Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Old’up présente sa collection
«Vieux et debout», «Les nouveaux vieux sont arrivés» : Deux titres qui claquent comme des slogans. Ils inaugurent la nouvelle collection des éditions In Press, «Old’Up – Inventer sa vieillesse». Dirigée par le Professeur Philippe Gutton et Marie-Françoise Fuchs, qui président à la destinée de l’association Old’up ; cette collection ambitionne quatre publications par an. Avec pour objectifs de construire une culture du « grand âge », d’aborder la question du vieillissement « autrement que sous l’angle anxiogène de santé publique » et de témoigner qu’à 80 ans passés la vie peut encore être vécue intensément.
En savoir plus

Vieux et debout
, de Paule Giron (ex journaliste Le Monde, l’Express, Elle…).
Les nouveaux vieux sont arrivés, de Frédérique Savona-Chignier, sociologue.
 
 
Accueil arrow Recherchez une action arrow Vie des territoires 
Abonnez-vous aux dernières actions de cette catégorie
Transport solidaire : covoiturage et lien social pour pallier la carence en transports collectifs
Afin de pallier la carence de transports collectifs dans le pays du Sundgau (Haut-Rhin), l’association Culture et Solidarité a institué un service de chauffeurs bénévoles ouvert à tous. Dévolue à de petits trajets, ce « transport solidaire » permet aux habitants des communes impliquées de se déplacer, tout en participant au renforcement du lien social dans cette région rurale. Couronnée de succès, l’initiative a été reproduite dans d’autres bassins de vie, et est soutenue par le PETR – Pôle d’équilibre territorial et rural - du Sundgau.
0
>> Lire la fiche
 
Le permis citoyen : ça roule pour les jeunes Angevins !
Afin de permettre à des jeunes Angevins en insertion professionnelle d’accéder au permis de conduire, le Centre Communal d’Action Sociale de la Ville d’Angers a développé un « permis citoyen ». Celui-ci combine une aide financière et un accompagnement personnalisé ainsi qu’un engagement solidaire de 20 heures dans une logique de « réciprocité ». Pour mener à bien cette action, le CCAS s’appuie sur un important réseau de partenaires qui oriente les jeunes en amont, leur propose des missions de bénévolat et leur fournit un accompagnement social si nécessaire.

Cette action a été repérée et expertisée dans le cadre de l'action recherche « Villes et vivre ensemble – La gouvernance locale de la cohésion sociale », menée par l'Odas en partenariat avec le CGET.

 
0
>> Lire la fiche
 
Quartiers solidaires : des séniors au cœur d’une dynamique communautaire
En Suisse, dans le canton de Vaud, afin d’améliorer l’intégration des aînés dans leur quartier, leur ville ou leur village et la qualité de vie de tous les habitants, l’association d’utilité publique Pro Senectute Vaud encourage les plus âgés à devenir à la fois auteurs et acteurs de la vie et de l’animation de la cité. A Ecublens, comme dans 24 autres quartiers ou communes du Canton de Vaud, les personnes âgées, accompagnées par les professionnels de l’Unité « Travail social communautaire » de Pro Senectute Vaud, ont identifié des besoins et construit les solutions pour y répondre. Ils ont développé, avec le soutien des acteurs locaux, des activités qu’ils gèrent, auxquelles ils participent et associent l’ensemble des habitants. Baptisée « Quartiers Solidaires », la démarche renforce durablement le lien social, valorise les personnes âgées et créée une véritable dynamique sur le territoire où elle est mise en place, bien au-delà du public initialement ciblé.
0
>> Lire la fiche
 
Mon Eco Logement : quand la rénovation donne de l’élan à un quartier
Afin d’améliorer les conditions de vie des locataires d’une ancienne cité minière du Nord et de favoriser leur autonomie, Soliha, réseau associatif spécialisé dans l’accompagnement par le logement, a conduit de 2011 à 2016 « Mon Eco Logement », projet de réhabilitation énergétique de 26 logements dégradés de la cité des Vieux Corons à Douai. La concertation étroite avec les locataires et leur implication ont non seulement garanti la réussite de ce projet, mais ont également permis de susciter une véritable dynamique participative ayant débouché sur le développement d’une nouvelle action à l’initiative des habitants. En effet, en 2013, soutenus et accompagnés par Soliha, ceux-ci ont entrepris une rénovation des jardins et abords de la cité fondée sur la coopération et l’entraide. 
0
>> Lire la fiche
 
En Touraine la Marpa fait école
Afin de répondre à l’isolement d’un nombre important de personnes âgées sur le Canton d’Amboise et à une scolarisation en hausse au sein du Regroupement pédagogique intercommunal, la commune rurale de Souvigny-de-Touraine, en partenariat avec plusieurs acteurs locaux (Mutualité Sociale Agricole Berry-Touraine, Val Touraine Habitat, Etat, Région, Département) a fait le choix d’implanter pour la première fois en France une structure originale : une MARPA-école. Cet établissement, appelé « Les 2 aires », réunit sur un même site une Maison d’Accueil Rurale pour Personnes Âgées (MARPA), petite unité de vie destinée à des personnes encore autonomes, une école primaire et des espaces collectifs ou de services ouverts à l’ensemble des habitants du village. Les vingt-quatre résidents, prévues à terme au sein de la MARPA sont amenés à partager des temps de vie avec les enfants scolarisés (repas, activités pédagogiques), afin d’impulser une dynamique intergénérationnelle, inscrite dans un projet social développé conjointement par l’ensemble des partenaires : « Bien grandir, bien vieillir ».  
0
>> Lire la fiche