Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
L’enfance de l’art
Les musées aussi mise sur l’intergénérationnel. Le Louvre Lens a lancé il y a quelques mois des ateliers baptisés « l’art d’être grand-parents ». Un samedi par mois pendant deux heures, les médiateurs du musée offrent gratuitement aux grands parents conseils et astuces pour éveiller la curiosité et la créativité des plus jeunes. Ils répondent à des questions très concrètes sur quelles œuvres choisir, comment capter l’attention des enfants ou comment évoquer la nudité ? Ils proposent également des activités pour prolonger ce temps de découverte. De quoi faire d’une visite au musée un beau moment de complicité intergénérationnelle.
En savoir plus
 
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Insertion arrow Taf et Maffé, sas d'insertion grâce à la légalisation d'une activité de restauration collective - 93 - Saint-Denis. 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Taf et Maffé, sas d'insertion grâce à la légalisation d'une activité de restauration collective - 93 - Saint-Denis.



Mis à jour le: 04-12-2008

Contact action : >> MASURE Benjamin : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Emploi, Formation
  • Logement, Habitat
  • Lutte contre l'exclusion sociale

Région : Île-de-France

Porteur(s) de l'action :
Association Taf et Maffé

Objectif(s) et bref descriptif :
Pour répondre au besoin de restauration de migrants d'un foyer de travailleurs assumé jusque là par des cuisines informelles échappant à toute réglementation, un chantier d'insertion des migrants d'origine d'Afrique sub-sahélienne est mis en place.

Origine(s) :
A Saint-Denis, dans le foyer de travailleurs migrants Pinel plusieurs centaines d'hommes originaires d'Afrique sub-sahélienne ont vécu dans des conditions de vie indignes pendant plus de vingt ans. Des cuisines informelles s'étaient constituées qui produisaient 500 à 1000 repas par jour. Dans ces cuisines communautaires travaillaient des femmes originaires d'Afrique de l'Ouest. Cependant, si le prix du plat était peu élevé (1,50'), en revanche les conditions d'hygiène et le droit du travail n'étaient pas respectés.
D'où la volonté de l'Etat, des responsables Adoma et d'élus de la ville de Saint-Denis de pérenniser cette activité, en accord avec les résidents, dans une logique d'ouverture sur la ville pour fournir des repas à d'autres habitants en difficulté. Plutôt que de favoriser les solutions individuelles (type coin cuisine dans chaque chambre), le projet va s'inscrire dans une démarche collective : maintenir un lieu convivial pour la vie communautaire, afin de lutter contre l'isolement des résidents. Un des objectifs est parallèlement de permettre à des personnes en grande difficulté sociale d'avoir un emploi et d'être accompagnées dans leur parcours d'insertion sociale et professionnelle.

Description détaillée :
En 2003, le foyer Pinel géré par la Sonacotra est réhabilité. Le sous-préfet de l'arrondissement de Saint-Denis, l'adjoint au maire et les responsables de la Sonacotra demandent à l'association "Objectif Emploi" d'accompagner les cuisinières travaillant en dehors des conditions légales de travail, de fiscalité, et d'hygiène et de sécurité vers une légalisation de leur activité. Cet accompagnement se fait au moment d'une mise aux normes des foyers de travailleurs en matière d'habitat, et de leur transformation progressive en résidence sociale. Les chargées de mission d'"Objectif Emploi" analysent les conditions d'hygiène de l'activité actuelle des cuisinières (fournisseurs payés au noir fournissant des produits parfois périmés') et optent pour l'aménagement d'une nouvelle cuisine professionnelle dans les nouveaux foyers réhabilités, la détermination d'un cadre contractuel strict et garant de la régularité des situations (préférence pour les contrats aidés) et la suppression du travail au noir.

De l'activité assainie à la création d'une association
En novembre 2003, la cuisine légalisée est inaugurée au sein de la nouvelle résidence Bachir Souni. Après un test probant de l'activité légalisée de fin 2003 à début 2005, l'association Taf et Maffé est créée pour reprendre la gestion de cette activité à l'issue de la mission confiée à "Objectif Emploi". Cette activité permet de lutter contre le travail illégal d'une part et offre à des femmes d'origine africaine de :
- s'insérer sur le marché du travail français en s'appuyant sur leur savoir-faire communautaire ;
- bénéficier d'une formation sur les normes d'hygiène et de sécurité de la restauration commerciale et de la polyvalence nécessaire à ce secteur ;
- être prises en considération dans leur situation sociale globale ;
- s'inscrire dans un chantier d'insertion : à partir de six mois de travail à Taf et Maffé, elles peuvent s'orienter vers une formation professionnalisante ou un emploi pérenne.
- lutter contre le travail illégal.

Accompagnement et insertion
Pour recruter son personnel, Taf et Maffé est en relation avec l'ANPE, les missions locales et le projet de ville RMI du territoire de Plaine Commune, ains qu'avec des associations locales accueillant des publics en difficulté : Plan Local de Solidarité de Saint-Denis, association Ikambéré, association Femmes Actives' En outre, un partenariat est en cours avec le chantier d'insertion des Restaurants du C'ur pouvant être une sortie intéressante pour les personnes de Taf et Maffé. Les types de préparations culinaires y sont plus variés et permettent d'acquérir une deuxième expérience enrichissante.
Un accompagnement social des salariés (aide au logement, solutions de garde d'enfants ') est effectué : accompagnement facilitant les formalités administratives avec les différentes institutions et permettant une appropriation des obligations légales par les salariés. 
Enfin, les salariés sont aidés dans la formulation d'un projet de formation, et avant l'issue de leur contrat, dans leurs éventuelles démarches de recherche d'emploi durable.

Impact(s) :
- La légalisation de cette activité de restauration africaine, outre qu'il résout des problèmes d'hygiène des repas fournis aux travailleurs migrants, apparaît comme un support intéressant à l'insertion sociale et professionnelle de migrants n'ayant jamais travaillé en France ou n'ayant pas accès au marché du travail classique (problèmes linguistique, de formation').
- La Mairie de Saint-Denis et la Mairie d'Epinay connaissant les activités de Taf et Maffé l'ont sollicité ponctuellement pour des commandes de repas africains.
- Un réel partenariat Etat, ville, Sonacotra a existé pour mettre en place cette nouvelle structure professionnelle.

Partenaire(s) :
Ville de Saint-Denis
DDTEFP
ANPE
DDASS
Plaine Commune
PLIE
Fondation Abbé Pierre
Sonacotra

Moyens :

Humains :
un encadrante technique professionnelle (cuisinière s'attachant à transmettre les gestes professionnels et à suivre le travail des salariés en insertion) ; un responsable de l'accompagnement social et du suivi du parcours professionnel des salariés en insertion.

Matériels : 14 salariés dont 10 en contrat ; un espace de restauration professionnel équipé (200m2) mis à disposition de l'association Taf et Maffé par la Sonacotra (au sein du foyer Bachir Soumi à Saint-Denis) ;
une salle de restauration équipée (100m2) de 48 couverts ; un bureau équipé d'un ordinateur d'une imprimante d'une ligne téléphonique d'un bureau et étagères dans les locaux d'Objectif Emploi.

[ Retour ]