Menu Contenu
Monique Fournier Laurent - « S’investir auprès des jeunes, c’est rester jeune ! »
Monique Fournier Laurent est la preuve que la retraite porte bien mal son nom. Depuis 10 ans, cette habitante de Creil ne cesse de militer pour une citoyenneté active au service de la collectivité. Des convictions dont elle s’est fait l’écho dans plusieurs ouvrages et qui motive son engagement auprès des jeunes, au sein du collectif GR21 et son implication dans sa ville. 
>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Le Reflet s’illustre
Il y a quelques mois, Apriles consacrait une fiche au Restaurant le Reflet, à Nantes. Un restaurant extraordinaire puisque cette entreprise ordinaire a relevé le défi d’intégrer dans son équipe six personnes porteuses d’une trisomie 21. Aujourd’hui cette belle aventure fait l’objet d’un livre. Joliment illustré, cet ouvrage a pour vocation de partager à grande échelle le savoir-faire de l’association Trinôme 44, qui a porté le projet, et de diffuser le plus largement possible cette expérience afin d’inciter un plus grand nombre d’employeurs à embaucher des personnes porteuses de handicap. D’autres initiatives similaires ont d’ailleurs vu le jour à Nîmes ou encore à Rennes et Paris avec les cafés Joyeux. Prix 20 euros à commander sur http://projet-lereflet.fr/ notre-livre/ 
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Autonomie arrow Perche Digital Séniors : quand le numérique encourage le dialogue entre les générations 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Perche Digital Séniors : quand le numérique encourage le dialogue entre les générations



Mis à jour le: 28-09-2018

Type d'action :

  • Relations de voisinage
  • Liens intergénérationnels
  • Lutte contre l'exclusion sociale
  • Jeunesse
  • Vie des séniors
  • Gouvernance, partenariats institutionnels
  • Participation des habitants
  • Bénévolat

Région : Centre

Sur le vif :
« Dans l’atelier il y a une dame de 91 ans. C’est incroyable, elle a encore envie d’apprendre. Elle pose des questions ne s’énerve pas quand elle n’y arrive pas. C’est génial, on a vraiment le sentiment de servir à quelque chose », une élève de première, 19 ans, future éducatrice de jeunes enfants.

Porteur(s) de l'action :
Perche Digital Séniors 

Objectif(s) et bref descriptif :

Afin de contribuer à la prévention de la perte d’autonomie et de favoriser le maintien du lien social auprès de séniors résidants sur un territoire rural du Département de l’Eure-et-Loir, une action de sensibilisation à l’utilisation d’outils informatiques (ordinateurs, tablettes…) a été initiée par un lycée agricole. Encadrés par une animatrice, des élèves animent, dans les communes volontaires, des ateliers collectifs et intergénérationnels réunissant une dizaine de séniors. Conduit en partenariat avec des acteurs du champ social et du développement économique du territoire, cette action, baptisée Perche digital séniors s’inscrit également dans une dynamique plus globale de développement du territoire, qui cherche à encourager l’implantation d’entrepreneurs de la silver économie.

Origine(s) :

Perche digital est né de la conjonction de plusieurs démarches, pédagogique d’une part et économique d’autre part. La première a été impulsée par le lycée agricole de Nermont à Nogent le Rotrou, établissement privé qui réunit sur deux sites 420 élèves, de la 4ème au BTS agricole. Cet établissement comporte également une filière Services aux Personnes et aux Territoires (SAPAT), dont les élèves montent régulièrement des projets collectifs afin de valoriser leur formation et de faire connaître l’établissement à l’échelle locale.

Progressivement, le lycée a tissé des liens avec différents acteurs du territoire et notamment le pôle d’équilibre territorial et rural (PETR) du Perche, un syndicat mixte qui accompagne 61 communes (42 000 habitants), dans le développement économique des différents secteurs d’activités locaux tel que le tourisme ou encore l’agriculture, ainsi qu’en matière d’urbanisme et de transition énergétique. Dans le cadre du programme européen Leader, le PETR a notamment engagé son territoire dans une dynamique de développement numérique, ce qui lui permet d’être retenu sur un projet de la communauté européenne, ReAAL.

