Menu Contenu
Monique Fournier Laurent - « S’investir auprès des jeunes, c’est rester jeune ! »
Monique Fournier Laurent est la preuve que la retraite porte bien mal son nom. Depuis 10 ans, cette habitante de Creil ne cesse de militer pour une citoyenneté active au service de la collectivité. Des convictions dont elle s’est fait l’écho dans plusieurs ouvrages et qui motive son engagement auprès des jeunes, au sein du collectif GR21 et son implication dans sa ville. 
>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Le Reflet s’illustre
Il y a quelques mois, Apriles consacrait une fiche au Restaurant le Reflet, à Nantes. Un restaurant extraordinaire puisque cette entreprise ordinaire a relevé le défi d’intégrer dans son équipe six personnes porteuses d’une trisomie 21. Aujourd’hui cette belle aventure fait l’objet d’un livre. Joliment illustré, cet ouvrage a pour vocation de partager à grande échelle le savoir-faire de l’association Trinôme 44, qui a porté le projet, et de diffuser le plus largement possible cette expérience afin d’inciter un plus grand nombre d’employeurs à embaucher des personnes porteuses de handicap. D’autres initiatives similaires ont d’ailleurs vu le jour à Nîmes ou encore à Rennes et Paris avec les cafés Joyeux. Prix 20 euros à commander sur http://projet-lereflet.fr/ notre-livre/ 
 
Abonnez-vous aux dernières actions de cette catégorie
La Maison d'accueil spécialisée les Accacias : un rapprochement entre secteurs sanitaire et médico-social au service des usagers - 83
Afin d'éviter aux personnes handicapées avec troubles psychiques de résider en hôpital psychiatrique alors qu'elles ne relèvent pas de ses services, l'Adapei du Var et le Centre hospitalier Henri Guérin ont ouvert une Maison d'accueil spécialisée (MAS). Fruit d'une collaboration inédite entre sanitaire et médico-social, cet établissement géré par l'Adapei, contrairement à d'autres MAS qui sont intégrées aux services des hôpitaux psychiatriques, permet de proposer un accompagnement plus adapté aux besoins des personnes accueillies, de mutualiser les ressources et de mieux gérer les coûts.

>>Consulter l'article du Journal de l'action sociale rédigé par Apriles 

0
>> Lire la fiche
 
Equipe de santé du Safed : des infirmières « sociales » au service de l'inclusion - 24
Afin de juguler les problèmes de santé faisant obstacle à leur insertion, l'équipe de santé de l'association Service aux familles en difficulté (SAFED) accompagne les bénéficiaires du RSA de Dordogne confrontés aux inégalités d'accès au soin. A la croisée du sanitaire et du social, les infirmières de ce service informent, éduquent, accompagnent et promeuvent la santé auprès des personnes fragilisées pour les amener vers des soins primaires, les rendre vigilants à leur corps et à leur environnement. Un travail mené en collaboration avec chaque usager, dans une dynamique d'empowerment.  
0
>> Lire la fiche
 
L'assurance vieillesse et les centre sociaux ensemble pour la prévention de la perte d'Autonomie. Un exemple: le Poitou-Charentes
Afin de mettre en 'uvre sur les territoires un accompagnement adapté aux problématiques de la population retraitée, l'Assurance vieillesse et la fédération des centres sociaux et socioculturels de France ont signé une convention nationale qui vise à mieux coordonner leurs politiques et à croiser leurs pratiques au local. Dans cette perspective plusieurs conventions sont signées entre les caisses régionales et les fédérations locales des centres sociaux. En Poitou-Charente, une expérimentation de trois ans sur quatre sites pilotes donne lieu, à travers une démarche globale, à la mise en oeuvre de nombreuses actions en faveur de la prévention de la perte d'autonomie...
0
>> Lire la fiche
 
Joséphine, un salon de coiffure associatif pour accompagner les femmes vers la réinsertion - 75
Afin d'aider les femmes en difficulté à reprendre confiance en elles, le salon de beauté social et solidaire Joséphine leur ouvre ses portes dans le quartier populaire de la Goutte d'or à Paris, moyennant une participation symbolique. Pour trois euros, elles se font non seulement coiffer et maquiller, mais bénéficient également d'une aide psychologique et juridique. L'association les accompagne pour qu'elles reprennent confiance en elles, dans une perspective de recherche d'emploi et de réinsertion sociale.
0
>> Lire la fiche
 
Bibliothèque des livres vivants : quand les malades psychiques se livrent - 54
Afin de lutter contre les nombreux préjugés, alimentés par des faits divers médiatiques, qui entourent la maladie mentale, l'association Espoir 54, qui soutient et accompagne des personnes en situation de handicap psychique sur le territoire lorrain, a adapté et développé un outil de sensibilisation à la maladie psychique et à ses conséquences pour ceux qui en souffrent auprès du grand public : la bibliothèque des livres vivants. Une bibliothèque presque comme les autres, où les lecteurs viennent emprunter un livre pour une durée limitée, sauf qu'ici, le livre est une personne concernée par une des formes de la maladie, qui va raconter son parcours de vie, répondre aux questions de son lecteur et apprendre également de ses interrogations. Dans le dialogue qui s'instaure, non seulement les « livres » prennent la parole, mais le regard des « lecteurs » évolue lui aussi.
0
>> Lire la fiche