Menu Contenu
Universités populaires de parents: changer le regard et les modes d’intervention envers les familles
Les Universités Populaires de Parents sont des groupes de parents, issus notamment des quartiers populaires, qui mènent des recherches sur la parentalité avec l’aide d’un animateur et le soutien méthodologique d’un universitaire. Ils mettent alors leur travail en débat avec d’autres acteurs : professionnels, institutions, politiques, pour croiser les points de vue, construire du dialogue et faire évoluer les pratiques dans l’intérêt des enfants et de leurs parents. En reconnaissant le rôle d’expert que peuvent avoir les parents sur leur vécu, cette expérience contribue à modifier le regard des parents sur les institutions, et des institutions sur les parents. Rencontre avec José Aguilar, Béatrice Renaud et Patrice Lyon, membres de l’UPP d’Albertville qui ont accepté de répondre à quelques questions. Un entretien enlevé et plein de bonne humeur, à l’image de ses protagonistes !

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Carrefour des innovations sociales : la version bêta en ligne
Vous en avez rêvé, le Carrefour des innovations sociales l’a fait : permettre en un clic de consulter les projets socialement innovants recensés par plus de 70 sourceurs différents, dont Apriles. Une version test du site, en ligne depuis le 16 avril, compile déjà plus de 5000 actions auprès d’une quinzaine de sourceurs. Au fur et à mesure de son développement, un moteur de recherche et une cartographie permettront notamment aux utilisateurs d’identifier les projets qui les intéressent, sur une base enrichie en permanence par les sourceurs. Avec quatre grands objectifs : regrouper en un espace partagé l’information fiable disponible sur les projets d’innovation sociale en France, visualiser les projets dans leurs écosystèmes locaux, quelle que soit l’échelle (locale, régionale, nationale), mesurer les dynamiques d’innovation sociale par territoire, soutenir l’essaimage des innovations sociales. Pour découvrir la plateforme et la tester : www.carrefourdes innovationssociales.fr 
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Vie des territoires arrow A Amiens, un dispositif pour combattre l'exclusion scolaire 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

A Amiens, un dispositif pour combattre l'exclusion scolaire



Mis à jour le: 25-09-2018

Type d'action :

  • Education
  • Lutte contre l'exclusion sociale
  • Jeunesse

Région : Picardie

Sur le vif :
« A mon retour en classe, je vais faire un effort de comportement avec les élèves et les profs, pour mieux m'intégrer au collège. » Un stagiaire

Porteur(s) de l'action :
Centre interculturel ALCO (association loi 1901)

Objectif(s) et bref descriptif :
Afin que les élèves exclus temporairement du collège ne soient pas livrés à eux-mêmes en journée, le centre interculturel ALCO, une association d'éducation populaire du Quartiers Nord d'Amiens (80), propose un dispositif innovant en partenariat avec l'Education Nationale. En obtenant l'accord et la participation de ses parents, le jeune est accueilli le temps de son exclusion. Il participe aux activités du centre tout en réalisant un travail de documentation sur un sujet de son choix. Le DARE permet non seulement d'occuper de façon constructive le jeune dans un cadre protégé, mais également de participer à sa remobilisation scolaire.

Origine(s) :
Implanté depuis 1978 dans le Quartier Nord d'Amiens (ZUS), le centre interculturel ALCO travaille à la promotion des relations interculturelles. Le personnel de la structure constate que des jeunes en âge scolaire passent des journées entières en semaine à errer sans aucune occupation. Parmi eux certains sont en exclusion temporaire de leur collège. Or, si les sanctions poursuivent normalement deux objectifs - punir et éduquer - la sortie de l'élève du milieu scolaire peut devenir problématique. Le temps de la sanction peut en effet être consacré, au mieux à l'oisiveté et au pire à des activités répréhensibles. Le personnel de la structure entame alors une réflexion à propos de l'occupation qui pourrait être faite de ce temps laissé libre par l'exclusion. Le centre, qui travaille depuis longtemps avec les établissements scolaires (maternelles, primaires, collèges) du territoire dans le cadre d'animations et d'ateliers interculturels n'a pas de difficulté à sensibiliser les équipes pédagogiques à cette question. ALCO propose la mise en 'uvre d'un Dispositif d'Accueil et de Remobilisation Educative. La création du DARE en 2006 donne lieu à la signature d'une convention de collaboration entre le centre Alco et deux collèges du territoire.

