Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Prix Ocirp : un bon cru 2017
Remis à Paris le 29 juin dernier, la 10ème édition du Prix OCIRP Handicap a récompensé dix acteurs économiques particulièrement engagés pour l’inclusion des personnes en situation de handicap. Partenaire du prix depuis sa création, l’Odas, représenté par son Directeur général Didier Lesueur, a notamment remis le prix de la catégorie « Réalisations et partenariats territoriaux » à l’association Envie Anjou, qui collecte et recycle du matériel médical. L’Association Droit Pluriel, présidée par Anne Sarah Kertudo (voir son portrait) a été primée dans la catégorie « Citoyenneté ». Le prix a également mis en valeur plusieurs actions impliquant l’utilisation des nouvelles technologies, qu’il s’agisse d’applications (handivalise, AVA), d’outils numérique (Dyscool) ou de FabLab (Fablife).
>En savoir plus
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Enfance / Famille arrow A Bailleul-sur-Thérain, le Jardin Passerelle cultive le goût de l’école dès le plus jeune âge 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

A Bailleul-sur-Thérain, le Jardin Passerelle cultive le goût de l’école dès le plus jeune âge



Mis à jour le: 07-09-2017

Contact action : >> PINOL Isabelle : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Education
  • Développement local rural
  • Parentalité
  • Petite enfance, modes de garde
  • Gouvernance, partenariats institutionnels

Région : Picardie

Sur le vif :

« Le seul fait de savoir qu’il va y avoir une transition avec un passage progressif vers un autre niveau, c’est très rassurant pour les parents. Et puis, ça nous permet déjà, même quand les enfants sont petits, de leur parler de l’avenir, de ce qu’ils ont vu à l’école et fait dans la journée. […] Les professionnelles incitent les parents à se sentir les bienvenus dans l’unité. Cela nous permet de nous sentir à l’aise : si jamais un soir un parent arrive plus tôt, il s’autorise à venir passer du temps avec son enfant à la crèche. » Maman d’une petite fille de 18 mois accueillie en crèche puis en jardin passerelle. 

Porteur(s) de l'action :
Ligue de l’enseignement de l’Oise en étroite collaboration avec la commune de Bailleul-sur-Thérain. 

Objectif(s) et bref descriptif :

Afin de permettre aux enfants et à leurs parents d’aborder sereinement la première rentrée scolaire, la commune de Baïlleul-sur-Thérain a mis en place un « jardin passerelle » en 2016. Ce dispositif permet d’opérer une transition progressive entre les modes de garde individuels et/ou collectifs classiques et l’entrée en école maternelle, en rassemblant un grand nombre de partenaires : Education nationale, ligue de l’enseignement de l’Oise, médiathèque… En outre, le « jardin passerelle » met un point d’honneur à accompagner également les parents dans cette transition et à encourager leur implication future dans la scolarité de leurs enfants. En favorisant le travail en réseau et la création d’un climat de confiance entre enfants, parents et professionnels, le « jardin passerelle » contribue à apaiser les appréhensions des enfants et des parents vis-à-vis de l’entrée à l’école et crée du lien entre les parents et les professionnels du territoire.
 

Cette action a été repérée et expertisée dans le cadre de l'action recherche « Villes et vivre ensemble – La gouvernance locale de la cohésion sociale », menée par l'Odas en partenariat avec le CGET.

Origine(s) :

En 2014, la maire et les enseignants de Bailleul-sur-Thérain font un double constat. D’une part, à chaque rentrée scolaire, beaucoup d’enfants qui arrivent en petite section découvrent l’accueil collectif pour la première fois. En effet, dans cette petite commune d’environ 2 000 habitants située dans la Communauté d'agglomération du Beauvaisis (Oise) où il n’existait aucune crèche, les modes de gardes privilégiés sont essentiellement individuels : sphère familiale (grands-parents ou parents) ou assistantes maternelles. Or les enfants qui n’ont jamais connu l’accueil collectif mettent parfois plus d’un trimestre à s’y habituer et commencent par conséquent leur vie scolaire dans de mauvaises conditions. D’autre part, un certain nombre de parents nourrissent une forte appréhension vis-à-vis de l’entrée à l’école de leur enfant, parfois due à leur propre expérience négative avec l’institution scolaire.

