Menu Contenu
Monique Fournier Laurent - « S’investir auprès des jeunes, c’est rester jeune ! »
Monique Fournier Laurent est la preuve que la retraite porte bien mal son nom. Depuis 10 ans, cette habitante de Creil ne cesse de militer pour une citoyenneté active au service de la collectivité. Des convictions dont elle s’est fait l’écho dans plusieurs ouvrages et qui motive son engagement auprès des jeunes, au sein du collectif GR21 et son implication dans sa ville. 
>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Où en est le DSL ?
C’est à cette question que s’efforce de répondre l’ouvrage rédigé à deux voix, française et québécoise, Les nouvelles dynamiques du développement social. Ses auteurs, Cyprien Avenel, sociologue et ancien collaborateur de l’Odas, et Denis Bourque, universitaire québécois ont construit leur réflexion autour de quatre questions : le rôle de l’Etat et la contribution des politiques sociales au développement des territoires ; l’ouverture des pratiques professionnelles du champ social à l’intervention collective ; le renforcement de la société civile et de la participation citoyenne ; l’enjeu d’une conception stratégique de la politique sociale comme instrument d’une dynamique de bien commun. Avec en bonus, un regard croisé franco-québécois.

Les nouvelles dynamiques du développement social, Cyprien Avenel, Denis Bourque, Editions Champ social, 2017
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Vie des territoires arrow Entour’âge : un réseau pour briser l’isolement des seniors 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Entour’âge : un réseau pour briser l’isolement des seniors



Mis à jour le: 19-03-2015

Type d'action :

  • Développement local rural
  • Relations de voisinage
  • Liens intergénérationnels
  • Lutte contre l'exclusion sociale
  • Soutien à domicile
  • Vie des séniors
  • Gouvernance, partenariats institutionnels
  • Bénévolat
  • Diagnostic partagé

Région : Midi-Pyrénées

Sur le vif :
«On observe une évolution des solidarités de voisinage, un changement de mentalités et cela ne va pas de soi aujourd’hui d’être dans le lien. Cette mise en relation, il faut la créer et l’animer ». Stéphanie Anatole, assistante sociale de la MSA Midi-Pyrénées Sud

Porteur(s) de l'action :
CCAS de Fleurance et MSA Midi-Pyrénées Sud

Objectif(s) et bref descriptif :
Afin de sortir les personnes âgées de l’isolement et de créer du lien social, la Mutualité sociale agricole (MSA) Midi-Pyrénées Sud et le Centre communal d'action sociale (CCAS) de Fleurance ont créé Entour'âge. Ce réseau met en lien des bénévoles et des seniors autour d’activités gratuites telles que l’écoute, l’aide à la marche, la lecture, les jeux de société, le tricot solidaire,… Des activités créatrices de lien qui permettent de développer des solidarités de proximité générationnelles et intergénérationnelles. Tisser le lien, c’est aussi prévenir les atteintes dues au vieillissement et favoriser le maintien en bonne santé des personnes qui avancent en âge.

Origine(s) :
En septembre 2012, la MSA Midi-Pyrénées engage avec de nombreux partenaires locaux intervenant auprès du troisième âge (services d'aide à domicile, services de soins infirmiers, clubs des aînés, partenaires sociaux, élus), un travail de réflexion partenarial pour une durée de trois ans sur le territoire de la Lomagne gersoise.

Ce travail s’inscrit dans le cadre de la signature, par ces différents acteurs, de la « charte territoriale de solidarité avec les aînés ». Proposée par la CCMSA (Caisse centrale de la Mutualité sociale agricole), ces chartes locales ont pour vocation de lutter contre l’isolement des personnes âgées et de développer les solidarités et les services autour des retraités sur les territoires ruraux les plus isolés. Elles sont proposées aux élus locaux par la MSA et conduites en étroit partenariat avec les acteurs et associations qui agissent en direction des personnes âgées.
Elles se basent sur différents constats : le maintien de conditions d’une vie de qualité à domicile ou en établissement pour les aînés constitue un enjeu majeur. Or, certains territoires ruraux sont particulièrement confrontés à un triple phénomène : un vieillissement démographique massif, une réduction des services indispensables à la qualité de vie, un accroissement de l’isolement et une dilution du lien social.
L’objectif de la démarche est donc d’engager un processus de développement social et de diagnostic territorial concernant la population âgée, axé sur l’organisation des solidarités et le développement de services et structures. Les trois champs d’action sont les suivants : le soutien au lien social ; la valorisation de l'expérience des aînés ; la prévention du vieillissement.

