Etat (CGET, Caisse des dépôts et consignations, France télévision…) a déjà valorisé près de 600 entrepreneurs. Une première sélection régionale récompensera deux jeunes créateurs d’entreprise, dans les catégories projets et créations effectives, en fonction de leur parcours, de leur motivation à entreprendre, mais aussi de leur implication dans leur quartier pour en changer l’image et accompagner d’autres jeunes. Puis un jury national désignera les lauréats. Chacun se verra accorder une dotation et bénéficiera d’un accompagnement. Inscriptions en ligne jusqu’au 31 juillet 2017 sur talentsdescites.com
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Nouvelle cour : la jeunesse dans la cour des grands 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Nouvelle cour : la jeunesse dans la cour des grands



Mis à jour le: 02-02-2016

Contact action : >> GAYE Mamadou : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Emploi, Formation
  • Développement urbain, Vie des quartiers
  • Intégration
  • Lutte contre l'exclusion sociale
  • Jeunesse

Région : Île-de-France

Sur le vif :
« A Nouvelle Cour, on apprend très vite, c’est vraiment formateur et c’est un peu comme une deuxième école. Mais c’est une école où l’on est sur le terrain, ce qui nous permet d’apprendre autrement et d’être mieux armée pour la suite. » Une jeune chef de projet.

Porteur(s) de l'action :
Agence de communication associative « Nouvelle Cour »

Objectif(s) et bref descriptif :
Afin de faciliter l’insertion professionnelle de jeunes diplômés de BTS de communication issus des quartiers en difficulté d’Ile-de-France, l’agence de communication « Nouvelle Cour », située à La Courneuve, les recrute pour une période de deux ans et leur offre ainsi une première expérience professionnelle, véritable tremplin vers le marché de l’emploi.



>>Consulter l'article de notre partenaire le Journal de l'action sociale "Pour que les jeunes des banlieues jouent dans la cour des grands
"



Origine(s) :
Au début des années 2000, un professeur en BTS de communication de La Courneuve (Seine-Saint-Denis), déplore les difficultés auxquelles se heurtent les jeunes diplômés de son établissement dans leur parcours d’insertion. Souvent motivés et volontaires, ils sont pourtant confrontés à un double obstacle : leur manque d’expérience professionnelle au moment de trouver un premier emploi et les discriminations de certains employeurs du fait de leurs origines ou de leur adresse.

Persuadé du potentiel de ces jeunes, le professeur veut fonder une structure tremplin, entre le lycée et le monde du travail. Il échange autour de ce projet avec une ancienne professeure de sport à Aubervilliers, devenue commerciale chez TF1. Convaincue de la pertinence de ce projet, elle pousse TF1 à s’associer à la démarche. Au même moment, l’agence de communication TBWA Corporate travaille à l’amélioration de l’image des banlieues pour le compte de l’association « Entreprendre Villes et Quartiers ». C’est grâce à la conjonction de ces trois volontés – celles du professeur de BTS, de TF1 et de TBWA France - que l’agence de communication Nouvelle Cour voit le jour, sous forme associative, en 2006. A la Fin de cette même année, la jeune association s’installe dans un bureau mis à disposition par la société PAPREC basée à La Courneuve, qui veut soutenir le démarrage du projet. Elle trouve par ailleurs une partie de ses financements auprès de ses adhérents : des entreprises privées qui souhaitent soutenir le projet.

La SNCF et BNP Paribas sont les deux premiers clients de cette agence de communication qui vise à offrir un même niveau de qualité que ses concurrents, avec un « supplément d’âme » qui tient au projet de l’association. Depuis 2006, l’agence n’a eu de cesse d’élargir son portefeuille de clients et de diversifier ses prestations qui vont aujourd’hui de la simple plaquette à des projets d’envergure qui s’étalent sur plusieurs années.

Description détaillée :
Nouvelle Cour s’appuie aujourd’hui sur une équipe de neuf personnes, dont quatre seniors et cinq jeunes diplômés, tous embauchés en qualité de chef de projet, en contrat à durée indéterminée et pour un salaire mensuel de 1600€ brut. Chaque chef de projet est également lié par un contrat moral avec l’association, par lequel il s’engage à rechercher un autre emploi après deux ans d’expérience au sein de l’agence. Tous les ans, l’équipe est renforcée par deux à trois stagiaires, dans le cadre de leur BTS de communication.



Nouvelle Cour - Présentation par Nouvellecour


Une agence de communication qui mise sur le potentiel des jeunes des quartiers
Pour se faire connaître des futurs diplômés en communication, l’association entretient un réseau important avec les lycées de toute la Seine-Saint-Denis. Son équipe informe les professeurs de BTS de l’existence de Nouvelle Cour afin que ceux-ci sensibilisent leurs élèves. La plupart du temps, c’est grâce à ce maillage préalable que les jeunes postulent chez Nouvelle Cour. L’association est aussi en liens étroits avec les missions locales et Pôle Emploi.

