Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Old’up présente sa collection
«Vieux et debout», «Les nouveaux vieux sont arrivés» : Deux titres qui claquent comme des slogans. Ils inaugurent la nouvelle collection des éditions In Press, «Old’Up – Inventer sa vieillesse». Dirigée par le Professeur Philippe Gutton et Marie-Françoise Fuchs, qui président à la destinée de l’association Old’up ; cette collection ambitionne quatre publications par an. Avec pour objectifs de construire une culture du « grand âge », d’aborder la question du vieillissement « autrement que sous l’angle anxiogène de santé publique » et de témoigner qu’à 80 ans passés la vie peut encore être vécue intensément.
En savoir plus

Vieux et debout
, de Paule Giron (ex journaliste Le Monde, l’Express, Elle…).
Les nouveaux vieux sont arrivés, de Frédérique Savona-Chignier, sociologue.
 
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Vie des territoires arrow Médiathèque Philéas Fogg : un espace socio-culturel au centre d’une aventure collective et créative 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Médiathèque Philéas Fogg : un espace socio-culturel au centre d’une aventure collective et créative



Mis à jour le: 14-10-2014

Contact action : >> CARRILLO Gildas : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Education
  • Emploi, Formation
  • Culture, Sport
  • Loisirs, Vacances
  • Développement local rural
  • Relations de voisinage
  • Liens intergénérationnels
  • Intégration
  • Lutte contre l'exclusion sociale
  • Jeunesse
  • Accessibilité, Mobilité
  • Gouvernance, partenariats institutionnels
  • Nouvelles pratiques professionnelles
  • Participation des habitants
  • Bénévolat

Région : Bretagne

Sur le vif :
« Dès la construction de la médiathèque, nous ne voulions pas seulement un beau bâtiment qui soit une coquille vide, mais un vrai lieu public qui bouge beaucoup dans une petite ville », le responsable de la médiathèque.

Porteur(s) de l'action :
Ville de Saint-Aubin-du-Pavail

Objectif(s) et bref descriptif :
En vue de dynamiser la ville et de rendre la culture accessible à tous les habitants, la médiathèque municipale de Saint-Aubin-du-Pavail met en œuvre un projet ambitieux, s’appuyant sur les ressources du territoire et un programme d’animation éclectique. Fondée sur le bénévolat et le partage d’une vision très large de la culture, elle fait en sorte que chacun puisse y faire le plein de découvertes. Transcendant le rôle traditionnellement associé aux espaces culturels, elle constitue une agora facilitant participation des habitants, échanges et entraides informelles. Chacun se sent donc chez soi dans cet espace de vie sociale qui répond parfaitement à la notion de «troisième lieu» théorisée par le sociologue américain Ray Oldenburg (en savoir plus sur ce concept en lisant l’interview Apriles de Mathilde Servet). Un exemple concret de ce que pourrait-être la bibliothèque de demain, plaçant l’humain au centre de son action.

Origine(s) :
Dans les années 2000, à Saint-Aubin-du-Pavail, ville de moins de 800 habitants située aux abords de Rennes, les locaux de la bibliothèque créée en 1985 commencent à montrer leurs limites. L’unique salle offre un espace contraint, mal isolé et difficilement accessible pour les personnes à mobilité réduite. Poussé par le responsable de la bibliothèque et l’évolution de la réglementation en matière d’accueil public des personnes porteuses de handicap, le conseil municipal décide alors d’ériger un nouveau bâtiment. Un réaménagement se serait avéré tout aussi coûteux et la construction d’un lieu moderne permet de développer une médiathèque innovante, avec des locaux adaptés à une diversité d’activités. En addition à la nécessité de polyvalence, le respect de l’environnement est immédiatement ajouté au cahier des charges. Une commission Médiathèque est alors constituée pour suivre la construction des locaux et le programme socio-culturel à déployer. Elle rassemble des membres du conseil municipal et le responsable du projet de médiathèque, mais aussi des habitants de Saint-Aubin-du-Pavail.
En accord avec le projet de l’établissement, l’architecture est pensée pour offrir une grande polyvalence, mais également de la clarté et de la convivialité. Les aménagements intérieurs sont conçus pour dégager une atmosphère conviviale où chacun puisse se sentir comme chez soi.
Dès son origine, le projet s’appuie sur les Saint-Aubinois. Des liens sont tissés avec un groupe d’habitants impliqués dans la vie de la commune. De plus, un appel à la population est lancé, la participation de bénévoles étant essentielle pour donner vie à la médiathèque avec le budget contraint d’une Ville de petite taille. Capitalisant sur l’ensemble des ressources du territoire, le développement du projet est également suivi par la médiathèque départementale d’Ille-et-Vilaine, qui prête une partie de ses documents. Le Centre National du Livre (CNL) participe aussi à la constitution du fonds documentaire à travers le versement d’une subvention.
L’inauguration de la médiathèque a lieu le 8 octobre 2011 et fixe immédiatement le décor: comme son nom le donne à entendre, la médiathèque Philéas Fogg laisse place à la découverte et à la bonne humeur grâce à la présence d’une compagnie de théâtre, la troupe du Lysandore.

