Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
P’INS épingle ses lauréats
Ils sont huit porteurs de projets socialement innovants à avoir été retenu par l’Avise et la fondation MACIF, dans le cadre du programme d’accompagnement P’INS. Présents sur tous les champs de l’économie sociale et solidaire -alimentation, bâtiment, éducation populaire, lien social, développement durable, hébergement ou encore égalité des chances, ils vont bénéficier d’un accompagnement personnalisé de 8 à 10 mois, de la possibilité de solliciter des experts, d’une mise en visibilité par les partenaires de P’INS et d’un apport de 20000 de la fondation MACIF pour travailler leur changement d’échelle. Les lauréats : AGORAé, Article 1, Bou’sol, E-graine, Les Petites Cantines, Plateau Urbain, Toit à Moi, VRAC.
www.programme-pins.org
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Insertion arrow A Rennes, réhabiliter son logement pour se réinsérer - 35 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

A Rennes, réhabiliter son logement pour se réinsérer - 35



Mis à jour le: 30-11--0001

Contact action : >> Derennes Jacky : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Développement urbain, Vie des quartiers
  • Logement, Habitat
  • Relations de voisinage
  • Lutte contre l'exclusion sociale

Région : Bretagne

Sur le vif :
"L'intérêt de cette action est qu'elle parle concrètement aux familles. Je me souviens plus précisément d'une famille qui était sclérosée sur elle-même, d'une mère et son fils qui avaient connu des violences. L'action des compagnons bâtisseurs a amené un véritable changement. Je pense aussi à une autre famille avec cinq enfants : les enfants ont participé, c'est aussi de la prévention. On anticipe sur une éventuelle répétition de dégradation, par et avec les familles, qui s'approprient différemment leur logement et se sentent mieux dans l'habitat (les parties communes, l'environnement spacial). Cela autorise également un nouveau départ, la notion de changement est très forte et éminemment positive. La famille recueille des bénéfices ainsi que les bailleurs". Un travailleur social au CDAS de Cleunay.

Porteur(s) de l'action :
Association Les Compagnons bâtisseurs

Objectif(s) et bref descriptif :
Pour permettre à des locataires du parc immobilier social rennais de se réinsérer socialement, l'association Les Compagnons bâtisseurs en lien avec la métropole rennaise et le Conseil général d'Ile et Vilaine, organise des chantiers de réhabilitation de logements avec locataire, bénévoles et voisins. Impact immédiat : des liens recréés, des murs rénovés.

Origine(s) :
C'est dans le cadre de la politique de Développement social des quartiers mené par l'Etat avec la ville de Rennes visant à réhabiliter les logements sociaux des cités de la commune, que les Compagnons bâtisseurs vont développer en1989 les premiers Ateliers de quartier (Blosne et Maurepas), réunissant des locataires afin de mener des chantiers d'auto réhabilitation des logements. Programmés par la suite dans le cadre du Contrat de Ville, les chantiers concernent aujourd'hui les quartiers dépendant du CUCS mais peuvent également être mis en place sur l'ensemble de la métropole rennaise. De fait, depuis trois ans, l'initiative des Compagnons Bâtisseurs est intégrée dans des conventionnements de développement social avec notamment le Conseil général. Un outil d'insertion à la disposition du droit commun.

Description détaillée :
Le principe du chantier d'auto réhabilitation est de permettre à un locataire de rénover son logement aidé d'un groupe d'autres locataires et d'un animateur technicien. S'ils participent pour une part à la réhabilitation des logements sociaux de la métropole rennaise, ces chantiers sont conçus avant toute chose comme un outil de remobilisation du bénéficiaire, de réinsertion du (des) locataire(s) impliqué(s). L'idée est d'engager celui-ci dans un projet qui d'une part va lui permettre d'être acteur "de sa vie par le logement" et d'autre part de se réinsérer dans une dynamique de lien social en travaillant collectivement au sein d'un groupe.