Ce projet a pour but d’étudier l’impact de services numériques sur le bien-être, la santé et la vie active des séniors, dans une perspective de déploiement d’applications et de services issues de la Silver économie. A partir de 2015, 13 expérimentations sont conduites dans six pays auprès de 5 000 utilisateurs. En France, la société Trialog porte une de ces expérimentations afin de tester, sur un territoire rural et vieillissant, son application « Ici et Maintenant ». Baptisée Perche Digital, et soutenue par la Carsat centre-Val de Loire, cette expérimentation doit permettre à des retraités isolés, via l’usage de tablettes numériques, de recevoir des informations en matière de prévention (nutrition, mémoire…), de maintenir du lien social en ayant connaissance des activités organisées par leurs communes (agenda) ou en utilisant la messagerie pour échanger avec leurs proches.

Pendant 10 mois, 96 séniors de plus de 70 ans, repérés par les trois communautés de communes volontaires, sont sensibilisés à l’utilisation des applications développées par Trialog, à raison d’une séance de 2h00 par mois. A l’initiative de la Directrice du lycée de Nermont, six élèves volontaires de terminale SAPAT sont alors associés à la démarche dans le cadre des projets que l’établissement les encourage à mener. Lors des ateliers mensuels, aux côtés d’un adulte référent, ils accompagnent les séniors afin d’accéder à des services numériques. A la fin du programme ils en réalisent un bilan. Ce dernier confirme l’envie des aînés d’accéder à des services numériques mais souligne aussi la nécessité, avant même de développer des applications à leur usage, de les former en amont à l’utilisation des outils.

Aussi, le lycée de Nermont, avec le soutien du PETR et du Conseil Départemental, dans le cadre d’un financement pluriannuel de la Conférence des financeurs, décide de construire un nouveau programme d’initiation au numérique, impliquant des lycéens.

Description détaillée :


Une démarche inclusive et intergénérationnelle

En janvier 2016, une phase de prospection est initiée par le PETR auprès des communes. Afin d’intégrer le projet, celles-ci doivent mettre à disposition une salle bénéficiant d’une connexion internet correcte et s’engager à communiquer auprès des habitants de plus de 70 ans sur cette initiation aux outils numériques. Un an plus tard, 12 communes et 392 séniors sont concernés pour atteindre 21 communes et 692 séniors en septembre 2018. Face à l’engouement suscité par l’initiative, certaines communes ont même été amenées à créer plusieurs groupes de formations.

Pour mener à bien ce déploiement, une coordinatrice et formatrice est recrutée par le lycée afin d’être l’interface et l’interlocutrice directe auprès des communes et des séniors concernés. Cette personne se relaie avec deux autres formateurs appartenant au corps enseignant du lycée de Nermont qui a inscrit Perche Digital dans son projet d’établissement. Ainsi, tous les élèves de la 4ème à la terminale, réunis au sein de groupes fixes de cinq ou six élèves, interviennent chacun deux à trois fois par an dans la conduite des ateliers de formation. A la différence de l’expérimentation de 2015, les lycéens interviennent désormais sur leur temps scolaire. Un minibus permet à la formatrice et au groupe d’élèves de se déplacer dans la commune où a lieu l’atelier, munis d’une douzaine d’ordinateurs portables et de tablettes mis à disposition des séniors qui ne disposent pas encore de leur propre matériel.

S’adossant au temps de l’année scolaire, la formation comporte dix séances sur dix mois, à raison de 2h00 par mois. Les séances s’organisent par thématiques, selon les besoins émis par les séniors lors de l’évaluation de la première expérimentation. Les participants commencent ainsi par maîtriser les bases (utiliser les fonctions de l’ordinateur et/ou tablette, réaliser une recherche sur internet, gérer un agenda électronique…). Puis ils s’initient à des utilisations plus concrètes (démarches administratives, gestion du comptes bancaires, création d’albums photos…). Chaque séance est structurée en deux temps : une partie théorique, réalisée par la coordinatrice qui explique les processus, donne les consignes, remet un document support ; puis une mise en pratique où les lycéens guident les séniors, les aident à prendre confiance en eux et corrigent les éventuelles maladresses. Les petits effectifs des groupes (pas plus de 12 participants) permettent ainsi de consacrer suffisamment de temps à chacun (1 élève pour 2 séniors). Enfin, un petit quizz vient clôturer la séance pour valider le niveau d’acquisition.