Avant d’entrer chez Nouvelle Cour, les futurs chefs de projet passent par un processus de recrutement proche de celui d’une entreprise classique, avec l’envoi d’un curriculum vitae, d’une lettre de motivation, suivis d’un ou de plusieurs entretiens. Mais la comparaison s’arrête là, puisque les objectifs de la procédure de recrutement différencient intrinsèquement Nouvelle Cour d’une agence de communication classique. En effet, l’association inverse la logique de recrutement : elle ne cherche pas à recruter le meilleur candidat mais se demande plutôt à quel jeune l’expérience de Nouvelle Cour serait la plus profitable. L’agence mise donc sur le potentiel des jeunes recrutés qui s’engagent, en contrepartie, à chercher un autre emploi dès la fin de leur deuxième année d’exercice, sans pour autant être sous la pression du terme d’un contrat à durée déterminée.

Lors de leur arrivée, les jeunes chefs de projets sont directement placés au contact de clients, contrairement à une pratique répandue dans le secteur de la communication, où les juniors sont peu associés aux relations externes. Gage de confiance, ce mode de fonctionnement vise à confronter les jeunes à la réalité d’une agence de communication, ce qui leur permet d’acquérir très rapidement les savoir-faire du métier de communicant. Ils sont ainsi amenés à se constituer leur propre portefeuille de clients. Pour les aider dans cet apprentissage, les jeunes peuvent compter sur leurs pairs. A leur arrivée, ils partagent systématiquement leur bureau avec un autre chef de projet qui a plus d’ancienneté dans l’agence. Chaque jeune est également parrainé par un membre du conseil d’administration, qui l’accompagne dans son parcours d’insertion et de professionnalisation. Le conseil d’administration est composé à 75% de professionnels d’entreprises privées. Pour veiller au maintien d’un bon niveau de qualité, les chefs de projet sont soutenus par les quatre seniors de l’agence, qui ont un rôle de suivi et de validation.

En travaillant dans cette agence hors du commun, les jeunes se dotent de solides outils et d’un réseau qui constitue aujourd’hui une clé de réussite indéniable pour réussir son insertion professionnelle. Sur un plan plus personnel, les chefs de projets renforcent la confiance et l’estime qu’ils ont d’eux-mêmes, le soutien entre pairs jouant, à ce titre, un rôle déterminant. Enfin, le contact direct avec les clients a pour effet de responsabiliser ces jeunes qui entrent à peine dans la vingtaine.

Des perspectives prometteuses
Depuis 2006, Nouvelle Cour a considérablement développé son activité. Dernièrement, l’entreprise Colas a par exemple sollicité l’agence pour l’aider à renforcer la sécurité sur ses chantiers. Selon le Directeur exécutif de Nouvelle Cour, certains clients sont attirés par le projet associatif mais s’ils restent dans la durée, c’est avant tout pour la qualité des prestations. Ainsi l’association se positionne sur le marché concurrentiel et a même remporté certains clients dans le cadre de compétitions qui l’opposaient à des agences plus traditionnelles.

Ce succès a permis à Nouvelle Cour d’assurer la pérennité de son modèle économique et de se développer. Forte d’une marge brute qui représente 14% de son chiffre d’affaire, l’association fonctionne essentiellement sur la base de ses ressources propres et de l’adhésion de ses membres, qui sont tous des personnes privées. Les ressources commerciales se sécurisent progressivement, avec 40% du chiffre d’affaire qui repose aujourd’hui sur des clients qui reviennent chaque année. Au final, la part des financement publics est faible mais a un sens symbolique fort : Nouvelle Cour contribue à une mission de service public. Sa quasi-indépendance financière lui permet néanmoins d’être particulièrement libre dans le choix des jeunes recrutés et d’échapper ainsi à la rigidité des dispositifs habituels.

Nouvelle Cour ne compte pas s’arrêter là et souhaite que son développement bénéficie à plus de jeunes diplômés des quartiers populaires. Pour ce faire, il lui faudra embaucher de nouveaux seniors pour assurer le même niveau de soutien aux jeunes diplômés. Mais l’association nourrit aussi un autre projet et rêverait que son modèle essaime partout en France, dans le champ de la communication ou dans d’autres secteurs d’activité. Elle espère ainsi être contactée par des porteurs de projets, pour partager son expérience et apporter ses idées.



Impact(s) :
- Professionnalisation de jeunes diplômés, renforcement de la confiance et de l’estime de soi.
- 86% des jeunes ont retrouvé un emploi dans la communication à l’issue de leur contrat.
- Augmentation de 70% du chiffre d’affaire entre 2009 et 2013

Partenaire(s) :
- Paprec Group
- TF1
- TBWA France
- BNP Paribas
- SFR
- Aegis Media
- Cabinet Lartigue-Tournois
- Conseil général de Seine-Saint-Denis
- Renault
- Your Voice
- Conseil régional d’Ile-de-France

Moyens :
Financiers :
Les fonds propres (activité + adhésion des membres) représentent 98% du budget de l’association. Les aides publiques correspondent aux 2% restant et proviennent de la région Ile-de-France ainsi que du Conseil général de Seine-Saint-Denis pour le financement d’un emploi tremplin.

Humains :
9 ETP dont :
- 2 ETP dans l’équipe de direction
- 2 ETP pour l’équipe créative
- 5 ETP pour l’équipe de chefs de projets (jeunes diplômés)

Matériels :

Bureaux à La Courneuve.

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.
[ Retour ]