Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
L’enfance de l’art
Les musées aussi mise sur l’intergénérationnel. Le Louvre Lens a lancé il y a quelques mois des ateliers baptisés « l’art d’être grand-parents ». Un samedi par mois pendant deux heures, les médiateurs du musée offrent gratuitement aux grands parents conseils et astuces pour éveiller la curiosité et la créativité des plus jeunes. Ils répondent à des questions très concrètes sur quelles œuvres choisir, comment capter l’attention des enfants ou comment évoquer la nudité ? Ils proposent également des activités pour prolonger ce temps de découverte. De quoi faire d’une visite au musée un beau moment de complicité intergénérationnelle.
En savoir plus
 
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Insertion arrow Le Groupement de Jeunes Créateurs Parisiens - 75 Ile-de-France 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Le Groupement de Jeunes Créateurs Parisiens - 75 Ile-de-France



Mis à jour le: 27-03-2012

Contact action : >> CASANOVA Alain : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Education
  • Emploi, Formation
  • Développement urbain, Vie des quartiers
  • Intégration
  • Lutte contre l'exclusion sociale
  • Jeunesse
  • Gouvernance, partenariats institutionnels

Région : Île-de-France

Sur le vif :
« Le groupement m'a remis en selle et m'a fait reprendre espoir ».
Une jeune participante.

Porteur(s) de l'action :
Le Groupement de Jeunes Créateurs Parisiens (loi 1901)

Objectif(s) et bref descriptif :
Afin de faciliter l'accession à l'emploi des jeunes peu ou pas qualifiés, l'association « Le Groupement des jeunes créateurs parisien », propose grâce un à dispositif partenarial territorialisé, un accompagnement ambitieux vers la création d'activité. Celui-ci est composé d'un itinéraire en trois temps comprenant une phase d'émergence du projet, une phase de formation à la création d'activité, en partenariat avec l'université Paris-Est, et enfin d'une phase d'accompagnement à proprement parler, assuré par des structures spécialisés. Le dispositif valorise fortement les aspirations personnelles de chaque participant en positionnant ces dernières au c'ur du programme. Depuis sa création en 2008, le groupement a reçu 300 personnes environ.

Origine(s) :
Dans les années 1990, face aux difficultés d'accession à l'emploi des jeunes sans qualification, la mission locale de Sénart (77) réfléchit à la création d'un dispositif permettant de replacer l'expérience personnelle au c'ur de la recherche d'emploi. En partant du présupposé que tout individu a des potentialités, parfois cachées, qui peuvent se révéler dans la réalisation d'un projet personnel ou professionnel, la mission locale de Sénart crée en 1999, avec le soutien de la Délégation Interministérielle des Villes (ex-DIV aujourd'hui SG-CIV), le premier groupement de créateurs (GC). A travers des entretiens et une connaissance fine de la personne, il s'agit de construire en plusieurs étapes un projet d'activité professionnelle qui dépasse les seules notions de capacité et de qualification, pour coller véritablement aux aspirations profondes du demandeur. Dès lors, grâce à une création d'activité ou d'entreprise, les personnes acquièrent plus vite de nouvelles compétences et favorisent leur accès à l'emploi.
L'idée essaime sur plusieurs territoires. En 2004 est créée l'Association Nationale des Groupements de Créateur (ANGC). Les GC reposent sur la synergie de trois acteurs des champs social, économique et de formation. Il peut s'agir d'une mission locale, d'une association, d'une Boutique de Gestion, d'une chambre de commerce et d'industrie, du service économique d'une collectivité territoriale, mais aussi d'un établissement universitaire. L'enjeu, pour la personne inscrite dans la démarche, est de valider son parcours par l'obtention d'un diplôme d'université.
Séduits par le dispositif, l'Etat et la ville de Paris sollicitent des responsables associatifs du quartier Belleville-Amandiers où la situation de l'emploi des jeunes est moins favorable qu'à l'échelle de la ville (les jeunes de moins de 25 ans y représentent 10% des demandeurs d'emploi conte 8.7% ailleurs). Il s'agit aussi de valoriser une part d'activité informelle importante en la transformant dans une perspective professionnelle. En 2008, une association Ad Hoc est créée en partenariat avec l'Etat et la Mairie. Le Groupement des jeunes créateurs parisiens (GJCP) est né.