Description détaillée :
Cette convention, signée avec les collèges Arthur Rimbaud et César Franck d'Amiens, détaille les engagements mutuels entre le centre et les établissements, notamment la nécessité de la part du collège de mettre à disposition de chaque élève exclu un assistant pédagogique. La présence dans les locaux du centre d'un membre du personnel issu du collège marque en effet pour l'élève et sa famille une garantie de continuité pédagogique. Les stagiaires accueillis au centre interculturel suivent en effet un programme qui s'est progressivement construit par la pratique en réflexion avec les collèges.

Les jeunes sont dirigés vers le DARE par les équipes éducatives des établissements scolaires. Chaque prise en charge débute par la signature d'un contrat tripartite entre le centre ALCO, le jeune et les parents (ou les responsables légaux). La famille est associée dès l'entrée dans le dispositif, et le contact est gardé aussi souvent que possible avec elle. L'équipe voit en effet un lien quasi automatique entre la qualité du climat qui règne dans les familles, le quartier, et le comportement des élèves au collège. Les parents comme les enfants sont donc invités à tenir leurs engagements. Lorsqu'un parent indique qu'il va venir chercher le jeune, celui-ci reste au centre tant que le père ou la mère ne s'est pas présenté Lors de ce premier entretien, il est demandé au stagiaire de dire pourquoi il a été exclu. Il ne s'agit d'une deuxième punition, mais plutôt de responsabiliser le stagiaire à l'égard de ses parents et de l'établissement scolaire. Il lui est également demandé dans quelle matière il désire être aidé durant son séjour. A-t-il besoin d'un coup de main en math ' En Français ' Le programme d'activité est ensuite présenté au stagiaire. Il lui est demandé un travail de recherche et de documentation sur un thème choisi. C'est souvent l'occasion pour les jeunes d'origine étrangère de faire un dossier sur le pays de leurs parents. Avec la complicité des équipes pédagogiques qui voient là un bon moyen pour travailler l'estime de soi, ce dossier est ensuite présenté en classe. L'autre module du programme consiste à la participation aux ateliers d'accompagnement scolaire et éducatif (ASE), proposés tous les jours aux élèves au centre ALCO après la classe. Le stagiaire participe à l'aide aux devoirs des plus petits. On assiste alors à inversement du positionnement qui engendre un changement de regard sur la relation professeur élève. Au fil des ans, le DARE s'est construit des outils de gestion pédagogique et administratif performants. Une fiche d'évaluation qui porte sur des critères d'assiduité, d'évolution du comportement, du degré d'implication dans les responsabilités confiées, et le degré de prise en charge des règles et consignes de vie en groupe est rédigée au jour le jour par l'équipe. Une fiche d'autoévaluation permet à l'élève d'exprimer son ressenti à la fin de son ' stage '. Ces éléments permettent de renseigner la famille et l'établissement scolaire sur la façon dont s'est déroulé le stage. Ces outils sont aussi utiles aux professeurs pour assurer la transition pédagogique lors du retour de l'élève en classe.

Le DARE, qui a reçu 45 stagiaires pour une durée moyenne d'une semaine en 2009, a été présenté comme action innovante au CUCS d'Amiens Métropole en 2010. Des contacts sont d'ores et déjà pris par des associations locales pour reproduire le dispositif dans d'autres collèges de la ville.

Impact(s) :
Au niveau des chiffres : 45 stagiaires reçus pour une durée moyenne d'une semaine en 2009.

Au niveau comportemental : Evolution du comportement et remobilisation scolaire.

Partenaire(s) :
Education Nationale

Moyens :

Humains : Un permanent d'ALCO et un assistant pédagogique de l'école.

Financiers : Financement au titre des actions innovantes Cucs d'Amiens Métropole.


>>Consulter l'article du Journal de l'action sociale            

*Mention légale :
Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.
[ Retour ]