Menu Contenu
points à aborder : - Horaires définitifs (dernier verres, évacuation du public...) - Planning et di
Monique Fournier Laurent est la preuve que la retraite porte bien mal son nom. Depuis 10 ans, cette habitante de Creil ne cesse de militer pour une citoyenneté active au service de la collectivité. Des convictions dont elle s’est fait l’écho dans plusieurs ouvrages et qui motive son engagement auprès des jeunes, au sein du collectif GR21 et son implication dans sa ville. 
>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Old’up présente sa collection
«Vieux et debout», «Les nouveaux vieux sont arrivés» : Deux titres qui claquent comme des slogans. Ils inaugurent la nouvelle collection des éditions In Press, «Old’Up – Inventer sa vieillesse». Dirigée par le Professeur Philippe Gutton et Marie-Françoise Fuchs, qui président à la destinée de l’association Old’up ; cette collection ambitionne quatre publications par an. Avec pour objectifs de construire une culture du « grand âge », d’aborder la question du vieillissement « autrement que sous l’angle anxiogène de santé publique » et de témoigner qu’à 80 ans passés la vie peut encore être vécue intensément.
En savoir plus

Vieux et debout
, de Paule Giron (ex journaliste Le Monde, l’Express, Elle…).
Les nouveaux vieux sont arrivés, de Frédérique Savona-Chignier, sociologue.
 
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Enfance / Famille arrow Second souffle : quand l'errance devient itinérance - 91 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Second souffle : quand l'errance devient itinérance - 91



Mis à jour le: 30-12-2011

Type d'action :

  • Education
  • Protection de l'enfance
  • Jeunesse

Région : Île-de-France

Sur le vif :

Porteur(s) de l'action :
Association Second Souffle

Objectif(s) et bref descriptif :

Afin de renouveler les réponses apportées aux jeunes en crise et à leur famille, l'association Second Souffle propose plusieurs modules conçus comme des alternatives à l'action éducative en milieu ouvert et le placement en institution. Que ce soit à travers des séjours de rupture en France et à l'étranger, l'accueil en zone rurale chez des assistants familiaux, ou les appartements d'apprentissage à l'autonomie, il s'agit d'extraire temporairement l'adolescent d'un milieu pathogène pour favoriser un nouveau départ.


>>Consulter l'article du Journal de l'action sociale              

Origine(s) :
En l'an 2000, une éducatrice du Lot (46) travaille à la réalisation du schéma départemental de protection de l'enfance. Elle fait le constat que les difficultés rencontrées dans sa pratique sont communes aux acteurs de la protection de l'enfance du département. Les professionnels se sentent dépassés par des enfants et des fratries entières de plus en plus en difficulté. Dès lors, elle réfléchit à de nouvelles façons de travailler avec des jeunes qualifiés « d'incasables » et envisage de nouveaux supports de médiation, comme les grands espaces.

Description détaillée :
En 2000, avec quelques professionnels, elle crée l'association loi 1901 Second Souffle. Rapidement, elle obtient un agrément Jeunesse et sport qui lui permet de travailler avec les adolescents lors des vacances et des week-end. Tout en reprenant ses études (obtention du DSTS en 2004), elle entreprend d'organiser des séjours à l'étranger. Elle s'appuie pour cela sur des professionnels ayant déjà travaillé avec elle.

L'association se structure autour des lois 2002-2 rénovant l'action sociale et celle de 2007 réformant la protection de l'enfance. La rencontre avec un chargé de mission des lieux de vie et structures expérimentales au Conseil général de l'Essonne (91) permet à l'association de démarrer véritablement son activité. En octobre 2006, le Comité régional de l'organisation sociale et médico-sociale (CROSMS) d'Ile-De-France émet un avis favorable pour la création d'une structure expérimentale organisant des séjours de rupture collectifs ou individualisés sur le territoire métropolitain et à l'étranger pour mineurs et jeunes majeurs. En décembre, le président du Conseil général de l'Essonne autorise la création de Second Souffle qui domicilie son siège social à Ris Orangis.

