Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Appel à projet Parentalité
The Human Safety Net, la fondation du Groupe Generali, consacre un programme en faveur de l’accompagnement à la parentalité de familles très défavorisées. Dans ce cadre, un appel un projet a été lancé concernant des actions d’aide aux parents dans leur rôle éducatif, de renforcement du lien parents-enfants, de prévention de la pauvreté, avec comme objectif de redonner confiance aux familles dans leur responsabilité éducative. A l’issue de cet appel à projets, un jury sélectionnera une dizaine d’actions, qui se partageront une dotation de 300 000 euros. Les dossiers de candidature sont à retourner au plus tard pour le 15 janvier.
En savoir plus thehumansafetynet.org

>Télécharger le dossier de candidature
>Télécharger le réglement
>Télécharger le guide d'inscription
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Vie des territoires arrow Habitants et travailleurs sociaux : bien "vivre ensemble" dans un quartier isolé - 45 - Gien 
Bookmark and Share Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable

Habitants et travailleurs sociaux : bien "vivre ensemble" dans un quartier isolé - 45 - Gien



Mis à jour le: 04-12-2008

Contact action : >> LORIDAN Julie : consulter sa fiche

Type d'action :

  • Développement urbain, Vie des quartiers
  • Relations de voisinage
  • Participation des habitants

Région : Centre

Sur le vif :
"Je pense à une des personnes qui ne connaissait qu'Intermarché et son appartement. Cela lui a permis de rencontrer des gens, d'échanger, de sortir de chez elle '" Co-présidente de l'association

Porteur(s) de l'action :
Conseil général du Loiret

Objectif(s) et bref descriptif :
Dans un quartier HLM, travailleurs sociaux de la Caf et du Conseil général travaillent en partenariat pour organiser des réunions publiques et des groupes de travail avec les habitants afin de trouver des solutions pour rompre l'isolement sur le quartier et mobiliser la population dans la recherche de solutions et la mise en 'uvre d'actions.

Origine(s) :
En 1998, plusieurs stages de réinsertion de personnes en difficulté sociale et professionnelle organisés à Gien se révèlent insuffisants pour les remobiliser durablement. Les travailleurs sociaux impliqués cherchent donc à les accompagner autrement, en initiant une véritable démarche de développement social local sollicitant davantage la participation des habitants. En 1999, les travailleurs sociaux de la CAF, du conseil général, de l'OPAC et de la MSA travaillent en partenariat sur cette action. Le quartier des Montoires, quartier HLM particulièrement isolé, est choisi.

Description détaillée :
Un état des lieux basé sur des statistiques est élaboré et deux réunions publiques réunissant environ une centaine d'habitants sont organisées pour connaître les attentes et les suggestions de la population afin d'améliorer le vivre ensemble et l'insertion sociale sur le quartier. Enfin, une réunion de restitution est organisée pour présenter à la population les éléments les plus prégnants regroupés par thème : le lien social, les jeunes, et l'isolement géographique du quartier.

Trois groupes de travail, correspondant à chaque thème, composés d'habitants et animés par des travailleurs sociaux sont alors mis en place :
- le premier travaille sur la problématique des jeunes et l'insécurité sur le quartier. Le groupe se réunit pendant un an et met en place un projet de création d'un club de prévention spécialisé sur le territoire, projet déposé auprès de la mairie qui s'en saisit. L'initiative aboutit et une cellule de prévention spécialisée est effectivement créée;
- Le deuxième travaille au retour de l'administration sur le quartier;
- Le troisième sur l'isolement de la population, notamment des femmes Rmistes ou au chômage et des gens du Centre d'accueil des demandeurs d'asiles (CADA). Il met en place des activités hebdomadaires conviviales : création d'un journal, cuisine, jeux de cartes, activités de bricolage (les objets réalisés sont vendus sur le marché de Noël de la ville), se mobilise pour obtenir un local de l'office HLM et créent une association en 2004.
Au départ, les travailleurs sociaux sont présents à chaque réunion pour impulser des activités. Depuis 2004, ils se désengagent progressivement et l'association perdure de manière plus autonome. Des rencontres ont lieu régulièrement avec le Conseil d'administration pour un appui technique et des conseils.

Une association pour le quartier
L'association apporte un réconfort une fois par semaine à ces personnes vivant souvent très seules et un soutien mutuel s'opère pouvant être moteur pour la réinsertion. Ainsi, une des personnes a passé son CAP de cuisine à 45 ans, soutenue dans sa démarche par toute l'association ; une autre a retrouvé du travail.

Cette action a permis de trouver une solution concernant le problème de l'inactivité des jeunes et d'insécurité sur le quartier. Elle a permis la mobilisation d'habitants pour sortir de leur isolement et le renforcement des liens sociaux, avec une certaine mixité sociale. Enfin, l'action permet l'ouverture à d'autres habitants : des soirées crêpes conviviales sont régulièrement organisées, et d'autres habitants du quartier y sont invités.

 


Impact(s) :
- Mobilisation des habitants
- Création d'une association ( reconnue par la mairie et toujours associée aux évènements sur le quartier : galette des rois, immeubles en fête, fête interculturelle)
- Amélioration du vivre ensemble sur le quartier
- Amélioration de l'insertion

Partenaire(s) :

Commune de Gien,
OPAC.

Moyens :

Quatre travailleurs sociaux de l'UTS de Gien et un travailleur social CAF ont accompagné cette action.

Local prêté par l'OPAC.  Mobilier donné par la Mairie qui attribue par ailleurs une subvention de 200' par an.
Subvention de 450' par an attribuée par le Conseil général.

[ Retour ]