Ce travail se base sur un diagnostic partagé qui associe, aux côtés de l’expertise de la MSA, les élus et les habitants, et qui intègre aussi bien l’évaluation des dispositifs existants (aide à domicile, veille sociale, portage de repas…) que la réflexion sur de nouvelles actions à développer comme la mise en place de nouveaux outils et dispositifs permettant d’améliorer la vie des retraités et futurs retraités. Les réflexions, qui portent sur des thèmes variés tels que l’habitat, les déplacements, l’animation, la participation à la vie locale et le vieillissement en milieu rural nécessitent la mobilisation et la participation des habitants.

C’est donc dans ce cadre que, d’octobre à décembre 2012, deux travailleurs sociaux de la MSA Midi-Pyrénées Sud lancent un diagnostic participatif et partagé afin d’identifier les attentes et besoins du territoire de la Lomagne Gersoise.
Après avoir mené une analyse du territoire, ils rencontrent donc les acteurs locaux intervenant dans le champ du maintien à domicile (CCAS de Fleurance, conseil général du Gers, foyers ruraux, CARSAT Midi-Pyrénées, CLIC Lomagne-Ténarèze, CODERPA, CARSAT, RSI…) pour effectuer ce diagnostic.
Puis, ils réalisent un questionnaire pour interroger les seniors sur leurs besoins. Celui-ci est distribué aux clubs des aînés ruraux, ainsi qu’à des personnes « ressources ». Ces dernières sont des retraités qui intervenaient déjà bénévolement sur leur territoire pour briser l'isolement des habitants de leur village. Il s'agit principalement d’une ancienne assistante sociale MSA qui était chef de service et d'anciens maires de communes rurales. Ils connaissent donc bien leur territoire et ont repéré les personnes les plus fragiles. Ils ont été identifiés dans le cadre des partenariats de la MSA.
Cela permet de contacter à la fois une population désireuse de participer à des activités et une autre, plus difficile à atteindre. La MSA obtient ainsi une centaine de réponses.

L'analyse de ces données va mettre en évidence l’isolement des personnes âgées dont le réseau relationnel et les occasions de rencontres tendent à se raréfier au fil du temps. Une situation encore plus prégnante dans les territoires ruraux où les moyens de transport sont plus rares et le tissu social moins dense. Des insuffisances, encore plus préjudiciables aux personnes qui ne peuvent se déplacer par leurs propres moyens, qui provoquent des situations d'isolement et de perte de lien.
En parallèle, ce diagnostic permet de mettre en évidence que de nombreuses personnes âgées qui souffrent de la solitude aimeraient participer à des activités adaptées et que, par ailleurs une part non négligeable des nouveaux retraités est désireuse de participer à des actions de bénévolat.

En mars 2013, une réunion publique permet de présenter ces constats aux partenaires, aux élus et à la population intéressée par le projet. Les personnes présentes ont alors la possibilité de s’inscrire à deux groupes de travail afin d’élaborer un plan d’actions concerté ainsi qu’une étude de faisabilité de projets, autour des thèmes suivants :
-la prévention du vieillissement et la mise en place d’actions d’information et de prévention
-le soutien au lien social et aux solidarités de proximité / la valorisation des engagements et de l’expérience des aînés

Suite à la réflexion des deux groupes de travail et à la mise en commun des idées pour sortir les personnes âgées de l’isolement par le biais d’actions concrètes, va germer l’idée du réseau Entour’âge qui voit le jour début 2014. Mis en place pour créer des liens entre bénévoles et personnes âgées afin de rompre les situations d’isolement, ce réseau vise à proposer un grand nombre d’activités gratuites et conviviales. Il est alors décidé qu’il sera piloté par le CCAS de Fleurance.

Reste alors à le faire connaître et à le développer sur d’autres territoires. C’est pourquoi en juin 2014 une réunion d’essaimage du projet réuni les maires des communes du canton de Fleurance et Lectoure, des partenaires, des bénévoles, des bénéficiaires et des habitants.

Description détaillée :
Entour’âge est un réseau de bénévolat qui a pour objectif principal le développement des solidarités de proximité générationnelle et intergénérationnelle au travers, notamment, de la mise en lien entre un bénévole et un senior autour d’activités gratuites telles que la lecture, l’accompagnement à la marche, l’écoute, le tricot...

Formaliser le réseau
Si, à Fleurance, la population âgée confrontée à la solitude est importante, c’est également un territoire qui compte de nombreux nouveaux retraités désireux de s’engager dans des activités. Pour créer le réseau, les deux travailleurs sociaux de la MSA qui accompagnent la démarche vont donc s’appuyer sur un noyau de bénévoles pivots déjà investis sur leur territoire.