Les mineurs sont confiés à l'association dans le cadre de l'accueil provisoire à la demande ou avec l'accord des parents sur décision du président du Conseil général, ou dans le cadre de l'assistance éducative, mesure prononcée par le juge des enfants. Ils sont accueillis pour participer à l'un ou plusieurs des quatre modules de Second souffle: expéditions de 25 jours, séjours long de 100 jours, cinq lieux d'accueil en zone rurale chez des assistants familiaux, et deux appartements d'apprentissage à l'autonomie pour les jeunes majeurs en formations professionnels ayant participé aux séjours de rupture. L'équipe est composée d'une vingtaine de personnes et comprend, outre le personnel du pôle administratif, une psychologue, des éducateurs spécialisés, des assistants familiaux, des animateurs, mais aussi des éducateurs sportifs, des guides de haute-montagne et même une chercheuse en psychopathologie, responsable du pôle recherche-formation.

Débutée en 2008, cette mission intégrée à l'association se donne pour objectif de mesurer l'impact éducatif et psychologique des séjours de rupture et d'évaluer ainsi leur efficacité. Menée en partenariat avec l'université du Mirail à Toulouse avec le concours financier du ministère de la recherche, c'est la première étude sur le sujet en France. La démarche à laquelle collabore toute l'équipe, prendra fin en 2011. Celle-ci devrait fournir des éléments probants tendant à prouver ou au contraire infirmer l'efficacité de ce type de programme.
Second Souffle reçoit 150 dossiers par an, majoritairement en provenance de l'Essonne, et assure 4000 journées à l'année. L'association situe son action au c'ur d'un réseau de partenaires tels que l'Aide sociale à l'enfance (ASE), les ambassades françaises à l'étranger, mais aussi les entreprises et artisanats locaux en France et au Maroc, ainsi que les familles. Au-delà des contacts avec les autorités mandatées - magistrats, directeurs d'institutions, inspecteurs de l'aide sociale à l'enfance (ASE) - et de l'étude des dossiers, la procédure d'admission se déroule en plusieurs étapes: rencontres entre le jeune, sa famille et l'équipe éducative afin de circonscrire les problématiques et de poser les axes du travail lors du séjour. Le jeune entre ensuite dans un plan d'observation, bivouac de quelques jours permettant à l'équipe d'établir un premier contact avec le jeune, de tester son comportement, sa résistance physique et morale, ainsi que ses capacités d'adaptation à la vie en collectivité. C'est à l'issue de ce processus que le séjour peut commencer.

Le module 1 de vingt-cinq jours est axé sur des activités sportives (randonnées, canyonning) en France et au Maroc. Le module 2 est un séjour de 100 jours d'immersion au Maroc: activités sportives, artistiques, mais aussi des stages d'initiation et de découverte des métiers (en partenariats avec des institutions et des artisans locaux) ainsi que des chantiers écoles. A travers le sport, l'aventure et les activités d'apprentissage, les séjours de rupture constituent un changement de cadre et d'habitude permettant de s'extraire d'un environnement délétère et de casser une spirale négative. Les objectifs poursuivis sont la remobilisation et la valorisation des capacités, favorisant la reconstruction d'une image identitaire positive. Sur un temps déterminé et dans un espace donné, l'adolescent et l'équipe ' composée d'éducateurs spécialisé, sportif et technique ainsi que d'un chargé de mission ' partagent des moments de vie propice à l'échange et à la relation éducative.
Le module 3 est constitué de cinq lieux d'accueil en zone rurale chez des assistants familiaux. Y sont accueillis pour une durée de quatre mois renouvelables jusqu'à 2 ans, les adolescents de 12 à 18 ans ayant participé au module 1 ou 2. C'est le temps du renforcement des bénéfices éducatifs acquis pendant le séjour précédent, et l'occasion d'un nouveau travail sur les plans scolaire, familial, professionnel et social. Enfin, le module 4, intitulé apprentissage à l'autonomie, est formé par deux appartements en Midi-Pyrénées accueillant des jeunes majeurs de 18-21 ans en formation professionnelle ayant participé au module 1, 2 ou 3. La durée du séjour reste liée au contrat jeune majeur signé par l'inspecteur ou le juge pour enfant et le suivi est assuré par un éducateur.

Impact(s) :
- Rupture de la spirale négative
- Remobilisation et valorisation des capacités du jeune
- Reconstruction d'une image identitaire positive
- Création d'une relation éducative renouvelée

Partenaire(s) :
Juge des enfants
ASE
Ambassade de France au Maroc
Tissu économique marocain

Moyens :

Humains :
20 ETP
Matériels : un camp de base, un local administratif

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.
Contact action : Nicole Myrek
Directrice
Association Second Souffle
Grande Rue
46 140 Albas
Tel: 05 65 36 74 33
Mail: ass2souffle@yahoo.fr

Lien internet: www.secondsouffle.eu
[ Retour ]