Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
L’enfance de l’art
Les musées aussi mise sur l’intergénérationnel. Le Louvre Lens a lancé il y a quelques mois des ateliers baptisés « l’art d’être grand-parents ». Un samedi par mois pendant deux heures, les médiateurs du musée offrent gratuitement aux grands parents conseils et astuces pour éveiller la curiosité et la créativité des plus jeunes. Ils répondent à des questions très concrètes sur quelles œuvres choisir, comment capter l’attention des enfants ou comment évoquer la nudité ? Ils proposent également des activités pour prolonger ce temps de découverte. De quoi faire d’une visite au musée un beau moment de complicité intergénérationnelle.
En savoir plus
 
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Enfance / Famille arrow Soutien à la fonction parentale à l'école maternelle - 03 - Moulin 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Soutien à la fonction parentale à l'école maternelle - 03 - Moulin



Mis à jour le: 02-12-2008

Contact action : >> FILLERE Marie-Jo : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Education
  • Parentalité

Région : Auvergne

Sur le vif :
"C'était une expérience très enrichissante. Nous avons pu nous rencontrer entre parents, échanger. Le «bonjour» du matin a pris du sens. Notre regard sur les assistantes sociales a aussi changé. Nous savons maintenant qu'elles ne sont pas là pour nous juger." Une mère d'élève ' article de Reflets d'Allier - juin 2004.

Porteur(s) de l'action :
Conseil général de l'Allier

Objectif(s) et bref descriptif :
Une directrice d'école, des institutrices, des travailleurs sociaux mobilisent des parents d'enfants de maternelles pour qu'ils s'impliquent davantage dans l'école. Un carnaval est organisé sur le quartier, des discussions s'engagent sur le rôle de parents.

Origine(s) :

Une directrice d'école maternelle du quartier Les Champins (Zus) fait part de son désir de travailler en partenariat avec les travailleurs sociaux et de répondre à l'envie des parents de s'impliquer davantage dans la vie de l'école. Va naître alors l'idée d'une action de soutien à la fonction parentale avec les parents des enfants scolarisés en toute petite section de maternelle (enfants de 2 ans), au sein d'une école où il n'existe pas d'association de parents d'élèves. L'objectif est de mener une action partenariale faisant partie intégrante du projet d'école et associant les parents d'élèves pour favoriser leur implication au sein de l'établissement, favoriser les échanges parents, enfants, enseignants, établir des relations de confiance entre les familles, les enseignants et les travailleurs sociaux.

Description détaillée :

Au mois de septembre 2004, une premiere réunion d'information  est organisée avec les parents au sein de l'école. Le mois suivant, les familles se réunissent à plusieurs reprises et organisent un goûter à l'occasion de la semaine du goût, au cours duquel, elles préparent des patisseries françaises et étrangères.

Un carnaval des animaux pour enfants, parents et enseignants...
Parents et acteurs sociaux projettent alors de réaliser un défilé à l'occasion de Carnaval sur  le thème du Carnaval des animaux proposé par les parents. Les mères, les travailleurs médico-sociaux, l'agent territorial et l'institutrice organisent une quinzaine d'ateliers couture pour confectionner les déguisements, auxquels un dizaine de mamans participent. En mars 2005, l'école défile dans le quartier pour un Carnaval réunissant toutes les classes. Au delà de la participation des parents et des travailleurs sociaux, les habitants du quartier manifestent leur intérêt pour ce défilé. En mai, parents, acteurs sociaux et enseignantes proposent une exposition de photos sur  l'événement suivie d'un buffet préparé par le groupe. Toutes les classes ont participé à l'événement qui a accueilli élus et représentants des différentes institutions.

Une dynamique pérennisée
A la rentrée 2005, une rencontre réunit les parents arrivants dans l'école et ceux qui avaient participé à l'action précédente. Le souhait de travailler sur la sécurité de l'enfant (à la maison, lors du trajet domicile/école) est exprimé par les parents. Plusieurs réunions sont alors organisées, qui réunissent soit les parents et une enseignante, soit parents, enseignants, et travailleurs sociaux, soit encore les parents uniquement (à leur domicile), afin de réfléchir au thème de la sécurité. Des rencontres ont alors lieu à l'école maternelle pour élaborer une plaquette pour les parents et une planche pour les enfants, décrivant chaque pièce de la maison et leurs dangers. Au mois de juin 2006, une exposition sur la sécurité de l'enfant est réalisée à l'école, puis dans d'autres lieux fréquentés par les familles : Caf, Relais Assistantes Maternelles'

Implication des parents et confiance instaurée
A l'issue de ces deux actions, les parents ont émis le souhait de poursuivre leur implication dans l'école en parrainant de nouveaux parents. Au-delà des projets, les mères se sont impliquées dans la vie de la classe (bibliothèque, atelier gym, déplacements divers). Cette nouvelle dynamique a pu émerger grâce à une relation basée sur le respect et la confiance entre tous les membres du groupe.
D'autre part, certaines appréhensions des parents à l'égard des assistantes sociales ont été verbalisées et ainsi dépassées au fil des rencontres grâce à la qualité des échanges qui ont permis progressivement aux uns et aux autres de se connaître, de s'identifier. Les parents ont souligné que cette action leur avait permis de mieux se connaître, de créer des liens plus conviviaux, même en dehors de l'école et de la solidarité entre eux (garde d'enfants, soutien moral). Leur savoir-faire a été reconnu et valorisé.
Par ailleurs, des sujets ont pu émerger au delà de la seule question de la scoliarité. Les mères se sont ainsi autorisées à aborder certains points comme la violence, les agressions sexuelles, la contraception, la maternité, l'avortement, les différences culturelles.
Enfin, il a été constaté une plus grande assiduité des enfants à l'école, qui découle notamment des relations de confiance qui se sont installées entre l'enseignante et les mères.

 

Impact(s) :
- Mobilisation des parents pour l'école
- Création de liens école / vie du quartier
- Meilleure intégration sociale des familles
- Assiduité des enfants

Partenaire(s) :
Conseil général,
CCAS de Moulins,
Caf,
Education nationale.

Moyens :

Humains
: une conseillère Caf, une coordinatrice petite enfance Ville de Moulins, une enseignante, des professionnels du Conseil général : trois assistantes sociales du quartier, une puéricultrice, une éducatrice.

Financiers : budget de 800 ' la première année et de 1000 ' la deuxième année.

[ Retour ]