Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Appel à projet Parentalité
The Human Safety Net, la fondation du Groupe Generali, consacre un programme en faveur de l’accompagnement à la parentalité de familles très défavorisées. Dans ce cadre, un appel un projet a été lancé concernant des actions d’aide aux parents dans leur rôle éducatif, de renforcement du lien parents-enfants, de prévention de la pauvreté, avec comme objectif de redonner confiance aux familles dans leur responsabilité éducative. A l’issue de cet appel à projets, un jury sélectionnera une dizaine d’actions, qui se partageront une dotation de 300 000 euros. Les dossiers de candidature sont à retourner au plus tard pour le 15 janvier.
En savoir plus thehumansafetynet.org

>Télécharger le dossier de candidature
>Télécharger le réglement
>Télécharger le guide d'inscription
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Vie des territoires arrow O’près, au plus près des familles 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

O’près, au plus près des familles



Mis à jour le: 02-03-2016

Contact action : >> HUC Sylvie : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Education
  • Culture, Sport
  • Loisirs, Vacances
  • Développement urbain, Vie des quartiers
  • Relations de voisinage
  • Liens intergénérationnels
  • Lutte contre l'exclusion sociale
  • Protection de l'enfance
  • Parentalité
  • Nouvelles pratiques professionnelles
  • Participation des habitants
  • Bénévolat

Région : Languedoc-Roussillon

Sur le vif :
« Cette action tient surtout par la conviction et l’engagement des membres de l’association » La directrice adjointe de l’agence départementale de l’étang d’or.

Porteur(s) de l'action :
Association O’prés

Objectif(s) et bref descriptif :
Afin de proposer aux familles en situation de grande fragilité concernées par une mesure de protection de l’enfance un accompagnement éducatif basé sur le partage des actes du quotidien et de soutenir l’investissement parental, des professionnels engagés dans une association, O’près, mettent en place une action, Capactiv’34, qui expérimente des actions collectives co-construites avec les familles. Cet accompagnement a pour objectif la mobilisation des parents pour retrouver une place auprès de leur enfant et aussi la possibilité de partager des moments conviviaux en groupe mixtes, familles et professionnels bénévoles. Articulée autour de journées d’activité et de petits séjours de vacances cette action promeut le partage du quotidien entre familles et professionnels pour étayer le lien entre parents et enfants et aider les familles à se passer progressivement de l’étayage éducatif et se saisir des activités de droit commun. Un accompagnement au plus près qui instaure une confiance mutuelle entre usagers et professionnels facilitant ainsi l’évolution positive des situations.

Origine(s) :
Au début des années 2000 des travailleurs sociaux d’une agence de la solidarité de l’Hérault font le constat partagé de difficultés de travail commun avec les parents et les enfants dans les situations de placement, en particulier lors des temps d’hébergement des enfants le week-end. Pendant plusieurs années, et à l’occasion des réflexions liées au projet de loi réformant la protection de l’enfance, des groupes de travail informels à l’initiative de professionnels se mettent en place de 2002 à 2007, composés de travailleurs sociaux engagés par ailleurs dans diverses actions bénévoles, épicerie solidaire, café des parents… Ces professionnels veulent faire évoluer leurs pratiques afin de mieux accompagner les familles en difficulté éducative alors qu’ils font l’analyse que les mesures de protection mises en place ne permettent pas toujours de faire évoluer favorablement les situations. En effet, ils partagent le constat d’une difficulté à accompagner efficacement les liens parents enfants dans le cadre de séparations dues au placement, de mesures à domicile ou de retour à domicile suite à placement.

Par ailleurs, dans le cadre du suivi de leur situation et lors d’entretiens individuels, des parents ont été invités à exprimer leurs besoins. Ces échanges et les constats des professionnels (juges des enfants, travailleurs sociaux, centres sociaux…) ont été utilisés pour bâtir un diagnostic sur le territoire de l’agence de la solidarité de l’étang de l’or, l’une des 19 agences du département de l’Hérault située au sud de Montpellier. Cette dynamique va donner naissance à l’association O’près. Créée en 2008 elle se construit en dehors de toute institution, autour de l’idée d’échanges de pratiques professionnelles. Ce réseau constitué de professionnels engagés se réunit une fois par mois, sur le temps personnel de chacun, pour échanger sur les pratiques et mutualiser les compétences. Par ailleurs forte de ces échanges et du diagnostic, en 2012 l’association va commencer à expérimenter des actions collectives destinées aux parents concernés par des mesures de protection de l’enfance.

