Menu Contenu
Anne Sarah Kertudo, la voix des « déniés de justice »
Le 18 juin 2019, l’Association Droit Pluriel était à l’honneur. Le comité national coordination action handicap (CCAH) l’a désignée comme lauréate de son prix annuel dans la catégorie « changer le regard ». Cette nomination récompense le travail mené par Droit pluriel pour former les professionnels de la justice à l’accessibilité, faire évoluer leurs représentations autour des situations de handicap et favoriser ainsi l’accès des personnes handicapées au droit et à la justice. L’occasion d’évoquer le travail de cette association, soutenue par la Fondation Handicap Malakoff Médéric et accompagnée par le Défenseur des Droits, à travers le portrait qu’Apriles a consacré à sa fondatrice, Anne-Sarah Kertudo.
>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Quelle place pour les âgés ?
Comment promouvoir la participation sociale des personnes âgées ? C’est à cette question que s’efforce de répondre le dernier numéro de la revue de "Santé Publique France, La santé en action". Alors que l’on compte aujourd’hui en France 13 millions de personnes âgées de 65 ans, la publication lui consacre un dossier de 37 pages, auquel a contribué une vingtaine d’experts (médecins, sociologues, universitaires…). Cette approche transversale permet de préciser les définitions, définir les enjeux, dessiner des pistes d’actions, s’inspirer de nos voisins étrangers… L’occasion d’évoquer des sujets qui tiennent à cœur à Apriles, comme l’engagement bénévole des séniors ou encore leur participation à l’élaboration des politiques locales.
> Télécharger la révue
 
Abonnez-vous aux dernières actions de cette catégorie
à Limeil-Brévannes, faire renaître un centre commercial pour une vie de quartier dynamique et solidaire - 94
Afin de redonner vie au quartier Saint-Martin et de créer de l'emploi pour ses habitants, la Régie de quartier à Limeil-Brévannes (Val-de-Marne) et ses partenaires font le pari de recréer un ancien centre commercial dont les boutiques avaient été abandonnées. Le principe est de permettre ce renouveau pour les habitants, mais aussi par eux, en s'appuyant sur un chantier d'insertion pour chacun des magasins, en offrant des biens et des services favorisant une consommation plus responsable, en suscitant la venue et la rencontre d'habitants de tous horizons dans une approche de mixité sociale. Deux boutiques de friperie, lavage et repassage, faisant également office de points-relais pour la distribution de colis se sont ouverts en 2012; une épicerie sociale et biologique ouvrira en 2013, ainsi que d'autres commerces jusqu'en 2015, tous les locaux du centre Eco-Sol devant être utilisés.

0
>> Lire la fiche
 
Equipe de santé du Safed : des infirmières « sociales » au service de l'inclusion - 24
Afin de juguler les problèmes de santé faisant obstacle à leur insertion, l'équipe de santé de l'association Service aux familles en difficulté (SAFED) accompagne les bénéficiaires du RSA de Dordogne confrontés aux inégalités d'accès au soin. A la croisée du sanitaire et du social, les infirmières de ce service informent, éduquent, accompagnent et promeuvent la santé auprès des personnes fragilisées pour les amener vers des soins primaires, les rendre vigilants à leur corps et à leur environnement. Un travail mené en collaboration avec chaque usager, dans une dynamique d'empowerment.  
0
>> Lire la fiche
 
A Mulhouse, au magasin pour rien, on s'enrichit autrement - 68
Pour donner une seconde vie à des objets destinés à être jetés, permettre à des personnes dans le besoin d'en profiter et favoriser la rencontre entre des habitants de tous horizons, le Magasin pour rien de Mulhouse récupère vaisselle, livres, jouets, ou tout autre objet en bon état, et les donne gratuitement à toutes les personnes qui le désirent. Son objectif : créer au sein du magasin une atmosphère conviviale, où l'on donne un coup de pouce aux plus démunis sans les stigmatiser, où l'on crée du lien par petite touche, où l'on défend de façon enthousiaste les principes d'une économie plus sobre.
0
>> Lire la fiche
 
Joséphine, un salon de coiffure associatif pour accompagner les femmes vers la réinsertion - 75
Afin d'aider les femmes en difficulté à reprendre confiance en elles, le salon de beauté social et solidaire Joséphine leur ouvre ses portes dans le quartier populaire de la Goutte d'or à Paris, moyennant une participation symbolique. Pour trois euros, elles se font non seulement coiffer et maquiller, mais bénéficient également d'une aide psychologique et juridique. L'association les accompagne pour qu'elles reprennent confiance en elles, dans une perspective de recherche d'emploi et de réinsertion sociale.
0
>> Lire la fiche
 
Clubhouse : tout sauf une maison « de fous » ! - 75
Afin de rompre l'isolement des personnes fragilisées par les effets des troubles mentaux (schizophrénie, troubles maniaco-dépressifs, troubles bipolaires') le clubhouse est un lieu de vie de jour qui favorise la reprise d'une place active dans la société. Chaînon manquant entre le suivi médical et la vie autonome, le clubhouse s'appuie sur un socle de valeurs et d'actions fortes : le refus d'une relation aidants/aidés, en faisant de chaque « membre » un acteur à part entière de l'activité de la structure, investi à hauteur de ses capacités et de son envie, et dont les compétences sont mobilisées au service de chacun des autres membres, comme pair/aidant ; mais aussi une réinsertion sociale par le travail, en accompagnant les membres qui le souhaitent vers un emploi en milieu ordinaire, à travers un dispositif original d' « emplois de transition ».


0
>> Lire la fiche