Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Appel à projet Parentalité
The Human Safety Net, la fondation du Groupe Generali, consacre un programme en faveur de l’accompagnement à la parentalité de familles très défavorisées. Dans ce cadre, un appel un projet a été lancé concernant des actions d’aide aux parents dans leur rôle éducatif, de renforcement du lien parents-enfants, de prévention de la pauvreté, avec comme objectif de redonner confiance aux familles dans leur responsabilité éducative. A l’issue de cet appel à projets, un jury sélectionnera une dizaine d’actions, qui se partageront une dotation de 300 000 euros. Les dossiers de candidature sont à retourner au plus tard pour le 15 janvier.
En savoir plus thehumansafetynet.org

>Télécharger le dossier de candidature
>Télécharger le réglement
>Télécharger le guide d'inscription
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Autonomie arrow Une maison de retraite éclatée à l'échelle d'un territoire à 64 - Canton d'Arzacq 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Une maison de retraite éclatée à l'échelle d'un territoire à 64 - Canton d'Arzacq



Mis à jour le: 05-12-2008

Contact action : >> LAIR Claudette : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Développement local rural
  • Soutien aux aidants
  • Vie en établissement

Région : Aquitaine

Sur le vif :

Porteur(s) de l'action :
La Maison de retraite d'Arzacq

Objectif(s) et bref descriptif :
Pour rapprocher les résidents de la maison de retraite du canton de leurs proches et de leur village, recréer une ambiance familiale et s'intégrer au village, une maison de retraite est organisée en quatre structures à effectifs réduits implantées dans les villages. Un dispositif qui permet à des personnes âgées notamment des malades d'Alzheimer de rester proche de leur environnement et de leur entourage.

Origine(s) :
En milieu rural, la localisation des maisons de retraite dans les villes a pour conséquence d'éloigner les personnes âgées de leur village d'origine et par la même de leurs proches. C'est pourquoi le Conseil général des Pyrénées-atlantiques expérimentente un nouveau concept sur une zone spécifique: la maison de retraité éclatée. Avec une maison mère et trois structures annexes implantées dans quatre villages différents.

Description détaillée :
Il y a sept ans, le constat est fait que la maison de retraite d'Arzacq (commune rurale de 919 habitants) ne parvient plus à répondre à la demande. Il serait nécessaire de créer 80 places supplémentaires. En 2000, la directrice de la maison de retraite évoque auprès du conseiller général du canton, une initiative menée en milieu urbain: la création dans des quartiers de petites unités Alzheimer reliées à l'hôpital. Sur ce modèle et avec l'accord des services de l'Etat et du Conseil général, l'idée retenue est de créer 78 places réparties sur trois unités dans les villages de Malaussanne (419 hab.), Mazerolles (749 hab.) et Morlanne (428 hab.). Inaugurée en septembre, Malaussanne est la première structure ouverte, les deux suivantes étant prévues pour Janvier et Mai 2007. Les trois unités sont construites sur le même schéma : 23 résidents en accueil définitif, dont huit malades d'Alzheimer, un accueil temporaire et deux accueils de jour. De plus, en tant qu'EHPAD, la prise en charge des résidents les plus dépendants est assurée jusqu'à la fin ce qui évite un autre déménagement pour les personnes âgées.

A Malaussanne, la structure s'intègre bien dans le village : - géographiquement : elle est proche de l'église, de l'école, des commerces.
- socialement : visite d'habitants du village qui se proposent spontanément d'accompagner les résidents à l'église, de les aider à lire le journal'
Des projets intergénérationnels avec l'école sont également en cours d'élaboration (visite des enfants une fois par mois, ateliers partagés').

Impact(s) :
Cette action est d'abord bénéfique en terme de relations humaines. Le nombre peu élevé des résidents accueillis dans les unités permet de favoriser les contacts entre personnel, personnes agées. En outre, les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer sont plus calmes que dans une grande structure. La localisation des unités rapproche les résidents de leurs familles et les visites sont plus nombreuses. L'impact est également économique puisque tous les recrutements sont locaux.

Partenaire(s) :
Le porteur de l'action est la directrice de la maison de retraite d'Arzacq ainsi que le conseiller général du canton. Le projet est financé par l'Etat et le conseil général. Un budget commun a été voté et réparti également dans les trois unités.

Moyens :
Les trois structures disposent de 15 personnes (aides-soignantes, agents hospitaliers et une maîtresse de maison).
Le personnel de direction n'a pas été multiplié puisqu'il existe une directrice unique pour les quatre unités avec des services administratifs communs.
Le département a versé une subvention de 106 714' à l'ouverture de la dernière unité, au titre de la création de cet établissement.

[ Retour ]