Description détaillée :
Une animation éclectique qui donne sa place à chacun
La médiathèque Philéas Fogg met en œuvre un programme d’une grande richesse, pour faire voyager son public. En complément de la promotion de la lecture et du multimédia, elle laisse part à l’expérimentation de nouveaux types d’activités. A l’inverse d’un lieu de culture élitiste réservé à certains, elle se veut éclectique : ateliers créatifs, aide aux devoirs, lecture pour les tout petits, couture et café-débat font partie des ateliers permanents. Le lieu n’hésite pas à jouer la surprise, laisser cours à l’imagination, promouvoir la créativité. De nombreuses activités sont proposées, à l’exemple d’ateliers vidéos ou photos, ou même de temps de découverte des massages shiatsu. Symbole de son ouverture, la médiathèque propose aussi aux associations d’utiliser ses locaux pour y dispenser des activités.
Le lieu se veut donc espace d’intégration sociale : les tarifs modérés facilitent l’accès de tous à la culture. L’inscription annuelle à la médiathèque est gratuite pour les moins de dix-huit ans, les étudiants et apprentis, tandis que 8,5€ sont demandés pour les résidents de la Communauté de Communes et 12,5€ pour les personnes extérieures. Grâce à cette attractivité, la médiathèque concourt à la mixité sociale dans la ville.
Mais l’objectif n’est pas seulement celui d’attirer des personnes différentes dans un même lieu, mais de leur faire prendre part ensemble à des activités et de croiser leurs regards. Les activités organisées, en plus de leur intérêt propre, servent de prétextes pour partager des moments ensemble : la découverte d’une activité originale se réalise en parallèle à la découverte de l’autre. Un fonctionnement qui contribue à susciter des vocations : c’est ainsi qu’une association de photographie s’est montée à la suite d’un projet lancé par la médiathèque.
Des boissons sont souvent offertes, le partage d’un café créant des conditions propices aux discussions spontanées, à l’échange, au lien social. Les relations se tissent aisément entre personnes d’origines sociales et culturelles différentes.
Objectif de la médiathèque mais encore axe de progression, la mixité intergénérationnelle pourrait être renforcée, les personnes âgées étant peu représentées dans la ville et les retraités de la commune ayant leurs habitudes.

