Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Prix Ocirp : un bon cru 2017
Remis à Paris le 29 juin dernier, la 10ème édition du Prix OCIRP Handicap a récompensé dix acteurs économiques particulièrement engagés pour l’inclusion des personnes en situation de handicap. Partenaire du prix depuis sa création, l’Odas, représenté par son Directeur général Didier Lesueur, a notamment remis le prix de la catégorie « Réalisations et partenariats territoriaux » à l’association Envie Anjou, qui collecte et recycle du matériel médical. L’Association Droit Pluriel, présidée par Anne Sarah Kertudo (voir son portrait) a été primée dans la catégorie « Citoyenneté ». Le prix a également mis en valeur plusieurs actions impliquant l’utilisation des nouvelles technologies, qu’il s’agisse d’applications (handivalise, AVA), d’outils numérique (Dyscool) ou de FabLab (Fablife).
>En savoir plus
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Autonomie arrow La main verte creuse son sillon 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

La main verte creuse son sillon



Mis à jour le: 16-10-2014

Contact action : >> HOERTER Pierre : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Emploi, Formation
  • Développement local rural
  • Intégration
  • Lutte contre l'exclusion sociale
  • Accès aux droits
  • Accessibilité, Mobilité
  • Gouvernance, partenariats institutionnels
  • Nouvelles pratiques professionnelles

Région : Alsace

Porteur(s) de l'action :
Association de droit local La Main Verte

Objectif(s) et bref descriptif :
Afin de former et d’employer en CDI des personnes en situation de handicap, l’association La Main Verte propose à des agriculteurs donneurs d’ouvrages de la région, la réalisation de travaux agricoles en prestation. Formés et diplômés en partenariat avec l’Education Nationale, les salariés réalisent tous types d’ouvrage en lien avec les métiers de la terre. Transférable, l’initiative mise en œuvre avec le concours de la Mutualité Sociale Agricole d’Alsace (MSA) et l’Adapei du Bas-Rhin, a donné lieu à la création du concept d’entreprise apprenante. Une modélisation que la CCMSA et la caisse d’Alsace s’emploient à promouvoir à travers l’édition d’un guide très complet d’une cinquantaine de pages, également réalisé en partenariat avec la Caisse des Dépôts et le Groupe Agrica. Cette publication a pour vocation de permettre aux futurs acteurs de ce type de projet de trouver des réponses, des outils et des points de vigilance, utiles à leur réussite.

>>Consulter l'article du Journal de l'action sociale rédigé par Apriles

Origine(s) :
Dans la région de Molsheim (67) se côtoient de multiples cultures spécialisées : des légumes à l’arboriculture, en passant par les vignes et le houblon. L’ensemble offre des tâches saisonnières pouvant donner lieu à une activité à l’année et donc à des CDI. C’est pour donner du travail aux nombreuses personnes précarisées de la région qu’un vigneron crée en 1990 avec deux autres exploitants La Main Verte. Mais les offres d’emploi générées par la structure ne sont finalement pas pourvues. Conscient de porter un projet de territoire, le responsable de la nouvelle structure comprend qu’il n’y arrivera pas sans le soutien des acteurs locaux. Pendant deux ans, il consulte les institutions alsaciennes et rencontre les préoccupations de l’Adapei du Bas-Rhin qui cherche à dynamiser le parcours professionnel des travailleurs accueillis dans ses établissements à travers un programme nommé Héraclès. En 1992, la main verte signe alors des contrats avec les premiers volontaires qui sortent de leurs structures pour travailler dans les champs.

Description détaillée :
La Main Verte n'est pas une entreprise agricole comme une autre. Sur la forme tout d’abord, contrairement à l’immense majorité des associations françaises, la Main Verte n’est pas Loi 1901, mais de droit local, une particularité propre aux territoires alsacien-mosellan. Sur le fond ensuite, la politique RH de l’institution est tout à fait originale puisqu'elle répond aux besoins saisonniers des agriculteurs donneurs d’ouvrage en mettant à leur disposition une main-d’œuvre handicapée à qui elle offre une qualification en même temps qu'un emploi à temps plein.Pour ce faire, l'association travaille sur le mode prestataire de sorte que l’agriculteur n’a rien à faire. Le chantier saisonnier est organisé de A à Z : la partie administrative est prise en charge ainsi que la gestion des plannings et les éventuelles difficultés auxquelles peuvent être confrontées les personnes en situation de handicap. Avec un chiffre d’affaire de 735000 euros, l’association a employé quelques 70 personnes – dont un tiers a intégré une entreprise classique - depuis sa création en 1990, et bénéficie localement d’un carnet d’adresse de plus de 75 clients. La Main Verte emploie aujourd’hui 24 personnes en CDI, toutes qualifiées pour les métiers de la terre. L’ancienneté maximale est de 19 ans, la moyenne est de 9 ans, la plupart rejoignant ensuite le milieu ordinaire.
Elles ont pour cela suivi une formation développée avec le ministère de l’agriculture et construite en partenariat avec un lycée agricole autour du concept d’apprentissage par la pratique (le travail formant). Le cursus est constitué d’allers-retours entre l’école et le terrain dans une succession de phases de sensibilisation, d’initiation, de professionnalisation et de certification. Les élèves sont alors en contrat de qualification ou de professionnalisation et, à l’issue du processus, ils obtiennent un diplôme reconnu par l’Etat qui constitue souvent un sésame pour le travail en milieu ordinaire.
La Main Verte, c’est en définitive une triangulation fertile entre l’offre de travail en milieu agricole, la demande d’emploi des personnes handicapés et le monde de la formation. Depuis son origine, la démarche suscite l’intérêt de la Mutualité Sociale Agricole d’Alsace qui s’est investit rapidement dans le projet. Celui-ci répond, en effet, aux enjeux de développement des territoires ruraux chers à l'institution. Comme pour tout salarié agricole, la MSA accompagne les travailleurs handicapés à travers l’action sociale et ses aides extralégales, mais elle investit aussi pour que cette idée essaime largement au-delà du territoire alsacien.

Les parties-prenantes de La Main Verte ont en effet pris conscience du potentiel de développement du concept et de sa reproductibilité. En 2014, au moins huit structures travaillent sur le modèle de La Main Verte dont l’expérience a fait éclore une nouvelle notion : celle d’entreprise apprenante en agriculture. Une modélisation que la CCMSA et la caisse d’Alsace s’emploient à promouvoir à travers l’édition d’un guide très complet d’une cinquantaine de pages. Egalement réalisé en partenariat avec la Caisse des Dépôts et le Groupe Agrica, la publication a pour vocation de permettre aux futurs acteurs de ce type de projet de trouver des réponses, des outils et des points de vigilance, utiles à leur réussite.


"La main verte", L'insertion des handicapés par... par Alsace20

Impact(s) :
- Formation et Insertion des travailleurs en situation de handicap
- Dynamisation des partenariats locaux

Partenaire(s) :
Msa d'Alsace
Adapei du Bas-Rhin
Education nationale

Moyens :
Financiers :
Chiffre d'affaire annuel : 735000 euros




>>Télécharger le guide Entreprises Apprenantes

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.
[ Retour ]