Menu Contenu
Monique Fournier Laurent - « S’investir auprès des jeunes, c’est rester jeune ! »
Monique Fournier Laurent est la preuve que la retraite porte bien mal son nom. Depuis 10 ans, cette habitante de Creil ne cesse de militer pour une citoyenneté active au service de la collectivité. Des convictions dont elle s’est fait l’écho dans plusieurs ouvrages et qui motive son engagement auprès des jeunes, au sein du collectif GR21 et son implication dans sa ville. 
>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Quelle place pour les âgés ?
Comment promouvoir la participation sociale des personnes âgées ? C’est à cette question que s’efforce de répondre le dernier numéro de la revue de "Santé Publique France, La santé en action". Alors que l’on compte aujourd’hui en France 13 millions de personnes âgées de 65 ans, la publication lui consacre un dossier de 37 pages, auquel a contribué une vingtaine d’experts (médecins, sociologues, universitaires…). Cette approche transversale permet de préciser les définitions, définir les enjeux, dessiner des pistes d’actions, s’inspirer de nos voisins étrangers… L’occasion d’évoquer des sujets qui tiennent à cœur à Apriles, comme l’engagement bénévole des séniors ou encore leur participation à l’élaboration des politiques locales.
> Télécharger la révue
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Enfance / Famille arrow Référentiel de la protection de l'enfance et des pratiques socio-éducatives - 21 - Côte d'Or 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Référentiel de la protection de l'enfance et des pratiques socio-éducatives - 21 - Côte d'Or



Mis à jour le: 21-01-2009

Type d'action :

  • Protection de l'enfance
  • Nouvelles pratiques professionnelles

Région : Bourgogne

Porteur(s) de l'action :
Conseil général Côte-d'Or

Objectif(s) et bref descriptif :
Afin de favoriser la communication, la coordination et la mise en synergie de ses services - Ase, PMI et Développement social et insertion (DSI) - le département de Côte-d'Or se dote d'un référentiel ayant pour finalité l'optimisation de l'accompagnement des familles et de l'enfant.

Origine(s) :
Partis de la complexité croissante de l'accompagnement des familles (environnement familial fragilisé, perte de repères, précarité) et du constat d'un cloisonnement des modes d'intervention auprès des enfants, des professionnels de la protection de l'enfance affirment la nécessité d'améliorer la coordination de leurs différents services pour une meilleure efficacité de leurs actions. Ils préconisent la mise en place d'un référentiel commun de protection de l'enfance et des pratiques éducatives.

Description détaillée :
Ce référentiel s'inscrit à la fois dans une réorganisation institutionnelle, dans les orientations de la politique départementale (prévention précoce et soutien à la parentalité, continuité des interventions auprès des mineurs et amélioration de l'évaluation des situations) et dans la loi du 5 mars 2007 modifiant profondément la donne en matière de protection de l'enfance, notamment sur les thèmes de la continuité de la prise en charge et du projet de vie de l'enfant. L'élaboration du référentiel débute en 2004, à l'initiative du pôle Solidarité et famille du Conseil général. Cet outil s'adresse à l'ensemble des professionnels des missions PMI, DSI et ASE du Conseil général dans leur pratique quotidienne. Il a pour cible les situations d'enfance en danger ou en risque de danger (selon les termes de la loi) et participe de la volonté de replacer l'usager au centre du travail social. La démarche, engagée avec le soutien méthodologique d'un sociologue, a été portée par deux chefs de projets (le chef de service de l'Ase et un responsable d'agence) et l'ensemble des cadres sur plus de deux années.

Un conception partagée

Un comité de pilotage composé de directeurs, chefs de service, responsables, cadres techniques et plus de 200 professionnels du social (travailleurs sociaux, assistants familiaux, cadres), se mobilise en deux temps.
Tout d'abord un travail par service : sur les principes (en 2005), qui mobilise quatre groupes de travail sur 24 demi-journées ; et sur les pratiques (en 2006-2007), qui mobilise 10 groupes de travail sur 40 demi-journées (16 pour l'Ase, 12 pour le DSI et autant pour la PMI). Dans un deuxième temps, un travail transversal pour poser le cadre d'une meilleure coordination (en 2007), qui a mobilisé trois groupes de travail pluri-services sur trois demi-journées.

Un référentiel en trois axes

De là, le référentiel s'articule en trois parties. Sur la base de principes généraux présidant aux missions de chaque service (Ase, PMI et DSI) ont été élaborées des fiches actions portant sur les pratiques professionnelles spécifiques à chacune des trois missions, notamment sur l'accompagnement des familles et sur la mission de référent. Ces travaux ont permis de faire émerger les éléments constitutifs d'une approche transversale et coordonnée de l'accompagnement des familles, qui se traduit par des protocoles de coordination. En effet, le travail en commun a permis d'identifier des moments clés dans le parcours de l'enfant (bénéficiant ou non d'une mesure de Protection, d'une mesure d'aide éducative à domicile ou d'un placement en Famille d'Accueil ou en Etablissement) où une coordination des intervenants semble nécessaire ; chaque protocole identifie donc le rôle de chacun des acteurs concernés et les supports et moyens pour y parvenir. Constituant une pièce du dossier de la famille et permettant le suivi des situations, une fiche synthèse de la coordination est complétée par un coordinateur.

Des journées pour s'approprier le référentiel
Pour accompagner ce travail, trois journées départementales d'information et d'échange ont été organisées en novembre 2005, janvier 2006, et novembre 2006, sur différentes thématiques, et notamment le projet de réforme. Les protocoles de coordination ont été distribués aux cadres techniques qui travaillent à leur appropriation par les travailleurs sociaux. De la même manière, les promoteurs du projet, dans le cadre d'un comité de suivi, veillent à la bonne compréhension du référentiel par les professionnels par des visites régulières sur le terrain.

Impact(s) :
Il est trop tôt pour mesurer l'impact du référentiel sur l'efficacité de l'accompagnement des enfants et des familles, ce d'autant plus qu'il a vocation à être complété, affiné au fur et à mesure que les différentes problématiques sont abordées sur le terrain afin de poursuivre l'objectif de qualité du service rendu.
Cependant, il pose les conditions d'une réelle évolution des pratiques, par l'échange des informations entre les institutions, et la coordination de leurs actions dans le temps. En outre, le processus d'élaboration du référentiel constitue en lui-même une démarche prometteuse, car il permet d'instaurer une véritable dynamique participative et transversale.

Partenaire(s) :

Moyens :

[ Retour ]