Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Vous avez dit alternatif ?
Le Collectif pour la transition citoyenne vient de publier un « Guide de création des lieux alternatifs ». Il met en lumière une vingtaine de lieux oeuvrant pour une transition écologique et solidaire (ressourceries, bars solidaires, épiceries coopératives, ateliers collaboratifs…), dont le fonctionnement, les activités et le développement sont décrits en détails. Présenté sous forme de fiches, ce guide propose aussi des conseils pour créer sa propre structure. Le guide est diffusé par les partenaires du Collectif et librement téléchargeable en ligne en cliquant sur ce lien.

 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Vie des territoires arrow À Limeil-Brévannes, faire renaître un centre commercial pour une vie de quartier dynamique et solidaire - 94 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

À Limeil-Brévannes, faire renaître un centre commercial pour une vie de quartier dynamique et solidaire - 94



Mis à jour le: 03-01-2013

Contact action : >> BAYET Stéphane : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Emploi, Formation
  • Développement urbain, Vie des quartiers
  • Relations de voisinage
  • Intégration

Région : Île-de-France

Sur le vif :
« Avec le Centre commercial éco-sol, on voudrait faire en sorte que les habitants ne soient pas seulement des consommateurs de biens et de services, mais aussi des acteurs de leur quartier».
Le directeur de la Régie de quartier.

Porteur(s) de l'action :
Association Régie de quartier Limeil-Brévannes services plus

Objectif(s) et bref descriptif :
Afin de redonner vie au quartier Saint-Martin et de créer de l'emploi pour ses habitants, la Régie de quartier à Limeil-Brévannes (Val-de-Marne) et ses partenaires font le pari de recréer un ancien centre commercial dont les boutiques avaient été abandonnées. Le principe est de permettre ce renouveau pour les habitants, mais aussi par eux, en s'appuyant sur un chantier d'insertion pour chacun des magasins, en offrant des biens et des services favorisant une consommation plus responsable, en suscitant la venue et la rencontre d'habitants de tous horizons dans une approche de mixité sociale. Deux boutiques de friperie, lavage et repassage, faisant également office de points-relais pour la distribution de colis se sont ouverts en 2012; une épicerie sociale et biologique ouvrira en 2013, ainsi que d'autres commerces jusqu'en 2015, tous les locaux du centre Eco-Sol devant être utilisés.

Origine(s) :
Depuis 2002, la Régie de quartier « Limeil-Brévannes Services Plus » emploie des salariés en insertion et développe diverses activités visant à améliorer le cadre de vie de Limeil-Brévannes et des communes environnantes situées en banlieue parisienne : entretien des espaces verts, nettoyage, ou encore peinture et maçonnerie. Dès la création de la Régie, l'équipe de l'association est installée dans le quartier Saint-Martin, au sein d'un centre commercial abandonné, l'ensemble des boutiques étant fermées. Alors que les habitants du quartier expriment régulièrement un sentiment de malaise et d'insécurité, la Régie a l'idée d'ouvrir dans un des locaux vides une boutique de friperie, laverie et centre de repassage sous la forme d'un chantier d'insertion. En 2009, la friperie commence à fonctionner et rencontre un certain succès. Le rayon « bébés » ayant pris de l'ampleur, un deuxième magasin est ouvert en 2011 : la « friperie des p'tits bouts », dédiée aux enfants.

Constatant les effets positifs du fonctionnement des deux boutiques sur la vie du quartier, la Régie propose à ses partenaires de monter une épicerie solidaire et responsable. L'idée est accueillie positivement, mais le bailleur et la Ville de Limeil-Brévannes souhaitent une stratégie de plus long terme pour le quartier. Ils décident donc de progressivement ré-ouvrir l'ensemble des boutiques du centre commercial, en s'appuyant à chaque fois sur un chantier d'insertion. En juin 2012, le projet du Centre commercial « éco-sol », éco-responsable et solidaire, est officiellement lancé. Avec des ouvertures de boutiques prévues au moins jusqu'à 2015, les partenaires visent à continuer à créer de l'emploi et à animer le quartier, en favorisant la solidarité et la mixité sociale.

Description détaillée :
La dynamique du Centre commercial éco-sol de Limeil-Brévannes est aujourd'hui lancée : deux friperies animent le quartier, d'autres boutiques vont ouvrir, dont très prochainement une épicerie éco-responsable. Un partenariat entre la Régie, le bailleur, la Ville et le Conseil général sous-tend la démarche.

Les friperies : du travail et des points-relais dans le quartier

Les deux friperies, qui sont également des laveries et des centres de repassage, emploient des personnes, des femmes en particulier, habitant le quartier et ayant connu des difficultés importantes dans leur parcours. Certains sont des primo-arrivants, d'autres des jeunes sans qualification, d'autres encore ont connu le chômage de longue durée. Comme les autres chantiers d'insertion menés par la Régie « Limeil-Brévannes Services Plus », la friperie permet à ces personnes de reprendre très progressivement un travail, avec des horaires qui s'adaptent aux contraintes de chacune. Les parcours sont ainsi individualisés, l'objectif étant de permettre aux salariés d'acquérir des compétences et de se sentir bien dans l'activité exercée.