Cet engagement autour des pratiques professionnelles fait émerger la possibilité d’un accompagnement différent des familles suivies et perçues comme peu enclines au changement. Comment attendre de familles en grande difficulté qu’elles évoluent si les professionnels chargés de les suivre se placent eux-mêmes dans des postures éducatives figées ? Comment travailler autrement et surtout comment s’engager directement auprès des familles ?

Ces réflexions conduisent à proposer en 2012 d’expérimenter sur le territoire de agence départementale de la solidarité de l’étang de l’or une action d’accompagnement basé sur le « faire avec » à partir des besoins repérés et exprimés par des familles orientées par les travailleurs sociaux de l’agence et volontaires pour y participer : Cap’actif 34.
 

Description détaillée :
Le public cible de l’action Cap’actif 34 est celui des familles avec un enfant encore mineur, sans autre limite d’âge, concerné par une mesure de protection de l’enfance, le plus souvent un placement. Les familles sont orientées par les travailleurs sociaux de l’agence qui suivent leur situation. Les objectifs fixés sont nombreux :

  • favoriser le lien familial
  • valoriser les compétences parentales, faire des choses ensemble
  • prévenir les difficultés éducatives
  • rompre le sentiment d’isolement des parents
En effet les familles sont fragiles, ce qui motive la mesure de protection du ou des enfants. Elles vivent souvent dans la honte d’avoir un enfant placé ou concerné par une mesure éducative et s’isolent d’autant plus.

Orientée par l’agence départementale de la solidarité du territoire de l’étang de l’or (Conseil départemental de l’Hérault), chaque famille est rencontrée et interviewée sur ses attentes et possibilités.

Les parents ont la possibilité d’adhérer sans que ce soit imposé et deviennent alors membres bénéficiaires de l’association qui leur propose son intervention à travers des actions collectives et un accompagnement individuel si la famille le souhaite. Les parents ne donnent pas seulement leur avis mais décident des activités. Une réflexion est d’ailleurs en cours sur le sujet de la distinction entre membres bénéficiaires et membres professionnels, sur la place de chacun dans la vie de l’association.

Des activités partagées
Les rencontres collectives sont organisées 2 fois par mois le samedi de 10h30 à 16h30, selon un calendrier élaboré annuellement et diffusé aux familles bénéficiaires. Deux professionnels sont présents pendant cette journée, un éducateur spécialisé et un animateur qui n’ont pas le même regard sur les familles et dont les interventions se complètent.

L’objectif est simple : partager un bon moment ensemble autour des actes de la vie quotidienne. C’est pourquoi par exemple, la cuisine est faite par tout le monde. Les parents se rendent alors compte que leurs enfants peuvent aider en cuisine si on les accompagne, qu’ils réussissent à se tenir correctement à table. Ces journées sont également l’occasion de jeux, d’activités, de sorties à proximité… Les activités choisies visent la prise de risque et la mise en confiance et peuvent être reproduites à la maison. Visiter un musée local, emmener les enfants à la plage toute proche, profiter des équipements touristiques de la région, autant de possibilités d’activités faciles à reproduire sans le soutien de l’association.

Finalement les parents sont beaucoup moins dans l’évitement et de réels échanges se mettent en place. L’absence de jugement, le partage des activités et la possibilité d’entraide facilitent en effet l’adoption par les parents de postures parentales responsables. Des parents habitués à se sentir jugés dans leur relation avec leurs enfants s’autorisent à expérimenter, à se tromper, à vivre une relation plus sereine sans craindre un compte rendu négatif.

Ces constats positifs et la participation active des familles ont permis de rapidement envisager des séjours de vacances ensemble. Une semaine de séjour au ski est organisée avec les familles volontaires pendant les vacances scolaires de février et tout le monde réfléchit à l’organisation possible : quel centre pour accueillir le groupe, quelles activités, comment faire pour la cuisine, quel budget, quelles aides de droit commun accessibles, quels choix d’activités avec le budget prévu ? Ce séjour est la seule activité qui donne lieu à un contrat de travail et une rémunération pour les professionnels sur la période du séjour.
Le partage d’activités, de séjours nourrit la relation parents enfants, créée des souvenirs partagés qui facilitent l’écriture d’une histoire commune fragilisée par le placement.

