Menu Contenu
Monique Fournier Laurent - « S’investir auprès des jeunes, c’est rester jeune ! »
Monique Fournier Laurent est la preuve que la retraite porte bien mal son nom. Depuis 10 ans, cette habitante de Creil ne cesse de militer pour une citoyenneté active au service de la collectivité. Des convictions dont elle s’est fait l’écho dans plusieurs ouvrages et qui motive son engagement auprès des jeunes, au sein du collectif GR21 et son implication dans sa ville. 
>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Carrefour des innovations sociales : la version bêta en ligne
Vous en avez rêvé, le Carrefour des innovations sociales l’a fait : permettre en un clic de consulter les projets socialement innovants recensés par plus de 70 sourceurs différents, dont Apriles. Une version test du site, en ligne depuis le 16 avril, compile déjà plus de 5000 actions auprès d’une quinzaine de sourceurs. Au fur et à mesure de son développement, un moteur de recherche et une cartographie permettront notamment aux utilisateurs d’identifier les projets qui les intéressent, sur une base enrichie en permanence par les sourceurs. Avec quatre grands objectifs : regrouper en un espace partagé l’information fiable disponible sur les projets d’innovation sociale en France, visualiser les projets dans leurs écosystèmes locaux, quelle que soit l’échelle (locale, régionale, nationale), mesurer les dynamiques d’innovation sociale par territoire, soutenir l’essaimage des innovations sociales. Pour découvrir la plateforme et la tester : www.carrefourdes innovationssociales.fr 
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Enfance / Famille arrow Le parrainage de proximité se donne du PEPSE 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Le parrainage de proximité se donne du PEPSE



Mis à jour le: 08-07-2016

Type d'action :

  • Education
  • Relations de voisinage
  • Liens intergénérationnels
  • Lutte contre l'exclusion sociale
  • Protection de l'enfance
  • Parentalité
  • Jeunesse
  • Gouvernance, partenariats institutionnels
  • Nouvelles pratiques professionnelles
  • Participation des habitants
  • Bénévolat

Région : Pays de la Loire

Sur le vif :
« L’éducation c’est transmettre, échanger, partager… C’est grandir ensemble, bouger, apprendre… C’est laisser s’exprimer, laisser grandir », une participante au groupe ressource de PEPSE 

Porteur(s) de l'action :
la direction du territoire centre ouest d’ Apprentis d’Auteuil et l’Union nationale des acteurs de parrainages de proximité (UNAPP) 

Objectif(s) et bref descriptif :
Afin de développer de nouvelles formes de parrainage de proximité et d’alimenter une réflexion nationale pour changer l’image du parrainage encore trop souvent perçu comme une pratique paternaliste, Apprentis d’Auteuil et l’UNAPP ont initié sur l’agglomération mancelle (Sarthe) une démarche expérimentale. Largement ouverte à l’ensemble des acteurs de la protection de l’enfance (professionnels, parents, enfants, bénévoles), ainsi qu’à l’ensemble de la société civile, cette démarche, qui s’articule autour de temps d’échanges participatifs doit permettre à chacun d’alimenter une réflexion sur des nouveaux modes de parrainages, conçus dans une perspective d’éducation partagée et de renforcement du vivre-ensemble. Cette démarche évolutive s ‘est formalisée au sein d’un espace collaboratif, co-construit avec l’ensemble des participants et baptisé PEPSE (Pôle d’Echange Pour la Solidarité Educative), qui constitue un espace de débats et d’apprentissage de la citoyenneté, de formation-action à l’attention des professionnels, des bénévoles, des familles et des jeunes de recherche et d’expérimentation autour des pratiques éducatives et une plateforme pour des parrainages repensés. 

Origine(s) :
L’Union nationale des acteurs de parrainage de proximité rassemble 26 associations et une ONG implantées sur 46 départements, qui œuvrent localement dans les champs de l’enfance, de la jeunesse, de l’insertion, de la lutte contre l’exclusion et du handicap. Constituées principalement de bénévoles, ces structures proposent un accompagnement personnalisé à des enfants ou des jeunes, dans le cadre d’une relation bienveillante et attentive, instaurant un lien à la fois personnel et social entre un parrain et son (ou sa) filleul(le).