Pour y répondre, la maire de Bailleul-sur-Thérain lance dès 2014 des groupes de travail avec différents acteurs du territoire. La caisse d’allocations familiales (CAF), les services de la Protection maternelle et infantile (PMI) du Département, l’inspectrice départementale en charge des maternelles de l’Education nationale y sont notamment associés, mais également des agents « de terrain » issus de différents secteurs comme des assistantes maternelles, l’architecte en charge de la conception des bâtiments (voir infra) et un agent de la restauration scolaire. Trois ans et une vingtaine de réunions plus tard, et après avoir envisagé différents dispositifs, le groupe d’acteurs s’accorde sur le format d’un « jardin passerelle ». Suite à un appel à projets lancé par la commune, la Ligue de l’Enseignement se voit confier la mise en œuvre du jardin.

Bien que répondant à des objectifs similaires, le dispositif retenu se distingue des « classes passerelles » mises en place dans certains territoires. En effet, celles-ci sont développées à l’intérieur même des écoles maternelles, à l’initiative de l’Education Nationale, en partenariat avec la CAF et chaque commune partenaire. Elles existent essentiellement au sein du réseau d’éducation prioritaire (REP). Dispositif fortement encadré, ces classes s’adressent aux enfants de 2 à 3 ans n’ayant jamais fréquenté d’accueil collectif au préalable et mobilisent systématiquement plusieurs professionnels : un enseignant d’école maternelle, un professionnel de la petite enfance (souvent éducateur de jeunes enfants), un agent territorial spécialisé d’école maternelle (ATSEM). Le parent assure une présence régulière au sein de la classe passerelle, car il participe aux activités avec son enfant le matin et à des temps de soutien à la parentalité l’après-midi1.

Le « jardin passerelle » s’inspire quant à lui de dispositifs passerelles plus souples déjà développés dans le département du Rhône2, au croisement des modes d’accueil « traditionnels » de la petite enfance et de l’école. S’il n’est pas totalement nouveau, le dispositif mis en place par la commune de Bailleul-sur-Thérain se caractérise toutefois par une volonté de s’adapter à un territoire plus rural, où les dispositifs passerelle sont globalement peu développés. En outre, la commune a souhaité inscrire cette expérimentation dans un projet plus large de rénovation et d’agrandissement de la médiathèque et du groupe scolaire municipal, permettant ainsi la création de nouveaux locaux attenant aux deux institutions et destinés à accueillir un multi-accueil petite enfance rassemblant une mini-crèche et le jardin passerelle. Par ailleurs, en 2016, le projet est renforcé par l’ouverture d’une demi-classe de « toute petite section » (TPS - 5-6 élèves) au sein de l’école municipale, dont les effectifs sont pris en compte dans les effectifs d’élèves enregistrés par l’Education Nationale.

A son lancement en septembre 2016, le dispositif rencontre un fort succès puisqu’il affiche complet dès le mois d’octobre. En 2016-2017, pour sa première rentrée, le jardin passerelle a accueilli vingt-quatre enfants (environ 10 à 14 places simultanées). 

Description détaillée :

Favoriser les transitions douces selon les besoins de chaque enfant
Le multi-accueil de la Ville de Bailleul-sur-Thérain est composé de deux unités qui fonctionnent en parallèle de 8h30 à 17h : une unité crèche accueillant huit à dix enfants et une unité « jardin passerelle » accueillant 10 à 14 enfants. L’accueil de ces deux unités est mutualisé de 7h30 à 8h30 et de 17h à 18h, en raison d’un faible nombre d’enfants présents dans la structure sur ces tranches horaires.