Un accompagnement individuel
Le travail de l’association repose sur la confiance étroite qui s’établit entre les membres de l’association. Les parents peuvent joindre l’association en dehors des temps de rencontre, en laissant un message téléphonique sur une ligne dédiée et un professionnel les rappelle dans les 24h. L’association qui se positionne clairement comme étant celle des parents, n’a pas de relation avec les établissements et les familles d’accueil. Si O’près peut contribuer à l’évaluation de la situation des familles, en lien avec l’agence départementale de la solidarité et exclusivement avec elle, c’est uniquement sur le sujet des liens parents-enfants et en accord avec les familles. Ce sont d’ailleurs ces mêmes familles qui, avec d’autres membres de l’association, participent aux différents comités organisés avec l’Agence départementale des solidarités et qui viennent y présenter l’action de l’association.

L’histoire de B., 15 ans, peut illustrer ce propos : alors que la mise en place de contacts avec sa mère, à la demande de celle-ci, malade psychique fréquemment hospitalisée, se fait via l’action Cap’actif 34, l’adolescente confie que sa famille d’accueil s’oppose aux liens mère-fille. Elle ne s’en était jamais ouverte à son référent éducatif pendant toutes les années de son placement. Avec la pleine collaboration de la mère et de la fille un changement de famille d’accueil a pu s’effectuer et des relations apaisées perdurer, en fonction de l’état de santé de la mère.

Aujourd’hui, l’action menée par O’près fait référence, tant auprès des futurs professionnels qu’auprès d’autres associations ou des institutionnels. O’près commence à être un lieu de formation pour les élèves animateurs qui découvrent ainsi que les activités peuvent se mener avec enfants et parents ensemble. Les parents de l’association se sont également impliqués dans l’organisation de la journée des parents portée par l’école des parents de l’Hérault qui anime par ailleurs le réseau Parentalité 34. Apportant leur témoignage dans 2 ateliers ils ont également tenu le stand de l’association O’près. Les activités de l’association ont favorisé l’émergence d’une réelle dynamique de groupe qui étonne favorablement les professionnels et l’intervention de l’association peut parfois orienter des décisions judiciaires en faveur de droits de visite et d’hébergement.

Impact(s) :

  • Les liens de confiance établis dans le cadre des activités partagées et des séjours permettent la mise en place de relations apaisées et plus égalitaires avec les professionnels de l’association et plus largement les professionnels de l’agence qui accompagnent les situations.
  • L’accompagnement au plus près des personnes bénéficiaires, conscientes du degré d’engagement des professionnels à leur égard, restaure une confiance mutuelle qui facilite l’évolution positive des situations.
  • Les professionnels expriment leur étonnement face à la capacité de mobilisation des familles. En effet ce sont les familles impliquées qui viennent elles-mêmes présenter l’action de l’association aux professionnels de l’agence départementale : un parent est maintenant membre du comité de pilotage et les familles sont présentes également lorsqu’il s’agit de demander des financements.
  • En 2015 8 familles ont bénéficié de l’action Cap’actif 34.

Partenaire(s) :
Conseil départemental, agence départementale de la solidarité du territoire de l’étang de l’or
CAF
CEMEA Languedoc Roussillon, centre de formation aux métiers du social
Centre social
Association Vacances ouvertes
Ecole des parents et des éducateurs

Moyens :
Financiers :
Budget de 15000 euros dont :

  • Conseil départemental 10 000 euros
  • CAF 5 000 euros, dans le cadre du REAPP
L’association est conventionnée par la CAF et par le Conseil départemental et a mis en place un comité technique des financeurs afin de suivre le fonctionnement budgétaire au plus près des attentes.
Les familles participent financièrement aux sorties à hauteur de 5 euros, le solde étant pris en charge par l’association, et payent leurs séjours.
L’association a investi dans du matériel de camping et un appareil photo.

Humains :
2 éducateurs et 4 animateurs dont 1 régulier et 3 ponctuels. Les professionnels sont bénévoles et défrayés les samedis. Ils sont rémunérés pendant les périodes de séjours de vacances sur la base de contrats de travail.
2 professionnelles coordonnatrices de l’association dont la présidente sont rémunérées 15h par mois si les finances de l’association le permettent en fin d’année.

Matériels :
1 véhicule est loué par le centre social en cas de besoin pour les séjours.
Un appartement de 2 pièces avec cuisine est mis à disposition de l’association par le CEMEA Languedoc Roussillon.

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.
[ Retour ]