Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
L’enfance de l’art
Les musées aussi mise sur l’intergénérationnel. Le Louvre Lens a lancé il y a quelques mois des ateliers baptisés « l’art d’être grand-parents ». Un samedi par mois pendant deux heures, les médiateurs du musée offrent gratuitement aux grands parents conseils et astuces pour éveiller la curiosité et la créativité des plus jeunes. Ils répondent à des questions très concrètes sur quelles œuvres choisir, comment capter l’attention des enfants ou comment évoquer la nudité ? Ils proposent également des activités pour prolonger ce temps de découverte. De quoi faire d’une visite au musée un beau moment de complicité intergénérationnelle.
En savoir plus
 
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Vie des territoires 
Abonnez-vous aux dernières actions de cette catégorie
Le Champ Commun cultive le collectif
Afin de participer à la redynamisation de leur commune, de créer un lieu de rencontre pour les habitants, mais aussi de se placer en alternative face au modèle de distribution et de consommation dominant, une coopérative d’habitants lance le « Champ Commun » en 2010 à Augan dans le Morbihan. A la fois bar, épicerie, café, lieu de rencontre pour les associations locales, mais aussi brasserie artisanale…, ce lieu multi-services que font vivre les habitants s’affirme comme central dans la vie culturelle, économique et sociale du village. Pleinement intégrée au tissu associatif et construite avec le souci de ne pas concurrencer les commerces locaux existants, cette coopérative qui s’illustre par son fonctionnement collaboratif œuvre à une large mixité des publics et à dynamiser le vivre ensemble sur le territoire.
0
>> Lire la fiche
 
Le parrainage de proximité se donne du PEPSE
Afin de développer de nouvelles formes de parrainage de proximité et d’alimenter une réflexion nationale pour changer l’image du parrainage encore trop souvent perçu comme une pratique paternaliste, Apprentis d’Auteuil et l’UNAPP ont initié sur l’agglomération mancelle (Sarthe) une démarche expérimentale. Largement ouverte à l’ensemble des acteurs de la protection de l’enfance (professionnels, parents, enfants, bénévoles), ainsi qu’à l’ensemble de la société civile, cette démarche, qui s’articule autour de temps d’échanges participatifs doit permettre à chacun d’alimenter une réflexion sur des nouveaux modes de parrainages, conçus dans une perspective d’éducation partagée et de renforcement du vivre-ensemble. Cette démarche évolutive s ‘est formalisée au sein d’un espace collaboratif, co-construit avec l’ensemble des participants et baptisé PEPSE (Pôle d’Echange Pour la Solidarité Educative), qui constitue un espace de débats et d’apprentissage de la citoyenneté, de formation-action à l’attention des professionnels, des bénévoles, des familles et des jeunes de recherche et d’expérimentation autour des pratiques éducatives et une plateforme pour des parrainages repensés. 
0
>> Lire la fiche
 
Les permanences éducatives suisses : accompagner les familles « là où elles sont »
 Afin de renforcer les compétences des familles dans l’éducation de leurs jeunes enfants dès la naissance, l’association suisse pour l’Education Familiale va à la rencontre des parents dans les lieux qu’ils fréquentent (salles d’attente des pédiatres, crèches, écoles maternelles, centres commerciaux…). L’accessibilité favorisée par la multiplicité des lieux permet de toucher des familles très diverses. En outre, cet accompagnement précoce, basé sur le principe d’autonomie des parents et leur capacité à résoudre leurs problèmes éducatifs, permet de désamorcer un grand nombre de moments critiques dans la vie des familles. 
0
>> Lire la fiche
 
Parentibus roule pour les familles
Afin de lutter contre l’isolement de familles installées en milieu rural, d’accompagner les parents dans l’exercice de leur parentalité et de prévenir des dysfonctionnements familiaux, l’association Parentibus anime un lieu d’échange itinérant, qui sillonne le centre de la Manche. Les bénévoles de l’association accueillent au sein d’un véhicule aménagé en espace convivial, les familles qui viennent échanger anonymement et s’informer. Ils les aident à comprendre leurs difficultés de parents, à mobiliser leurs ressources pour les surmonter et si nécessaire les orientent vers les professionnels compétents. Par son action préventive, Parentibus entend favoriser le maintien du lien parents/enfants, la réflexion sur les principes éducatifs et ainsi réduire les difficultés rencontrées par ses familles et par conséquences les mesures de placement qui pourraient en résulter.  
0
>> Lire la fiche
 
Bel-Air fait tomber les murs de la forteresse « école »
Afin de créer les conditions d’un enseignement accessible à des enfants très éloignés du savoir et de ses codes, le Directeur de l’école élémentaire Bel-Air , à Torcy, a développé au sein de son établissement une démarche pédagogique et des outils favorisant la responsabilisation, l’autonomie et la collaboration des élèves. Ces outils, notamment un réseau informatique et une mini-ferme ont permis de renouer le lien avec les familles, de créer des partenariats avec les autres acteurs éducatifs, et d’ouvrir l’école sur le quartier. Un véritable maillage impliquant les habitants, des associations et les professionnels s’est ainsi développé autour des enfants, favorisant l’instauration d’un climat de confiance et le développement du vivre-ensemble au sein de ce quartier classé « politique de la ville ».
0
>> Lire la fiche