Menu Contenu
Michel Vielle : "Donner une place aux habitants a toujours été mon obsession"
A l'occasion des reflexions qui naissent autour du mouvement des gilets jaunes et de la place du citoyen dans la vie démocratique, nous avons souhaité re-publier l'entretien de Michel Vielle datant de 2009. Disparu en 2010, ce géographe rural de formation, était venu au Développement social local (DSL) par sa passion nourrie pour "les territoires vécus, parcourus et repérés par les habitants". Devenu consultant, il a accompagné ses dix dernières années élus, professionnels et habitants dans les démarches de coopération et de co-construction de leur projet de développement. Une façon de donner corps et vie à la démocratie participative. Un grand professionnel, militant de la parole donnée aux citoyens, dont les constats et propositions n'ont rien perdu de leur actualité 10 ans aprés.


>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Carrefour des innovations sociales : la version bêta en ligne
Vous en avez rêvé, le Carrefour des innovations sociales l’a fait : permettre en un clic de consulter les projets socialement innovants recensés par plus de 70 sourceurs différents, dont Apriles. Une version test du site, en ligne depuis le 16 avril, compile déjà plus de 5000 actions auprès d’une quinzaine de sourceurs. Au fur et à mesure de son développement, un moteur de recherche et une cartographie permettront notamment aux utilisateurs d’identifier les projets qui les intéressent, sur une base enrichie en permanence par les sourceurs. Avec quatre grands objectifs : regrouper en un espace partagé l’information fiable disponible sur les projets d’innovation sociale en France, visualiser les projets dans leurs écosystèmes locaux, quelle que soit l’échelle (locale, régionale, nationale), mesurer les dynamiques d’innovation sociale par territoire, soutenir l’essaimage des innovations sociales. Pour découvrir la plateforme et la tester : www.carrefourdes innovationssociales.fr 
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Enfance / Famille arrow Attention, parents en mouvement ! - 64 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Attention, parents en mouvement ! - 64



Mis à jour le: 25-09-2018

Type d'action :

  • Développement urbain, Vie des quartiers
  • Lutte contre l'exclusion sociale
  • Parentalité
  • Petite enfance, modes de garde
  • Nouvelles pratiques professionnelles
  • Participation des habitants
  • Bénévolat

Région : Aquitaine

Sur le vif :
"On entend trop de nos jours que les parents sont démissionnaires, ne sont plus responsables, en bref, que la parentalité va mal. Mais ce n'est pas vrai. Les parents sont encore et avant tout une ressource pour leurs enfants." Une éducatrice spécialisée

Porteur(s) de l'action :
Association "Á petits pas"

Objectif(s) et bref descriptif :
Pour répondre à un besoin de garde, des parents d'un quartier populaire de Pau développent un espace multi accueil associatif parental qui au fil des années et avec le soutien de l'Association des collectifs enfants, parents, professionnels (ACEPP), devient un lieu de socialisation à l'échelle du quartier, et le lieu ressource palois sur la parentalité.

Origine(s) :
Situé en contrebas du château de Henry IV et de la zone touristique de Pau, le Hédas constitue le quartier populaire du centre-ville de la capitale du Béarn. C'est notamment dans cette partie de l'agglomération paloise que les immigrés espagnols républicains fuyant la guerre civile se sont installés à la fin des années 1930. Aujourd'hui c'est un quartier qui accuse une forte concentration de familles monoparentales (50% des familles résidentes) et un taux de bénéficiaires de minima sociaux bien plus élevés que la moyenne (29%). En outre, 17% des familles ont pour seul revenu les prestations familiales.
En 1984, un groupe de mères issues de la Maison des Femmes du Hédas, fondent, pour répondre à un besoin de garde non pourvu par les pouvoirs publics, l'association Halte-garderie du Hédas qui offre un service d'accueil à temps partiel de 12 enfants. En 1992, l'association s'installe dans de nouveaux locaux et obtient un agrément crèche. Elle offre désormais sept places de crèche et 13 de Halte-garderie et inscrit son activité dans le cadre du Contrat Enfance signé avec la Mairie de Pau et la Caf. En 1994, l'agrément permet l'accueil de 12 enfants en crèche et huit en Halte- garderie. En 2002, à l'occasion des 10 ans de la crèche, le lieu est baptisé "A petits pas".

Description détaillée :
Depuis 2005, la structure prend le nom d'espace multi-accueil et dispose de 20 places pour l'accueil régulier, occasionnel et l'accueil d'urgence. Accessible aux parents qui travaillent, en formation, en recherche d'emploi ou pour des besoins d'urgence personnelle, le rythme d'accueil de l'enfant est négocié sous forme de contrat à l'admission en fonction des besoins de chaque famille. Quatre éducatrices jeunes enfants, une éducatrice spécialisée, deux CAP petite enfance et deux CAE accueillent sur la semaine les enfants du quartier et plus largement de la ville, de 7h30 à 18h30.

