Menu Contenu
Monique Fournier Laurent - « S’investir auprès des jeunes, c’est rester jeune ! »
Monique Fournier Laurent est la preuve que la retraite porte bien mal son nom. Depuis 10 ans, cette habitante de Creil ne cesse de militer pour une citoyenneté active au service de la collectivité. Des convictions dont elle s’est fait l’écho dans plusieurs ouvrages et qui motive son engagement auprès des jeunes, au sein du collectif GR21 et son implication dans sa ville. 
>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Le Reflet s’illustre
Il y a quelques mois, Apriles consacrait une fiche au Restaurant le Reflet, à Nantes. Un restaurant extraordinaire puisque cette entreprise ordinaire a relevé le défi d’intégrer dans son équipe six personnes porteuses d’une trisomie 21. Aujourd’hui cette belle aventure fait l’objet d’un livre. Joliment illustré, cet ouvrage a pour vocation de partager à grande échelle le savoir-faire de l’association Trinôme 44, qui a porté le projet, et de diffuser le plus largement possible cette expérience afin d’inciter un plus grand nombre d’employeurs à embaucher des personnes porteuses de handicap. D’autres initiatives similaires ont d’ailleurs vu le jour à Nîmes ou encore à Rennes et Paris avec les cafés Joyeux. Prix 20 euros à commander sur http://projet-lereflet.fr/ notre-livre/ 
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Autonomie arrow Dijon, Ville amie des aînés : construire ensemble une ville pour tous - 21 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Dijon, Ville amie des aînés : construire ensemble une ville pour tous - 21



Mis à jour le: 01-03-2012

Type d'action :

  • Développement urbain, Vie des quartiers
  • Liens intergénérationnels
  • Accessibilité, Mobilité
  • Vie des séniors
  • Gouvernance, partenariats institutionnels
  • Nouvelles pratiques professionnelles
  • Participation des habitants
  • Diagnostic partagé

Région : Bourgogne

Sur le vif :

Porteur(s) de l'action :
Mairie de Dijon

Objectif(s) et bref descriptif :
Pour affirmer son engagement en faveur des personnes âgées, renforcer le dialogue avec les habitants et améliorer les conditions de vie de chacun et le vivre-ensemble, Dijon anime depuis 2009 une dynamique « Ville amie des aînés ». Démarche de labellisation à l'initiative de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le titre de « Ville amie des aînés » récompense les Villes menant une politique permettant aux personnes de « vieillir en restant actives » grâce à un travail continu et participatif sur l'ensemble des domaines de la vie urbaine. Pour Dijon, cette labellisation est l'occasion de donner une nouvelle impulsion à sa politique en faveur des personnes âgées, tout en renforçant la démocratie locale à travers une réflexion collective sur la place de chacun dans la ville.

Origine(s) :
En 2005, à Rio de Janeiro (Brésil), les participants du XVIIIe Congrès mondial de gérontologie et de gériatrie imaginent le projet « Ville amie des aînés ». Partant du constat d'une double évolution historique transformant les sociétés et les modes de vie, l'urbanisation et le vieillissement des populations, l'Organisation Mondiale de la Santé coordonne des instances et des experts du monde entier (Canada, Liban, Mexique') pour concevoir la démarche. Grâce à l'implication conjointe de pouvoirs publics, d'organisations non gouvernementales et d'universitaires, le protocole de recherche établi est appliqué dans 33 villes aux profils très divers : Islamabad (Pakistan), Melville (Australie), Udine (Italie), Nairobi (Kenya) ou encore New Delhi (Inde). Dans chacune de ces villes, sont organisés des groupes de discussion avec des habitants âgés qui témoignent des atouts et des difficultés de leur vie citadine. L'OMS recueille en outre l'expertise des aidants et des prestataires de soins publics et privés. La mise en commun de ces résultats permet de stabiliser les orientations et les modalités pratiques de la démarche « Ville amie des aînés », formalisées et diffusées dans le monde à travers un guide permettant à toute Ville volontaire d'impulser la démarche sur son territoire.

A partir de 2009, Dijon répond à cette invitation en initiant la démarche de labellisation « Ville amie des aînés ». Avec plus de 30 000 personnes âgées de plus de 60 ans sur une population de 155 000 habitants, la Ville de Dijon est confrontée, comme l'ensemble du territoire français, au défi du vieillissement de sa population et à la nécessaire adaptation de ses structures urbaines et sociales pour faciliter la vie de ses habitants, quels que soient leur âge et leur degré d'autonomie. Après avoir rejoint d'autres réseaux mondiaux, comme celui des « Villes Santé » de l'OMS en 2002 ou encore celui des « Villes amies des enfants » de l'UNICEF en 2006, Dijon souhaite officialiser son engagement en faveur des personnes âgées et renforcer les conditions d'une meilleure qualité de vie pour tous. Le nouveau projet de labellisation vise donc à affirmer une volonté politique de prise en compte des besoins et aspirations des habitants « seniors ». La stratégie est cependant globale : l'attention particulière portée aux populations âgées a vocation à s'intégrer dans un projet améliorant la vie de chaque Dijonnais et renforçant les interactions positives entre les habitants.

