Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Prix Ocirp : un bon cru 2017
Remis à Paris le 29 juin dernier, la 10ème édition du Prix OCIRP Handicap a récompensé dix acteurs économiques particulièrement engagés pour l’inclusion des personnes en situation de handicap. Partenaire du prix depuis sa création, l’Odas, représenté par son Directeur général Didier Lesueur, a notamment remis le prix de la catégorie « Réalisations et partenariats territoriaux » à l’association Envie Anjou, qui collecte et recycle du matériel médical. L’Association Droit Pluriel, présidée par Anne Sarah Kertudo (voir son portrait) a été primée dans la catégorie « Citoyenneté ». Le prix a également mis en valeur plusieurs actions impliquant l’utilisation des nouvelles technologies, qu’il s’agisse d’applications (handivalise, AVA), d’outils numérique (Dyscool) ou de FabLab (Fablife).
>En savoir plus
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Insertion arrow Sésame, un service d'écoute et de soutien vers une insertion sociale ou professionnelle - 78 - La Celle-Saint-Cloud 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Sésame, un service d'écoute et de soutien vers une insertion sociale ou professionnelle - 78 - La Celle-Saint-Cloud



Mis à jour le: 04-12-2008

Contact action : >> HERVE Stéphanie : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Développement périurbain
  • Lutte contre l'exclusion sociale
  • Gouvernance, partenariats institutionnels

Région : Île-de-France

Sur le vif :
"Toutes les activités de Sésame sont enrichissantes. Au moins, je ne reste pas tout seul dans mon coin. J'y ai appris à aimer la cuisine et l'activité journal du vendredi m'occupe. Je me sens mieux, j'ai repris confiance. Les activités m'ont apporté un bien-être' à part l'activité jardinage que je n'aime pas, je n'y participe pas! Sinon, toutes les autres, ça va! Mes projets sont de retravailler à la rentrée de septembre." Un bénéficiaire.

Porteur(s) de l'action :
Sesame

Objectif(s) et bref descriptif :
Pour aider à l'insertion de personnes "à risque élevé de rupture sociale",  trois Villes, un Conseil général et un réseau de bénévoles d'associations caritatives implantées sur le territoire intercommunal, créent un lieu d'accueil collectif.

Origine(s) :

L'action résulte d'une étude de besoins réalisée en 1999 et 2000 sur le territoire de trois communes des Yvelines: La Celle St Cloud, Bougival, et Louveciennes. Cette étude est demandée et financée par le Conseil général, les trois communes, le Comité pour la promotion de l'enfance et de l'adolescence et la délégation locale du Secours catholique et de la Croix rouge.

Les résultats de l'étude des besoins ont montré:
- que certains besoins ne sont pas pris en compte notamment dans le domaine de l'insertion sociale pour un public défavorisé, souvent isolé, bénéficiaire des minima sociaux, et dont le parcours est caractérisé par des échecs répétés qui accentuent la perte de confiance en soi et dans les autres ;
- que les actions locales d'insertion professionnelle auprès de ce public sont pour certaines inadéquates :actions trop ponctuelles, actions présupposant une capacité immédiate d'insertion professionnelle;
- que les lieux d'accueil existants sur le territoire sont inadaptés;
- et enfin que les réponses traditionnelles d'aide individualisée à la personne sont insuffisantes. Si environ 70% de bénéficiaires du RMI sortent du dispositif en deux ou trois ans, 30% sont en plus grande difficulté et nécessitent un accompagnement soutenu et des offres d'insertion adaptées.

A partir de ce diagnostic partagé, les partenaires décident de créer un lieu d'accueil innovant: Sesame. Ce lieu se base sur un projet d'accueil collectif répondant aux besoins d'insertion sociale pour un public à risque élevé de rupture sociale placé dans un environnement urbain, économique, et culturel favorisé. Accueil collectif associé à un accueil individualisé.

Description détaillée :

L'ouverture au public de l'accueil collectif en 2001 se limite dans un premier  temps à deux après-midi par semaine, à titre expérimental. Des ateliers thématiques sont mis en place (sur l'euro, la nutrition) animés par un professionnel, un intervenant extérieur, et un bénévole.

Actions collectives pour insérer

A partir de 2002, un nouveau fonctionnement hebdomadaire est expérimenté. Des activités collectives diversifiées (informatique, écriture, expression picturale, cuisine, vidéo) sont organisées selon les suggestions des convives, nom donné aux personnes participant aux activités de Sesame et selon des propositions de l'équipe d'intervenants. Elles ont lieu chaque après-midi de la semaine. Ce fonctionnement est maintenu jusqu'à la fin 2005. Les activités collectives ne sont pas une fin en soi mais un support d'insertion sociale : elles évoluent donc dans le temps et l'espace et permettent aux "convives" de nouer des liens avec les structures socioculturelles environnantes.

Suivi individualisé pour adapter

Complémentaire à l'accueil collectif, un accueil individualisé est confié à la chargée d'insertion (mise à la disposition par la mairie de La Celle St Cloud) qui, par des entretiens individuels évalue avec chaque convive les besoins prioritaires avant tout projet de recherche d'emploi. Besoins qui peuvent correspondre à un accompagnement physique dans les administrations ou à un soutien dans la recherche d'un dentiste qui accepte la CMU0... Cet accompagnement est en général poursuivi par le travailleur social ou le bénévole ayant orienté la personne vers Sésame. Un entretien individualisé trimestriel entre le convive et la chargée d'insertion permet d'estimer les changements (santé, estime de soi, démarches d'insertion sociale et/ou professionnelle) survenus dans le parcours. Progressivement des objectifs contractualisés peuvent être établis. Leur atteinte sera évaluée tous les six mois par un professionnel de l'espace territorial.