Le projet social de la crèche est fondé sur des valeurs de diversité culturelle et sociale. C'est pour répondre à cette préoccupation, qu'un service d'accueil spécifique pour les enfants handicapés mentaux et un service d'accueil d'urgence ont été développés. En partenariat avec le Centre d'action médico-sociale précoce (CAMSP), l'espace multi-accueil réserve deux places pour les enfants souffrant de retard mental ou de troubles psychomoteurs. De la même façon, un partenariat avec le service d'accompagnement des familles monoparentales du centre social (AFM), la PMI et l'association ATD Quart monde permet de réserver deux places pour les enfants issus de familles monoparentales ou plus largement aux parents en difficultés sociales (Rsastes, chômeurs longue durée'). Au total, l'intégration de ces enfants représente 22% de l'effectif global annuel de la structure (sur un accueil annuel d'environ 80 enfants). Les familles bénéficient également d'un accueil spécifique assuré par les professionnels qui effectuent un suivi social et un accompagnement à la parentalité.

Parents / professionnels main dans la main
La diversité sociale se retrouve également parmi les parents qui cogèrent l'association "A petits pas" issus du quartier et plus largement de l'ensemble du territoire urbain palois. Le bureau de l'association est ainsi composé d'une employée (au château d'Henry IV), d'une pharmacienne, d'une fonctionnaire des impôts et d'une mère au foyer. La particularité de la crèche parentale associative et en particulier de celle du Hédas, réside dans la cogestion politique et technique parents/professionnels. S'ils ne participent pas directement à l'accueil des enfants, les parents composent la majorité du Conseil d'administration. Composé d'une vingtaine d'administrateurs, le Conseil d'administration rassemble tous les mois les sept professionnels assurant l'accueil et une quinzaine de parents. Toutes les décisions politiques et techniques du multi-accueil (orientations politiques, textes juridiques, gestion financière et administrative, gestion du personnel et des formations), sont prises collégialement. Des groupes de travail mixtes parents professionnels sont ainsi mis en place pour assurer le recrutement, élaborer le projet social ou encore les modalités de fonctionnement. La collégialité est poussée jusqu'à la formation de binômes professionnel/parent pour participer aux réunions professionnelles inter-crèches de la région.
Ce mode de fonctionnement implique d'un côté une professionnalisation des parents et de l'autre un fort engagement des professionnels dans la vie du lieu, pour les uns comme pour les autres sur le mode du bénévolat. C'est cette fructueuse collaboration sur un projet partagé qui a fait d'«A petits pas» bien plus qu'un simple lieu d'accueil de la petite enfance du quartier. L'association "A petits pas" est devenue un acteur palois important sur les questions de la parentalité et ce tant en matière d'information, prévention que de formation ou d'implication des habitants du quartier. Un véritable lieu de citoyenneté parentale.

Un lieu ressource pour la parentalité
boosté par les Universités populaires de parents