Un projet qui porte en soi un état d’esprit collectif

L’importance accordée à la construction d’une dynamique collective se lit notamment à travers la place centrale accordée aux bénévoles dans les activités de la médiathèque. L’équipe municipale a réussi à mobiliser les habitants autour du projet : c’est sur l’action de 19 bénévoles très actifs que la médiathèque peut compter en 2014, encadrés par un seul employé municipal responsable de la médiathèque. Ceux-ci signent une charte de coopération au moment de leur engagement. Essentiellement des femmes, ces bénévoles ont des profils diversifiés, tant en âge, parcours socioprofessionnel qu’en centres d’intérêt. La complémentarité et richesse de leurs compétences est donc mise à profit à travers leur emploi à des tâches hétérogènes. Certains sont en charge de l’animation ou de la communication, d’autres gèrent les activités plus classiques de bibliothécaire. Force de proposition, les bénévoles peuvent s’exprimer et donner leur avis sur les projets à venir lors de réunions organisées toutes les six semaines. La médiathèque parvient à attirer et renouveler les bénévoles grâce au bouche à oreille ou à la communication positive sur le projet qui peut être faite dans les médias.
La vie de la médiathèque est donc élaborée en co-construction avec les bénévoles, mais aussi avec les usagers. La participation des habitants de la commune est au cœur du projet, qui s’appuie sur leur énergie et leur créativité. Forces de proposition, ils peuvent faire état de leurs attentes vis-à-vis de la médiathèque ou soumettre des projets d’ateliers. Certains habitants animent ainsi eux-mêmes des ateliers en lien avec leur passion. D’ autres sont mis à contribution lors des activités : la construction d’une sculpture donne par exemple lieu à une expérience collective, les habitants étant invités à déposer du métal de récupération pour apporter leur pierre à l’édifice.
Témoignant d’une autre manière de l’esprit coopératif chère à la médiathèque Philéas Fogg, celle-ci s’inscrit par ailleurs dans un maillage d’acteurs institutionnels multiples. Ainsi, la collaboration est étroite entre l’équipe de la médiathèque et l’équipe municipale, dont l’adjointe à la culture. L’accès à l’éducation et à la culture fait partie intégrante du projet municipal et la médiathèque bénéficie par conséquent d’un fort soutien politique. Autre partenaire permanent, l’école privée de la Ville est également associée à la vie de la médiathèque, chaque classe étant reçue tous les quinze jours pour profiter du fonds documentaire.
L’espace culturel participe également au réseau des médiathèques de l’intercommunalité du Pays de Châteaugiron qui rassemble huit villes. En plus de partage de bonnes pratiques professionnelles, ce réseau favorise le travail commun sur certains projets. Aussi, une navette hebdomadaire est mise en place pour échanger les documents entre elles. Les lecteurs peuvent effectuer des réservations dans leur catalogue commun et les documents commandés leur sont livrés dans la médiathèque de leur choix.
Enfin, chaque projet développé par la médiathèque donne lieu à une réflexion sur les acteurs pertinents pouvant être mobilisés. Par exemple, dans une optique d’aide à l’insertion professionnelle des Saint-Aubinois, des liens avec Pôle Emploi se sont tissés afin de proposer des ateliers CV ou d’aide à la construction de projet professionnel.

Le cœur d’une dynamique territoriale
Forte de l’implication des citoyens et du maillage partenarial qu’elle a su développer, la médiathèque est devenue un centre important de Saint-Aubins-du-Pavail. Elle participe à la vie du territoire grâce aux nombreux évènements qu’elle organise. En addition à ses activités usuelles, dédiées à l’accès à la lecture et aux divers médias, une ou à deux autres activités en moyenne ont lieu chaque mois (initiation à la commedia dell’arte, réalisation de court-métrages, atelier d’illustration ou d’informatique…). Usuellement ouverte au public quatorze heures par semaine en période scolaire et ving-trois heures pendant les vacances, la médiathèque étend souvent sa plage horaire le soir et le week end pour accueillir ces animations. C’est autant d’occasions pour les habitants de Saint-Aubin-du-Pavail, dont les actifs qui peuvent avoir des contraintes horaires fortes, de se retrouver dans ce lieu de vie.
Ainsi, la médiathèque est perçue comme le second lieu public dans Saint-Aubin-du-Pavail, après la mairie. Elle constitue un espace de participation publique des citoyens, les Saint-Aubinois étant sollicités pour donner vie à Philéas Fogg. La médiathèque dépasse le rôle classique d’espace culturel et devient une agora facilitant échanges et entraides. Le lieu se veut un carrefour dans la Ville, espace de rencontre et de dialogue. S’inscrivant dans la logique d’un « troisième lieu » (notion développée dans les années 1980 par le sociologue Ray OLDENBURG et qui renvoie à un lieu consacré à la vie sociale et aux échanges informels : pour en savoir plus, voir l’interview de Mathilde Servet), elle dynamise la ville en apportant un espace de socialisation après le travail et le foyer. Elle réunit les conditions idéales pour développer les relations interpersonnelles entre les habitants et sa dynamique participe à renforcer la cohésion sociale dans la Ville.
La médiathèque s’inscrit dans le projet de développement territorial porté par l’équipe municipale pour développer Saint-Aubin-du-Pavail, aux antipodes d’une ville dortoir vivant dans l’ombre de son imposante voisine, Rennes. Au même titre que la boulangerie et l’auberge, dont la présence est aussi soutenue par la Ville, la médiathèque participe à animer la vie locale et la dynamique est telle qu’elle fait oublier que Saint-Aubin-du-Pavail compte moins de 800 habitants.
Preuve de la place de la médiathèque dans la ville, le bulletin municipal « Le Pavail » destine de deux à quatre pages mensuelles à la médiathèque. Et s’il s’agit d’un pôle d’attractivité dans la commune, la médiathèque rayonne également à l’extérieur. L’image de Saint-Aubin-du-Pavail s’en retrouve donc valorisée par sa présence. Parmi les bénévoles, des résidents extérieurs ont été attirés par le projet et les opportunités sociales et culturelles qu’il offre.
Ainsi, la médiathèque de Saint-Aubin-du-Pavail offre une vision du potentiel de développement des pratiques professionnelles au sein des médiathèques. Elle offre une autre vision du cœur de métier de bibliothécaire, plaçant la relation humaine comme priorité.