Les enfants accueillis au sein du jardin passerelle répondent à différents critères : la commune de résidence, le nombre de jours de présence souhaités dans la structure, la situation familiale et le mode de garde antérieur de l’enfant. Les enfants qui n’ont jamais connu d’accueil collectif sont prioritaires. Néanmoins, dans une logique de continuité du parcours de l’enfant, les enfants déjà accueillis au sein de l’unité crèche seront également privilégiés à partir de septembre 2017. Enfin, le projet pédagogique du jardin passerelle inclus des dispositions visant à favoriser l’accueil des enfants en situation de handicap. Par exemple, il permet à la psychologue scolaire de se placer quelques jours en observation au sein du jardin passerelle pour anticiper au mieux les besoins spécifiques de l’enfant lors de son entrée à l’école.
A la rentrée 2017, vingt enfants du jardin passerelle seront scolarisés, dont trois en toute petite section de maternelle. Si le passage à l’école maternelle apparaît comme un dénouement logique, l’idée fondatrice du jardin passerelle est bien de favoriser les transitions douces entre les trois unités (crèche, jardin passerelle, école). Ainsi, certains enfants inscrits en toute petite section à la rentrée 2016 ont pu basculer vers le jardin passerelle en cours d’année, afin de leur permettre de trouver un rythme plus adapté à leur niveau de maturité. De même, deux enfants inscrits en jardin passerelle ont finalement été réorientés vers la crèche et des enfants d’abord accueillis en crèche ont pu rejoindre progressivement le jardin passerelle en cours d’année. Il s’agit dès lors d’un traitement au cas par cas, en concertation avec les professionnels et les parents.

Un projet pédagogique en 5 thèmes partagés entre l’école et le jardin passerelle
Le jardin passerelle de Bailleul-sur-Thérain se distingue d’une solution d’accueil classique pour jeunes enfants par l’existence d’un projet pédagogique construit en lien avec le multi-accueil, l’école maternelle et les agents municipaux intervenant sur le temps périscolaire. Ce projet vise à favoriser la socialisation des enfants, leur autonomie, leur entrée à l’école et le lien parent-enfant. Il repose sur cinq thématiques qui permettent de mettre en place des activités communes entre les enfants de maternelle et les enfants du multi-accueil : la lecture et la culture, en partenariat avec la médiathèque communale ; le partage du déjeuner à la cantine, qui permet à la fois aux enfants du jardin passerelle de découvrir les lieux qu’ils fréquenteront l’année suivante et d’habituer leur palais à de nouveaux goûts ; la motricité, à travers des séances partagées de « babygym » dès septembre 2017, animées par l’Union Française des Œuvres Laïques d’Education Physique (UFOLEP) ; le jardinage, un jardin et un poulailler étant construits à proximité du multi-accueil. En dehors de ces temps thématiques dédiés, le jardin passerelle et l’école s’associent sur des événements festifs ponctuels, comme le carnaval.

Les principales difficultés auxquelles les professionnels du jardin passerelle et les enseignants se trouvent confrontés est le temps de préparation nécessaire pour chaque activité partagée, ainsi que l’aspect « imprévisible » du groupe du jardin passerelle. En effet, la composition du groupe fréquentant le jardin passerelle peut varier d’un jour à l’autre en fonction des enfants présents, ce qui oblige les professionnelles à jongler constamment entre les activités initialement prévues et la dynamique quotidienne du groupe. C’est d’ailleurs pour éviter de trop grandes variations dans le nombre d’enfants présents, et permettre à ceux-ci de bénéficier pleinement des apports pédagogiques du dispositif, que les parents sont invités à respecter le plus possible les horaires du jardin passerelle.

