Menu Contenu
Monique Fournier Laurent - « S’investir auprès des jeunes, c’est rester jeune ! »
Monique Fournier Laurent est la preuve que la retraite porte bien mal son nom. Depuis 10 ans, cette habitante de Creil ne cesse de militer pour une citoyenneté active au service de la collectivité. Des convictions dont elle s’est fait l’écho dans plusieurs ouvrages et qui motive son engagement auprès des jeunes, au sein du collectif GR21 et son implication dans sa ville. 
>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Carrefour des innovations sociales : la version bêta en ligne
Vous en avez rêvé, le Carrefour des innovations sociales l’a fait : permettre en un clic de consulter les projets socialement innovants recensés par plus de 70 sourceurs différents, dont Apriles. Une version test du site, en ligne depuis le 16 avril, compile déjà plus de 5000 actions auprès d’une quinzaine de sourceurs. Au fur et à mesure de son développement, un moteur de recherche et une cartographie permettront notamment aux utilisateurs d’identifier les projets qui les intéressent, sur une base enrichie en permanence par les sourceurs. Avec quatre grands objectifs : regrouper en un espace partagé l’information fiable disponible sur les projets d’innovation sociale en France, visualiser les projets dans leurs écosystèmes locaux, quelle que soit l’échelle (locale, régionale, nationale), mesurer les dynamiques d’innovation sociale par territoire, soutenir l’essaimage des innovations sociales. Pour découvrir la plateforme et la tester : www.carrefourdes innovationssociales.fr 
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Insertion arrow A Tarbes, les gens de la rue font l'unanimité - 65 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

A Tarbes, les gens de la rue font l'unanimité - 65



Mis à jour le: 25-09-2018

Type d'action :

  • Développement urbain, Vie des quartiers
  • Relations de voisinage
  • Lutte contre l'exclusion sociale
  • Nouvelles pratiques professionnelles

Région : Midi-Pyrénées

Sur le vif :
"Il s'agit de passer d'un regard de compassion envers les gens des rues, ignorés ou décriés par une majorité d'habitants, à une situation d'inclusion dans la vie de la cité." - La présidente de l'association
"L'exclusion est surtout un processus de rupture de lien social plus qu'un état" - Robert Castel

Porteur(s) de l'action :
Association Zon'art 65

Objectif(s) et bref descriptif :
Pour favoriser l'expression et la citoyenneté des plus démunis, et inviter à un changement mutuel des regards, l'association Zon'art donne la parole aux personnes en situation d'exclusion par la création de projets et d'espaces favorisant le lien social. Répondant à une démarche participative, de nombreuses manifestations ou animations sont organisées, rassemblant les personnes en situation d'exclusion, les associations, les institutions et les habitants.

Origine(s) :
La création de l'association Zon'art en 2007 s'inscrit dans une dynamique de développement social de Territoire et d'action multi partenariale ancienne autour du thème de la grande marginalité. Dès avant la loi du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre l'exclusion et la création d'un Point Accueil Jeunes par la Ddass et la politique de la ville , la ville de Tarbes charge un éducateur confirmé issu de la prévention spécialisée, et rompu aux méthodologies de développement social, de faire un état des lieux de l'errance sur l'agglomération. En allant à la rencontre des gens de la rue, il élabore un diagnostic partagé faisant état de réactions de rejet ou, à l'inverse, de compassion vis-à-vis de ces personnes exclues ou marginalisées. Constatant l'apparition de nouvelles formes d'errance - personnes itinérantes, étrangers, etc.-, la ville décide de créer la "Mission errance" en 2000.

Description détaillée :