Description détaillée :

Le Groupement s'installe dans un local situé au rez-de-chaussée d'un immeuble du quartier Belleville-Amandiers et prend le temps de sensibiliser les structures alentours (pôle emploi, missions locales'), qui sont autant de futurs prescripteurs de la démarche, en orientant les jeunes vers ce nouveau dispositif. Puis, en s'appuyant sur plusieurs partenaires du territoire (Université Paris-Est, La boutique de gestion de Paris, Coopaname) l'association, qui est délégataire de service public, propose un accompagnement d'un an en trois temps :

>La phase d'émergence a pour but d'aider le jeune à formuler son projet. Elle se déroule en alternance entre suivi individuel - où le participant est encouragé à mieux comprendre sa situation et à repérer ce à quoi il aspire - et ateliers collectifs dont les thèmes varient à chaque session : connaissance de soi en tant que porteur de projet, initiation à la création d'activité, partage d'expérience avec des chefs d'entreprise, préparation au jury d'entrée en formation. La phase d'émergence propose également des  ateliers théâtre et vidéo permettant aux participants de travailler leur attitude, leur voix et leur confiance en eux. A l'issue de ce parcours, les participants qui désirent poursuivre la démarche présentent un dossier au jury d'admission à la formation proposée par l'université Paris-Est Marne-La-Vallée. Sur les cinquante candidatures présentées en une année, vingt sont retenues. Les autres sont réorientées vers des formations en lien avec leur projet professionnel.

>La phase de formation consiste en la préparation du Diplôme d'université de créateur d'activité (DUCA), de niveau IV. D'une durée de 6 mois à temps plein (soit 427 heures de cours), elle doit permettre aux personnes qui n'ont pas de culture entreprenariale d'acquérir les outils de base pour gérer une petite structure : étude de marché, gestion, comptabilité, méthodologie de projet, prospection commerciale, économie sociale et solidaire, droit des entreprises'Les cours sont dispensés par la Boutique de gestion de Seine-et-Marne (organisme d'aide à la création d'entreprise), en partenariat avec l'université. L'obtention du diplôme est, pour beaucoup des participants sortis tôt du système scolaire, une valorisation forte et une étape importante du dispositif.

>La phase d'accompagnement à la création d'activité est ensuite assurée par des structures spécialisées telles que :
-La Boutique de gestion, organisme indépendant dont la vocation est d'aider toute personne souhaitant créer ou reprendre une entreprise par l'apport de conseils et de formations accessibles à tous, quel que soit son projet ou son niveau de formation.
-Coopaname, groupe coopératif qui offre une alternative à la création d'entreprise classique pour tous ceux qui souhaitent se mettre à leur compte : il s'agit de créer un emploi salarié au sein d'une entreprise partagée.


L'équipe du groupement est composée d'un délégué général, d'une animatrice et d'une chargée de communication. Elle s'adjoint également les services d'un ambassadeur de la création ' jeune volontaire du service civique ' qui sillonne le quartier 24h par semaine afin d'informer les jeunes dans la rue de l'existence du dispositif. En lien avec les bailleurs, il organise également des réunions d'information dans les quartiers politique de la ville des 17e, 18e et 20e arrondissement.
 
L'association est financée par l'ANGC, l'agence de services et de paiement (Etat), le Fonds Social Européen (FSE) et la mairie de Paris à travers la Direction du développement économique, de l'emploi et de l'enseignement supérieur (DEEES) et la Délégation à la politique de la ville (DPVI). A la demande de la Mairie de Paris, le dispositif vient de s'ouvrir aux plus de 25 ans. Un deuxième point d'accueil dans le 17e arrondissement, dans le quartier de la Porte Pouchet-Porte de Clichy.

Impact(s) :
Environ 300 personnes reçues depuis la création du groupement en 2008. Parmi elles, 120 ont suivi la phase d'émergence, et 60 ont intégré la formation au DUCA. 60% d'entre eux environ obtiennent le diplôme. Beaucoup s'arrêtent avant la fin du cursus car ils retrouvent un emploi. 55% des jeunes qui prennent part à la phase d'émergence trouvent un emploi en CDI, CDD ou intérim. Pour chacun, les bénéfices liés à la reprise de confiance en soi, du fait de la création d'une dynamique de recherche d'emploi sont réels.

Partenaire(s) :
Europe :
>Fonds Social Européen
Etat :
>Ministère du travail, de l'emploi et de santé
>Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative.
>Secrétariat général à la ville

Région Ile de France
Mairie de Paris
Pôle emploi
Université Paris-Est Marne-La-Vallée
Les 5 missions locales de Paris
La boutique de Gestion
Coopaname

Moyens :
Humains :
Trois postes en équivalent temps plein.
Financiers :
Le budget annuel est de 166 000'.
Matériels :
Des locaux suffisamment spacieux pour accueillir des entretiens individuels et des réunions collectives.

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.
[ Retour ]