Désireuse de renforcer son projet associatif et de faire évoluer une image jugée parfois par ses partenaires un peu « archaïque », l’UNAPP a entrepris au sein de ses instances une réflexion afin de faire émerger de nouvelles pratiques de gouvernance et de nouvelles formes de parrainage. Soucieuse de conduire cette réflexion à partir du terrain et soutenue par la CNAF dans le cadre d’une convention pluri-annuelle, elle a choisi d’impulser une démarche d’innovation sur deux territoires :

  • Dans la Drôme, où une de ses associations membres est déjà fortement implantée et reconnue par ses partenaires et où le développement du parrainage et la volonté de travailler en transversalité sont soutenus par la CAF dans le cadre du schéma conjoint de services aux Familles.
  • Dans la Sarthe où le parrainage de proximité n’est pas développé, mais où des liens étroits existent entre l’UNAPP et la direction territoriale d’Apprentis d’Auteuils. Fondation catholique reconnue d’utilité publique, Apprentis d’Auteuil accompagne plus de 30 000 jeunes et familles fragilisés au travers de programmes d’accueil, d’éducation, de formation et d’insertion. Au niveau national, La fondation participe aux côtés de l’UNAPP à plusieurs instances et partage avec elle des valeurs, notamment d’engagement en faveur d’une citoyenneté active. Dans l’agglomération mancelle, Apprentis d’Auteuil gère plusieurs établissements : maisons d’enfants à caractère social (MECS), école maternelle et primaire sur un quartier politique de la ville, collège de la nouvelle chance. Cette configuration offre de réelles opportunités pour initier une démarche participative et mobiliser l’intelligence collective.
En mai 2015, une journée d’étude rassemblant les cadres d’Apprentis d’Auteuil du Centre Ouest animé par l’UNAPP fait le constat de l’existence de très nombreux dispositifs et initiatives en faveur des enfants et de leur famille, mais qui sont le plus souvent conçus et menés les uns indépendamment des autres, peu lisibles pour les bénéficiaires et qui ne favorisent pas leur pouvoir d’agir. Afin de mettre en synergie ces accompagnements émerge alors l’idée d’une « alliance éducative » entre tous les acteurs. Localement, des contacts sont pris avec les principaux partenaires, responsable de la Caisse d’allocations familiales du Mans, Inspecteur d’académie, Préfet à la Ville, Conseil départemental de la Sarthe, ville du Mans qui pour la majorité confirme ce constat et son intérêt de « faire bouger les lignes ».

Le choix est alors arrêté d’initier une démarche participative, afin d’impulser une dynamique commune à l’ensemble des acteurs locaux, de capitaliser sur le travail de chacun, de réfléchir à de nouvelles formes de coopérations et d’actions. Pour accompagner et conserver trace de ce processus qui mobilise des personnes de niveaux et de culture très différents, un comité de pilotage est constitué. Il réunit l’UNAPP et Apprentis d’Auteuil (dont la collaboration est fixée par une convention) et des intervenants extérieurs : l’Institut européen de philosophie pratique (http://www.penser-ensemble.com) auquel est confié la mise en place et l’animation des échanges, une chercheuse du Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche sur les Transformations des pratiques Educatives et des pratiques Sociales de Créteil, spécialisée dans les récits de vie, une membre du réseau des « capacitations citoyennes » http://www.capacitation-citoyenne.org/, en charge de gérer la restitution écrite de la démarche (blog https://pepseblog.wordpress.com/). 

Description détaillée :
Le concept de PESPE est l’aboutissement d’une phase de co-élaboration lancée le 18 novembre 2015 avec un groupe ressource composé initialement d’une trentaine de participants : les partenaires sollicités à l’origine du projet auxquels sont venus s’ajouter des membres de l’Union départementale des associations familiales (UDAF), des parents d’élèves, de jeunes des établissements gérer par Apprentis d’Auteuils, et des jeunes volontaires de la MECS, informés de la démarche par leurs éducateurs. Un intérêt commun s’exprime alors autour du principe d’éducation partagée (co-éducation), et sur la nécessité de développer des réseaux personnels et des réseaux de socialisation autour des jeunes et des familles, en complément de l’action des professionnels. Cet objectif implique une connaissance mutuelle des acteurs, la valorisation et l’émergence de pistes d’actions innovantes, notamment autour du parrainage de proximité. A cette fin, quatre journées de réflexion collective sont programmées jusqu’en juin 2016 selon deux formats, pour apporter de la souplesse dans la gestion des disponibilités des participants et pour favoriser l’expression de chacun :

  • Les «hauts plateaux » réunissent à deux reprises pendant une journée, l’ensemble du groupe ressource. S’appuyant sur différentes techniques (déambulation philosophique, débat à la suite d’une projection, jeux de rôle, expression artistique…), ces journées permettent de créer une synergie entre acteurs et de constituer un patrimoine de valeurs communes. Ainsi, lors du premier haut plateau, le témoignage des participants sur une personne qui avait contribué à les faire grandir, a permis de préciser et ouvrir la notion de parrainage.
  • « Les petits plateaux », eux, regroupent des participants autour d’une thématique précise ou d’une expérimentation spécifique. Ils se déroulent sur un temps réduit et en petit groupe à l’invitation d’une des structures impliquées qui mobilise son réseau. Cela permet ainsi d’associer des personnes qui n’auraient pas spontanément pris part à la démarche. Ainsi, un petit plateau s’est organisé sous forme d’un café philo, avec quelques élèves de l’école élémentaire gérée par Apprentis d’Auteuil sur le thème « Qu’est-ce qui nous fait grandir ? », un autre s’est déroulé à l’occasion des 150 ans de la fondation. Un troisième a réuni des jeunes et un chef de service de la MECS pour concrétiser une idée de parrainage entre jeunes, évoqué lors d’un haut plateau. 
De plus, afin de favoriser la diversité des participants et d’ouvrir largement la démarche, chaque membre du groupe ressource qui souhaite participer à ces temps d’échange, a pour consigne de venir accompagné d’au moins une personne : une députée, un maire adjoint, des représentants des services de l’aide sociale à l’enfance ou de France Bénévolat ont ainsi pris part au second haut plateau.

