Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Old’up présente sa collection
«Vieux et debout», «Les nouveaux vieux sont arrivés» : Deux titres qui claquent comme des slogans. Ils inaugurent la nouvelle collection des éditions In Press, «Old’Up – Inventer sa vieillesse». Dirigée par le Professeur Philippe Gutton et Marie-Françoise Fuchs, qui président à la destinée de l’association Old’up ; cette collection ambitionne quatre publications par an. Avec pour objectifs de construire une culture du « grand âge », d’aborder la question du vieillissement « autrement que sous l’angle anxiogène de santé publique » et de témoigner qu’à 80 ans passés la vie peut encore être vécue intensément.
En savoir plus

Vieux et debout
, de Paule Giron (ex journaliste Le Monde, l’Express, Elle…).
Les nouveaux vieux sont arrivés, de Frédérique Savona-Chignier, sociologue.
 
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Santé arrow Organiser le changement par une démarche participative de création d'un référentiel PMI - 95 - Pontoise 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Organiser le changement par une démarche participative de création d'un référentiel PMI - 95 - Pontoise



Mis à jour le: 04-12-2008

Contact action : >> MASSON Roselyne : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Protection de l'enfance
  • Gouvernance, partenariats institutionnels
  • Nouvelles pratiques professionnelles

Région : Île-de-France

Sur le vif :
"Un formidable moment de capitalisation des savoir-faire dans un soucis d'amélioration du service rendu à la population" - Roselyne Masson ' Directrice de la prévention et de la santé.

Porteur(s) de l'action :
Conseil général du Val d'Oise

Objectif(s) et bref descriptif :
La construction d'un référenciel PMI permet d'améliorer le service rendu au public en prenant en compte les spécificités du territoire. Il engendre une remobilisation des équipes et la mise en oeuvre de pratiques identifiées comme "les plus adéquates".

Origine(s) :
Au vue du cadre réglementaire précis concernant la PMI issu de la loi du 18 décembre 1989, du plan "périnatalité" et des modifications potentiellement apportées par le projet de loi de Philippe Bas sur la protection de l'enfance, la Direction de la Prévention et de la Santé du département du Val d'Oise a engagé une démarche qualité et a notamment décidé de constituer un référentiel PMI précisant les contenus des prestations offertes aux usagers et les modalités d'organisation en fonction de chaque spécificité et ressource locales. L'objectif de cette démarche est de définir les objectifs de contenus et leurs conditions de réalisation par prestation, afin de mieux répondre aux besoins des familles et des enfants, en tenant compte des grands enjeux de santé publique et du contexte environnemental et territorial.

Description détaillée :
La démarche portée par la Direction de la Prévention et de la Santé du Conseil général du Val d'Oise, avec le soutien de l'Observatoire départemental et de la Memo, (Mission évaluation méthodes et organisation) a été engagée en juillet 2004 et s'est déroulée en plusieurs étapes afin d'associer une large participation des professionnels du service PMI, jusqu'en janvier 2006.

Des groupes de travail par thématique

Entre septembre et décembre 2004, des groupes de travail thématiques se sont constitués et réunis cinq à dix fois les uns travaillant sur le volet prénatal  (conseils sage femme, entretien du 4e mois, consultation prénatale, enfance en danger, actions collectives), et les autres sur le volet infantile (conseils de puériculture, familles en difficultés, évaluation enfance en danger, bilans de 3-4 ans, consultations infantiles, assistantes maternelles, actions collectives, suivi médical des enfants confiés à l'ASE, structures d'accueil petite enfance ). Quinze professionnels volontaires faisaient parti de chacun des groupes, représentant les différents métiers et les différents types de territoire (urbain/rural '). Le projet était dirigé par un comité de pilotage auquel participaient les élus.

Un référentiel pour chaque prestation
Toutes les prestations de la PMI ont été analysées dans le cadre d'un diagnostic et croisées avec l'analyse des besoins et des offres des territoires, établie avec l'aide de l'Observatoire départemental (indicateurs socio-économiques ainsi qu'inventaire des ressources locales, pour les parents et futures mères, concernant les soins, le soutien à la parentalité' de chaque territoire).  Chaque groupe a réalisé des recherches bibliographiques. Certains ont effectué un sondage auprès de toutes les équipes concernées par la prestation analysée.
Entre septembre 2004 et avril 2005, un référentiel a été produit pour chaque prestation, reprenant les objectifs précis en termes de santé publique et en termes stratégiques, le contenu (référentiel par métier et pour l'encadrement), les préconisations, les normes d'efficacité et de rentabilité.
Entre février et avril 2005, des spécificités par territoire ont été déterminées concernant le niveau d'intervention : en zone sensible par exemple la PMI doit voir davantage que 30% de la classe d'âge en consultation infantile. Ainsi, des scénarios par territoire ont été produits en fonction des ressources locales.
Entre juin et novembre 2005, une validation finale a été élaborée et des éléments de communication ont été produits.

Harmoniser, ajuster, optimiser
Certaines prestations prioritaires ont été déterminées, en conformité à la réforme de la protection de l'enfance : la consultation obligatoire prénatale du 4e mois de grossesse, la consultation de l'enfant lors de sa 6e semaine, ainsi que le bilan des enfants à l'école maternelle à 3, 4 ans. Pour chaque professionnel, la charge de travail a été analysée au regard de la norme et des réajustements ont pu être fait : créations de postes et redéploiement. Parallèlement, le service PMI a développé un outil d'information informatisé Opus permettant un meilleur suivi dans le temps des enfants.
D'autre part, une capitalisation des bonnes pratiques a permis d'harmoniser les modalités d'intervention. Pour exemple : concernant le bilan des 3, 4 ans, les médecins ne pouvant pas rencontrer les 17 000 enfants de la classe d'âge, il a été décidé que tous les enfants seraient d'abord vus par une infirmière puéricultrice. Celle-ci fera ensuite le point avec l'enseignant, notamment concernant le développement psychomoteur de l'enfant. Si elle repère des problèmes spécifiques, elle proposera aux parents de rencontrer le médecin de PMI, avec une possibilité d'informer le médecin traitant et une articulation avec la visite à 6 ans effectuée ultérieurement par le médecin scolaire. Le tout étant formalisé dans une convention cadre établie avec l'Education nationale pour un articulation médecine de PMI/médecine scolaire.

L'intérêt de cette démarche, outre qu'elle permet d'améliorer le service rendu au public, est d'ordre managérial. Elle a permis de mobiliser les acteurs de terrain, d'échanger sur les différentes manières de procéder, d'améliorer les pratiques. (par exemple en préconisant tel outil pour les consultations infantiles, notamment pour les bilan psychomoteurs). Elle a permis d'impulser le changement : certaines pratiques ont été reconnues comme étant discordantes, de nouvelles pratiques ont été demandées aux professionnels, avec un réel engagement de l'encadrement pour les mettre en oeuvre.
Ce référentiel servira par ailleurs pour la construction du nouveau schéma de l'enfance par le département.

Impact(s) :

- amélioration et harmonisation du service public auprès des usagers du département,
- amélioration du fonctionnement inter-service,
- amélioration du management interne.

[ Retour ]