L'activité des friperies est principalement dédiée à des collectivités locales telles que la Ville de Limeil Brévannes, les communes environnantes (Palaiseau, Villeneuve-le-Roi') ou encore le Conseil général de l'Essonne. Toutefois, les prix très raisonnables des services proposés (2 euros le kilo de linge lavé et repassé) permettent également à des habitants du quartier d'y accéder.

Chacune des deux friperies fait également office de point-relais pour les deux réseaux de distribution de colis Chronopost et Kiala, ce qui favorise le passage et les rencontres entre personnes de différents horizons.


Une mobilisation des partenaires pour la redynamisation du quartier
L'intérêt du projet de Centre commercial Eco-Sol est qu'il émane d'une demande très concrète des habitants : pouvoir se sentir bien dans le quartier et avoir accès à des services. Depuis la pose de la première pierre pour l'ouverture de la friperie en 2009, le projet se dessine progressivement, permettant ainsi un ajustement au plus près des besoins et des aspirations des habitants.

La base de cette mobilisation est l'accord des principaux partenaires sur deux objectifs : ré-ouvrir l'intégralité des magasins de l'ancien centre commercial d'une part, s'appuyer sur des chantiers d'insertion pour le fonctionnement d'autre part. Un autre principe guide le montage des boutiques : faire en sorte que le centre commercial soit un lieu de consommation responsable, afin de contribuer à développer une approche plus solidaire et écologique de l'économie.

Ainsi l' épicerie biologique et solidaire « Panier Plus », dont l'ouverture est prévue pour la fin du mois de février 2013, fonctionnera à partir d'un système de cartes prépayées afin de permettre à certaines personnes, sans risque d'être stigmatisées, de payer les produits à un coût réduit proportionnellement à leurs ressources. Un comité d'accompagnement, composé de professionnels du Centre communal d'action social (CCAS) de Limeil-Brévannes, du bailleur, du Conseil général et de la Régie, sera chargé du bon fonctionnement de cette modalité. L'épicerie, ouverte à tous, proposera donc des produits de bonne qualité, biologiques, accessibles à tous, afin de favoriser la mixité sociale.

Pour atteindre cet objectif de redynamisation du quartier, d'autres ouvertures de boutiques sont prévues entre 2013 et 2015, dont une auto-école sociale, un café solidaire, un traiteur et un salon de coiffure. Par ailleurs, la Régie souhaite également créer un poste spécifique pour organiser et animer des rencontres, des pauses-café et d'autres initiatives favorisant la rencontre et la création de liens et de projets communs entre les habitants du quartier.

Impact(s) :
- Redynamisation du quartier et lien social : grâce aux boutiques qui fonctionnent, les habitants se promènent à nouveau, les vitrines sont décorées, une centaine de colis arrivent chaque semaine aux points-relais soit autant de visites dans les boutiques (hors visites liées à l'activité des friperies). Parallèlement au plan de rénovation urbaine, le renouveau du centre commercial participe petit à petit au désenclavement du quartier et à la mixité sociale.

- Création d'emplois et insertion professionnelle : les friperies emploient 12 salariés, dont 2 permanents et 10 personnes en insertion. En tout, la Régie emploie 60 personnes en contrat d'insertion et environ 100 personnes ont été en contrat en 2011. Les taux de sortie vers un emploi ou une formation sont bons et les personnes s'orientent en général vers des activités de vente, d'entretien ou de service à la personne. 12 autres personnes (2 emplois permanents, 10 contrats d'insertion) travailleront dans l'épicerie éco-responsable. Pour les recrutements concernant le Centre commercial éco-sol, la Régie cible particulièrement les habitants du quartier.

Partenaire(s) :
Les principaux partenaires de la Régie sont la Ville de Limeil-Brévannes, le bailleur social Batigère, le Conseil général de l'Essonne et l'Etat (services départementaux, Pôle Emploi).

Moyens :
Humains : 3 salariés permanents sont dédiés à l'accompagnement socio-professionnel des salariés en insertion, qui sont au nombre de 10 pour les deux friperies.

Financiers : le fonctionnement est couvert par les aides de l'Etat et du Conseil général sur chacun des postes en contrat d'insertion, ainsi que par les recettes de l'activité des friperies.

Matériels : Les locaux commerciaux sont mis à disposition à titre gratuit par le bailleur. Les travaux d'aménagement sont financés par différentes subventions d'investissement accordées notamment par la Fondation Batigère, le Fonds pour l'innovation sociale ou encore la Fondation Agir pour l'Emploi.

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.
[ Retour ]