Cette démarche créée chez les participants de la surprise et un décalage qui favorisent une plus grande liberté de parole et une rupture avec le discours institutionnel, à l’exemple du maire d’une des communes où est implanté un établissement d’Apprentis d’Auteuil: venu pour quelques minutes faire acte de présence, il est finalement resté toute la soirée et a fait part de son enthousiasme sur les réseaux sociaux. Ainsi se met en place une logique de contagion et de mobilisation en chaîne, les membres du groupe ressource diffusant la démarche et mettant en application des projets qui en émanent au sein de leur propre réseau, de leur territoire, de leur voisinage.

Plusieurs évolutions sont déjà perceptibles, notamment chez les jeunes participants accueillis par Apprentis d’Auteuil. Ils ont exprimé l’importance des liens informels qui se tissent entre eux et manifesté le souhait de mettre en place des parrainages entre jeunes au sein des structures d’accueil d’Apprentis d’Auteuil. De plus, en manifestant leur désir de jouer un rôle dans la vie de leur établissement, ces jeunes amènent très progressivement les professionnels à modifier leur posture. La vision du parrainage, dans le cadre de la réflexion sur la co-éducation s’est également élargie et des relations informelles entre jeunes et adultes se sont créées à l’occasion des plateaux. Des premières alliances entre acteurs se nouent : c’est le cas dans la Drôme, second site à expérimenter la démarche PEPSE. Des personnes âgées sans petits enfants, ou qui en étaient éloignés ne pouvaient participer à des activités intergénérationnellles organisées par leur centre social. Des liens se sont créés avec une association locale de parrainage, elle-même en manque d’adultes pour accompagner des enfants.

Les associations de parrainage des villes et départements voisins sont aujourd’hui associés aux plateaux et des associations plus lointaines (Meurthe et Moselle) viennent s’inspirer de ce qui se met en place dans la Sarthe. D’autres champs que celui de l’enfance, notamment celui du handicap, ont également manifesté leur intérêt. Enfin, la démarche essaime au sein des structures Apprentis d’Auteuil.

La phase de co-élaboration est en cours d’achèvement et se concrétise à travers la structuration du PEPSE: un espace où nouer des alliances, des collaborations ponctuelles autour d’un projet impliquant des solidarités éducatives quelles que soit leur forme. Pour le faire vivre, les deux porteurs du projet sont aujourd’hui conscients de la nécessité de trouver de nouveaux financements et de s’appuyer sur une personne en charge de l’animation et de la coordination.  

Impact(s) :

  • Valorisation du pouvoir d’agir et de la parole des participants
  • Renforcement de la connaissance mutuelle des acteurs et de leurs actions
  • Création de synergies entre professionnels, bénévoles, bénéficiaires des dispositifs
  • Evolution des postures et pratiques des professionnels
  • Emergence de pistes d’action et de mutualisations entre participants
  • Création d’une dynamique sur le territoire 
 

Partenaire(s) :
La CNAF, la CAF du Mans, le Conseil départemental de la Sarthe, l’Education Nationale, les Mairies et CCAS des communes accueillants les établissements Apprentis d’Auteuil, la direction diocésaine de l’enseignement catholique, les réseaux associatifs locaux (UDAF, Secours Catholique, France bénévolat…). 

Moyens :
Chacun des porteurs du projet a participé financièrement pour un total de 10 000 € au montage de la démarche et chacun a accordé du temps de travail bénévole.
Il n’existe pas pour le moment de financement extérieur. Une réponse à un appel à projet de l’ONED n’a pas eu de suite. D’autres recherches de financement sont en cours auprès de partenaires comme la CAF ou le département, ainsi qu’auprès de fondations, dans le cadre ou non d’appels à projet.
 

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.
Contact action : Mélinda VAUGRU
Correspondante Pepse
Apprentis d’Auteuil
39 Bd Demorieux
72100 LE MANS
Tel: 02 43 47 17 19
Mail: melinda.vaugru@apprentis-auteuil.org

Lien internet: pepseblog.wordpress.com/
[ Retour ]