Menu Contenu
Michel Vielle : "Donner une place aux habitants a toujours été mon obsession"
A l'occasion des réflexions qui naissent autour du mouvement des gilets jaunes et de la place du citoyen dans la vie démocratique, nous avons souhaité re-publier l'entretien de Michel Vielle datant de 2009. Disparu en 2010, ce géographe rural de formation, était venu au Développement social local (DSL) par sa passion nourrie pour "les territoires vécus, parcourus et repérés par les habitants". Devenu consultant, il a accompagné pendant dix années élus, professionnels et habitants dans les démarches de coopération et de co-construction de leur projet de développement. Une façon de donner corps et vie à la démocratie participative. Un grand professionnel, militant de la parole donnée aux citoyens, dont les constats et propositions n'ont rien perdu de leur actualité 10 ans après.


>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Quelle place pour les âgés ?
Comment promouvoir la participation sociale des personnes âgées ? C’est à cette question que s’efforce de répondre le dernier numéro de la revue de "Santé Publique France, La santé en action". Alors que l’on compte aujourd’hui en France 13 millions de personnes âgées de 65 ans, la publication lui consacre un dossier de 37 pages, auquel a contribué une vingtaine d’experts (médecins, sociologues, universitaires…). Cette approche transversale permet de préciser les définitions, définir les enjeux, dessiner des pistes d’actions, s’inspirer de nos voisins étrangers… L’occasion d’évoquer des sujets qui tiennent à cœur à Apriles, comme l’engagement bénévole des séniors ou encore leur participation à l’élaboration des politiques locales.
> Télécharger la révue
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Vie des territoires arrow Une boutique Habitat pour la politique jeune d'un quartier - 14 - Hérouville-Saint-Clair 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Une boutique Habitat pour la politique jeune d'un quartier - 14 - Hérouville-Saint-Clair



Mis à jour le: 05-12-2008

Type d'action :

  • Développement urbain, Vie des quartiers
  • Logement, Habitat
  • Jeunesse
  • Gouvernance, partenariats institutionnels

Région : Basse-Normandie

Porteur(s) de l'action :
CAF du Calvados

Objectif(s) et bref descriptif :
Pour trouver avec les habitants des solutions à la dégradation d'un immeuble HLM et permettre aux locataires de se réapproprier cet espace de vie commune, la CAF, la ville de Caen, l'OPAC, le service de prévention et les associations de jeunes du quartier font alliance pour réfléchir à la définition d'une politique jeunesse globale et à l'avenir de leur quartier.

Origine(s) :

L'immeuble du 210 Grand Parc (43 logements) présentait des signes importants de mal vivre : dégradations des espaces collectifs, squat du hall et de la cage d'escalier par des jeunes, demandes de mutations en augmentation constante, taux de vacance très supérieur à la moyenne' L'OPAC avait budgété des travaux, mais, souhaitant responsabiliser les locataires, il fait appel à la Boutique Habitat en 2001, instance composée de la CAF, de la Ville et des deux bailleurs sociaux.

Description détaillée :

Les quatre partenaires de la Boutique Habitat établissent un premier diagnostic de la situation en mettant en commun leurs informations. Puis, ils construisent un questionnaire d'enquête qu'ils remettent aux locataires pour identifier leurs propres besoins. Ainsi est fait le constat du comportement incivil de certains jeunes dans le hall et la cage d'escalier, la mauvaise qualité des relations de voisinage (isolement, méfiance), l'état de dégradation des espaces collectifs (destruction des boîtes aux lettres, mauvaises odeurs...) et la détérioration des jeux extérieurs.

La Boutique Habitat en déduit des objectifs de travail. Il faut permettre à chaque habitant du 210, enfants inclus, de s'approprier ou se réapproprier son espace de vie. Il faut développer et favoriser le lien social entre les personnes et redonner à la majorité des habitants de l'immeuble un sentiment de sécurité dans leur environnement. Enfin, les enquêtes montrent la nécessité de créer une dynamique permettant l'échange de services de proximité, traduisant l'existence ou la création de solidarités en faisant appel, le cas échéant, à des ressources locales compétentes.

Une formation pour réfléchir à la construction d'une politique jeunesse sur la ville
Pour remédier aux incivilités des jeunes, un premier travail est amorcé avec des animateurs de rue. En parallèle, une formation est dispensée aux acteurs locaux (associatifs, institutionnels et élus) pour réfléchir à la construction commune d'une politique jeunesse sur la ville. Face à l'absence de liens de voisinage, deux agents de développement social Caf assurent une permanence dans un logement de l'immeuble mis à disposition par l'Opac. Progressivement, les familles confient leurs problèmes aux travailleurs sociaux. Des échanges se nouent. Des solidarités se créent. Concernant l'aire de jeux, la Ville programme des transformations en associant les familles riveraines.
Les trois jours de formation ont permis aux adultes de prendre conscience de la problématique des jeunes sur la Ville. Les adolescents ont ressenti la nouvelle cohésion des adultes tout en pouvant exprimer leur propre point de vue. Des solutions ont été trouvées pour les jeunes avec le Service d'action préventive. A ce jour, il n'y a plus de squat ni de tags.

La mise à disposition de l'appartement "permanence Caf" a progressivement suscité de la confiance puis de la convivialité. Des solidarités se sont organisées : garde d'enfants, soutien scolaire, covoiturage, accueil des nouveaux arrivants. L'Opac a tenu ses promesses en effectuant tous les travaux annoncés. Les parties communes sont respectées et les habitants s'approprient désormais mieux leur lieu de vie : une affiche indique qu'on ne fume pas dans l'ascenseur, les chiens sont régulièrement sortis, les poubelles ne traînent plus sur les paliers'

Impact(s) :

- Un an après cette opération, en 2004, l'immeuble affichait complet.

Partenaire(s) :

- La boutique Habitat (la Ville, la Caf et deux bailleurs sociaux).
- Les associations de jeunes de la ville et le Service d'action préventive.
- Dans le cadre de la Formation : les associations locales, le Conseil général, le C.C.A.S.

Moyens :

Humains : cinq agents de la Boutique Habitat (trois Caf et deux Villes) sur une période d'un an et demi.

Financiers : les travaux intérieurs collectifs, les aménagements et la décoration ont été financés par la Boutique Habitat. Les jeux ont été financés par la Ville.

Contact action : Guillaume Dereims
Responsable du département de l'action sociale territorialisée
CAF du Calvados
8, avenue du six juin
14023 CAEN Cedex 9
Tel: 02 31 30 90 50
Mail: guillaume.dereims@cafcaen.cnafmail.fr
[ Retour ]