Nouveaux partenariats, nouvelles pratiques professionnelles
Fruit d'une forte volonté politique portée par les élus locaux et le Conseil général, le partenariat a initié un séminaire annuel du "Réseau Insertion" qui réunit plus de 60 participants.Réseau qui actualise "le livret contact", annuaire des partenaires de l'insertion, destiné à tous les travailleurs sociaux et bénévoles.
Pour les professionnels, l'action de Sesame modifie leurs pratiques. L'accompagnement collectif suscite souvent chez les personnes concernées une demande de plus grande proximité avec les intervenants (questions sur leur vie privée'). En 2006, est mis en place un groupe d'analyse des pratiques permettant une réflexion sur le positionnement et la distance des professionnels dans la conduite d'une action collective.
En outre, le travail entre professionnels et bénévoles mêle des approches et des modes d'être différents qui, sans chercher à les unifier, nécessitent d'être parfois réajustés.Enfin, l'esprit de réussite manifesté par l'ensemble des professionnels maintient cette action collective, quels que soient les changements survenus dans l'équipe projet.

Impact(s) :
De 2001 à 2004, 154 personnes (en majorité des hommes), ayant en moyenne plus de quarante ans, ont fréquenté au moins une séance d'animation. La moyenne de fréquentation des ateliers est d'environ six personnes. En plus des ateliers, 110 suivis spécifiques individualisés,ont été mis en place.

De 2002 à 2004, 60% des personnes suivies ont été accompagnés sur un parcours d'insertion professionnelle. Les derniers chiffres en 2004 pour les personnes orientées vers l'emploi font état de 26% de sortie de sésame vers des contrats à durée indéterminée, 18% en insertion par l'activité économique, 11% en stage et 11% en contrats aidés'

Si un mieux être des convives est difficilement quantifiable, il peut être affirmé que Sesame a été un réel sas de resocialisation et de retour vers l'emploi. Depuis 2005, Les partenaires du territoire orientent un public plus diversifié, en plus grande désinsertion sociale et psychologiquement plus vulnérable. Pour ce public, les résultats en terme d'insertion sociale ou de projet vers une reprise d'activité professionnelle sont moindres et ce, d'autant plus que les intervenants observent que la participation des convives aux ateliers ne se renouvelle pas.
En 2006, l'organisation de l'accueil collectif (non venue des convives à tous les ateliers) et du suivi individualisé (plus forte "contractualisation" d'un projet socio-professionnel) sont envisagés dès le début de la rencontre entre convives et professionnels afin de maintenir les objectifs initiaux de Sesame.

Partenaire(s) :
Un comité de pilotage collégial réunit les partenaires: le maire adjoint du secteur social sur chacune des trois communes, les responsables administratifs des CCAS et services sociaux des trois villes, la direction de l'action sociale du Conseil général des Yvelines représentée par la responsable de l'espace territorial et le référent d'insertion territoriale, des responsables d'associations caritatives.

Les porteurs de l'action sont issus du partenariat: un chargé d'insertion municipal désigné par les trois communes, un cadre technique accompagnant l'équipe de travailleurs sociaux de l'Espace territorial intervenant dans la structure Sesame, un réseau de bénévoles des associations caritatives impliquées sur le territoire intercommunal.

Moyens :

Budget global de l'action :  64 433 '. Frais de personnel : 50% du budget

Depuis 2001, la répartition des financements s'effectue de la façon suivante :
- Les frais d'investissement et les frais de fonctionnement sont pris en charge dans leur intégralité par la Commune de La Celle saint Cloud. Un local est mis à disposition par la ville.
- Tous les frais généraux et les dépenses pédagogiques (frais d'assurance, de téléphone, de transport, alimentaires, d'abonnements en documentation et autres frais exceptionnels ou ponctuels) sont répartis entre les deux villes partenaires. Les montants sont évalués au prorata des convives provenant de ces deux communes.
- Les frais de personnel : le Conseil général porte l'intégralité du coût d'un équivalent temps plein d'animateur dans le cadre du Programme départemental d'insertion. La ville de La Celle Saint Cloud prend en charge le quart d'équivalent temps plein de la chargée d'insertion mise à disposition par la ville sur le projet. Elle intervient sur le coût supplémentaire occasionné par la participation d'intervenants extérieurs. La DDASS intervient en soutien sur un montant fixe depuis le début de l'action Sésame.

En Ressources humaines

- Assistantes sociales et Conseillères en économie sociale et familiale du département (intervention à temps partiel et selon les ateliers) ;
- Une chargée d'insertion municipale à temps plein ;
- Des bénévoles des associations caritatives ;
- Des intervenants ponctuels sportifs, culturels, médicaux.

En matériel
Les locaux de Sesame sont mis à disposition par la mairie de la Celle-St-Cloud. Ils sont en proximité de la cité administrative, de la mairie, de la sécurité sociale et de l'Espace territorial et non loin de l'Espace solidarité emploi destiné à favoriser l'insertion socio-professionnelle des demandeurs d'emploi, l'ANPE, le CIO, la Mission locale et l'association "Solidarités nouvelle contre le chômage".

[ Retour ]