> Une association inscrite dans une dynamique de développement social et d'action multi partenariale'
Portée par l'ANPAA (Association nationale de prévention en alcoologie et adictologie), la Mission Errance permet de fédérer des associations qui ne se seraient pas rencontrées en dehors d'elle et de favoriser la rencontre entre les publics marginalisés et les autres citoyens. Grâce au soutien du comité de pilotage comprenant la Ddass, la Préfecture, le Conseil général, et la Politique de la ville, sur une méthodologie de travail exemplaire et sur un accompagnement individualisé des personnes, la Mission Errance voit son champ d'action s'élargir à l'ensemble des personnes en situation d'exclusion. Créée à l'origine pour une durée d'un an, la Mission perdure bien au-delà. Ce succès tient également à l'action d'animation et à l'engagement citoyen de l'éducateur et auteur du diagnostic initial. Pour amorcer un changement de regard, il réalise un documentaire dont les principaux protagonistes sont des personnes en situation d'exclusion. Avec l'aide d'un autre professionnel de la prévention spécialisée, "Une vie de 24h00" est réalisé avec talent et peu de moyen, dans une démarche participative et de façon bénévole. Le portage politique fort dont il bénéficie permet une large action de sensibilisation des habitants à cette problématique : le documentaire est projeté à maintes reprises ' notamment lors de la tournée des Enfoirés -, et à chaque fois accompagné d'un débat. En 2005, l'association porteuse la Mission Errance, l'ANPAA 65, et quatre autre associations tarbaises concernées par le problème de l'errance et 'uvrant plus largement auprès des populations en difficulté (le Secours Populaire, le Secours Catholique, les Restaurants du C'ur, l'association Albert Peyriguère gérant 3 CHRS) décident de se réunir, avec la même volonté de répondre aux besoins des personnes en situation d'exclusion d'être reconnues comme citoyens à part entière. Ensemble, elles organisent et mettent en place un évènement festif : "Cinq repas, cinq continents" rassemble une vingtaine de gens de la rue et les habitants du quartier autour de repas préparés par les gens de la rue. En une année, les cinq repas, programmés dans différents quartiers de la ville reçoivent un écho favorable. D'un repas à l'autre, ce projet se construit, monte en intensité, tant au niveau des acteurs, des organisateurs, que des habitants, agissant sur le sentiment d'utilité des personnes. Tous participent à la préparation de la décoration, des déguisements, des ateliers, des spectacles...

> De cette initiative, rendue possible grâce au soutien logistique ou financier de partenaires institutionnels, naît Zon'art en 2007. Une association dont l'objet est d'impulser une dynamique d'inclusion sociale et de reconnaissance mutuelle entre les personnes en situation d'exclusion, les acteurs associatifs et institutionnels et les habitants.
Zon'art élabore des projets de développement de l'estime de soi dans le cadre de projets participatifs, en s'appuyant sur les concepts d'empowerment et d'affiliation plutôt que de réadaptation. Véritable espace de dialogue, de valorisation des personnes et de créativité, Zon'art participe à la revitalisation des liens à la fois sociaux (déterminant l'identité des personnes et des groupes), politiques (au sens le plus noble du terme déterminant l'éthique et les systèmes de valeurs de chacun et de nos pairs) et économiques (déterminant les échanges entre chacun). Une charte de valeurs pose les bases de l'action : entraide et solidarité, liberté de pensée et de parole et libre adhésion, respect et tolérance de la différence, équité (chacun s'investit à hauteur de son envie et de ses possibilités), citoyenneté et laïcité.

De multiples actions en faveur de la citoyenneté des plus démunis sont mises en place grâce au soutien d'une cinquantaine de bénévoles et aux multiples partenaires associatifs et institutionnels : Mairie, ATD Quart-monde, collectifs variés, association Médianes'
Manifestations, animations sociales / projections de film, formations débats de sensibilisation à la question de l'exclusion et de la marginalité procédant au changement de regard mutuel ; repas solidaires, cafés citoyens, radio citoyenne - en cours d'élaboration avec le réseau Arcadie -, actions de médiation sociale ; collectifs citoyens, actions humanitaires, projets d'économie solidaire - voyage au Maroc pour acheminer du matériel para-médical - ; actions alternatives favorisant une insertion sociale et professionnelle, le retour au droit commun et des actions de formation (chantiers école).

L'association fonctionne grâce à l'adhésion de ses membres animés de la même volonté d'agir en faveur de toutes les personnes marginalisées : punks à chiens, publics en marge de l'intervention des centres sociaux traditionnels, parce que trop désocialisés ou en rupture prolongée avec la société.

Impact(s) :
La création d'espaces de dialogue et de lien et la forte implication des bénévoles participe à transformation du climat de défiance en une relation de confiance entre habitants du quartier et les personnes en situation d'exclusion, qui se traduit également par une adhésion massive à l'association.

Partenaire(s) :
L'Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Adictologie des Hautes Pyrénées
Restaurant du C'ur, Secours Populaire
Secours Catholique
Association Albert Peyriguère (3 CHRS)
Association Médianes, Solidarité Avec les Gens du Voyage (SAGV 65)
Centre social CAF Henri quatre
Association Caravane Sérail
Terre d'accueil
ATD Quart-monde 65
Festival Terre ma terre
Comité d'entreprise EDF'

Moyens :

Humains :direction (1ETP), animatrices (1,5 ETP)

Financiers : subventions de la Ville de Tarbes, du Conseil général, du Conseil régional, du Contrat urbain de Cohésion sociale (Cucs du Grand Tarbes et Lourdes), Fondation de France (Prix S'unir pour agir).


>>Consulter l'article du Journal de l'action sociale     

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.
Contact action : Florence FREIZIERE
Présidente
Association Zon'art65
87 rue Massey BP 1014
65010 Tarbes Cedex
Tel: 05 62 36 59 00
Mail: zon_art65@hotmail.fr
[ Retour ]