Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Prix Ocirp : un bon cru 2017
Remis à Paris le 29 juin dernier, la 10ème édition du Prix OCIRP Handicap a récompensé dix acteurs économiques particulièrement engagés pour l’inclusion des personnes en situation de handicap. Partenaire du prix depuis sa création, l’Odas, représenté par son Directeur général Didier Lesueur, a notamment remis le prix de la catégorie « Réalisations et partenariats territoriaux » à l’association Envie Anjou, qui collecte et recycle du matériel médical. L’Association Droit Pluriel, présidée par Anne Sarah Kertudo (voir son portrait) a été primée dans la catégorie « Citoyenneté ». Le prix a également mis en valeur plusieurs actions impliquant l’utilisation des nouvelles technologies, qu’il s’agisse d’applications (handivalise, AVA), d’outils numérique (Dyscool) ou de FabLab (Fablife).
>En savoir plus
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Insertion arrow Une maison relais à St Germain des prés - 75 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Une maison relais à St Germain des prés - 75



Mis à jour le: 30-12-2011

Contact action : >> PLANCON Didier : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Logement, Habitat
  • Lutte contre l'exclusion sociale

Région : Île-de-France

Sur le vif :
Un locataire : 'je me sens chez moi ici, comme n'importe quel autre habitant du quartier'
Un commerçant : 'ça crée un peu de nouveauté dans le quartier '

Porteur(s) de l'action :
Association Emmaüs

Objectif(s) et bref descriptif :
Afin de favoriser la rencontre de populations que tout sépare, une maison-relais Emmaüs - offre alternative de logement pour personnes en grande difficulté ' s'implante dans un des quartiers les plus aisés de la capitale : au c'ur du sixième arrondissement parisien.



>>Consulter l'article du Journal de l'action sociale            

Origine(s) :
C'est suite à l'opération des "enfants de Don Quichotte" sur le canal St Martin (Paris) au cours de l'hiver 2006/2007 que la Mairie de Paris décide d'octroyer le bail d'un ancien foyer des élèves de l'ENA à l'association Emmaüs pour en faire une maison-relais.

Description détaillée :
Ce type d'établissement apporte une réponse aux besoins des personnes dont les difficultés 'problèmes économiques, isolement social et affectif - rendent impossible l'accès à un logement de droit commun. Gérée comme une structure collective, la maison-relais permet à ses résidents de trouver un nouvel équilibre dans un logement individuel autonome.
La maison-relais de la rue de Buci ouvre en février 2007. La première mission de l'animateur salarié d'Emmaüs est de sensibiliser le voisinage à la nouvelle structure. Un à un, il va voir les commerçants chez lesquels il reçoit un accueil mitigé. Celui-ci passe du refus ' "qu'est ce que vous nous amenez là" - à l'indifférence ' "de toute façon ces gens-là n'ont pas les moyens de consommer chez nous" et à l'encouragement ' "ça crée un peu de nouveauté dans le quartier".

Un cadre favorable à la réparation
Les premiers locataires - personnes seules (anciens SDF ou pas) et familles monoparentales ' toutes en grande difficulté, arrivent en mars 2007 et s'installent dans les 30 logements (T1 bis, 30m²) mis à disposition. Il n'y a pas de limitation de durée. Les locataires signent un bail renouvelable tacitement tout les ans. Le loyer s'élève à 475'. Toute personne accueillie est demandeuse de logement à la mairie et passe par le filtre d'une commission d'attribution spécifique composée de représentants de la Préfecture, de la ville de Paris et d'Emmaüs.
Les résidents bénéficient dans la maison-relais d'un cadre particulier, favorable à la réparation. Il y a d'abord les espaces communs - salon, cuisine ' qui apportent sécurité et convivialité. Il y a aussi l'accompagnement social de deux conseillères (CESF) de l'association. Il y a enfin et surtout au quotidien, la présence rassurante de l'animateur.
Il est une personne ressources tant pour les demandes matérielles (plomberie, éventuels litiges avec EDF - les compteurs étant individuels...) qu'en ce qui concerne la restauration du lien social. Animateur socio-éducatif, il est à l'écoute des attentes de chacun. Il identifie les besoins qui émergent et accompagne leur réalisation sans en être promoteur. Exemple : repas traditionnel Africain préparé par les résidents pour la maison et le quartier.

Intégrer la structure dans son environnement

L'ouverture sur l'extérieur est une dimension essentielle du projet de la structure. Début 2008, grâce au travail d'explication de l'animateur, la maison ne suscite plus d'opposition. Le salon est tapissé de livres qui ont été donné par des voisins. L'ambition partagée par l'animateur et les résidents est dorénavant d'intégrer la structure dans son environnement en proposant des activités susceptibles d'intéresser le quartier.
Au printemps 2008 plusieurs projets sont en cours : une exposition dans le salon en partenariat avec des galeries alentours (chaque établissement prête une 'uvre). Plus avancé, le projet d'une banque alimentaire: une célèbre boulangerie de luxe propose de mettre ses invendus à disposition des résidents au supermarché du coin.

Retrouvez plus d'information sur cette initiative avec le "Journal de l'action sociale"
Lire l'article

Impact(s) :
- Une trentaine de famille ont trouvé une solution à leurs problèmes de logements.
- Pour certaines d'entre elles, cela constitue une étape décisive dans la résolution de leurs problématiques.
- Rencontre de deux univers qui ont peu l'habitude de se côtoyer.

Partenaire(s) :
- Mairie de Paris via sa société HSF qui octroie le bail à Emmaüs.
- Préfecture pour l'étude avec Emmaüs des demandes de logement dans le cadre de commissions d'attribution tripartite (Emmaüs ' Préfecture ' Mairie de Paris).

Moyens :
- Humains : permanent d'Emmaüs
- Financiers : les ressources d'Emmaüs pour le Bail à HSF et le salaire du permanent
- Matériels : l'immeuble

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.
[ Retour ]