Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Appel à projet Parentalité
The Human Safety Net, la fondation du Groupe Generali, consacre un programme en faveur de l’accompagnement à la parentalité de familles très défavorisées. Dans ce cadre, un appel un projet a été lancé concernant des actions d’aide aux parents dans leur rôle éducatif, de renforcement du lien parents-enfants, de prévention de la pauvreté, avec comme objectif de redonner confiance aux familles dans leur responsabilité éducative. A l’issue de cet appel à projets, un jury sélectionnera une dizaine d’actions, qui se partageront une dotation de 300 000 euros. Les dossiers de candidature sont à retourner au plus tard pour le 15 janvier.
En savoir plus thehumansafetynet.org

>Télécharger le dossier de candidature
>Télécharger le réglement
>Télécharger le guide d'inscription
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Enfance / Famille arrow Les papothèques : groupes de parole de parents dans l'école - 75 - Paris 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Les papothèques : groupes de parole de parents dans l'école - 75 - Paris



Mis à jour le: 05-12-2008

Contact action : >> DERUELLE Pascal : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Education
  • Développement urbain, Vie des quartiers
  • Intégration
  • Lutte contre l'exclusion sociale

Région : Île-de-France

Sur le vif :
"On prend du temps pour expliquer qu'ici à Paris, ce n'est pas comme dans leur pays, dans leur village, que l'enfant ne peut pas jouer comme ça dans la rue, que personne ne va s'occuper de lui s'il fait une bêtise... On leur parle des associations du quartier qui aident aux devoirs, qui aident aux vacances. Ce n'est plus les mêmes enfants après. Mais c'est un travail de longue haleine." Pascal Déruelle - Directeur de l'école de l'Evangile, Paris 18e.

Porteur(s) de l'action :
Association Culture 2+

Objectif(s) et bref descriptif :
Des directeurs des écoles primaires d'un quartier "politique de la ville" à Paris s'organisent bénévolement pour créer des groupes de paroles de parents chinois, tamoules, africains, maghrébins afin de leur expliquer le fonctionnement scolaire, le rôle de chacun, et de leur proposer des cours d'alphabétisation.

Origine(s) :
Dans l'école Charles Lermitte du quartier La Chapelle, classé Politique de la ville (18e arrondissement de Paris), une "papothèque", groupe de parole de parents, créé par une association d'aide aux enfants en difficulté, réunit depuis dix ans des familles originaires d'Afrique sub-saharienne. Des directeurs d'écoles maternelles et élémentaires du quartier créent l'association Culture 2+ pour étendre ces "papothèques" non seulement à toutes les écoles du quartier mais aussi à l'ensemble des communautés présentes : chinoise, tamoule, africaines et maghrébine, afin de regrouper des parents qui comprenant mal le français, ont souvent du mal à se positionner en termes scolaire ou éducatif face à l'école.

Description détaillée :
Les réunions "papothèques" sont organisées au sein des sept écoles du quartier La Chapelle, par l'association "Culture 2+", gérée bénévolement par les directeurs d'école. L'objectif de ces réunions est de rapprocher les parents de l'école afin qu'ils s'approprient son fonctionnement et qu'une véritable "co-éducation" puisse se mettre en place. Il s'agit aussi de renforcer les liens sociaux entre parents et de les rapprocher des structures associatives du quartier, leur permettant une meilleure intégration.

Conviviales et constructives
Chaque semaine les pères et les mères sont accueillis de manière conviviale autour d'un goûter: entrée libre sans nécessité de pré-inscription, une halte-garderie étant prévue pour les bébés. Ces réunions sont co-animées par le directeur d'une des écoles, une assistante sociale scolaire, une psychologue scolaire et un éthno-psychologue spécialiste de la communauté concernée, qui fait office de médiateur et de traducteur. Une vingtaine de familles au moins sont présentes à chaque réunion.
Les animateurs essaient de rapprocher les points de vue, de faire prendre conscience aux parents de leurs fonction première dans l'éducation de leurs enfants, et de la necessité de partager l'autorité. Ils leur expliquent par exemple le fonctionnement de la maternelle qui n'est pas une "halte-garderie" avec des horaires libres et le rôle exact de chacun : assistante sociale, psychologue, enseignant. Le discours est très concret et dépasse le seul cadre scolaire : nécessité pour l'enfant de travailler un minimum de temps le soir après l'école et possibilités de soutien scolaire ou activités périscolaires proposées par les associations pour occuper les enfants, prévention sur les dangers de la rue dans le quartier'

Facteur d'intégration

Ces groupes permettent de communiquer, d'expliquer, de dédramatiser l'école. Ils permettent la mise en place d'une coopération famille/école qui peut "sauver" dans certains cas les enfants de l'échec scolaire ou les éloigner de la délinquance. Enfin, ces réunions sont l'occasion pour l'association de proposer aux parents qui le souhaitent des cours d'alphabétisation et de français - langue étrangère dans une des écoles, pendant le temps scolaire. Ils sont aussi un facteur d'intégration en offrant aux parents une meilleure compréhension de la réalité de la vie en France, des droits et des dangers et en les mettant en contact avec un tissu associatif relativement riche sur le quartier.

Impact(s) :

- Intégration des populations immigrées par l'école
- Protection de l'enfant
- Amélioration de l'assiduité scolaire

Partenaire(s) :

- Association "Culture 2+"
- DIV

Moyens :

Financiers : budget de 15 000 ' annuel qui comprend principalement le paiement des ethno psychologues traducteurs.

[ Retour ]