Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Prix Ocirp : un bon cru 2017
Remis à Paris le 29 juin dernier, la 10ème édition du Prix OCIRP Handicap a récompensé dix acteurs économiques particulièrement engagés pour l’inclusion des personnes en situation de handicap. Partenaire du prix depuis sa création, l’Odas, représenté par son Directeur général Didier Lesueur, a notamment remis le prix de la catégorie « Réalisations et partenariats territoriaux » à l’association Envie Anjou, qui collecte et recycle du matériel médical. L’Association Droit Pluriel, présidée par Anne Sarah Kertudo (voir son portrait) a été primée dans la catégorie « Citoyenneté ». Le prix a également mis en valeur plusieurs actions impliquant l’utilisation des nouvelles technologies, qu’il s’agisse d’applications (handivalise, AVA), d’outils numérique (Dyscool) ou de FabLab (Fablife).
>En savoir plus
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Santé arrow Faciliter l'accès des mineurs vivant en zone rurale à une contraception gratuite - 41 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Faciliter l'accès des mineurs vivant en zone rurale à une contraception gratuite - 41



Mis à jour le: 28-09-2011

Contact action : >> David Sylvie : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Protection de l'enfance
  • Jeunesse
  • Accès aux droits
  • Gouvernance, partenariats institutionnels

Région : Centre

Sur le vif :

Porteur(s) de l'action :
Conseil général du Loir-et-Cher

Objectif(s) et bref descriptif :
Afin de permettre aux adolescents du Loir-et-Cher un égal accès aux consultations de planification et d'éducation familiale, le Conseil général conventionne avec des médecins, des pharmacies et des laboratoires d'analyses installés en zone rurale ou péri-urbaine. Ainsi où qu'ils vivent, les jeunes peuvent bénéficier des modalités de contraception de leur choix, adaptées à leur situation, sans aucune avance de frais. L'ensemble du coût est alors pris en charge par le Département, dans le cadre de ses missions de Protection Maternelle et Infantile (PMI).


Origine(s) :
Les activités de planification et d'éducation familiale relèvent de la responsabilité du Président du Conseil général qui doit les organiser (article L2112-2 du Code de la santé publique). En dressant le constat d'un nombre élevé de grossesses et d'IVG chez les adolescentes, le service de PMI du Loir-et-Cher se pose la question de l'accès aux 3 Centres de Planification et d'Education Familiale (CPEF) installés dans les 3 villes centre : Blois, Vendôme et Romorantin-Lanthenay. Il s'interroge quant aux actions de prévention pour les populations vivant à l'écart de ces pôles urbains : elles ne sont pas toujours scolarisées, ou avec des horaires incompatibles avec les périodes d'ouverture des CPEF, et elles n'ont pas toujours de moyen de déplacement autonome. Dans un souci d'équité sur le territoire départemental, le Service de la PMI du Loir-et-Cher propose aux professionnels installés en zone rurale de conventionner avec lui, afin d'offrir un service de proximité à l'ensemble de la population.


Description détaillée :
Le processus débute en 2005. Le service de la PMI contacte l'ensemble des médecins généralistes du département, les pharmacies et laboratoires d'analyse grâce à un courrier leur expliquant la démarche. Chaque professionnel volontaire est dès lors signataire d'une convention avec le Conseil général. Dans ce cadre ce dernier s'engage à lui rembourser toutes les prescriptions faites aux mineurs dans le cadre de la contraception. Il s'agit de mailler le territoire et de proposer à la population concernée l'accessibilité à la totalité du service : le médecin pour l'examen et la prescription, le laboratoire pour l'analyse des prélèvements et la pharmacie pour la délivrance des produits contraceptifs. Depuis, les professionnels de santé sont régulièrement relancés, dans le cadre des différents réseaux de santé et lors de contacts individuels par les médecins de PMI assurant des consultations de jeunes enfants sur les territoires. Au 30 juin 2011, 18 médecins libéraux, 16 pharmacies et 11 laboratoires ont ainsi conventionné avec le Conseil général.
Assimilée à de la publicité, le conseil de l'ordre interdit la communication de listes de médecins libéraux. La diffusion ne se fait donc que par l'intermédiaire d'autres professionnels de santé concernés : infirmières scolaires, médecins et puéricultrices de PMI, CPEF, ainsi que lors de contacts directs avec le service de la PMI. Cette difficulté de communication au grand public a rendu la montée en charge du dispositif très progressive. Cependant, à l'issue de 5 années de fonctionnement l'utilisation a réellement décollé. Dans un contexte de forte augmentation du nombre de mineurs ayant recours à des consultations de planification - + 45 % entre 2006 et 2010 - les mineurs ayant consulté un médecin libéral conventionné sont passés de 5 à 46.

Impact(s) :
>Entre 2006 et 2010, le nombre de mineurs ayant consulté au centre de planification a augmenté de 45 % entre 2006 et 2010 tandis que les mineurs ayant consulté un médecin libéral conventionné sont passés de 5 à 46.

>Au 30 juin 2011, 18 médecins libéraux, 16 pharmacies et 11 laboratoires ont conventionné avec le Conseil général du Loir-et-cher.

>La promotion du dispositif est assurée par les médecins de PMI, ce qui leur permet de s'impliquer fortement dans les actions de planification et favorise le travail en réseau avec les médecins libéraux.

Partenaire(s) :
Conseil général du Loir-et-Cher
Médecins libéraux
Pharmacies
Laboratoires d'analyse
Médecine scolaire
CPEF

Moyens :
Pas de moyens humains dédiés. Le service de la PMI assure un suivi trimestriel de l'activité permettant de connaître régulièrement le degré d'utilisation du dispositif.

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.
[ Retour ]