Impact(s) :
- La médiathèque Philéas Fogg comptabilise les inscriptions de plus de la moitié des habitants de Saint-Aubin-du-Pavail.
- Elle met en œuvre un programme culturel très dense : en addition aux activités usuelles de la médiathèque, une ou à deux activités extraordinaires en moyenne ont lieu chaque mois.
- Elle est identifiée comme deuxième lieu public de la Ville après la mairie et joue dans l’attractivité de Saint-Aubin-du-Pavail dans le Département.
- Elle participe à renforcer le lien social entre les habitants en favorisant les rencontres de personnes diverses.
- Elle a suscité des vocations chez les bénévoles : certains ont tellement apprécié leur expérience à la médiathèque qu’ils ont orienté leurs parcours professionnels vers ce secteur.
- Elle a reçu le coup de cœur 2013 du jury du Grand Prix Livres-Hebdo des Bibliothèques francophones.

Partenaire(s) :
La médiathèque s’organise autour d’un réseau dense, diversifié et évoluant selon le programme culturel :
- La Communauté de Communes du Pays de Châteaugiron (CCPC)
- Le Réseau des Médiathèques de la Communauté de Communes du Pays de Châteaugiron
- La DRAC Bretagne (Direction Régionale des Affaires Culturelles)
- La médiathèque départementale d’Ille-et-Vilaine (MDIV35)
- Le Conseil général d’Ille-et-Vilaine
- Le CNL (Centre National du Livre)
- La Librairie Aux Vieux Livres de Châteaugiron
- La Boulangerie Le Fournil du Pavail
- Diverses associations, dont La Mie du Pavail, association encourageant les rencontres de personnes d’origines hétérogènes autour de la fabrication du pain à l’ancienne
- Divers festivals (Cirque ou Presque, Tous ô cinoche, Vagabondages & Cie, Grand Soufflet…)
- Pôle Emploi

Moyens :
Financiers :
Le budget de fonctionnement (matériel, abonnement, redevances, animation culturelle…) et le budget d’investissement (achat d’imprimés, de DVD, de CD, de jeux vidéos, etc.) sont tous les deux situés autour de 4 000€.
Les travaux de construction de la médiathèque ont eu un coût total de 422 000 € TTC, dont 117 000 € ont été financée par la commune et 305 000 € à l’aide de subventions :
- DRAC : 89 000 €
- CCPC : 78 500 €
- CG35 (Conseil Général d’Ille-et-Vilaine) : 137 500 €.
A cette somme se sont ajoutées des dépenses de mobilier et d’achats d’environ 40 000 €, subventionnées à hauteur de 40% par la DRAC, le Conseil Général d’Ille-et-Vilaine et le CNL.

Humains :
L’équipe est composée de vingt personnes : dix-neuf bénévoles et le responsable de la médiathèque.

Matériels :
La médiathèque dispose d’un bâtiment de 160m². Elle est équipée de six postes multimédia, d’une tablette tactile, d’un mini-vidéoprojecteur et d’une imprimante à destination des usagers. En 2014, elle propose une collection diversifiée de 3 653 livres imprimés, 16 abonnements revues (adulte et jeunesse), 346 CD, 69 DVD et 52 CDRom et jeux vidéo.

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.
[ Retour ]