Menu Contenu
Pour banaliser la différence, Flore Lelièvre met les petits plats dans les grands

Flore Lelièvre aurait pu se contenter d’être une jeune architecte d’intérieur dans une ville dynamique. Mais son parcours familial, ses rencontres et sa force de conviction en ont décidé autrement. A 26 ans, cette jeune nantaise vient d’ouvrir un restaurant d’un type inédit en France, où travailleurs « ordinaires » et « extraordinaires » travaillent main dans la main. A l’origine du projet, la jeune femme souhaite permettre à des personnes trisomiques « de travailler et d’être rémunérées comme et avec tout le monde ». Mais au delà, elle espère surtout faire évoluer le regard de la société sur le handicap au sens large du terme. Une preuve d’amour à son frère aîné, porteur de trisomie 21.

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
« Innovons pour l’éducation »
C’est l’ambition de l’appel à projet lancé par la Fondation SEVE (Savoir, Etre et Vivre-Ensemble) avec Chemins d’Enfances et l’Education nationale. Ouvert aux acteurs de l’éducation et de la société civile, il veut mettre en lumière et accompagner des initiatives innovantes permettant de développer des compétences de savoir-être et de vivre-ensemble chez des enfants et adolescents. Pour cette première édition, trois thématiques ont été retenue, autour des médias, de la citoyenneté et de la paix. Date limite de candidatures, le 14 avril 2017. 
>>Plus d'infos
 
Machizaud : retrouver le chemin de la parentalité
Afin de favoriser autant que possible le maintien dans leur famille d’enfants suivis par ses services, l’association Sauvegarde 42, engagée dans la protection de l’enfance en danger et dans l’aide aux adultes en situation d’exclusion sociale, a souhaité adapter le mode d’intervention de son accueil de jour. Ce dernier, implanté au sein des quartiers où vivent les familles, est largement ouvert aux parents, afin d’éviter une rupture entre suivi éducatif et vie familiale mais plutôt de partager, vivre ensemble les accompagnements et les activités, en fonction des possibilités de chacun. En passant d’une prise en charge très institutionnelle à une démarche co-construite, une relation de confiance avec les parents s’installe durablement, permettant de redonner à chacun la possibilité d’agir et de changer, pour le bien de l’enfant.
>> Lire la suite
 
API bus, à la rencontre des seniors isolés
Afin de permettre à l’ensemble des retraités du Départements de l’Hérault d’accéder à des informations et actions de formations sur le « bien vieillir », et de favoriser le maintien du lien social, la Fédération départementale ADMR a développé un lieu itinérant d’accueil, d’information et de prévention. L’API BUS se déplace sur l’ensemble du département, vient chercher à domicile les personnes âgées les plus isolées géographiquement ou rencontrant des difficultés de mobilité, puis s’installe au cœur des communes volontaires pour des temps de convivialité et d’information/formation au sein du véhicule modulable.
>>Lire la suite

 
Transport solidaire : covoiturage et lien social pour pallier la carence en transports collectifs
Afin de pallier la carence de transports collectifs dans le pays du Sundgau (Haut-Rhin), l’association Culture et Solidarité a institué un service de chauffeurs bénévoles ouvert à tous. Dévolue à de petits trajets, ce « transport solidaire » permet aux habitants des communes impliquées de se déplacer, tout en participant au renforcement du lien social dans cette région rurale. Couronnée de succès, l’initiative a été reproduite dans d’autres bassins de vie, et est soutenue par le PETR – Pôle d’équilibre territorial et rural - du Sundgau. 
>>Lire la suite 
 
Le permis citoyen : ça roule pour les jeunes Angevins !
Afin de permettre à des jeunes Angevins en insertion professionnelle d’accéder au permis de conduire, le Centre Communal d’Action Sociale de la Ville d’Angers a développé un « permis citoyen ». Celui-ci combine une aide financière et un accompagnement personnalisé ainsi qu’un engagement solidaire de 20 heures dans une logique de « réciprocité ». Pour mener à bien cette action, le CCAS s’appuie sur un important réseau de partenaires qui oriente les jeunes en amont, leur propose des missions de bénévolat et leur fournit un accompagnement social si nécessaire. 
>>Lire la suite

Cette action a été repérée et expertisée dans le cadre de l'action recherche « Villes et vivre ensemble – La gouvernance locale de la cohésion sociale », menée par l'Odas en partenariat avec le CGET.
 
 
Quartiers solidaires : des séniors au cœur d’une dynamique communautaire
En Suisse, dans le canton de Vaud, afin d’améliorer l’intégration des aînés dans leur quartier, leur ville ou leur village et la qualité de vie de tous les habitants, l’association d’utilité publique Pro Senectute Vaud encourage les plus âgés à devenir à la fois auteurs et acteurs de la vie et de l’animation de la cité. A Ecublens, comme dans 24 autres quartiers ou communes du Canton de Vaud, les personnes âgées, accompagnées par les professionnels de l’Unité « Travail social communautaire » de Pro Senectute Vaud, ont identifié des besoins et construit les solutions pour y répondre. Ils ont développé, avec le soutien des acteurs locaux, des activités qu’ils gèrent, auxquelles ils participent et associent l’ensemble des habitants. Baptisée « Quartiers Solidaires », la démarche renforce durablement le lien social, valorise les personnes âgées et créée une véritable dynamique sur le territoire où elle est mise en place, bien au-delà du public initialement ciblé.
>>Lire la suite
 
Mon Eco Logement : quand la rénovation donne de l’élan à un quartier
Afin d’améliorer les conditions de vie des locataires d’une ancienne cité minière du Nord et de favoriser leur autonomie, Soliha, réseau associatif spécialisé dans l’accompagnement par le logement, a conduit de 2011 à 2016 « Mon Eco Logement », projet de réhabilitation énergétique de 26 logements dégradés de la cité des Vieux Corons à Douai. La concertation étroite avec les locataires et leur implication ont non seulement garanti la réussite de ce projet, mais ont également permis de susciter une véritable dynamique participative ayant débouché sur le développement d’une nouvelle action à l’initiative des habitants. En effet, en 2013, soutenus et accompagnés par Soliha, ceux-ci ont entrepris une rénovation des jardins et abords de la cité fondée sur la coopération et l’entraide. 
>>Lire la suite
 
Le Champ Commun cultive le collectif
Afin de participer à la redynamisation de leur commune, de créer un lieu de rencontre pour les habitants, mais aussi de se placer en alternative face au modèle de distribution et de consommation dominant, une coopérative d’habitants lance le « Champ Commun » en 2010 à Augan dans le Morbihan. A la fois bar, épicerie, café, lieu de rencontre pour les associations locales, mais aussi brasserie artisanale…, ce lieu multi-services que font vivre les habitants s’affirme comme central dans la vie culturelle, économique et sociale du village. Pleinement intégrée au tissu associatif et construite avec le souci de ne pas concurrencer les commerces locaux existants, cette coopérative qui s’illustre par son fonctionnement collaboratif œuvre à une large mixité des publics et à dynamiser le vivre ensemble sur le territoire. 
>>Lire la suite
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>