Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
P’INS épingle ses lauréats
Ils sont huit porteurs de projets socialement innovants à avoir été retenu par l’Avise et la fondation MACIF, dans le cadre du programme d’accompagnement P’INS. Présents sur tous les champs de l’économie sociale et solidaire -alimentation, bâtiment, éducation populaire, lien social, développement durable, hébergement ou encore égalité des chances, ils vont bénéficier d’un accompagnement personnalisé de 8 à 10 mois, de la possibilité de solliciter des experts, d’une mise en visibilité par les partenaires de P’INS et d’un apport de 20000 de la fondation MACIF pour travailler leur changement d’échelle. Les lauréats : AGORAé, Article 1, Bou’sol, E-graine, Les Petites Cantines, Plateau Urbain, Toit à Moi, VRAC.
www.programme-pins.org
 
A Beauvais, la bibliothèque, au cœur du quartier - 60
Afin de permettre aux enfants d’accéder aux livres plus facilement et de prévenir l’échec scolaire, la bibliothèque de rue, outil d’ATD Quart Monde pour lutter contre les exclusions, s’installe tous les dimanches, de 15h à 17h dans un quartier de Beauvais, au pied des immeubles d’habitation. Une action envers les enfants qui permet par ailleurs de se rapprocher des familles et de créer une dynamique sur le quartier
>>Lire la suite
 
Le Refuge : agir contre l’isolement des jeunes homosexuels
Afin de répondre aux besoins des jeunes victimes d’homophobie et en situation d’isolement à la suite d’un rejet ou de violences familiales, l’association Le Refuge propose un hébergement d’urgence couplé à un accompagnement social. Soutenus par des professionnels et des bénévoles, ces jeunes peuvent dès lors bâtir un projet de vie et entrer dans un processus de réinsertion.
>>Lire la suite

 
Protection de l’enfance : changer de chaise pour changer de posture - 60
Les lois de 2002 et de 2007 placent les familles au cœur des dispositifs de protection de l’enfance. Mais à l’heure où la conception et le rôle de celles-ci évoluent, quels sont réellement leurs besoins ? En 2012, l’observatoire départemental de la protection de l’enfance de l’Oise se saisit de la question de la prise en compte des besoins des familles par l’institution. Cette approche touchant aux postures des élus, des professionnels et des familles, l’observatoire retient une méthodologie fondée sur le théâtre forum, de manière à permettre à chacun de « changer de chaise » pour mieux comprendre l’autre, ses besoins, ses attentes mais aussi ses ressources.
>>Lire la suite
 
DSL à La Grenette - 17
Afin de lutter contre les problèmes de voisinage, l’isolement, et la dégradation de la qualité de vie, les habitants du quartier de la Grenette à Saint-Pierre d’Oleron, soutenus par les institutions locales (Caf, Conseil Général, Municipalité) se mobilisent autour d’actions d’amélioration de l’habitat (signalétique, réparation, sécurisation…). Ces actions centrées sur le cadre de vie sont bientôt complétées par plusieurs temps conviviaux qui renforcent le lien social (fête des voisins, apéros, organisations d’expositions, etc.). Une dynamique positive en faveur de la cohésion sociale sur le quartier qui bénéficie à tous les habitants de la Grenette.
>>Lire la suite
 
>>L’école Olympe de Gouges, un pôle éducatif ouvert sur la ville - 93
Afin d’impulser une dynamique territoriale centrée sur l’institution scolaire en tant que lieu de vie, la mairie de Bondy a choisi d’ouvrir l’école Olympe de Gouges à l’ensemble des habitants de la ville en dehors des temps scolaires. A la fin des cours et tous les jours à l’exception du dimanche, cette école maternelle et primaire devient un pôle d’activités pour adultes en offrant ses locaux à l’organisation d’activités culturelles et associatives. L’article L. 212-15 du Code de l’éducation permet en effet aux mairies d’utiliser les locaux scolaires de la commune en dehors des temps de cours pour des activités à caractère « culturel, sportif, social ou socio-éducatif ».
>>Lire la suite
 
>>Radio CHU : deux générations sur la même longueur d’onde - 33
Au Centre Hospitalier Universitaire Pellegrin, à Bordeaux, la radio associative RADIO CHU réalise une fois par semaine une émission intergénérationnelle au cours de laquelle des enfants hospitalisés deviennent journalistes d’un jour en interviewant une personne senior. Enregistrée dans un studio installé au sein du service pédiatrique, puis diffusée sur le réseau interne de l’hôpital, cette émission permet aux enfants d’oublier temporairement la réalité de leur maladie et des soins, de transmettre la mémoire des aînés en ouvrant l’hôpital sur le quartier et de changer le regard des adultes, parents et soignants, sur les enfants malades.
>>Lire la suite
 
>>Les berceuses, un film pour transmettre et partager - 41
Afin de susciter de l’émotion mais aussi des échanges et de la réflexion autour de la parentalité et de l’inter culturalité, un cinéaste a tourné un film mettant en scène des parents d’origines culturelles variées, habitant les quartiers Nord de Blois, classés en zone politique de la ville, berçant leurs bébés en chantant. Intitulé « Les Berceuses », le film est construit en 12 scènes qui montrent la relation singulière qui s’établit entre les bébés et les parents, par delà les différences culturelles. Montré à des parents et des professionnels dans différents lieux (écoles, crèches, services de PMI, festivals), la diffusion du film poursuit différents objectifs et notamment celui de libérer la parole autour des questions de parentalité…
>>Lire la suite
 
<< Début < Précédente 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 Suivante > Fin >>