Menu Contenu
Mathilde Servet « Notre meilleure collection, ce sont les gens »
Ancienne enseignante devenue bibliothécaire, en charge actuellement du service Savoirs pratiques à la bibliothèque du Centre Pompidou à Paris, Mathilde Servet a étudié l’évolution des bibliothèques vers un concept de troisième lieu. Depuis, elle intervient régulièrement lors de journées d’étude ou des colloques, travaille avec des bibliothèques, des architectes et des programmistes à divers projets pour développer l’idée de la nécessaire évolution des bibliothèques vers des lieux de vie et d’échange.

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
PUBLICATION : "Pour une République des maires - Le vivre ensemble à l'épreuve de la crise"

Ce livre de Jean-Louis SANCHEZ se penche sur le rôle vital des Maires dans le renforcement et la consolidation du vivre ensemble à l'heure d'une crise économique, sociétale et identitaire sans précédent.
Plus d'info...
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow La maison des consom'Acteurs-Episol - 17 - Saintes 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

La maison des consom'Acteurs-Episol - 17 - Saintes



Mis à jour le: 08-12-2008

Contact action : >> Bégé Céline : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Lutte contre l'exclusion sociale
  • Participation des habitants

Région : Poitou-Charentes

Porteur(s) de l'action :
CCAS de Saintes (17)

Objectif(s) et bref descriptif :
La maison des consom'Acteurs ' Episol est une épicerie solidaire intégrée à un lieu expérimental ouvert à tout public où sont organisées par des bénévoles différents types d'actions solidaires : des ateliers thématiques (diététique, gestion budgétaire) avec intervenants extérieurs, activités collectives en lien avec le quartier (brocantes, fêtes de voisinage) et participation à un réseau d'échanges de savoirs.

Origine(s) :
A la fin des années 1990, dans la ville de Saintes, alors que les demandes d'aide alimentaire augmentent, les limites de la distribution sont patentes : la mauvaise qualité des produits  distribués par différentes structures trop éloignées les unes des autres génère l'insatisfaction des habitants comme celle des opérateurs  (CCAS, CG, Caf, associations). Cette situation conduit l'ensemble des partenaires à engager autour du CCAS une démarche collective afin de remédier aux problèmes identifiés.

Description détaillée :

Au début des années 2000, des élus de la Mairie de Saintes s'engagent en faveur de l'amélioration de l'aide alimentaire.  Le CCAS devient le maître d''uvre d'un processus de co-construction avec les partenaires (CG, Caf, Associations telle que le Secours Populaire), mais également avec les habitants. Plusieurs réunions, formelles et informelles se tiennent entre les partenaires sur le sujet, tandis que les  bénéficiaires de l'aide alimentaire sont consultés sur les lieux de distribution.
En 2003, la décision est prise de créer une structure unique de distribution d'aide alimentaire. Le CCAS met à disposition une professionnelle dédiée à la coordination de l'ensemble du processus. Un comité de pilotage composé de tous les partenaires se met en place. Il est chargé de décider et d'organiser le processus d'élaboration. Trois groupes de pairs (institutions, professionnels et habitants) se constituent pour mettre en oeuvre les décisions du comité de pilotage. C'est à ce moment que ce dernier affirme sa volonté de créer un lieu ressource d'actions collectives, ouvert à tous, et comportant une épicerie solidaire.

Un travail de concertation
En 2004, un travail sur le mythe fondateur débute avec l'ensemble des parties prenantes du projet. Le groupe de pairs habitant procède au recueil de la parole des bénéficiaires, et travaille à définir sa place au sein du projet.  C'est dans cette phase que la technique de 'l'assemblée théâtrale' (technique du théâtre forum) est utilisée pour faire émerger 'un relevé de conclusions'. Ce dernier sera travaillé sous forme de chantiers habitants / partenaires à partir d'une méthode appelée 'processus de délibérations partagées'. Cette méthode consiste à mettre en place des temps de travail où groupes de pairs bénévoles et  partenaires travaillent séparément sur des thèmes communs.  Un temps de partage qui réunit les deux groupes pour  débattre et prendre les décisions finales est ensuite organisé.   Ce travail de concertation dure deux ans. 

La naissance d'un nouveau lieu
Début 2006, le projet est arrêté : la nouvelle structure s'appellera la maison des consom'Acteurs-Episol. Elle abritera dans un même lieu un espace de rencontre et de mixité sociale dédié aux actions collectives, ainsi qu'une épicerie solidaire. L'association ad hoc « inter-collectif » est créée par les partenaires permettant un glissement du poste de la professionnelle salariée du CCAS vers l'association.  En 2007, un ancien centre de tri postal de 600 m² est mis à la disposition par la Mairie, et des travaux débutent en mars.  Le projet entre alors dans sa phase de réalisation. La professionnelle  mise à disposition par le CCAS coordonne l'ensemble des acteurs et des opérations, de la recherche de financement, jusqu'à l'organisation d'ateliers mixtes qui travaillent sur :
- la communication du  projet 
- le positionnement des différents partenaires 
- la création d'un Conseil d'administration associatif qui voit le jour en juin 2007.
La Maison des consom'Acteurs-Episol ouvre en octobre 2007 et embauche un nouveau salarié.  La structure est majoritairement financée par le CCAS et le Conseil général.

Un an de fonctionnement
Après un an de fonctionnement l'épicerie solidaire mobilise 70 bénévoles.  Vingt à 25 d'entre eux assurent à tour de rôle la distribution trois demi-journées  par semaine. L'aide alimentaire de la structure concerne 400 familles bénéficiaires (soit 1000 personnes).  Ses rayons sont achalandés par la banque alimentaire de Charente-Maritime. Ils offrent une large gamme de produits : plats cuisinés et surgelés, ainsi que des laitages, des légumes, des boissons.  Toutes les marchandises sont étiquetées à hauteur du prix pratiqué en grande surface. Cependant, les clients ne règlent que 10%.
Sur le volet Maison des Consom'Acteurs, un groupe de 35 habitants a fidélisé son engagement à travers un travail permanent sur le projet global, ou sur la mise en place de cycles d'actions  ciblées et régulières: organisation d'ateliers diététiques, d'ateliers budgets, participation au réseau d'échanges réciproques de savoirs de Saintes, participation à des évènements extérieurs (village des associations avec en support la création d'une plaquette d'information préparée par un groupe composé d'habitants  et de partenaires), brocante etc.

Impact(s) :
- Amélioration du service d'aide alimentaire
- Dynamisation des partenariats
- Dynamisation du tissu associatif
- Création de liens entre habitants

Partenaire(s) :
- Le CCAS en maître d''uvre
- La CAF en accompagnement du projet global et de la mobilisation des habitants avec la participation de l'assistante sociale spécialisée et de deux agents de développement territoriaux)
- La DTAS, avec la participation de  deux assistants sociaux de secteur
- La mission locale s'est engagée sur le projet global et une participation plus orientée vers des actions spécifiques et des publics ciblés comme celui de l'association des paralysés de France et les centres sociaux.
- Les grands organismes caritatifs tels que: secours catholique,  secours populaire,  croix rouge, les restos du c'ur et d'autres associations locales impliquées dans la distribution alimentaire.

Moyens :


Matériel : mise à dispositions par la Mairie de salle, réfrigérateur, congélateur, chambre froide.
Engagement spécifique de la banque alimentaire et du magasin Leclerc  qui approvisionneront pour l'essentiel dans en premier temps  l'épicerie en denrées.

Humains : les salariés de la structure et les bénévoles.

Financiers : subvention de fonctionnement du CCAS et du Conseil général.

[ Retour ]