Inclure et accompagner les parents vers l’école et le collectif
Préparer à l’entrée à l’école, c’est également mieux accompagner les parents des futurs élèves. Aussi, le projet pédagogique du jardin passerelle comporte un axe spécifiquement dédié à la parentalité. Cet axe répond à deux objectifs majeurs : rompre l’isolement de certains parents et les soutenir dans l’accompagnement de leur enfant vers la scolarité.
Au quotidien, les parents des enfants du jardin passerelle sont accueillis et peuvent être amenés à participer aux ateliers avec leurs enfants (jardinage, spectacles, lecture). De plus, lorsque c’est l’anniversaire d’un enfant, ses parents sont conviés à l’atelier pâtisserie et au goûter organisé par le jardin passerelle. Sur un autre registre, des réunions sont régulièrement proposées aux parents sans la présence des enfants, soit sur des aspects « techniques » (projet pédagogique, règlement de fonctionnement), soit sur des thématiques spécifiques (comment poser des limites à mon enfant ? Qu’est-ce que l’école ?). Enfin, les parents sont également invités à animer eux-mêmes certains ateliers en fonction de leurs compétences (danse, musique, etc.). Ces ateliers sont étroitement préparés entre les parents volontaires et les professionnelles du multi-accueil.

Par ailleurs, des ateliers thématiques élargis sont organisés tous les trimestres. Ces temps collectifs sont ouverts à tous les parents de la crèche, du jardin passerelle et de l’école ayant au moins un enfant âgé de 2 à 8 ans, ainsi qu’à leurs enfants. Un premier atelier sur le thème du « goûter » a été organisé en janvier 2017 afin de créer du lien entre les familles. En juin 2017, un second atelier a eu lieu autour du « jeu de société ». A la rentrée 2017, c’est le thème du sommeil qui sera abordé, suite aux remontées des professionnels (enseignants notamment) sur la fatigue importante d’une partie des enfants dès leur arrivée à l’école le matin.

La préparation et l’animation de ces ateliers mobilisent une grande variété de professionnels : une psychologue, une psychomotricienne, deux enseignantes de maternelle, la responsable de la médiathèque et les professionnelles du jardin passerelle. Ils ont lieu entre 17h et 18h30 dans la salle d’évolution de l’école. A chaque fois, un espace « salon » informel permet aux parents d’échanger s’ils le souhaitent avec les professionnels autour de problématiques ou de questionnements individuels. Dans la même logique, un café des parents sera normalement mis en place à la rentrée 2017 et animé par les éducatrices de jeunes enfants du multi-accueil.

Un dispositif pluri-partenarial qui permet la création d’une dynamique positive autour de l’enfant et des parents
Implanté en milieu rural, le jardin passerelle souhaite s’appuyer le plus possible sur les ressources locales dans une logique d’enrichissement mutuel. Le multi-accueil (incluant la crèche et le jardin passerelle) est géré par la Ligue de l’enseignement et inscrit au sein d’un Pôle Petite Enfance rassemblant deux autres établissements . En outre, la crèche et le jardin passerelle sont régis par une convention bipartite de trois ans (signée au début de l’année 2017) entre la commune de Bailleul-sur-Thérain et l’Education nationale. S’appuyant sur une circulaire de 2012 au sein de l’Education Nationale, relative à l’accueil des enfants de moins de 3 ans, cette convention constitue un véritable outil de légitimation du dispositif. De plus, elle facilite la participation des enseignants de maternelle aux comités de pilotage du projet, aux côtés d’une psychologue et d’une psychomotricienne libérales installées sur la commune, de la responsable de la médiathèque, de la directrice du jardin passerelle et de deux élus de la commune. Dans la même logique, les enseignants participent aux réunions de préparation des ateliers parentalité (voir supra), ce qui permet de faire remonter des observations importantes sur l’état général des enfants scolarisés.

S’il constitue une véritable ressource, le partenariat avec l’Education Nationale exige de pouvoir anticiper suffisamment à l’avance les nouvelles activités à développer. En effet, toute intervention d’un acteur extérieur sur le temps scolaire doit être formalisée au sein d’une convention tripartite entre la Ligue de l’enseignement, l’Education nationale et cet acteur. L’inspection de l’Education Nationale constitue à cet égard une ressource importante pour soutenir les acteurs locaux dans l’ingénierie de ces conventions. Deux premiers partenariats devraient ainsi voir le jour en 2017 avec l’UFOLEP et le Musée de l’Oise.

