Menu Contenu
Monique Fournier Laurent - « S’investir auprès des jeunes, c’est rester jeune ! »
Monique Fournier Laurent est la preuve que la retraite porte bien mal son nom. Depuis 10 ans, cette habitante de Creil ne cesse de militer pour une citoyenneté active au service de la collectivité. Des convictions dont elle s’est fait l’écho dans plusieurs ouvrages et qui motive son engagement auprès des jeunes, au sein du collectif GR21 et son implication dans sa ville. 
>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Carrefour des innovations sociales : la version bêta en ligne
Vous en avez rêvé, le Carrefour des innovations sociales l’a fait : permettre en un clic de consulter les projets socialement innovants recensés par plus de 70 sourceurs différents, dont Apriles. Une version test du site, en ligne depuis le 16 avril, compile déjà plus de 5000 actions auprès d’une quinzaine de sourceurs. Au fur et à mesure de son développement, un moteur de recherche et une cartographie permettront notamment aux utilisateurs d’identifier les projets qui les intéressent, sur une base enrichie en permanence par les sourceurs. Avec quatre grands objectifs : regrouper en un espace partagé l’information fiable disponible sur les projets d’innovation sociale en France, visualiser les projets dans leurs écosystèmes locaux, quelle que soit l’échelle (locale, régionale, nationale), mesurer les dynamiques d’innovation sociale par territoire, soutenir l’essaimage des innovations sociales. Pour découvrir la plateforme et la tester : www.carrefourdes innovationssociales.fr 
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Insertion arrow A Mulhouse, au magasin pour rien, on s'enrichit autrement - 68 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

A Mulhouse, au magasin pour rien, on s'enrichit autrement - 68



Mis à jour le: 25-09-2018

Type d'action :

  • Développement urbain, Vie des quartiers
  • Relations de voisinage
  • Liens intergénérationnels
  • Lutte contre l'exclusion sociale

Région : Alsace

Sur le vif :
« Qu'est-ce qu'on fait quand on ne veut plus de ses bibelots et de tout ce qui s'en suit ' On les jette. Parce qu'on a tous du superflu chez nous. Eh bien là maintenant, ici, ça a une deuxième vie. »

La responsable du Magasin pour rien
 

Porteur(s) de l'action :
Collectif d'associations Alliance Rhin-Supérieur Oberrhein - Maison de la Citoyenneté Mondiale (MCM-ARSO) 

Objectif(s) et bref descriptif :
Pour donner une seconde vie à des objets destinés à être jetés, permettre à des personnes dans le besoin d'en profiter et favoriser la rencontre entre des habitants de tous horizons, le Magasin pour rien de Mulhouse récupère vaisselle, livres, jouets, ou tout autre objet en bon état, et les donne gratuitement à toutes les personnes qui le désirent. Son objectif : créer au sein du magasin une atmosphère conviviale, où l'on donne un coup de pouce aux plus démunis sans les stigmatiser, où l'on crée du lien par petite touche, où l'on défend de façon enthousiaste les principes d'une économie plus sobre.

Origine(s) :
Depuis une dizaine d'années, l'équipe de la Maison de la Citoyenneté Mondiale de Mulhouse conduit des réflexions et des projets sur les thèmes de l'économie sociale et solidaire, du vivre ensemble et des solidarités transnationales. Avec des partenaires européens, des rencontres sont organisées régulièrement afin de faire émerger de nouvelles idées.

En 2004, à l'occasion d'un forum organisé à Fribourg en Allemagne, les Alsaciens visitent un « Umsonstladen », ou « Magasin gratuit », lieu alternatif où des objets sont récupérés, réparés et exposés pour que des personnes se trouvant dans une situation de précarité puissent venir se servir. Le responsable de la Maison de la Citoyenneté Mondiale est séduit par le concept, qu'il décide d'introduire à Mulhouse en opérant quelques ajustements.

A la différence du côté « alternatif » de l'Umsonstladen de Fribourg, le « Magasin pour rien » de Mulhouse a vocation à être un lieu ouvert à tous, encourageant la mixité sociale et culturelle. Après avoir loué un petit local et recruté une personne - auparavant au chômage- en contrat aidé pour porter le projet, le magasin ouvre ses portes en décembre 2009.
 

Description détaillée :
Le Magasin pour rien est ouvert trois matinées par semaine. Les personnes accueillies n'ont pas à justifier de leur situation sociale. Accueillis par la maîtresse des lieux, les visiteurs se voient expliquer le sens de la démarche et sont invités à choisir des objets qui leur seraient utiles ou qui leur feraient plaisir. Vaisselle, jouets, bibelots, livres, DVD, petit électroménager' Les visiteurs, principalement des personnes en situation précaire, peuvent choisir gratuitement jusqu'à trois objets par semaine, sauf dans certaines situations où l'hôtesse estime que la situation de la famille justifie d'aller au-delà.

Pendant et en dehors des horaires d'ouverture, des personnes, principalement issues des classes moyennes, passent régulièrement au magasin pour déposer les objets dont ils ne veulent plus. Ces objets peuvent être de toute sorte 'à part des vêtements et des meubles, récupérés dans le cadre d'autres structures (voir plus bas)- à condition qu'ils soient en bon état. Une fois nettoyés, ils sont rangés et disposés sur les étagères du Magasin. Les personnes ayant apporté des objets sont elle aussi invitées à faire un tour dans la boutique et à prendre quelque chose si elles le souhaitent. En poussant chacun à rester plus de temps dans le magasin, l'occasion est ainsi donnée à des personnes de différents horizons sociaux et culturels de se rencontrer et d'échanger.