En lien avec les acteurs sociaux
Concrètement, les Compagnons Bâtisseurs ont implanté trois Ateliers d'apprentissages collectifs au sein des quartiers de Villejean et de Blosne dans la métropole rennaise. Il s'agit de locaux dans lesquels les locataires bénéficiaires vont pouvoir être formés par un animateur technicien et s'entraîner aux travaux d'entretien de logement : peindre un mur, poser une tapisserie, découper des faïences pour refaire un carrelage, percer'
Les locataires du parc social peuvent se rendre directement à l'Atelier pour faire part de leurs besoins aux Compagnons, mais sont dans la majorité des cas recommandés par les professionnels des Centres sociaux, maisons départementales d'action sociale, CCAS, ou encore Caf. Ceux-ci, dans le cadre de leurs dossiers de suivi individualisé identifient les personnes en difficultés d'insertion sociale et "mal à l'aise dans leur logement" et leur proposent cet outil afin d'être "mieux chez eux" et de retrouver une assise sociale. Dès lors, les locataires, une large majorité de femmes (70 à 80%) âgées de 35 à 50 ans, souvent seules, au Rsa, au chômage ou simplement avec de faibles revenus, sont invités à se rendre d'eux-mêmes à l'Atelier.

Du donnant, donnant
Sur place, le bénéficiaire est accueilli par un animateur technicien. Issu des métiers du bâtiment et formé à l'animation de groupe et à la pédagogie, il va définir avec le locataire un projet d'auto réhabilitation. Dans un premier temps il visite le logement avec le bailleur social et évalue la demande de l'habitant au regard des possibilités techniques et financières. Une fois les travaux définis qui peuvent concerner aussi bien plomberie, que peinture ou encore tapisseries' l'animateur met alors le locataire en relation avec l'Animatrice Habitat de l'association qui va faire le lien avec les services sociaux et travailler à monter le dossier de projet notamment en matière de financement. La construction du projet d'habitant est basée sur le principe du donnant-donnant. Le bailleur participe ainsi à la prise en charge des travaux. Lorsqu'il ne peut assumer une part suffisante, une recherche de fonds est opérée auprès du FSL et/ou Fondations privées. Le locataire est également associé au financement mais pour un montant maximum d'une centaine d'euros.

Une dynamique de groupe' et de quartier
Une fois le projet techniquement "ficelé", le locataire qui s'engage à participer à un nombre précis de chantiers en échange de ses propres travaux, est invité à une demi-journée de formation dans l'atelier en lien avec les chantiers qu'il aura à mener. Il rejoint ainsi un groupe de 5 à 8 personnes, comme lui locataires du quartier engagés dans l'auto réhabilitation de leur logement. Le premier chantier auquel il participe est obligatoirement celui d'un "voisin". Le groupe ne s'occupera de son logement particulier qu'une fois d'autres appartements rénovés. Dans le logement, l'équipe dirigée par l'animateur effectue les travaux en y associant le reste de la famille. Les enfants notamment participent fréquemment aux activités.

Au final, le locataire peut être amené à participer à l'atelier de un à douze mois.
Au groupe des locataires, peuvent s'adjoindre des bénévoles souhaitant donner de leur temps pour aider à la réhabilitation. Ainsi, les compagnons Bâtisseurs voient se développer aux côtés de certains ateliers des réseaux d'entraide d'habitants bénévoles pour la réhabilitation. Enfin, pour les travaux "lourds" engageant des compétences professionnelles plus poussées, l'association a mis en place des chantiers d'insertion dont les employés viennent épauler le groupe et le locataire.

Au-delà de Rennes, les Compagnons Bâtisseurs ont ouvert des ateliers à Brest, Lanester (Lorient), Saint Malo et Tour et travaillent également sur l'auto-réhabilitation de logements de propriétaires occupants en milieu rural.

Impact(s) :
- En 2008, 50 chantiers de quartier dans le bassin rennais. Au total, 82 appartements auto-réhabilités.
- Réinsertion sociale des locataires et leur famille.
- Dynamique d'entraide dans le quartier.

Partenaire(s) :
- Conseil régional
- Conseil général d'Ile et Vilaine
- Rennes Métropole
- Fondation Bruneau
- Fondation Abbé Pierre
- FSL
- Caf 35
- ACSE (Cucs, Anru)
- Association rennaise des centres sociaux
- ADOHLM, Habitat 35, Archipel Habitat, Aiguillon Construction
- Pact-Arim35

Moyens :

Humains : trois animateurs techniques, une coordinatrice sociale, un chef de projet suivi global de l'action

Financiers : budget annuel Compagnons Bâtisseurs 2008 ' 472 331,06 '

Matériels : partenariats opérationnels existent avec Pact-Arim, Caf35, CDAS, Centres sociaux rennais, APASE, Habitat 35, Archipel Habitat, Aiguillon Construction, Espacil, CHGR, Clé de Fa.

[ Retour ]