Description détaillée :
A partir d'un cadre conceptuel et méthodologique riche, Dijon mène depuis 2009 une démarche de « Ville amie des aînés » qui s'appuie sur la co-construction entre les différents acteurs de la Ville et les habitants. L'enjeu est de permettre à chacun d'occuper une place active dans la ville, pour une qualité de vie réelle.

Le cadre défini au niveau mondial : une Ville encourageant le « vieillissement actif »

Selon le cadre défini par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), « une ville-amie des aînés encourage le vieillissement actif en optimisant la santé, la participation et la sécurité des citoyens âgés, pour améliorer leur qualité de vie ». Cette définition fixe à la fois une philosophie générale, faisant référence à une certaine conception de la santé, et un cadre d'actions pour les municipalités souhaitant poursuivre la démarche.

Dans la conception générale du dispositif, le vieillissement rapide de la population, avec une part des plus de 60 ans qui représentera en 2050 22% de la population mondiale (contre 11% en 2006), est mis en relation avec un autre phénomène majeur des XXe et XXIe siècles : celui de l'urbanisation. Vieillissement de la population et urbanisation constituent des défis pour les pays développés comme pour les pays en développement. Sources d'opportunités, l'allongement de la vie et le développement des territoires urbains nécessitent des adaptations pour permettre à tous les citadins de pleinement bénéficier de ces progrès. La Ville amie des aînés prône ainsi un « vieillissement actif », ou encore une santé globale des citadins, grâce à une réflexion sur l'ensemble des domaines de la vie urbaine : transports, logement, participation à la vie sociale, etc.

La démarche s'appuie donc sur un cadre d'actions qui implique un travail dynamique et participatif autour de huit dimensions définies comme prioritaires :
- les espaces extérieurs et les bâtiments,
- les transports,
- l'habitat,
- la participation au tissu social,
- le respect et l'inclusion sociale,
- la participation citoyenne et l'emploi,
- la communication et l'information,
- le soutien communautaire et les services de santé.
Ces sujets ont trait à la fois à l'environnement physique des aînés, garant notamment de la mobilité et de la sécurité individuelles, à la participation et au bien-être mental et, enfin, aux représentations et aux comportements des autres habitants de la ville vis-à-vis des personnes âgées. Pour chacun de ces thèmes, la démarche d'élaboration commune du « Guide mondial des villes-amies des aînés », menée dans 35 villes du monde, a permis d'identifier des critères et une feuille de route. Ainsi, pour le thème « Espaces extérieurs et bâtiments », la feuille de route comprend : un environnement sain et propre, des espaces verts et des voies piétonnières, des bancs suffisamment nombreux, des trottoirs bien entretenus et antidérapants, etc.


A Dijon, rendre les habitants acteurs de la construction d'une ville « amie des aînés »

Dans la capitale bourguignonne, la démarche menée à partir de 2009 pour obtenir le label « Ville amie des aînés » ne constitue pas en soi une rupture par rapport aux politiques menées précédemment en faveur des personnes âgées. C'est surtout le processus qui est une opportunité à saisir pour la Ville, puisque la démarche est structurée autour d'un échange approfondi avec les habitants. La dynamique de dialogue est l'occasion de mieux prendre en compte les besoins des seniors, afin de réajuster éventuellement les politiques et d'initier de nouvelles actions. C'est aussi la possibilité d'impliquer les habitants dans une réflexion globale, en évoquant tous les sujets qui contribuent à la qualité de vie dans la ville.

La démarche a lieu en deux temps : une phase de diagnostic, puis une phase de définition des orientations et de conception des projets. De janvier 2009 à janvier 2010, la phase de diagnostic est scindée en plusieurs étapes : un premier bilan des actions municipales réalisées en direction des seniors, une consultation d'experts (démographes, sociologues, ') afin de mieux comprendre les différents enjeux à l''uvre et d'élaborer une méthodologie de consultation et, enfin, une dernière étape qualitative d'interrogation des habitants. Les différentes thématiques définies par l'OMS sont alors abordées, afin de permettre aux Dijonnais d'exprimer leurs perceptions de la ville, leurs besoins et leurs attentes. Trois groupes et huit entretiens individuels sont organisés, avec l'appui technique de TNS Sofres, lors de ce diagnostic participatif.

Au cours de la deuxième phase, des groupes de travail thématiques sont mis en place afin de faire participer les habitants de tout âge à la définition du plan d'action. La présentation officielle de ce plan d'action par le maire en avril 2010 aboutit à l'obtention du label « Dijon Ville amie des aînés » en octobre 2010. La démarche de planification se poursuit avec, au premier trimestre 2011, la définition des engagements de la Ville dans le cadre du projet de ville, sur la base des travaux réalisés avec les habitants. Afin de suivre les évolutions de ces différents engagements et d'en mesurer les impacts, trois groupes de travail, ouverts aux habitants, sont installés. Un des axes retenus dans le plan d'action est de créer un observatoire de l'âge, afin de travailler de manière continue et partenariale (associant élus, habitants seniors et représentants d'associations) sur l'adéquation entre les politiques menées et les besoins identifiés.