Des bénéfices au-delà de la pratique numérique
Au cours de la formation, les aînés font le constat d’un réel sentiment de progression. Ils ont la satisfaction de s’initier à une technologie dont ils ont bien conscience de l’aide qu’elle peut leur apporter, ainsi que du changement de regard que peut générer sa meilleure maitrise auprès de leur entourage. Ils apprécient particulièrement le caractère intergénérationnel de cette initiative, soulignant la patience et la pédagogie dont les jeunes font preuve face à leurs difficultés et blocages. Mais ces ateliers sont également l’occasion de se rencontrer, de créer des liens avec ses pairs ainsi qu’avec les lycéens, liens qui perdurent au-delà de la formation. Certains séniors continuent d’ailleurs à se retrouver à la fin du programme pour s’entre-aider. Les organisateurs souhaiteraient les mobiliser pour devenir « des passeurs d’usages », sorte de personnes ressources qui continueraient à animer des temps de rencontres entre participants déjà formés. Pour l’instant, seuls trois d’entre eux se sont engagés dans ce suivi. Ces « permanences », qui restent à formaliser, seraient gérées localement à l’échelle de chaque commune et coordonnées avec l’aide logistique des secrétaires de mairie.

De leur côté, les jeunes éprouvent un sentiment d’utilité à travers les marques de reconnaissance qui leur sont adressées. Attentifs aux besoins, ils contribuent à atténuer l’appréhension initiale des personnes âgées. Pour les élèves de la filière SAPAT, c’est également l’occasion de faire valoir une première expérience dans le domaine des services aux personnes. Ce projet permet également à l’établissement de donner corps aux valeurs qu’il défend auprès de ses lycéens. C’est enfin une opportunité pour promouvoir les qualités de sa pédagogie auprès des entreprises locales, afin d’ouvrir de nouveaux débouchés professionnels pour les élèves.


A la recherche d’un modèle économique
L’ambition des porteurs de projet est désormais de pérenniser l’action et de développer un modèle économique moins tributaire des subventions publiques. A cette fin, perche digital pourrait bénéficier de l’ambition, portée par les collectivités locales et notamment le Département, qui a fait du développement numérique une de ses priorités. Elles entendent jouer sur leur proximité avec la région parisienne pour attirer des entreprises de la silver-économie. A terme, l’initiation proposée par Perche digital pourrait permettre de constituer un panel de quelques 600 séniors, formés aux usages numériques et potentiellement volontaires pour tester et expérimenter de nouvelles solutions (objets connectés, applications, domotique…), grâce aux liens de confiance établis lors des ateliers.

En prémices à cette évolution, le Lycée de Nermont a lancé en 2018 un living Lab qui proposera ce type de services aux entreprises. Un premier test est actuellement attendu avec une start-up, Selfadom. Elle a développé un diagnostic en ligne de l’adaptation de l’habitat, qui sera testé auprès de séniors initiés au numérique. Proposée pour l’instant gratuitement, cette première prestation doit permettre au Lycée de Nermont de construire une méthodologie, d’évaluer les ressources nécessaires, de définir le périmètre d’intervention ainsi que la valorisation financière d’une telle démarche.  

Impact(s) :
• Favorise le lien social des personnes âgées isolées
• Encourage les liens intergénérationnels
• Lutte contre la fracture numérique, facteur d’exclusion sociale des aînés
• Participe à la dynamique territoriale, notamment à la stratégie de Territoire Numérique du Pôle territorial du Perche 

Partenaire(s) :

L’expérience initiale, portée par TRIALOG, en partenariat avec le Lycée de Nermont et le pôle territorial du Perche a reçu le soutien de la commission européenne, de la Carsat Centre Val de Loire et de la Région Centre Val de Loire.

Son prolongement, sous la forme de Perche digital seniors, porté par le Lycée de Nermont et le PETR, repose sur un financement, hors appel à projet, de la Conférence des financeurs.

Moyens :


Humains :

Le fonctionnement de perche digital seniors mobilise 2 ETP, dont une coordinatrice recrutée à temps plein par le lycée, qui assure le suivi administratif et l’animation. Deux formateurs du lycée de Nermont interviennent également à temps partiel. Les élèves de la formation SAPAT du Lycée agricole de Nermont.

Financiers :
90 000 euros sur 3 ans (financement des postes informatiques, frais salaires, frais de déplacements, maintenance informatique, location du minibus etc)
Financement 2018 CARSAT : 25 000 €
Financement 2018 MDA d’Eure-et-Loir conférence des financeurs : 30 000 €

Matériels :
Les communes mettent à disposition une salle municipale et doivent garantir une connexion internet suffisante. Les ordinateurs et les tablettes sont quant à eux apportés par l’établissement scolaire. A cela s’ajoute un véhicule pour le transport des coordinateurs et des élèves.

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.
[ Retour ]