Menu Contenu
Claire Bolduc, la québécoise qui défige le monde rural
Sa force de conviction et son enthousiasme feraient reculer l’hiver de la belle la Province ! Derrière sa frange blonde et ses lunettes sages, Claire Bolduc est une boule d’énergie, au service des causes qu’elle défend : le dynamisme des territoires ruraux et une autre façon de faire société , plus durable et respectueuse des ressources environnementales. Depuis plus de 30 ans, alors jeune épouse, puis mère de quatre enfants et aujourd’hui grand-mère comblée, cette quinqua québécoise n’a cessé de s’engager.

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Finances départementales : accalmie avant le tempête ?
L’Odas a présenté les résultats de son enquête annuelle sur les dépenses départementales d’action sociale. Dans un contexte de grande incertitude, en raison de la baisse de dotation globale de fonctionnement et d’accroissement des besoins sociaux, la situation s’avère moins critique qu’attendue. Explications : des éléments conjoncturel ont favorisé une meilleure maitrise de l’augmentation des dépenses et les recettes ont augmenté davantage que prévu. Pas de quoi cependant présagé d’un avenir serein pour les départements, qui continue à resserrer leurs financements sur les compétences obligatoires. Télécharger la publicaton sur www.odas.net 
 
O’près, au plus près des familles
Afin de proposer aux familles en situation de grande fragilité concernées par une mesure de protection de l’enfance un accompagnement éducatif basé sur le partage des actes du quotidien et de soutenir l’investissement parental, des professionnels engagés dans une association, O’près, mettent en place une action, Capactiv’34, qui expérimente des actions collectives co-construites avec les familles. Cet accompagnement a pour objectif la mobilisation des parents pour retrouver une place auprès de leur enfant et aussi la possibilité de partager des moments conviviaux en groupe mixtes, familles et professionnels bénévoles. Articulée autour de journées d’activité et de petits séjours de vacances cette action promeut le partage du quotidien entre familles et professionnels pour étayer le lien entre parents et enfants et aider les familles à se passer progressivement de l’étayage éducatif et se saisir des activités de droit commun. Un accompagnement au plus près qui instaure une confiance mutuelle entre usagers et professionnels facilitant ainsi l’évolution positive des situations.
 
Moderniser sans exclure : une mission possible !
Afin de garantir une prise en compte réelle de la parole des stagiaires de la formation professionnelle et des apprentis, l’association « Moderniser sans exclure » (MSE) s’appuie sur les outils numériques et anime un véritable dialogue entre stagiaires, centres de formation et services de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, permettant d’améliorer le service public de la formation et de construire des solutions concrètes pour le présent et pour le futur.
>>Lire la suite
 
Bibliothèque des livres vivants : quand les malades psychiques se livrent
Afin de lutter contre les nombreux préjugés, alimentés par des faits divers médiatiques, qui entourent la maladie mentale, l’association Espoir 54, qui soutient et accompagne des personnes en situation de handicap psychique sur le territoire lorrain, a adapté et développé un outil de sensibilisation à la maladie psychique et à ses conséquences pour ceux qui en souffrent auprès du grand public : la bibliothèque des livres vivants. Une bibliothèque presque comme les autres, où les lecteurs viennent emprunter un livre pour une durée limitée, sauf qu’ici, le livre est une personne concernée par une des formes de la maladie, qui va raconter son parcours de vie, répondre aux questions de son lecteur et apprendre également de ses interrogations. Dans le dialogue qui s’instaure, non seulement les « livres » prennent la parole, mais le regard des « lecteurs » évolue lui aussi.
>>Lire la fiche
 
Clubhouse : tout sauf une maison « de fous » !
Afin de rompre l’isolement des personnes fragilisées par les effets des troubles mentaux (schizophrénie, troubles maniaco-dépressifs, troubles bipolaires…) le clubhouse est un lieu de vie de jour qui favorise la reprise d’une place active dans la société. Chaînon manquant entre le suivi médical et la vie autonome, le clubhouse s’appuie sur un socle de valeurs et d’actions fortes : le refus d’une relation aidants/aidés, en faisant de chaque « membre » un acteur à part entière de l’activité de la structure, investi à hauteur de ses capacités et de son envie, et dont les compétences sont mobilisées au service de chacun des autres membres, comme pair/aidant ; mais aussi une réinsertion sociale par le travail, en accompagnant les membres qui le souhaitent vers un emploi en milieu ordinaire, à travers un dispositif original d’ « emplois de transition ».
>>Lire la suite 
 
Une prise en charge citoyenne des troubles psychiques – 25
Face à l’augmentation de la discrimination, de la stigmatisation, de l’exclusion dont sont victimes les personnes souffrant de troubles psychiques et du comportement, l’association les Invités au festin (IAF) offre un lieu de vie apaisant où accueillants et participants vivent ensemble. Une expérience particulièrement innovante de psychiatrie citoyenne, étayée par le concours de nombreux bénévoles, qui devient une véritable référence dans la recherche de nouvelles pratiques.
>>Lire la fiche
 
Lecture citoyenne met en synergie les acteurs du territoire
Afin de renforcer l’efficience des actions portées par plusieurs acteurs autour de la lecture et de créer entre eux une synergie sur le territoire, la DDCSPP de la Haute-Vienne a initiée le projet « Lecture citoyenne ». Destinée dans un premier temps aux enfants primo arrivants et à ceux rencontrant des difficultés d’apprentissage scolaire, « Lecture citoyenne » s’efforce de développer leur goût de la lecture et d’éveiller leur citoyenneté. A cette fin, elle se déroule en dehors du temps scolaire, au sein des accueils de loisirs implantés sur des quartiers prioritaires ou en zones rurales et s’appuie sur les expertises développées par le « Prix Chronos » et l’association « Lire et faire lire ». Chaque structure volontaire construit son propre projet, en associant diverses activités et partenaires à la découverte des livres de la sélection Chronos, lors de temps de lecture partagé avec les bénévoles de « Lire et faire lire », puis à travers la participation au vote désignant les lauréats du prix. La DDCSPP apporte un soutien méthodologique et logistique, permettant aux porteurs de projets de partager leurs expériences et les capitaliser.
>>Lire la suite

 
Médiation nomade, un camping–car qui roule pour les jeunes des quartiers
 Afin de retisser du lien avec des jeunes de quartiers difficiles, souvent en rupture avec les institutions, et de prévenir des risques de basculement dans la délinquance, l’association « médiation nomade » a créé un lieu d’échange itinérant : un camping-car, symbole d’indépendance et d’anti-conformisme, a été aménagé afin de constituer un espace de convivialité ouvert à tous les habitants. A la demande des villes ou des associations implantées dans ces quartiers, le camping-car s’installe en bas des immeubles ou dans d’autres lieux fréquentés des cités, le soir entre 20h et minuit. 
Il permet ainsi de maintenir sur l’espace public un espace de dialogue entre toutes les générations, à un moment de la journée où les autres lieux publics sont fermés et où les incivilités se multiplient. Il favorise également l’instauration d’un échange informel entre des jeunes souvent en rupture, l’éducateur à l’initiative du projet et les autres acteurs du territoire. A terme, il amorce un processus d’évolution des relations entre ces jeunes et les institutions, ainsi que des pratiques des professionnels à l’égard des habitants de ces quartiers.
>>Lire la suite
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>