Absente du projet de jardin passerelle en 2016, bien que financeur direct du multi-accueil, la CAF devrait rejoindre le comité de pilotage à partir de septembre 2017 et renforcer son implication en finançant en partie les ateliers parentalité trimestriels animés par l’équipe du jardin passerelle. Par ailleurs, en 2017, l’expérience de Bailleul-sur-Thérain pourrait inspirer la Ville voisine de Creil qui souhaite mener une expérimentation similaire sur deux complexes : une école maternelle et une crèche implantées dans le quartier en politique de la ville du Moulin, ainsi que le futur espace éducatif « Danielle Mitterrand » sur le quartier Jaurès-Gare. 

Impact(s) :

Le jardin passerelle ayant été lancé officiellement en septembre 2016, il est encore trop tôt pour identifier les effets à moyen et long termes du dispositif sur les enfants accueillis et leurs parents. Néanmoins, plusieurs éléments peuvent d’ores et déjà être soulignés :

Pour la commune :
- Effet de rayonnement : arrivée de jeunes parents intéressés par l’offre de services petite enfance ; ouverture d’une classe dans l’école en septembre 2017 (stabilité des effectifs depuis 2013).

Pour les enfants :
- Renforcement de l’autonomie grâce à la rencontre avec des enfants plus âgés.
- Acclimatation à la vie en collectif, meilleure préparation à la rentrée scolaire.

Pour les parents :
- Meilleure confiance dans les institutions et réduction des appréhensions liées à l’entrée à l’école de leur enfant
- Rencontre et création de liens avec d’autres parents du territoire, lutte contre l’isolement de certains parents.

Partenaire(s) :

Commune de Bailleul-sur-Thérain (services administratifs, médiathèque, périscolaire) ; Ligue de l’enseignement de l’Oise ; Education Nationale ; Union Française des Œuvres Laïques d’Education Physique (UFOLEP) ; Caisse d’allocations familiales de l’Oise.

Moyens :


Humains :

- Commun aux deux unités : Directrice du multi-accueil (éducatrice jeune enfant), Responsable adjointe (éducatrice jeune enfant)
- Unité crèche : 2 auxiliaires de puériculture ; 1 CAP petite enfance ou assistante maternelle
- Unité jardin passerelle : 1 auxiliaire de puériculture, 1 CAP petite enfance

Financiers :

Investissement (locaux):
- 1,3 million pour la rénovation et l’agrandissement du groupe scolaire, médiathèque, multi-accueil ; soit environ 650 000 pour les bâtiments du multi accueil
- Financé par : la commune de Bailleul-sur-Thérain, le Conseil départemental de l’Oise (appel à projet sur l’accueil des jeunes enfants en milieu rural – dispositif supprimé en 2016) ; la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) pour la médiathèque.

Fonctionnement :
- La CAF subventionne le multi-accueil à hauteur du taux de remplissage.
- La Ville de Bailleul-sur-Thérain octroie une subvention d’équilibre au multi-accueil. Cette subvention s’élève à 52 000 euros pour l’année 2017.

Matériels :
Des locaux situés à proximité du groupe scolaire afin de favoriser la mise en place d’actions communes entre l’école et le jardin passerelle
 

Pour en savoir plus (exemple des classes passerelles de la Réunion) : http://www.caf.fr/ma-caf/caf-de-la-reunion/actualites/annee/2015/
les-classes-passerelles-un-tremplin-pour-la-maternelle

2 Un guide recensant quelques expériences a été élaboré par la Commission départementale de l’accueil des jeunes enfants en 2012 à ce sujet. Il est disponible en téléchargement via le lien suivant : http://www.rhone.fr/solidarites/enfance_famille/
cdaje/commission_departementale_de_l_accueil_des_jeunes_enfants

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.
[ Retour ]