Menu Contenu
Monique Fournier Laurent - « S’investir auprès des jeunes, c’est rester jeune ! »
Monique Fournier Laurent est la preuve que la retraite porte bien mal son nom. Depuis 10 ans, cette habitante de Creil ne cesse de militer pour une citoyenneté active au service de la collectivité. Des convictions dont elle s’est fait l’écho dans plusieurs ouvrages et qui motive son engagement auprès des jeunes, au sein du collectif GR21 et son implication dans sa ville. 
>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Quelle place pour les âgés ?
Comment promouvoir la participation sociale des personnes âgées ? C’est à cette question que s’efforce de répondre le dernier numéro de la revue de "Santé Publique France, La santé en action". Alors que l’on compte aujourd’hui en France 13 millions de personnes âgées de 65 ans, la publication lui consacre un dossier de 37 pages, auquel a contribué une vingtaine d’experts (médecins, sociologues, universitaires…). Cette approche transversale permet de préciser les définitions, définir les enjeux, dessiner des pistes d’actions, s’inspirer de nos voisins étrangers… L’occasion d’évoquer des sujets qui tiennent à cœur à Apriles, comme l’engagement bénévole des séniors ou encore leur participation à l’élaboration des politiques locales.
> Télécharger la révue
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Enfance / Famille arrow A Strasbourg des toits pour recomposer la famille - 67 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

A Strasbourg des toits pour recomposer la famille - 67



Mis à jour le: 25-09-2018

Type d'action :

  • Parentalité
  • Accès aux droits

Région : Alsace

Sur le vif :
"Ici, c'est pas comme dans d'autres endroits, on ne se sent ni jugé ni rabaissé. Avec ma clé, j'ai pu accueillir ma fille comme si c'était chez moi." - Un papa

Porteur(s) de l'action :
Fondation d'Auteuil

Objectif(s) et bref descriptif :
Afin de permettre aux parents ne disposant pas d'un logement adapté d'exercer leur droit d'hébergement et droit de visite, le SAJF propose, en partenariat avec le Conseil général du Bas-Rhin (67), des appartements qu'il met à disposition des familles. Cette prestation permet à l'équipe de la structure de mettre en place un accompagnement original centré sur l'accueil de l'enfant qui permet aux adultes de retrouver leur place de parent.
 

Origine(s) :
Au début des années 2000, la volonté du Conseil général du Bas-Rhin (67) de travailler avec un nouvel opérateur dans le champ de la protection de l'enfance croise la décision stratégique de la Fondation d'Auteuil de s'implanter en Alsace, alors seule région de France où elle ne dispose pas d'établissement. Fondé en 2005, le SAJF fonctionne à ses débuts comme une maison d'enfants. Cependant, rapidement, les professionnels font évoluer leurs pratiques.

Description détaillée :
Le SAJF est une grande maison de deux étages, avec de larges fenêtres à balcon donnant sur un jardin, située dans un quartier résidentiel de Lingolsheim, en bordure de Strasbourg. Elle est ouverte aux parents qui, parce qu'ils ne disposent pas d'un logement suffisamment grand ou adapté, sont empêchés d'accueillir leurs enfants dans le cadre du droit de garde ou de visite octroyé par le juge dans le cadre des mesures de protection de l'enfance. Ces droits peuvent s'exercer certains jours de la semaine, les week-end et les vacances scolaires. La structure se compose de 3 appartements qui comprennent chacun une chambre, un salon et une kitchenette.
Le SAJF ne se contente pas d'offrir un toit aux familles le temps de l'exercice de la mesure. Les professionnels ont en effet développé un accompagnement spécifique autour de la notion d'adulte accueillant. C'est le parent qui prépare l'arrivée de son enfant. C'est lui également qui accueille le jeune dans un logement dont il a les clés et dont il peut disposer à sa guise. Cette confiance de l'établissement envers les adultes bénéficie à la qualité de la relation éducative entre enfant et parents. Elle constitue le socle d'intervention pour tout le personnel de l'établissement.

L'équipe composée de deux éducateurs à mi-temps et d'une conseillère technique reçoit en entretien préalable à la démarche le ou les bénéficiaires. Ces derniers - tous orientés par le Service de Protection de l'Enfance (SPE) du Département ' sont accompagnés du travailleur social référent du Conseil général. L'institution définie les règles à respecter lors du séjour, et les adultes posent leurs questions. Les parents acceptent alors ' ou non ' les modalités du séjour, et un premier planning est alors établi. C'est un moment important qui vise, au début de la prise en charge, à responsabiliser les parents et à situer cette dernière dans le projet initial de la famille et du SPE.
Une nouvelle rencontre est ensuite organisée juste avant l'arrivée de l'enfant durant laquelle les parents sont mis en situation d'accueillant. On leur remet les clés et prennent possession de l'appartement. Symboliquement, ce lieu devient le leur. Des ustensiles de cuisine, à la lingerie propre, ils y trouvent tout ce dont ils ont besoin pour vivre normalement le temps du séjour avec leur enfant. Lorsque celui-ci arrive, il est accompagné par l'assistant familial ou la famille d'accueil jusqu'à la porte du logement où l'attend le (ou les) parent.

Autonomes, les parents ne sont pas pour autant livrés à eux-mêmes. Une présence est toujours assurée en journée et un numéro d'appel permet de joindre un professionnel de la structure 24 heures sur 24. Par ailleurs un point est régulièrement fait entre le SAJF, le travailleur social du SPE et les parents afin d'évaluer ensemble la période écoulée au regard du projet initial et, si nécessaire, de préciser de nouvelles modalités d'accueil. Enfin, chaque séjour est retravaillé avec les adultes après le départ de l'enfant. C'est l'occasion pour l'équipe, en position d'observation et non pas de surveillance, de faire part au parent de leur expertise en matière éducative.
Fidèle à la tradition de la Fondation d'Auteuil qui veut que chaque bénéficiaire accueilli dans l'institution puisse y revenir en tant qu'invité, le SAJF organise des déjeuners conviviaux et festifs où familles hébergées et anciens résidents partagent un repas convivial. Ainsi, bien au-delà de son objectif initial, le SAJF accompagne ses bénéficiaires vers une amélioration générale de leur situation. Il n'est pas rare en effet qu'après quelques séjours en journée, le magistrat informé des évolutions positives par le SPE change de mesure et transforme le droit de visite en droit d'hébergement. Il n'est pas rare non plus que, mobilisé à nouveau par leur place de parents retrouvée, certains entreprennent des démarches de soin, de recherche de logement et d'emploi dont l'issue est positive. Et ce sont au final les enfants qui y gagnent. Concluante, l'expérience du SAJF de Strasbourg s'inscrit actuellement dans un contexte qui tend à s'élargir à d'autres départements.

Impact(s) :
Remobilisation des adultes dans leur rôle de parent. Cette dernière peut constituer la première étape vers une amélioration durable et plus générale des situations.
En 2007, le SAJF a accueilli 20 groupes familiaux pour un total de 200 séjours sur 381 journées d'accueil.
En 2008, le SAJF a accueilli 23 groupes familiaux pour un total de 268 séjours sur 526 journées d'accueil.

Partenaire(s) :
Conseil général Bas-Rhin (67)

Moyens :

Humains : 2 éducateurs spécialisés pour 1 ETP. Une conseillère technique en charge de la supervision (20h/mois)

Matériels : 3 appartements indépendants.



>>Consulter l'article du Journal de l'action sociale                

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.
[ Retour ]