Menu Contenu
Pour banaliser la différence, Flore Lelièvre met les petits plats dans les grands

Flore Lelièvre aurait pu se contenter d’être une jeune architecte d’intérieur dans une ville dynamique. Mais son parcours familial, ses rencontres et sa force de conviction en ont décidé autrement. A 26 ans, cette jeune nantaise vient d’ouvrir un restaurant d’un type inédit en France, où travailleurs « ordinaires » et « extraordinaires » travaillent main dans la main. A l’origine du projet, la jeune femme souhaite permettre à des personnes trisomiques « de travailler et d’être rémunérées comme et avec tout le monde ». Mais au delà, elle espère surtout faire évoluer le regard de la société sur le handicap au sens large du terme. Une preuve d’amour à son frère aîné, porteur de trisomie 21.

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Un groupe facebook pour les municipalités accueillant des réfugiés
Le Centre d’Intégration en Méditerranée (CMI) anime depuis septembre dernier un groupe facebook. Objectif : permettre aux municipalités qui accueillent des réfugiés d’échanger leurs expériences et de capitaliser sur les meilleurs pratiques. Intitulé « Réseau des municipalités hôtes », il s’agit d’un groupe privé où seuls les membres invités peuvent accéder. Pour le rejoindre, il suffit de prendre contact avec le CMI Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  
 
Préjugés religieux : Coexister libère la parole des collégiens et lycéens
Afin de lutter contre les tensions issues de préjugés interculturels ou religieux et d’encourager le vivre-ensemble, des jeunes de toutes convictions et origines culturelles se sont regroupés au sein de l’association Coexister. Organisés en groupes locaux, implantés dans toute la France, ils s’engagent dans une démarche individuelle et collective articulée autour de trois temps forts : le dialogue, l’action solidaire et la sensibilisation. Dans ce cadre, l’association a développé une méthodologie et des outils d’intervention auprès des jeunes et organise dans les collèges et lycées des ateliers pour déconstruire les stéréotypes religieux, promouvoir la laïcité et inciter à une « coexistence active ». Ces ateliers sont l’occasion de créer les conditions d’un dialogue et de désamorcer des situations de tension.
>>Lire la suite
 
Des seniors guident les jeunes sur la route du permis
Afin de permettre à de jeunes futurs conducteurs inscrits en auto-école d’accumuler des heures d’expérience au volant, la Mission locale du Pays de Cornouaille organise leur parrainage par des seniors ayant de longues années de conduite derrière eux. Fondée sur le volontariat, cette opération s’inscrit dans la démarche d’insertion de la mission locale, le permis étant indispensable à ces jeunes pour trouver un travail sur le marché local. Pour les parrains, qui bénéficient d’une formation préalable par l’auto-école sociale « Roulez-Jeunesse », cet accompagnement favorise également une plus grande attention à leur propre conduite. C’est également l’occasion de créer des liens et solidarités entre générations.
>>Lire la suite
 
Contrats de quartier : à Vernier, les habitants prennent la main
Afin d’améliorer la cohésion sociale et le vivre-ensemble au sein des quartiers de la ville de Vernier en Suisse, la Municipalité a souhaité encourager les initiatives des habitants, reconnaître leurs compétences et les rendre pleinement acteurs de la vie du quartier en leur permettant d’initier et de mener des projets d’utilité publique. A cette fin, un outil de démocratie participative a été mis en œuvre : le contrat de quartier. Il permet d’accompagner financièrement et méthodologiquement les habitants dans la mise en œuvre de leurs projets.
 
O’près, au plus près des familles
Afin de proposer aux familles en situation de grande fragilité concernées par une mesure de protection de l’enfance un accompagnement éducatif basé sur le partage des actes du quotidien et de soutenir l’investissement parental, des professionnels engagés dans une association, O’près, mettent en place une action, Capactiv’34, qui expérimente des actions collectives co-construites avec les familles. Cet accompagnement a pour objectif la mobilisation des parents pour retrouver une place auprès de leur enfant et aussi la possibilité de partager des moments conviviaux en groupe mixtes, familles et professionnels bénévoles. Articulée autour de journées d’activité et de petits séjours de vacances cette action promeut le partage du quotidien entre familles et professionnels pour étayer le lien entre parents et enfants et aider les familles à se passer progressivement de l’étayage éducatif et se saisir des activités de droit commun. Un accompagnement au plus près qui instaure une confiance mutuelle entre usagers et professionnels facilitant ainsi l’évolution positive des situations.
 
Moderniser sans exclure : une mission possible !
Afin de garantir une prise en compte réelle de la parole des stagiaires de la formation professionnelle et des apprentis, l’association « Moderniser sans exclure » (MSE) s’appuie sur les outils numériques et anime un véritable dialogue entre stagiaires, centres de formation et services de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, permettant d’améliorer le service public de la formation et de construire des solutions concrètes pour le présent et pour le futur.
>>Lire la suite
 
Bibliothèque des livres vivants : quand les malades psychiques se livrent
Afin de lutter contre les nombreux préjugés, alimentés par des faits divers médiatiques, qui entourent la maladie mentale, l’association Espoir 54, qui soutient et accompagne des personnes en situation de handicap psychique sur le territoire lorrain, a adapté et développé un outil de sensibilisation à la maladie psychique et à ses conséquences pour ceux qui en souffrent auprès du grand public : la bibliothèque des livres vivants. Une bibliothèque presque comme les autres, où les lecteurs viennent emprunter un livre pour une durée limitée, sauf qu’ici, le livre est une personne concernée par une des formes de la maladie, qui va raconter son parcours de vie, répondre aux questions de son lecteur et apprendre également de ses interrogations. Dans le dialogue qui s’instaure, non seulement les « livres » prennent la parole, mais le regard des « lecteurs » évolue lui aussi.
>>Lire la fiche
 
Clubhouse : tout sauf une maison « de fous » !
Afin de rompre l’isolement des personnes fragilisées par les effets des troubles mentaux (schizophrénie, troubles maniaco-dépressifs, troubles bipolaires…) le clubhouse est un lieu de vie de jour qui favorise la reprise d’une place active dans la société. Chaînon manquant entre le suivi médical et la vie autonome, le clubhouse s’appuie sur un socle de valeurs et d’actions fortes : le refus d’une relation aidants/aidés, en faisant de chaque « membre » un acteur à part entière de l’activité de la structure, investi à hauteur de ses capacités et de son envie, et dont les compétences sont mobilisées au service de chacun des autres membres, comme pair/aidant ; mais aussi une réinsertion sociale par le travail, en accompagnant les membres qui le souhaitent vers un emploi en milieu ordinaire, à travers un dispositif original d’ « emplois de transition ».
>>Lire la suite 
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>