La dynamique du lieu s'est ancrée à partir de 2005 dans le mouvement des Universités populaires de parents impulsé au niveau national par l'Association des collectifs enfants parents professionnels. Cette année là des parents soutenus par les professionnels décident de rejoindre le mouvement des UPP. Ces universités ont pour objectif d'impliquer des parents dans un projet de recherche pour favoriser leur expression sur la parentalité, et faire reconnaître leur parole auprès des institutionnels. Grâce à l'ACEPP, les premières Universités populaires de parents, au nombre de six, vont mobiliser 150 d'entre eux sur le territoire et accompagner dans un programme de recherches qui seront mutualisées lors d'un colloque national qui s'est tenu à Paris en 2008 devant une assemblée de plus 500 politiques, institutionnels et professionnels. Une démarche qui permet à des parents d'occuper une place de citoyen et de faire reconnaître au niveau politique leur expertise dans le domaine de la petite enfance.
A Pau, l'engagement au sein des UPP a permis une forte mobilisation des parents de l'association A petits Pas. Ainsi, après avoir constitué un groupe interne à la crèche, ils associent des parents issus des associations partenaires ATD-quart monde et AFM. Le groupe constitué d'une vingtaine de personnes va se réunir une fois par mois sous la houlette d'une sociologue pour, dans un premier temps, travailler à l'élaboration de son sujet de recherche par un échange sur le mode "groupe de parole". Au bout d'un an, le sujet est fixé : « Les parents, avant la naissance de leur enfant, ont un projet éducatif pour lui. Comment ce projet éducatif est-il ensuite influencé par d'autres acteurs qui évoluent autour de l'enfant ' ». A partir de là, les parents vont se transformer de leurs propres mots en "parents chercheurs" et mener un véritable travail de sociologie. Ils préparent des questionnaires et mènent notamment des entretiens semi-directifs auprès d'élèves d'un lycée professionnel pour recueillir leur point de vue sur l'éducation de leurs propres parents. Une manière d'acquérir de nouvelles compétences et de renforcer leur propre position de parents.
A ce titre, le témoignage de l'une des participantes du groupe est éloquent et résume au mieux l'apport du projet : "Au départ, quand on nous a sollicités pour les UPP, on ne nous a pas dit : « Venez parler de vos problèmes, on va trouver une solution. » On nous a dit : « Votre savoir et votre expérience sont importants, on en a besoin. On va construire une recherche avec des universitaires pour porter la parole des parents dans l'espace public. Et cela, c'est vrai que pour nous cela a été non seulement très dynamisant, mais valorisant. Ensuite, ce qui était très motivant, c'était de se construire ce projet entre parents, en partant de nos connaissances et de nos pratiques et non des théories imposées. Finalement on était positionné dès le départ comme des parents acteurs, et on s'est senti tout de suite investis d'une mission et c'est vrai que cela nous a boostés. Ensuite, les UPP mettaient en valeur nos ressources de parents, notre créativité, notre intelligence, sans rentrer dans nos difficultés personnelles. C'est comme si elles s'étaient adressées dès le départ au meilleur de chacun d'entre nous. Cela nous a donné des ailes pour nous investir. Nous souhaitions faire savoir que nous prenions notre rôle de parent à c'ur et que nous voulions lutter contre une image peu valorisante de la famille. On voulait montrer que nous ne sommes pas de mauvais parents, ni de bons parents, mais des parents tout court. Ce qui nous a motivé, c'est aussi la volonté de vouloir échanger avec des acteurs locaux comme la CAF, la mairie. Ainsi les parents acteurs que nous étions pouvaient se positionner comme de vrais parents citoyens".
Aujourd'hui, ces parents sont amenés à intervenir et à témoigner dans le cadre de formation aussi bien auprès de la Caf que d'instituts de formation sanitaire et social.

Un atelier pour la parentalité
Principale conséquence de l'investissement dans les UPP, les parents vont créer avec le soutien de la Caf, de l'équipe politique de la ville de Pau (le Gip DSU) et toujours en partenariat avec ATD-Quart Monde et l'AFM, un espace parental : L'atelier, parents en mouvement. Situé dans un local mis à disposition au rez de chaussé de l'espace multi-accueil, le lieu est entièrement géré par les parents. Ouvert à tout public intéressé par la question de la parentalité, les mères tiennent deux fois par semaine (le mardi de 17h30 à 18h30 et le jeudi matin) une permanence pour permettre de découvrir le lieu, de consulter la bibliothèque, d'avoir des informations sur la parentalité dans la ville ou encore simplement de partager un café ou un thé' Ces permanences permettent aussi de faire remonter les principales préoccupations de l'école à l'allaitement en passant par la garde' En outre, une fois par mois, une réunion est organisée qui réunit une vingtaine de personnes autour de thématiques propres au "métier" de parent. Le but est là encore de faire émerger la parole des parents pour leur redonner une place dans la société. Ainsi l'Atelier prévoit dans le courant du second semestre, l'organisation d'une formation pour les personnes fréquentant le lieu, afin de leur permettre d'acquérir des "compétences" sur le fonctionnement associatif et les valeurs du lieu, sur la diversité de l'accueil et sur la prise de parole en public. De quoi former de nouvelles générations de parents citoyens acteurs du développement social local.

Impact(s) :
Accueil et insertion des enfants et familles en précarité sociale
Accueil et socialisation en milieu ordinaire des enfants handicapés
Création d'un mouvement de citoyenneté parentale de quartier
Reconnaissance de la parole des parents auprès des institutions de la petite enfance

Partenaire(s) :
Caf de Béarn et Soule
Ville de Pau
Gip DSU de Pau
Conseil général des Pyrénées atlantiques
Association des collectifs enfants parents professionnels (ACEPP)
Fondation de France

Moyens :

Humains : sept professionnels et une quinzaine de parents.
 
Financiers : Budget global annuel de 363 740 '

Espace multi-accueil financé par la participation des usagers, la Caf (Prestation de service, fonds propres projets, Contrat enfance jeunesse) et le Conseil général.

Atelier Parents en mouvement doté d'un budget global de 30 010' subventionné par le GIP DSU de Pau, la DDCS (par le biais du REAP), la Caf et la Fondation de France.


>>Consulter l'article du Journal de l'action sociale           

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.
[ Retour ]