Menu Contenu
Anne Sarah Kertudo, la voix des « déniés de justice »
Le 18 juin 2019, l’Association Droit Pluriel était à l’honneur. Le comité national coordination action handicap (CCAH) l’a désignée comme lauréate de son prix annuel dans la catégorie « changer le regard ». Cette nomination récompense le travail mené par Droit pluriel pour former les professionnels de la justice à l’accessibilité, faire évoluer leurs représentations autour des situations de handicap et favoriser ainsi l’accès des personnes handicapées au droit et à la justice. L’occasion d’évoquer le travail de cette association, soutenue par la Fondation Handicap Malakoff Médéric et accompagnée par le Défenseur des Droits, à travers le portrait qu’Apriles a consacré à sa fondatrice, Anne-Sarah Kertudo.
>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Quelle place pour les âgés ?
Comment promouvoir la participation sociale des personnes âgées ? C’est à cette question que s’efforce de répondre le dernier numéro de la revue de "Santé Publique France, La santé en action". Alors que l’on compte aujourd’hui en France 13 millions de personnes âgées de 65 ans, la publication lui consacre un dossier de 37 pages, auquel a contribué une vingtaine d’experts (médecins, sociologues, universitaires…). Cette approche transversale permet de préciser les définitions, définir les enjeux, dessiner des pistes d’actions, s’inspirer de nos voisins étrangers… L’occasion d’évoquer des sujets qui tiennent à cœur à Apriles, comme l’engagement bénévole des séniors ou encore leur participation à l’élaboration des politiques locales.
> Télécharger la révue
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Vie des territoires arrow Prise en charge des loisirs sur le quartier par les habitants - 14 - Caen 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Prise en charge des loisirs sur le quartier par les habitants - 14 - Caen



Mis à jour le: 05-12-2008

Type d'action :

  • Développement urbain, Vie des quartiers
  • Relations de voisinage
  • Participation des habitants
  • Bénévolat

Région : Basse-Normandie

Porteur(s) de l'action :
Caf du Calvados

Objectif(s) et bref descriptif :
Pour peser dans les décisions concernant l'animation d'un quartier, un groupe d'habitants volontaires se constitue en association. "Chemin Vert ailleurs" leur permet de mettre en place une multitude de projets et d'élargir le réseau du centre socioculturel.

Origine(s) :

L'évaluation du dispositif des Loisirs familiaux de proximité (LFP) a permis de repérer des freins et de tirer les leçons des échecs passés, notamment de la dissolution du collectif d'habitants, de clarifier les champs d'intervention des acteurs locaux (à la MJC les jeunes, au centre Caf les familles) et enfin d'identifier potentiels et ressources des habitants. De là est né le projet de constituer un groupe d'habitants volontaires pour agir dans le domaine des loisirs et des vacances.

Description détaillée :
Le Chemin vert est un quartier de 10000 habitants constitué principalement d'immeubles locatifs HLM. Certains secteurs cumulent les difficultés socio-économiques : fort taux de chômage, minima sociaux en augmentation, nombreux Rmistes' Au coeur du quartier, le centre socio-culturel Caf travaille à maintenir la cohésion sociale, notamment l'été, à partir d'un programme Loisirs familiaux de proximité (LFP). Or, les habitants se plaignent de l'écart existant entre leurs demandes de loisirs et l'offre du centre, et regrettent l'absence des agents de développement social les week-ends et l'insuffisance du nombre de places lors des sorties. De leur côté, les agents de développement social déplorent l'attitude consommatrice des familles, leur faible représentation au regard du quartier et leur absence le reste de l'année.

La constitution progressive d'un collectif d'habitants
Dès lors, dans un premier temps, à l'automne 2002, un groupe de cinq habitants analyse avec les agents de développement social, le fonctionnement des loisirs sur le quartier. L'ouverture du groupe permet la constitution d'un collectif de 24 personnes pour réfléchir pendant un mois à la création d'une association.
Les agents de développement social assurent une fonction de facilitateur, installent un climat convivial tout en restant fermes sur les principes (la laïcité, par exemple). Pour les habitants, c'est une étape fondamentale pour prendre conscience qu'ils peuvent peser sur ce qui les concerne dans leur quartier, en l'occurrence les loisirs.
Les agents de développement social font appel à des experts de la vie associative (issus des Cemea) pour exposer les enjeux d'une association. Ils apportent une méthodologie au collectif qui prend en charge la recherche documentaire, les démarches administratives, la répartition des fonctions et la communication. Ils assurent donc une fonction de médiation et de négociation notamment auprès des financeurs.
Le 4 juin, l'association "Chemin Vert ailleurs" est constituée avec 55 Personnes.
Au deuxième semestre, l'association élabore une charte de bonne conduite, un programme des sorties et des activités, s'inscrit dans les actions de quartier (repas festifs, fiesta de l'été').

La modification des rapports avec le service social
La moitié du groupe initial s'est inscrite dans une démarche de formation ou a obtenu un emploi, certains ont acquis la compétence d'expert puisque aujourd'hui il leur est demandé de témoigner de leur expérience devant d'autres associations ou institutions (Institut régional de travail social).
L'association fait l'objet d'une reconnaissance institutionnelle. Fin 2005, elle comptait 105 adhérents et 400 bénéficiaires. Elle a élargi la zone d'intervention du Centre socioculturel, participe au Réseau de Quartier, et continue de déclencher des projets : "Ensemble vers l'Art et la Culture" au Chemin Vert et "Formation, Mouvement, Rencontre" à Lisieux. Ces projets se sont inspirés de sa démarche.


 

Impact(s) :
Au plan individuel, les progressions sont indéniables : reprise de confiance en soi, capacité à établir des relations, à intégrer des règles, à prendre sa place dans un groupe'

Au niveau du quartier, la zone d'influence du Centre socioculturel se trouve élargie, le réseau des acteurs se ramifie, la complémentarité s'effectue, notamment les week-ends. L'association devient ainsi un réel partenaire et un relais sur le territoire.

Partenaire(s) :

MJC,
Le Conseil général, 
Service d'Action Prévention, 
Associations extérieures au quartier.

Moyens :
Trois agents de développement social mobilisés pendant un an. Un seul suit actuellement l'association.

[ Retour ]