Mais cet objectif n'est pas toujours facile à remplir. En effet, bien qu'un récent déménagement ai permis au Magasin de disposer de davantage d'espace, contrairement à l'ancien, le nouveau local a cependant l'inconvénient de se situer dans un quartier moins central et moins agréable, où les personnes apportant des objets ont moins tendance à s'attarder. L'enjeu est donc de continuer à faire connaître le Magasin, pour permettre encore plus de visites qui font vivre le lieu.


Le magasin, porte d'entrée vers le social
Au-delà de l'aide matérielle très concrète que permet cette démarche pour des familles en difficulté, le Magasin pour rien cherche à être un lieu non étiqueté « social », où la convivialité et la diversité des gens de passage faciliteraient la venue des personnes les plus isolées. Les nouveaux venus sont accueillis avec simplicité et, progressivement, l'équipe du Magasin pour rien apprend à les connaître et à cerner leurs difficultés afin, si nécessaire, de leur donner quelques conseils.

Par ce biais, de manière informelle et adaptée au cas par cas, le magasin permet de créer du lien entre ces personnes et un réseau plus vaste de solidarité. En effet, l'équipe du Magasin s'inscrit dans un réseau de nombreuses associations de solidarité, d'aide aux gens du voyage, structures d'insertion, de restaurants ou encore navettes solidaires,' Ainsi, pour la responsable du Magasin pour rien, il s'agit principalement d'orienter les personnes en difficulté vers les acteurs le mieux à même de répondre à leur problématiques, ou de passer quelques coups de fils afin de pouvoir donner une réponse aux questions posées.

Par ailleurs, le Magasin pour rien travaille en proximité avec les autres démarches menées par le réseau associatif Alliance Rhin-Supérieur Oberrhein - Maison de la Citoyenneté Mondiale. Un « Cyber projet » met à disposition cinq postes informatiques à proximité du Magasin. Deux autres boutiques, SOS Meubles et SOS Fringues, permettent d'acheter à bas prix des meubles et des vêtements. En parallèle, des groupes de paroles, notamment destinés à faire participer des personnes au chômage, sont organisés autour de problématiques comme la pauvreté, la précarité mais aussi divers sujets de société. D'autres initiatives sont conduites, comme des crédits solidaires et des cours de français.
Une mutuelle solidaire, où donateurs et personnes participant aux différentes actions mettent 30 euros dans un pot commun, finance une partie de ces démarches et une partie du loyer du Magasin pour rien.


Contribuer à faire évoluer notre modèle socio-économique
Le but de la démarche est enfin de diffuser un message de façon pédagogique : il est possible de construire une économie plus circulaire, conduisant à récupérer, réparer, fabriquer' Le Magasin pour rien est une illustration très concrète de la façon dont pourrait évoluer nos modes de consommation d'aujourd'hui : au lieu de produire, d'acheter et de jeter sans limite, on peut regarder comment faire autrement, en commençant par mettre à la disposition des autres le superflu dont nous ne voulons plus. (Pour un autre exemple de démarche de ce type, voir la fiche concernant la Ressourcerie Interloque)

Pour l'équipe du Magasin pour rien, sollicitée très régulièrement par les médias locaux et nationaux à communiquer, l'important est avant tout de faire comprendre la démarche aux visiteurs. En effet, il est arrivé que certains parviennent à « voler » des objets, probablement dans le but de les revendre. Il est donc important de rappeler l'esprit de l'initiative, visant à développer en chacun une certaine conscience dans nos habitudes de consommation et surtout une attention quotidienne aux personnes vivant de façon précaire dans notre société.

Si la démarche a acquis assez rapidement de la notoriété, l'équipe souhaite diffuser encore davantage cette pédagogie auprès de potentiels relais locaux, comme les écoles et les universités. Une jeune fille mène actuellement sa mission de service civique au sein du Magasin pour rien, afin de faciliter l'accueil des visiteurs et le fonctionnement du lieu. Le prochain jeune en service civique pourrait être positionné davantage sur une mission de communication externe.

La démarche mulhousienne donne des idées, puisque des projets de Magasin pour rien sont à l'étude à Saint-Dizier et à Liège.
 

Impact(s) :
- 15 à 20 personnes sont accueillies au Magasin pour rien par matinée d'ouverture, soit 40 à 60 par semaine.
- La majorité sont des personnes touchées par la pauvreté auxquelles s'ajoutent des personnes issues de toutes les catégories sociales.
- Toutes les classes d'âge viennent au Magasin pour rien
- Le magasin permet de remettre dans le circuit de consommation des produits destinés à être jetés.
 

Partenaire(s) :
La Ville de Mulhouse (subvention de 2 000 euros en 2011), l'Etat (contrat aidé et service civique), réseau associatif local (et en particulier les structures d'insertion).  

Moyens :
Humains :
1 responsable (20 heures par semaine), 1 jeune en service civique, quelques bénévoles individuels ou issus des structures d'insertion locales (petits travaux de rénovation et d'aménagement du local, rangements et tâches diverses').

Financiers :
Frais de fonctionnement mensuels d'environ 500 euros (subventions déduites) : essentiellement dons de particuliers.

Matériels :
Un local d'environ 40 m², aménagé avec un comptoir, des étagères.
 


>Pour en savoir plus sur le quotidien du Magasin pour rien écoutez l'émission les pieds sur terre de France culture.

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.
Contact action : Roger WINTERHALTER
Responsable du collectif d’associations MCM-ARSO
Maison de la Citoyenneté Mondiale - Magasin pour rien
103, rue de Vauban
68100 Mulhouse
Tel: 03 89 33 97 86
Mail: r.winterhalter@wanadoo.fr
[ Retour ]