Puis rapidement, l’équipe du CCAS et les travailleurs sociaux de la MSA souhaitent formaliser les choses de façon administrative afin de définir un cadre précis. L’engagement est alors matérialisé par un dossier de candidature du bénévole et du bénéficiaire, une convention d’engagement réciproque, et une charte du bénévole qui pose le cadre éthique de l’intervention. Ces documents prévoient une intervention régulière (qui permet de sécuriser la personne visitée), des règles de discrétion, de confidentialité et d’écoute, une stricte séparation des tâches pour ne pas empiéter sur les attributions des professionnels intervenant auprès de la personne…

Chaque 4ème jeudi du mois, une réunion mensuelle réuni par ailleurs bénévoles, bénéficiaires et partenaires. Ce moment d’échange permet aux nouveaux inscrits de prendre connaissance du réseau et des activités proposées et de commencer à créer des liens avec les autres membres. C’est également un moment d’échange et de convivialité entre les participants où chacun fait part de son avis à propos des activités qu’il a fait durant le mois. C’est aussi un temps d’échange entre bénévoles, seniors et travailleurs sociaux qui animent les réunions à propos du contenu des activités où toutes les remarques sont les bienvenues dans le but de les améliorer. En effet, les participants construisent ensemble le réseau. Les suggestions des bénéficiaires et des bénévoles permettent ainsi de faire évoluer les activités en fonction des besoins et d’en développer régulièrement de nouvelles.
Cette réunion est très fréquentée car c’est un moment où tout le monde échange. Elle permet également aux personnes intéressées par le réseau de venir découvrir de quoi il s’agit avant de s’inscrire.


Le réseau
La majorité des bénévoles est constituée de personnes retraitées. Les bénéficiaires sont quant à eux des seniors rencontrés par les travailleurs sociaux de la MSA lors d’entretiens individuels où orientées par les partenaires (assistants sociaux, associations, professionnels de santé). D’autres bénéficiaires se rendent spontanément vers le réseau car ils en ont entendu parler par le bouche à oreille.

Pour structurer l’organisation, chacune des activités proposées est chapeautée par un référent bénévole. Le réseau peut ainsi proposer plusieurs activités telles que :

-L’aide à la marche: C’est une des premières activités qui a été mise en place et le nombre de participants ne fait que croître, elle a lieu tous les jeudis. Les participants sont soit des personnes qui viennent volontairement et qui marchent seules, sans assistance ; soit celles qui ont une mobilité réduite et qui ont besoin d’être accompagnées d’un bénévole. Dans ce cas, le bénévole va chercher la personne âgée à son domicile, l’aide à marcher en lui tenant le bras et le ramène chez elle à la suite de la promenade. C’est une activité qui permet de tisser de vrais liens entre les participants et c’est un rendez-vous qu’ils ne veulent surtout pas manquer.

- L’atelier « tricot solidaire » a pour objectif de confectionner des layettes pour les enfants des familles démunies du territoire, ainsi que pour les prématurés de l’hôpital.
Certaines personnes qui participent à cet atelier ont eu connaissance de celui-ci à l’occasion de l’événement « octobre rose » (dans le cadre du dépistage organisé du cancer du sein ). Lors de cet événement, les tricoteuses de l’atelier ont confectionné des vêtements roses pour habiller les fontaines de la mairie de la ville.
De plus, l’atelier tricot est une activité qui crée des liens intergénérationnels puisque le mercredi après-midi, les dames tricotent au milieu des jeunes (adolescents de l’Espace jeunes de Fleurance) qui font de l’informatique. Certains s’assoient à côté d’elles, sans rien dire, et d’autres engagent naturellement la conversation. Les participants apportent boissons et gâteaux pour partager des moments simples et conviviaux.

- L’atelier expression est une activité bimensuelle qui réunit bénéficiaires et bénévoles du réseau dans le but de partager et d’échanger autour d’un thème précis. Chacun effectue des recherches chez soi, sur l’histoire de son village par exemple, et les apporte lors de ces rencontres. C’est alors l’occasion de parler d’une histoire, d’une anecdote, d’un ouvrage etc. C’est un atelier où les seniors échangent entre eux et s’enrichissent mutuellement.
Outre le fait de valoriser leur expérience, ces ateliers contribuent à maintenir les fonctions cognitives des seniors, ce qui a des effets positifs pour la prévention du vieillissement.
Lors de cet atelier, des rencontres intergénérationnelles sont organisées pendant les vacances scolaires entre seniors et adolescents de l'Espace jeunes de Fleurance. Les jeunes jouent le jeu et viennent, eux aussi, avec des recherches qu’ils ont effectuées à domicile pour ensuite échanger autour du sujet de leur choix.

-Des visiteurs à domicile se rendre chez des personnes âgées pour leur tenir compagnie.

-Tous les 4èmes jeudi du mois, un repas convivial réunissant bénévoles et bénéficiaires précède la réunion mensuelle du réseau. Une occasion supplémentaire pour se rencontrer et partager. Le coût du repas est de 10 euros, ou de 5 euros pour les personnes à faible revenu.