La qualité de vie passe par un rôle actif de chacun dans la ville


Outre la poursuite des politiques visant à améliorer le cadre « physique » des habitants seniors et, par la même occasion, de tous les Dijonnais (logement, transports accessibles avec notamment la construction du tramway, '), la démarche « Dijon Ville amie des aînés » (DIVAA) est l'occasion de s'interroger sur la place de chacun dans la ville, ainsi que sur les liens qui peuvent s'y nouer. Ainsi une stratégie volontariste de mobilisation des habitants se dessine autour de l'Office des personnes âgées de Dijon (OPAD), une association qui organise depuis 1974 des activités de loisirs (culture, sport, art, expression') pour les personnes retraitées et qui encourage le bénévolat des habitants autour de la vie associative. A l'issue de la réflexion autour de DIVAA, l'OPAD est identifié comme une structure particulièrement porteuse pour renforcer les dynamiques de solidarité entre les habitants, jeunes et moins jeunes.

L'OPAD portera dès janvier 2012 l'observatoire de l'âge, ce qui permettra de poursuivre la réflexion d'ensemble de manière collective (élus, professionnels, habitants). Une Maison des seniors est également en projet, avec un café des seniors. Cette Maison, portée par l'OPAD, aura vocation à être un lieu convivial de rencontres, d'échanges, mais aussi d'accès à l'information et d'appui dans la réalisation de différentes démarches. Dans le cadre de l'OPAD, les seniors de Dijon peuvent participer à la vie sociale et être dans une dynamique d'apprentissage grâce aux très nombreuses activités proposées : ateliers de peinture ou d'artisanat, cours de langues étrangères ou d''nologie, chorale, randonnées pédestres ou encore ateliers informatiques'

Les jeunes retraités, comme tous les Dijonnais de plus de 18 ans, peuvent également contribuer bénévolement au fonctionnement de l'OPAD. Des liens intergénérationnels ont ainsi l'occasion de se nouer, entre différentes générations de retraités ou entre seniors et jeunes adultes. Le portage de livres et de disques est un exemple de solidarité au profit des personnes les plus fragiles et isolées. Pour le programme « Seniors en vacances », une trentaine d'étudiants d'une école de commerce participent à l'organisation du séjour, en démarchant les opérateurs touristiques, mais aussi en accompagnant les seniors lors du voyage.

Afin de renforcer la participation sociale et citoyenne des personnes âgées, il s'agit de multiplier les supports et les modalités d'action afin de s'adresser au plus grand nombre de personnes possible. Une collaboration avec l'association Binôme 21 permet à la Ville de soutenir le logement intergénérationnel. Sur le thème de l'emploi, l'association Egée cherche à favoriser la solidarité entre les retraités et les jeunes; d'anciens cadres deviennent ainsi des tuteurs auprès des jeunes, afin de leur faire découvrir la réalité du travail en entreprise et de les aider dans la recherche d'emploi. A travers les ateliers cuisine organisés à l'OPAD, les personnes âgées ont l'occasion de faire découvrir leurs talents culinaires. Avec toutes ces démarches, il s'agit autant de nouer des liens entre les habitants que de valoriser les compétences des aînés, de renforcer leur sentiment d'utilité. Afin de permettre à chacun de prendre sa place dans la ville, des tarifs réduits sont systématiquement proposés aux personnes disposant de peu de ressources.

Impact(s) :
-Environ 300 personnes (essentiellement des personnes de plus de 55 ans, mais pas seulement) ont participé aux différents groupes de travail (diagnostic et groupes thématiques).

-1700 membres de l'Office des personnes âgées de Dijon (OPAD) et 130 bénévoles dont une majorité de seniors.

-Label « Dijon Ville amie des aînés » obtenu en octobre 2010 : officialisation et reconnaissance d'une écoute et d'un engagement marqués de la Ville à l'égard des personnes âgées.

-Dynamique internationale d'échanges entre les « Villes amies des aînés » : des échanges de pratiques avec des Villes comme Genève ou Dublin, des rencontres régulièrement organisées, une commission internationale créée à l'OPAD.

-Ouverture en janvier 2012 d'un Observatoire de l'âge afin de poursuivre la démarche d'évaluation participative des besoins des habitants et des politiques menées.

Partenaire(s) :
Principal partenaire de la démarche : l'Organisation Mondiale de la Santé.

De nombreux partenaires locaux associés à toutes les phases de la démarche : les associations, notamment les associations d'aide à domicile (Mutualité Française, ADMR'), la Caisse d'assurance retraite et de la santé au travail (CARSAT), le conseil général de Côte d'Or, les bailleurs sociaux, etc.

Moyens :
Moyens humains : à l'OPAD, 10 agents (animateurs) mis à disposition par le CCAS de Dijon, 1 directeur, des vacataires, 130 bénévoles.

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.
Contact action : Françoise TENENBAUM
maire adjointe déléguée à la solidarité et à la santé
Mairie Dijon
Mairie de Dijon Place de la libération
21000 Dijon
Tel: 03 80 74 51 51
Mail: fdubois@ville-dijon.fr
[ Retour ]