Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
L’enfance de l’art
Les musées aussi mise sur l’intergénérationnel. Le Louvre Lens a lancé il y a quelques mois des ateliers baptisés « l’art d’être grand-parents ». Un samedi par mois pendant deux heures, les médiateurs du musée offrent gratuitement aux grands parents conseils et astuces pour éveiller la curiosité et la créativité des plus jeunes. Ils répondent à des questions très concrètes sur quelles œuvres choisir, comment capter l’attention des enfants ou comment évoquer la nudité ? Ils proposent également des activités pour prolonger ce temps de découverte. De quoi faire d’une visite au musée un beau moment de complicité intergénérationnelle.
En savoir plus
 
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Enfance / Famille arrow La "Boîte à Mots" : échange épistolaire entre enfants et adultes bénévoles - 59 - Lille 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

La "Boîte à Mots" : échange épistolaire entre enfants et adultes bénévoles - 59 - Lille



Mis à jour le: 05-12-2008

Contact action : >> LESENNE Marie : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Education
  • Protection de l'enfance

Région : Nord-Pas-de-Calais

Porteur(s) de l'action :

Association départementale du Nord pour la sauvegarde de l'enfant et de l'adulte (ADNSEA)

Objectif(s) et bref descriptif :
La "Boîte à Mots" permet à des enfants d'engager une relation épistolaire avec des adultes bénévoles de toute origine professionnelle. Dans les écoles et les centres sociaux, les "écrivains publics" de "La Boîte à Mots" aident chaque enfant qui le désire à écrire leur lettre.

Origine(s) :
La "Boîte à Mots" s'inspire d'une expérience menée par la Maison des enfants à Québec, intitulée "le courrier des enfants". Faisant le constat que tous les enfants éprouvant le besoin d'exprimer ce qu'ils ressentent et de poser des questions aux adultes, n'ont pas toujours la possibilité ou l'envie de le faire auprès de ceux qui les entourent, ils  mettent en place un "espace de parole anonyme" offrant la possibilité d'échanger par lettre avec des adultes bénévoles. Sans être une "boîte à malheurs", la Boîte à Mots révèle parfois une souffrance psychologique importante, un problème de maltraitance' Ainsi, cette action est un outil judicieux de prévention et de protection de l'enfance, avec pour particularité de mobiliser la société civile.

Description détaillée :
La "Boîte à Mots" est un dispositif de la Sauvegarde du Nord, créé en 1996. Cinq écrivains publics, professionnels de l'éducation et du social, se rendent ainsi dans les écoles, les centres sociaux, les terrains des gens du voyage, en priorité dans les quartiers sensibles. Ils proposent aux enfants de 6 à 12 ans (du CP au CM2), de les aider à écrire une lettre qu'ils pourront déposer dans une boîte aux lettres. Cette missive peut contenir des questions, une histoire ou simplement quelques mots sur ce que l'enfant vit, ce dont il rêve, ses peurs, le monde qui l'entoure' Elle est adressée soit à un homme (Tom) soit à une femme (Betty) suivant le désir de l'enfant. Les lettres sont ensuite distribuées à l'un des 80 adultes "bienveillants" chargé de répondre à l'enfant, en cherchant à l'éclairer et à partager ses émotions, parfois par le biais d'un conte imaginaire. Avant que la lettre de réponse ne soit donnée à l'enfant, une réunion de validation a lieu réunissant des adultes répondants et des "facteurs écrivains publics".

Un échange épistolaire sur le long terme

L'intervention des facteurs dans l'école ou dans le centre social dure au moins une année. Ainsi, les enfants peuvent écrire autant de fois qu'ils le désirent (certains écrivent jusqu'à huit lettres dans l'année). Il existe un véritable partenariat entre les écoles et la "Boite à Mots". Les facteurs travaillent sur le temps scolaire et les parents sont au courant de cette action qui apparaît dans le projet de l'établissement. Cette intégration dans l'école permet une retransmission à l'instituteur d'un éventuel problème décelé chez l'enfant pouvant nécessiter un suivi. Les répondants qui, volontairement, ne sont pas des professionnels, sont régulièrement conviés à des soirées de réflexion et d'échange organisées par la "Boîte à Mots", avec des intervenants extérieurs (anthropologues, psychiatres, philosophes, écrivains, responsables d'associations, comme récemment avec l'association «Vivre son deuil»').

La Boîte à Mots est accueillie avec joie dans les écoles, preuve de son succès auprès des enfants:
- Elle leur donne le goût de l'écriture, leur en montre le sens, leur donne une autre image de l'école.
- Elle établit un dialogue, un échange positif avec les adultes, dialogue dont on sait qu'il est très important pour bien grandir, pour s'identifier à ces adultes qu'ils vont devenir.
- Elle établie des liens sociaux entre des enfants issus de zones périphériques le plus souvent défavorisées et des répondants habitant dans le centre ville.
- Pour les enfants en souffrance : elle permet de lutter contre leur mal de vivre ou leur éventuelle violence.
- Enfin, ponctuellement (environ deux fois par an), la "Boîte à Mots" met en lumière un cas de maltraitance.

Impact(s) :
La "Boîte à mots" travaille dans 13 lieux différents sur la métropole Lille-Roubaix-Tourcoing et Villeneuve d'Ascq : sept écoles, dont une classe CLIN qui accueille des enfants arrivés en France depuis moins de six mois, trois centres sociaux, deux terrains d'accueil pour les gens du voyage... La "Boîte à Mots" a aussi été installée dans une unité d'enfants en hémodialyse d'un hôpital. Au total, 250 enfants écrivent une lettre chaque mois et 80 à 90 adultes leur répondent. Mille cinq cents lettres sont écrites chaque année.

Deux expériences similaires sont suivies par la "Boîte à Mots" à Sèvres (association "La Courte Echelle") et à Valenciennes, où une charte à laquelle doivent souscrire les associations a été rédigée.

La "Boîte à Mots" fête actuellement ses 10 ans : une évaluation est donc en cours, notamment par le recueil de témoignages des premiers enfants bénéficiaires.

La Boîte à Mots a reçu le label "Grande Cause nationale de l'enfant" en 1997 et a fait l'objet d'un livre : "La Boîte à Mots" de l'ethnologue Laurent Marty, Ed L'Harmattan.

Partenaire(s) :
Conseil général,
Conseil régional,
Ville de Lille,
Ville de Roubaix,
Ville de Tourcoing,
Fondation de France,
Caisse d'Epargne.

Moyens :
L'équipe de la Boîte à Mots est constituée de cinq salariés.

[ Retour ]