- Dans une démarche d’accès à la culture, une rencontre intergénérationnelle au centre d’Art et de Photographie de Lectoure a lieu une fois par trimestre.


Créer des liens sur le territoire

Ce réseau répond à un réel besoin des personnes âgées en luttant contre leur isolement. Il permet à de nombreuses personnes âgées de sortir de la solitude et de rencontrer de nouvelles personnes. Il est également à l’origine d’une dynamique sur le territoire puisque des liens forts se créent entre bénévoles et bénéficiaires qui se téléphonent et se rencontrent en dehors des moments réservés aux activités. Bien souvent par exemple, après l’accompagnement à la marche, bénévoles et seniors se réunissent au café afin de continuer à partager des moments de convivialité.
En outre, une réelle solidarité existe au sein de ce réseau. Ainsi par exemple, bénévoles et bénéficiaires s’arrangent entre eux pour s’entraider en ce qui concerne les transports et déplacements pour se rendre sur les lieux des activités.


Un réseau en développement
Après quelques mois de fonctionnement réussi, la recette a désormais vocation à être transmise. L’objectif est de partager cette expérience de lien social pour pouvoir la développer sur d’autres communes. Pour ce faire, le CCAS de Fleurance propose d’accompagner les municipalités qui le souhaitent, dans le cadre d’un partenariat, afin de lancer un réseau sur leur secteur. Lorsque ce nouveau réseau disposera d’un groupe de bénévoles, de bénéficiaires et d’activités suffisant, la commune pourra le développer de façon autonome… et partager à son tour idées, activités et expérience.

Par ailleurs, courant 2015, d’autres activités devraient voir le jour comme à Fleurance comme :

- la réalisation d’un DVD destiné à faire connaître les activités du réseau et ainsi informer les personnes susceptibles d’être intéressées par ces actions, qu’il s’agisse des bénévoles, des bénéficiaires, des professionnels ou des élus. Ce DVD aborde dans un premier temps la vie et les solidarités d’autrefois grâce aux témoignages des seniors, puis dans un second temps les solidarités nouvelles au travers de la création du réseau Entour’âge.

-L’atelier bibliothèque à domicile: les bénévoles se rendront au domicile des personnes âgées qui le souhaitent et qui ne peuvent plus se déplacer afin de leur apporter des livres de la bibliothèque municipale et leur apporteront des livres. Ils leurs proposeront alors éventuellement de la lecture à haute voix.

-Un atelier culinaire réunira une fois par mois seniors et familles en situation de précarité. Les seniors auront alors la possibilité de réaliser une recette peu onéreuse et pourrons transmettre leur savoir-faire.

Impact(s) :
- Création de liens entre bénévoles, bénévoles et bénéficiaires, bénéficiaires, et avec les jeunes. L’action permet de recréer du lien de voisinage, de quartier.

- Rupture de l’isolement : tissage de liens, rencontres, échanges, convivialité.

- Maintien en bonne santé en restant actifs, toutes les fonctions cognitives sont en marche et cela a des effets positifs sur la prévention des attentes dues au vieillissement.

- En 2015, le réseau compte 60 inscrits (bénévoles et seniors confondus).

Partenaire(s) :
Ville de Fleurance, conseil général du Gers, CCAS de Lectoure et Miradoux, foyers ruraux, CARSAT Midi-Pyrénées, CLIC Lomagne-Ténarèze (centre local d’information et de coordination), club des aînés ruraux, CODERPA , CARSAT, RSI.

Moyens :

Financiers :

Pour l’instant, les activités n’ont nécessité que des moyens humains et peu de moyens financiers, mis à part la subvention de 1200€ accordée par la CCMSA pour l’action de prévention du cancer du sein « octobre rose ».
Afin de pouvoir développer les activités, une demande de subvention a été déposée auprès des partenaires comme la CARSAT, RSI, AGRICA, AG2I, CAF, Le conseil général etc.

Humains :
Deux assistantes sociales de la MSA Midi-Pyrénées Sud encadrent toute cette démarche et animent des ateliers à raison de 3 jours par semaine de travail environ.
De plus, une demande de subvention a été déposée pour l’emploi d’une personne à mi-temps sur le réseau entour’âge dont les fonctions seraient : la gestion des dossiers administratifs (dossiers d’inscription), la coordination entre les bénévoles et les bénéficiaires, ainsi que éventuellement l’animation des ateliers.

Matériels :
la mairie de Fleurance met à disposition du réseau entour’âge un local pour les jours des ateliers.

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.
Contact action : CATHY BROCA
Assistante sociale de la MSA
MSA Midi-Pyrénées Sud


Tel: 05 61 10 40 40
Mail: broca.catherine@midipyrenees-sud.msa.fr
[ Retour ]