Menu Contenu
Monique Fournier Laurent - « S’investir auprès des jeunes, c’est rester jeune ! »
Monique Fournier Laurent est la preuve que la retraite porte bien mal son nom. Depuis 10 ans, cette habitante de Creil ne cesse de militer pour une citoyenneté active au service de la collectivité. Des convictions dont elle s’est fait l’écho dans plusieurs ouvrages et qui motive son engagement auprès des jeunes, au sein du collectif GR21 et son implication dans sa ville. 
>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Vous avez dit alternatif ?
Le Collectif pour la transition citoyenne vient de publier un « Guide de création des lieux alternatifs ». Il met en lumière une vingtaine de lieux oeuvrant pour une transition écologique et solidaire (ressourceries, bars solidaires, épiceries coopératives, ateliers collaboratifs…), dont le fonctionnement, les activités et le développement sont décrits en détails. Présenté sous forme de fiches, ce guide propose aussi des conseils pour créer sa propre structure. Le guide est diffusé par les partenaires du Collectif et librement téléchargeable en ligne en cliquant sur ce lien.

 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Enfance / Famille arrow Paroles d'ados : des boîtes aux lettres anonymes pour répondre aux préoccupations d'ados - 29 - Lesneven 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Paroles d'ados : des boîtes aux lettres anonymes pour répondre aux préoccupations d'ados - 29 - Lesneven



Mis à jour le: 05-12-2008

Type d'action :

  • Education
  • Jeunesse

Région : Bretagne

Porteur(s) de l'action :

Centre socioculturel intercommunal de Lesneven

Objectif(s) et bref descriptif :
Pour permettre aux adolescents d'exprimer anonymement leurs préoccupations, un centre socio-culturel met en place, avec le soutien de la MSA, un système de boites aux lettres dans les collèges et lycées publics comme privés d'une communauté de communes d'un territoire rural.

Origine(s) :
Sur un territoire à caractère rural réunissant 25 000 habitants et composé des 15 communes de la Communauté des communes du Pays de Lesneven Côte des Légendes auxquelles il faut ajouter quatre autres communes rattachées par convention, il n'existait pas de lieu d'écoute des parents et des adolescents, ni même de permanence de planning familial. Or, le centre sociculturel, par l'intermédiaire de son comité santé fait le constat d'un mal-être de certains adolescents ou tout simplement un besoin de leur part de pouvoir recueillir l'avis d'un adulte extérieur sur différents sujets. L'objectif de l'action "Paroles d'ados" est donc de mettre à la disposition de ces adolescents un "lieu d'expression" anonyme, neutre, individuel et confidentiel. Les réponses doivent permettre d'informer sur les lieux de ressource, d'orienter vers les services compétents et communiquer individuellement un message de prévention.

Description détaillée :
L'action "Paroles d'ados" s'inspire d'une expérience ayant eu lieu à Nevers à l'initiative du Codess (Comité départemental d'éducation sanitaire et sociale), du département et des collèges. Elle est initiée par le centre socioculturel de Lesneven qui a depuis quelques années tissé un partenariat avec les collèges et lycées des environs et mené des actions de prévention auprès des jeunes. Le projet démarre en janvier 2005 et les boites aux lettres ont été installées en septembre 2005. Des flyers ont été distribués aux élèves indiquant comment fonctionne "Parole d'ados" et quelle thématique de préoccupations cela concerne.

l'épistolaire comme lien
Sur cinq lieux du territoire, quatre écoles (privées, publiques) et le centre social, huit boîtes aux lettres sont installées. Les jeunes peuvent exprimer leurs préoccupations de manière anonyme (leur lettre comporte un code de quatre chiffres, deux lettres). Les levées ont lieu une fois par mois. Une lettre-réponse est effectuée par un comité de lecture composé de professionnels de santé (psychiatre, sage-femme ou médecin de PMI), et d'éducateurs. Les jeunes récupèrent les lettres-réponses une semaine après leur envoi, auprès de "relais" dans les écoles (généralement un salarié "neutre" comme une secrétaire ou une documentaliste), à l'aide de leur code. Les réponses comportent des adresses de lieux de ressources fournis par les Codess et des recommandations. En cas de difficulté importante (angoisse, dépression, maltraitance '), il est proposé aux jeunes plusieurs échanges pour les aider dans la continuité.

Des lettres pour  pallier le manque d'adulte
Cent quatre vingt six  enveloppes ont été envoyées, 233 questions posées. Il s'agissait en majorité de jeunes filles (131 filles) et d'enfants du collège (11/13 ans). Un sondage auprès des jeunes a montré que 90% des adolescents connaissaient l'existence de ces boîtes aux lettres et appréciaient son principe, même si seul 8 à 9% ont éprouvé le besoin de poser une question durant cette première année.
Les questions ont porté sur les relations amoureuses (29%), la sexualité (21%), les relations avec les autres (18%), l'image de soi (8%), le mal-être (7%) et les sujets types : violence, contraception, tabac et drogue (3%).
Il est intéressant de constater que la majorité des questions portent sur des sujets pour lesquels la parole attendue n'est pas celle d'un spécialiste, mais uniquement d'un adulte d'expérience. La part de questions révélant un mal-être est relativement importante. Pour ces enfants, dont certains ont pu parler aussi à demi-mots de maltraitance, la réponse est vitale. Le système de boîtes aux lettres permet un premier pas vers le "dire", une première démarche pour se faire aider. Ces enfants ont généralement échangé plusieurs courriers avec le comité de lecture.

Impact(s) :
- information, sensibilisation des jeunes lycéens
- aide et soutien psychologique au jeunes

Partenaire(s) :
MSA,
Codes 29,
Communauté des Communes du Pays de Lesneven Côtes des Légendes,
Conseil général du Finistère,
Education nationale,
Etablissements scolaires,
Fondation de France,
Hôpital psychiatrique de Morlaix,
Association Ty Ar Gwenan (foyer d'adolescentes).

Moyens :

Humains : une coordinatrice du projet mise à disposition par le centre socioculturel, Comité de lecture composé de médecin psychiatre, médecin de PMI, sage-femme PMI, ...

Financiers
: budget d'environ 15 000'.

Contact action : Jacqueline CALVEZ

Centre socioculturel intercommunal de Lesneven
BP 81
29260 Lesneven
Tel: 02.98.83.04.91.
Mail: Csc.lesneven@wanadoo.fr
[ Retour ]